Test & Avis sur Wicket : la maison française aux inspirations d’outre manche

Test & Avis sur Wicket : la maison française aux inspirations d’outre manche

Wicket, c’est une maison installée à Paris depuis longtemps, fondée en 2003 par Hugues de Peyrelongue. Nous l’avions par ailleurs déjà testée dans cet article qui revient sur le modèle Hampstead, l’iconique costume trois pièces de la maison. Car oui, depuis sa fondation, Wicket s’est efforcée de faire honneur à ses inspirations anglaises dans ses coupes et son vestiaire. En 2005, l’ensemble des modèles a subi une cure d’amaincissement, avec des revers s’affinant jusqu’à 7 cm et une coupe de pantalon plus proche de la jambe.

Bien que nous soyons plutôt enclin à préférer des revers généreux, après avoir été accueilli en boutique au 39 rue de Grenelle, j’ai eu le plaisir de découvrir une offre qui s’est étoffée, avec des vestes sahariennes en soie intégrées pendant la collection printemps-été 2019 qui font leur retour cette saison automne-hiver avec des variations en tweed dans des tissus à motifs rappelant les vestes de chasse anglaises.

Une offre très complète qui dépasse de loin le simple port du costume formel.

Wicket s’est adaptée à la décontraction des codes et à élargit son offre et, en plus de ses costumes formels bien connus, propose de très belles pièces dans un vestiaire dépareillé. J’ai ainsi pu voir des accessoires provenant de fournisseurs sûrs (Brigg pour les parapluies, Albert Thurston pour les bretelles, pour ne citer qu’eux). Les nouveautés de cette saison, en plus des sahariennes hivernales déjà énoncées, comportent deux nouveaux modèles de mocassins venant enrichir la ligne de souliers, tous produits dans la région de Northamptonshire en Angleterre, ainsi que plusieurs nouvelles vestes en cachemire issues du drapier italien Drapers. Cela illustre parfaitement la méticulosité de la marque en ce qui concerne ses ateliers et fournisseurs, qui sont essentiellement situés chez nos voisins européens : Anglais, Portugais, Italiens et Néerlandais.
Après cette mise en bouche, passons directement à la partie test !

Test du costume Naples : la maison d’inspiration britannique s’essaye au style italien

Malgré son attachement (ô combien partagé) au style anglais, Wicket a bien senti le basculement vers le soft tailoring plus confortable, plus léger et naturel du style italien. C’est pourquoi elle propose depuis 2012 trois coupes italiennes (Rome, Milan et Naples) qui enrichissent son vestiaire formel. Et c’est sur cela que l’on base notre test aujourd’hui ! J’ai choisi la coupe Naples avec une veste croisée dans une flanelle grise rayure craies provenant de chez Angelico.

Pour choisir les finitions, la maison est partie sur un postulat de base : le costume croisé est loin d’être largement démocratisé aujourd’hui en France, c’est en effet une véritable déclaration de style. De ce fait, la maison a choisi de décontracter la veste autant que possible, motivant le choix original d’incorporer des poches plaquées sur une veste croisée, où l’on voit normalement des poches passepoilées à rabats, parfois même une poche ticket (attributs du style anglais si chers à la marque !). Cela reste cohérent avec l’épaule légère et sans padding de la coupe Naples, ce qui contribue à faire de ce costume une version plus accessible aux néophytes du port de la veste croisée. Le modèle que j’ai choisi présente une belle rayure craie sur une flanelle grise, et ces deux tonalités de gris ainsi couplées avec les éléments casual de la veste permettent de la porter en dépareillé, ce que je me suis amusé à faire ces dernières semaines avec un Gurkha en flanelle claire.

Aussi, certaines vestes de chez Wicket ont des fentes lestées, une particularité que j’apprécie beaucoup permettant de conserver un beau tombé dans le dos, empêche la veste de trop se froisser et les pans de voler dans tous les sens en cas de coup de vent. Comme les coutures en demi-lune, cette finition n’est pas présente à l’appel ici, car le poids de la flanelle suffit à lui seul.

Un service de personnalisation digne d’une demi-mesure

C’est somme toute un excellent costume prêt à porter de la maison Wicket, qui est l’un de mes préférés en ce moment. Si vous avez déjà fait un tour sur leur site (et sinon je vous invite à le faire), vous aurez remarqué que le modèle normalement proposé est un 4×1. La maison propose de la demi-mesure, et c’est généralement un juste milieu que l’on apprécie chez Jamais Vulgaire. Cela dit, Wicket dispose d’un service de personnalisation très poussé. Sur cette veste croisée qui dispose normalement de 4 boutons, j’ai pu rajouter deux boutons pour en faire un 6×1, une forme que je préfère car elle élargit visuellement la carrure. De même sur le pantalon qui offrait à la fois passants et pattes de serrage, j’ai pu faire retirer les passants car je ne porte plus de ceinture sur mes pantalons habillés ! En plus du très léger ajustement que l’on a opéré sur la veste, ces retouches que l’on peut intégrer à l’essayage sont faites en une semaine en même temps que votre bas de pantalon. Par exemple pour toutes les modifications que j’ai cité, le tarif est d’une soixantaine d’euros supplémentaire sur un costume au prix de 700€.

Ce service supplémentaire mérite largement d’être promu par la marque, car c’est assez rare de voir ça en prêt à porter, surtout un aussi poussé, et encore je n’ai fait qu’effleurer ce qu’il est possible de faire. Je n’ai pas eu besoin de faire ajouter de boutons de bretelles car ceux-ci étaient déjà présents, une bonne surprise notable pour moi qui adore en porter.

C’était également la première fois que j’essayais un pantalon avec des pattes de serrage situées non pas sur le ceinturage, mais un peu plus bas. J’ai trouvé ça beaucoup plus confortable et enveloppant, et je pense les placer à cet endroit dorénavant pour mes prochains pantalons. La veste est semi doublée, ce qui est largement suffisant étant donné la nature du tissu, et est montée avec une très belle parmenture américaine.

Les finitions poussées du prêt-à-porter Wicket :

  • Costume croisé en flanelle 330g de chez Angelico : Un tissu avec du caractère et de la nuance, c’est exactement ce que je cherchais pour un costume d’hiver ! C’est la première fois que j’opte pour une forme croisée, qui est avantageuse en hiver car la surcouche de tissu protège bien mieux du froid.
  • Semi-entoilée : Comme toutes les vestes de chez Wicket, et c’est d’ailleurs le meilleur compromis entre qualité et prix, en plus d’être plus léger qu’un entoilage complet.
  • Une emmanchure agréablement haute : Omniprésente en prêt-à-porter et rarement modifiable en demi-mesure, les emmanchures basses sont pratiques pour y loger des bras de toutes largeurs, mais le moindre mouvement des bras a pour effet de faire remonter la veste, cassant le col et les revers. Ici l’emmanchure est relativement haute par rapport à ce que j’ai déjà pu voir ailleurs, ce qui est assez important de noter pour un prêt-à-porter : bonne surprise donc !
  • Semi doublée, parmenture américaine : Semi doublée est suffisant vu l’épaisseur du tissu. Cela dit, Wicket est réputé pour ses doublures très originales, que je n’aurai donc pas eu la chance de vous montrer ! La parmenture américaine laisse libre place à la flanelle que j’aime beaucoup.
  • Poche interne zippée : Idéal pour ranger une carte bancaire ou un porte carte assez mince ! Attention toutefois, on ne répétera jamais assez de ne pas surcharger ses poches si vous souhaitez conserver une veste en bon état.
  • Poches plaquées : Une excentricité sur une forme croisé qui me permet, avec une coupe décontractée, de porter la veste dans des tenues dépareillées, et qui modifie l’air de rien grandement la formalité de la pièce.
  • Boutons en corne et boutonnière ouverte : Une finition que l’on connait assez bien. J’aurais apprécié des boutons dans une teinte de marron pour jouer la carte décontractée jusqu’au bout ! Cela dit, pour l’immense majorité, le port du croisé est réservé aux tenues formelles, je comprends donc le choix de coloris ici.
  • Revers en pointe 11cm et milanaise : Un vrai beau revers qui fait plaisir à voir ! Le revers à pointe est de mise sur une veste croisée, jamais de cran sur un croisé ! Une milanaise avec des passants dans l’intérieur du revers sont là pour y glisser une boutonnière. Le revers présente une forme bien arrondie, c’est ce qu’on cherche sur ce type de veste.
  • Pochette Barchetta : Une poche poitrine classique en forme de coque de bateau permettant y glisser une pochette. Ici j’ai choisi la Rampley&Co que vous avez pu voir sur notre compte Instagram et qui a les proportions les plus généreuses dans ma collection ! Et pourtant, aucun excroissance disgracieuse ne se fait remarquer sur mon pectoral.
  • Pantalon à pattes de serrage, revers 4,5cm, boutons de bretelles et ouverture à l’anglaise : Des pattes de serrage dont j’ai beaucoup apprécié le positionnement car l’ajustement est plus confortable que lorsqu’elles sont situées sur le ceinturage. Un revers bien haut, des boutons de bretelles et une belle ouverture à l’anglaise sont les finitions idéales pour porter un beau pantalon sartorial. Seconde petite originalité pour ce pantalon, les poches ne sont pas italiennes, mais directement le long de la couture, moins facile d’y glisser ses mains donc mais autrement plus élégant !

Conseils de style : Égayer une tenue formelle avec des accessoires forts.

Comme je l’écrivais plus haut, porter le costume croisé est une indéniable déclaration de style, et malgré les éléments incorporés par Wicket atténuant sa formalité, cela reste une pièce forte qui doit être assumée sans complexe. Même si le drap de laine a une rayure craie prononcée, on reste sur un gris moyen, j’ai donc choisi de porter ce costume avec de nombreuses touches de couleurs ! Le gris se porte avec beaucoup de choses, mais le bordeaux offre une combinaison sûre avec du caractère pour égayer la tenue.

Les accessoires sont donc principalement bordeaux, à commencer par la cravate, qui a une texture très intéressante et des touches de bleu et d’or que l’on retrouve dans la pochette, qui est ma préférée ! La paire de double boucle de Crockett&Jones que vous avez pu découvrir dans cet article a une patine chestnut tirant sur le bordeaux que l’on recherche, et sont portées avec des chaussettes de couleur aubergine pour les accompagner. Les bretelles reprennent également le bordeaux et de bleu marine, bien qu’elles ne soient pas sensées être visibles sous la veste.

Enfin pour compléter le tableau, j’ai pris avec moi un parapluie et enfilé une chemise financier, qui a dont les poignet et le col blanc, tandis que l’armure est bleu ciel. On utilise souvent la chemise pour calmer la tenue sur l’aspect colorimétrique, soit bleue soit blanche. J’ai pris le risque de porter une chemise un peu plus originale qu’à l’accoutumée. Cela dit, au vu du nombre de rayures différentes présentes dans cette tenue (costume, cravate et bretelles), je ne me serais pas aventuré à en porter sur la chemise également !

Avis et conclusion sur Wicket

C’est un costume que j’ai beaucoup porté depuis que je l’ai reçu, et c’est sans aucun doute le costume en prêt à porter le plus abouti que j’ai eu l’occasion de tester dans ces colonnes. De nombreuses finitions que j’apprécie beaucoup, autant sur la veste que sur le pantalon. J’ai apprécié la simplicité dans l’organisation des collections (2 par an) qui permettent à la marque de vraiment pousser la recherche des produits pour des pièces authentiques et originales. Cela rejoint totalement notre vision qui consiste à vous encourager à consommer moins en quantité, et mieux dans la qualité de vos vêtements et dans la proposition de style !
Le second élément qui est particulièrement intéressant chez Wicket est le degré de personnalisation qu’il est possible de réaliser sur leur vestiaire en prêt à porter. Beaucoup ont recours à la demi-mesure pour diverses raisons, en particulier celle de pouvoir choisir plus d’éléments de son costume, pour en faire une pièce unique qui n’appartient qu’à eux, moyennant un supplément. Le prêt-à-porter de Wicket offre cette étendue de possibilité, bien que la marque propose aussi un service de demi-mesure pour ceux ayant des difficultés à trouver leur bonheur dans le prêt-à-porter !

Pour conclure, Wicket propose un vestiaire en prêt-à-porter résolument de grande qualité qu’on ne rencontre que très peu et qui tendrait même à rivaliser avec de la demi-mesure tant le service fourni autour de la personnalisation est poussé. Si vous êtes en mal d’originalité et que votre morphologie n’est pas hors-norme, je ne peux que vous inviter à y faire un tour !

Vous aimerez peut-être: