WICKET, UN VESTIAIRE COMPLET DEDIE AU GENTLEMAN + TEST DU COSTUME TROIS PIECES HAMPSTEAD

Disclaimer: Pour l’article du jour, j’ai le plaisir de laisser a parole à Athithane qui signe son premier article sur le blog. Il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a organisé le salon Menswear corner en 2014 et a fondé la marque de noeuds papillon Le Petit Noeud, en plus d’écrire sur le blog Fine and Street.
Il abordera en particulier le vestiaire plus formel et sartorial, en commençant par la marque Wicket, dont on a tous plus ou moins entendu parler mais sans jamais vraiment pouvoir y associer un style ou une gamme de prix.
Valéry

Pour ce test de costume, nous vous présentons Wicket, marque française créée en 2003 inspirée de l’élégance britannique.

I WICKET: HISTOIRE ET PRESENTATION DE LA MARQUE

La marque Wicket créée en 2003 par Hugues de Peyrelongue est aujourd’hui bien installée et connue des parisiens puisqu’elle dispose de 3 boutiques dans des quartiers chics de la capitale. Elle propose un vestiaire complet dédié au Gentleman (costumes, vestes, pantalons, chemises, accessoires et depuis cette saison, une première collection de souliers crées en collaboration avec Matthew Cookson), le tout, fabriqué en Europe (pour les pièces à manches : aux Pays-Bas, au Portugal ou même en Angleterre en fonction des modèles et expertises de chacun des ateliers partenaires).

En termes de costumes et vestes, l’offre de Wicket se compose de la manière suivante :

  • Le vestiaire formel (costumes classiques pour le bureau + les pièces essentielles du registre « cérémonie » : smoking, jaquette)

 

  • Une petite sélection de produits saisonniers avec de véritables partis pris stylistiques (dans le choix des motifs, textures et couleurs)

  • Des vêtements correspondant au registre week-end (vestes chasse, blazers dépareillés, sahariennes…)
  • Ainsi qu’une offre de demi-mesure.

Le site internet www.wicket.fr peu paraître d’apparence un peu « datée » mais il en ressort malgré tout un véritable sens du style dans les coupes confectionnées ainsi que dans les combinaisons proposées sur les mannequins qui sont loin d’être ennuyeuses, « safe » ou bien au contraire, dans l’excès. Les associations de couleurs et de textures, sont toujours intéressantes, parfois osées, mais sans déroger aux règles de l’élégance traditionnelle. On tombe d’ailleurs vite sous le charme des tenues avec gilet dépareillé, gilets qui ne sont d’ailleurs disponible qu’en boutique.

L’expérience en boutique est soit dit en passant, des plus agréable puisque nous sommes tout de suite séduits par l’ambiance qui règne dans le magasin ainsi que par le professionnalisme des conseillers qui connaissent tout à fait leur produits mais possèdent également une très bonne culture du costume (point très important lorsque l’on veut échanger sur la qualité de confection, les tissus utilisés et les retouches envisageables).

Parmi les pièces dites « à manche » (vestes, blazers, manteaux), nous pouvons grossièrement scinder la collection en deux styles : les vestes anglaises, à deux, voire trois boutons aux épaules structurées ; et les vestes italiennes, beaucoup plus souples avec des demi-doublures ou absence complète de doublure ainsi que des épaules non structurées (parfois légèrement plissées).

Dans tous les cas, Hugues de Peyrelongue a réussi à créer un style maison, puisqu’il ne se contente pas de reproduire un vêtement, selon les diktat du style anglais ou italien. Il y ajoute toujours une touche personnelle, de l’originalité (dans les doublures, les feutres de col…), tout en conservant le meilleur de chacune des méthodes.

Difficile de déterminer l’allure proposée comme celle d’un style français, tant celui-ci est insaisissable voire indescriptible… Pourtant, j’ai pu noter ce que j’appellerais un clin d’oeil aux tailleurs parisiens dans la forme du cran de revers utilisé sur les vestes. Il ne s’agit pas tout à fait d’un cran « parisien » ou même Smalto que les amateurs reconnaîtront d’un coup d’oeil, mais bel et bien d’une création unique signée Wicket. Comme vous pourrez le voir dans la photo ci-après, le cran est caractérisé par une ouverture typique que l’on peut imager en pensant à la forme d’une bouche de crapaud (les anglais l’appellent le cran « frogmouth »).

Ma curiosité sur le sujet m’a amené à consulter cet article plus technique de Julien Scavini sur son blog Stiff Collar, qui nous détaille les variantes du cran parisien et reconnaissait lui aussi l’unicité du cran dessiné par Wicket.
costume-wicket-cran

Ce qui devient très intéressant en découvrant davantage les produits, et qui est sans doute l’un des points forts de Wicket, est le travail des détails et les finitions tailleurs que l’on peut retrouver dans les vêtements. Ce sont des partis pris, qui pourront rebuter les néophytes, mais les amateurs d’élégance traditionnelle seront ravis de pouvoir retrouver ces détails que nous allons vous présenter… (les détails en photos ci-après).

II TEST DU COSTUME TROIS PIECES EN TWILL VITALE BARBERIS CANONICO: LE HAMPSTEAD

Nous avons donc choisi de présenter un costume 3 pièces basique puisqu’il s’agit d’un tissu bleu marine Vitale Barberis Canonico en sergé de laine (= twill, ce tissage donnant des rainures en diagonale). C’est un costume plutôt “Automne-Hiver” car le tissu est assez épais : 360 grammes (on peut considérer qu’à partir de 300 grammes, on a affaire à des tissus dits « lourds »). Le modèle choisi est le « Hampstead », une coupe dite anglaise avec des épaules structurées, une veste à 3 boutons et 3 poches inclinées.

pantalon-wicket-1

Les pantalons sont tout d’abord à taille haute (qui correspond en fait à la taille naturelle, mais bon…). Certains modèles de pantalon sont à pinces (comme celui plus haut) et donnent donc cette forme généreuse si caractéristique et confortable autour des hanches. Personnellement, je trouve cette coupe très agréable et esthétique : le surplus de tissu permet de ne jamais sentir le pantalon tirer lorsque l’on s’assoit (et donc d’avoir un pantalon qui s’abimera moins rapidement). Mais ce n’est qu’un choix subjectif car on est malgré tout dans une coupe très traditionnelle, loin de ce qui est le plus souvent proposé en costumes PAP (pantalon sans pinces à taille basse).
Toujours dans la tradition tailleur, la taille des pantalons est dotée d’ajusteurs avec glissière sur les hanches (side-adjusters) ainsi que de boutons à l’intérieur de la ceinture pour porter le pantalon avec des bretelles. Là encore, les amateurs apprécieront et nous ne pouvons que vous conseiller d’essayer ce type de pantalon tant le confort et l’allure sont agréables.

details-pantalon-wicket

Les “side-adjusteurs” permettent de porter le pantalon sans ceinture. Des boutons pour bretelles sont à l’intérieur de la ceinture qui est dotée d’une bande en caoutchouc permettant de maintenir la chemise. Les finitions sont propres, gansées et la braguette est à boutons.

La coupe est assez basique sur le reste du pantalon, la photo ci-après montre le pantalon retouché dans la longueur uniquement (l’ourlet simple ou avec revers est offert par la maison, comptez 25€ pour le fuselage, 15€ pour agrandir/rétrécir la taille).

pantalon-wicket

Le gilet, vendu séparément apporte quant à lui une belle touche formelle. Il est doté de 6 boutons, et sera donc visible même avec la veste fermée, ainsi que de revers qui lui donnent une très belle allure : de quoi rester élégant, même en faisant tomber la veste. L’ensemble donne un style très anglais à ce costume 3 pièces.

gilet-wicket

Nous remarquons que la pièce avant est coupée assez bas au niveau des épaules, ce qui a la particularité de révéler subtilement la doublure, même en étant de face.

On retrouve évidemment la doublure Paisley à l’intérieur du costume

Comme nous l’avons dis plus haut, nous avons choisi une veste à 3 boutons et aux épaules structurées. La fabrication est semi-entoilée, ce qui donne un revers avec un joli roulé et un premier bouton qui y est presque placé. Je préconiserai donc par souci esthétique, de ne jamais fermer ce premier bouton même s’il s’agit bel et bien d’un boutonnage 3 boutons et non 2,5.  Ce revers est fin, sans être dans le style slim, le cran dont nous parlions précédemment est placé assez haut, ce qui a pour but de souligner le haut de la carrure.

revers-wicket

La coupe est quant à elle assez cintrée : la veste essayée ici n’a pas été retouchée et il n’y a pas de surplus de tissu au niveau du bas du dos. Cela donne donc une veste qui épouse bien les courbes du dos et un fitting « bien taillé ». C’est d’ailleurs souvent le cintrage d’une veste dans le bas du dos qui va faire la différence dans le tombé d’une veste.

veste-wicket-profil

Autre point important parvenant à donner cette allure : le travail des doubles fentes. Remarquez comment celles-ci cintrent bien le bas du dos, recouvrent bien les fesses pour tomber à la verticale. Celle-ci sont en fait très hautes et commencent exactement là où le dos doit être repris. Les fentes de costume en PAP sont malheureusement trop souvent basses. Ajoutez à cela une longueur de veste trop courte et vous avez alors des fentes qui partent en biais vers l’arrière au niveau des fesses… pas très esthétique, vous l’avouerez.

Les doubles fentes Wicket ont elles, leur petit secret que je n’ai jamais eu l’occasion de retrouver chez d’autres fabricants… Le bas de celles-ci est en effet lesté par des petits plombs en forme de pièce qui assurent donc un tombé à la verticale irréprochable… Un détail très surprenant, mais terriblement astucieux !

fentes-wicket

L’emmanchure est agréablement haute, ce qui donne une belle liberté de mouvement au niveau des bras et surtout une coupe cintrée qui est très esthétique.

Autre point fort de la maison Wicket : toutes les boutonnières de manches sont ouvertes. Les boutons sont en revanche d’apparence un peu matte et peuvent donner une impression « cheap ». Même sans utiliser des boutons en corne ou corozo, je pense que l’on peut trouver des boutons en plastique un peu plus jolis. Je regrette également le choix d’avoir des boutons si espacés les uns des autres. Peut-être n’est-ce-qu’une question d’habitude à force de voir/d’avoir des boutons qui se touchent ou bien même se chevauchent… Ce ne sont que des détails mais retenons que le choix de telles boutonnières reste néanmoins un détail très sartorial qui montre là encore le soin apporté par Wicket dans la création de ses costumes.

boutonnieres-wicket

Crédits photo : Ryan Valmont

CONCLUSION

Le costume bleu marine est sans doute le premier que l’on devrait s’acheter lorsque l’on commence à s’habiller de manière formelle. La coupe du modèle Hampstead de Wicket (590€) aux épaules structurées et aux 3 poches inclinées font de ce costume un choix idéal pour toute tenue de bureau. L’achat du gilet assorti permet d’avoir encore plus d’occasions de le porter et donne une touche d’élégance supplémentaire.
Wicket est une maison de passionnés, c’est un lieu parfait pour tout Gentleman souhaitant être conseillé dans le port du costume. Le fitting et le choix de la bonne taille font souvent la différence. Chez Wicket, vous serez idéalement conseillé et pourrez donc leur confier les retouches nécessaires à votre costume.

Note formelle : 10/10 
Note casual : 2/10 (pour la doublure fantaisie).
Rapport qualité/prix : 7/10 (du très beau semi-entoilé avec beaucoup de finitions tailleur)
Prise de risque : 3/10 
Univers : Formel

Vous aimerez peut-être: