Test & Avis sur Hockerty : que vaut réellement la mesure en ligne ?

Bonjour à tous, je vous retrouve aujourd’hui pour un test d’une marque que l’on connait depuis un bon moment déjà, mais que nous n’avions jamais eu l’occasion d’experimenter jusqu’alors. Il s’agit d’Hockerty, une marque de mesure en ligne. Est-ce que le résultat est à la hauteur des attentes ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

Crédit photo : @toffer.focalefixe

Hockerty, une offre complète de tailoring

Hockerty propose une offre complète pour le vestiaire habillé, en allant de la chemise au tenues cérémonielles. Ils se sont également lancé dans des pièces plus décontractées récemment, avec le lancement de leur veste saharienne, avec un prix d’appel très abordable pour les costumes: 189€, en fonction du tissu et des options choisis. C’est une marque qui suscite les intérêts et sur laquelle nous avons eu beaucoup de questions, à savoir est-ce que la qualité était au rendez-vous à des tarifs aussi restreints.

La personnalisation

En fonction des pièces, vous passez par toute une série d’étapes, à commencer par le choix du tissu. Le choix est très vaste, difficile de ne pas se perdre dedans ! Généralement, ce sont les tissus les plus forts qui se démarquent en ligne, attention à ne pas négliger les tissus unis qui peuvent être très beaux.

Lorsque je fais des emplettes en ligne, ce qui me dérange le plus généralement, c’est le manque de photos de détails. C’est très important, à la fois pour avoir une meilleure idée de la couleur, mais aussi de la texture et de la façon dont la matière réagit à la lumière. Sur ce point, Hockerty a très bien pensé sa plateforme,  vous pouvez cliquer sur l’icône “Tissu” pour avoir un plan serré de la matière, avec sa composition et ses caractéristiques techniques. C’est absolument nécessaire de passer par cette étape pour mieux se rendre compte du rendu final. De plus, certains tissus proposés par Hockerty sont partiellement synthétiques, donc pensez à vérifier !

 

Autre point absolument essentiel que vous devez connaître si vous voulez commander chez Hockerty. En effet, la marque propose deux versions de leur outil de personnalisation, une version “simplifiée” et une version “avancée” qui se distingue par le nombre d’options disponibles.

 

Par défaut lorsque vous commencez à personnaliser votre produit, vous êtes dans la version simplifiée. Pour passer de la version simplifiée à la version avancée, choisissez d’abord votre tissu, puis dans l’onglet Style ou Extra, déroulez l’entièreté de l’onglet d’options pour avoir accès à la version avancée via un lien.

Parmi les options qui diffèrent, vous avez l’option d’avoir des boutonnières ouvertes, de choisir la largeur de vos revers, un plus grand nombre de poches et même d’autres formes croisées. Ce passage à la version avancée est absolument nécessaire, par ailleurs je vous recommande de choisir par défaut les revers larges, qui sont de taille convenable. Les pinces sont courtes et peu profondes, elles sont très discrètes.

Certaines options sont comprises dans le coût initial, d’autres constituent des frais supplémentaires. Dans les extras, vous pouvez choisir votre doublure, inscrire vos initiales et autres.

L’outil de mesure en ligne

Le point critique du processus : la mesure. Hockerty a vraiment fait le maximum pour vous aider dans cette démarche. D’abord, vous pouvez renseigner votre taille, age et poids, et ensuite évaluer certains points critiques pour la coupe : les épaules, le dos et l’abdomen.

Tout est fait pour que le processus de mesure soit le plus simple possible. Mais s vous êtes anxieux sur le fait d’avoir des mesures parfaites, vous pouvez également les vérifier et les modifier individuellement. Une vidéo est également présente pour vous aider à prendre vos mesures. Pour ma part, j’étais inquiet à propos du tour de poitrine, tour de biceps ainsi que du tour de col pour la chemise.

Malheureusement, ce sont les mesures que j’ai modifiées qui ont posé problème au final, tandis que toutes celles qui avaient été calculées automatiquement se sont révélées correctes !

Comme pour toute demi-mesure, il est rare d’avoir un résultat parfait au premier essayage. Hockerty vous accompagne même une fois que vous avez reçu votre produit, ainsi, si vos pièces ont besoin d’être retouchées, la marque s’engage à vous rembourser les frais des retouches, que vous pouvez faire effectuer par votre retoucheur habituel, ce qui est très appréciable !

En ce qui me concerne, comme je vous le disais j’ai du faire une retouche délicate, car j’étais très serré sous les bras, tandis que les épaules et le cintrage étaient impeccable. Mon retoucheur a du ouvrir la veste sur les côtés du dos pour laisser plus d’aisance. J’ai donc pu tester pour vous le processus jusqu’au bout et vous confirmer la fiabilité du service après-vente d’Hockerty.

 

Test d’Hockerty : un costume estival et une chemise au style prononcé

La chemise col club et mousquetaire simple

Malgré le fait que mon armoire commence à être dangereusement remplie de chemises, il se trouve qu’elles sont toutes en prêt à porter, c’était donc la première chemise en demi-mesure de ma garde robe. J’ai choisi une popeline très légère rayée, avec une texture très intéressante qui rappelle un peu ce qu’on peut trouver sur du fil à fil, nommé “Sassen”.

 

Le tissu est aussi indiqué à l’épreuve des plis, ce qui est appréciable pour tous ceux qui (comme moi), n’apprécient pas particulièrement s’atteler au repassage de leurs chemises. De la même manière, je l’ai choisie sans gorge ce qui aide un peu, mais aussi pour la simplifier esthétiquement. En ce qui concerne les coutures, on retrouve environ 8 points par centimetres, ce qui est tout à fait honorable pour le prix affiché de 52€.

Cela faisait longtemps que je souhaitais essayer le col club, c’est à dire très arrondi. La forme du col est très importante pour une chemise, c’est, avec les poignets, ce qui va faire l’essence du style de la chemise. J’ai longuement hésité avec un pin collar, à porter donc avec une épingle. Côté boutons, ils sont simples.

La forme du col est toujours délicate et doit bien s’associer avec la forme de votre visage. Comme j’ai un visage plutôt rond, j’avais peur que le col club ne soit pas adapté. Pour avoir la réponse, pas d’autre solution que d’essayer ! J’en suis finalement très satisfait et j’en reporterai certainement.

Un autre test qui s’est avéré très positif pour ma part en ce qui concerne les poignets : j’ai fait le choix de sélectionner des poignet mousquetaires simples, et arrondis pour que cela ne dénote pas du col. J’aime beaucoup porter des boutons de manchettes, mais souvent les poignets mousquetaires classiques (c’est à dire retournés) sont trop formels, leur épaisseur gênent un peu avec la montre et la manche de la veste, sont lourds pour l’été… Ici on a un excellent compromis avec l’opportunité de porter des boutons de manchettes, tout en restant léger et d’une forme arrondi et douce comme sur une chemise décontractée. Une vraie découverte pour moi, je pense adopter le mousquetaire simple définitivement, en essayant différentes formes.

 

Le costume en lin rayé

On passe sur la pièce principale, à savoir un costume en lin dotée d’un belle rayure pinstripe. Il s’agit d’un tissu limité nommé “Weston” à un tarif de 299€, plein de nuances et affichant une très belle texture propre au lin. Je possède déjà quelques veste légères pour l’été, mais il s’agit de mon premier costume complet pour l’été, dont nous allons rapidement faire le tour des finitions !

J’ai choisi comme tissu un beau lin rayée pinpoint, très léger (175g/m²). La couleur me fait penser à un beau denim, et la texture à du chambray. Comme il s’agit d’un 100% lin, il faut s’attendre à ce qu’il froisse, et l’accepter ainsi !

Pour la forme et la construction, j’ai pris un deux boutons droit, classique pour l’été. L’épaule est existante mais légère, avec une petite cigarette. La veste est semi-entoilé, et pour avoir vu le montage, je dois bien avouer qu’il est particulièrement propre par rapport à d’autre que j’ai pu voir.  J’ai choisi l’option sans doublure pour mettre en exergue les propriétés respirantes du lin pour l’été. La parementure américaine est donc de rigueur, ce qui est une option avec un surcoût de 25€, sachant que vous devez compter 12€ pour une doublure personnalisée. Vous pouvez tout de même choisir une doublure pour les ganses pour l’option que j’ai choisie, mon choix s’est porté sur un paisley vert.

Comme indiqué plus haut, j’ai choisi des revers “larges” grâce à la version avancée de la plateforme. Leur largeur est de 8,5 cm, ce qui est tout à fait convenable, mais je n’irai pas en dessous. La milanaise est cousue, ce qui est normal au vu de la gamme de prix. En ce qui concerne les boutonnières, il est possible de les avoir ouvertes avec 8€ de frais supplémentaires, mais j’ai choisi de les conserver factices car cela aurait facilité grandement le travail du retoucheur s’il y avait eu besoin de revoir la longueur des manches, ce qui n’a pas été le cas. Les boutons sont bleus avec de légères nuances et sont assortis au tissu automatiquement.

La pochette est droite et permet aisément d’y glisser la pochette que vous souhaiter. Pour les poches, j’ai choisi deux poches à rabat inclinées. Si c’était à refaire, j’aurai pris des poches plaquées ! Je vous explique ce point dans la partie conseil de style un peu plus bas. Enfin, dernière petite coquetterie de ma part, dans la catégorie “Extra” j’ai fais coudre mes initiales à l’intérieur de ma veste.

Enfin, pour ce qui concerne le pantalon, on a affaire à des passants, des poches italiennes, un revers de 4,5 cm parfaitement proportionné et un double pince peu prononcée qui peut être une manière de se lancer en douceur pour les plus frileux !

Conseils de style : maîtriser les rayures dans un costume estival twisté

Le délicat jeu de rayures

Pour cette tenue, je vais vous montrer comment associer les rayures. Les rayures sont un motif inévitable dans la garde-robe masculine, en compagnie des carreaux et des pois, mais les associations sont parfois difficiles !

Vous l’avez déjà deviné, les rayures sont présentes à la fois sur le costume et sur la chemise. Ici le secret pour combiner les rayures est de varier leur épaisseurs et les couleurs. La rayure du costume un pinpoint classique, très fine, tandis que sur la chemise, on a affaire à une rayure bleu plus épaisse, ce qui permet de porter les deux ensemble sans que cela ne soit trop difficile à regarder. Cela dit, je ne pense pas que je me risquerai à porter des chemise rayée avec ce costume, tant le chambray et le denim bleu clair sublime le tissu du costume !

Puisque l’on a déjà nos motifs sur le costume et la chemise, il est nécessaire de calmer le jeu sur la cravate, ce qui n’empêche pas de porter une couleur supplémentaire ! J’ai donc choisi une cravate toute simple dans un twill bordeaux vibrant. Pour la petite anecdote, je portais cette même cravate lorsque j’ai rencontré Valéry et Gustave pour la première fois pour un stage d’été, il y a deux ans maintenant.

Comment détourner le costume via la matière et les accessoires

A l’origine, lorsque j’ai sélectionné le tissu, mon souhait été de faire un costume très formel, avec une rayure classique, adapté pour la saison estival, et c’était là son objectif premier. Cela dit, en expérimentant le tissu, sa main, sa texture, sa réaction à la lumière, son aspect froissé, je l’ai trouvé moins formel qu’escompté et je n’ai pas pu m’empêcher de le détourner vers quelque chose d’un peu différent.

Pour cela, puisque qu’on a des passants pour une fois, autant faire la différence avec la ceinture ! Je porte donc une ceinture type western vintage, achetée en friperie. Une belle boucle filigranée et des inserts géométrique bordeaux qui rappellent mes chaussures, dont vous pouvez lire l’article ici. On déroge donc totalement à la règle consistant à assortir les métaux et les cuirs pour soutenir ce twist. Je porte également des boutons de manchette en passementerie, pour changer un peu de ceux que vous avez l’habitude de voir dans tous mes tests, et avoir quelque chose de plus estival supportant la teinte rouge présente dans ma tenue. La pochette blanche et marine soutient principalement le costume.

Cela dit, il y a beaucoup de choses à améliorer dans ma tenue, qui est une bonne base de travail à améliorer. Pour commencer, je reviens sur les poches, que j’aurai pu choisir plaquées pour accompagner ce style plus décontracté. Ensuite, même si la patine de mes souliers reprennent les incrustations de ma ceintures, la forme oxfords reste un poil trop formelle pour le but escompté. Finalement vient le sujet de la cravate. J’aurai pu simplement ne pas en porter, ou bien choisir une texture moins lisse comme une soie shantung par exemple. Aussi, je n’ai pas pu remettre le doigt sur ma vieille bague patinée avec un motif qui aurait bien supporté le concept, dommage !

Je referai des tests en ce sens, car j’avais été beaucoup inspiré par des photos avec des pantalons taille “Jazz”, dotés de passants situés plus bas, et portés avec ce genre de ceinture. Comme la plupart des sujets, le style est quelque chose qui se travaille et s’expérimente pour évoluer.

Avis sur l’offre et produits d’Hockerty

Pour conclure sur la marque Hockerty, je dois bien reconnaître l’intérêt de l’offre, et j’ai été assez impressionné par la précision de la mesure en ligne et de leur outil. En étant 100% honnête, les seuls soucis que j’ai eu au niveau de la coupe sont les conséquences des seules mesures que j’avais modifiées. Par exemple, ayant peur d’être trop serré au cou, j’avais agrandi le col de chemise d’un bon centimètre, qui était largement superflu.

Je dois aussi insister sur la construction, que j’ai trouvé vraiment compétitive dans cette gamme de prix restreinte. La visualisation des tissus est très bien pensée, et les spécifications claires, même si une gamme plus large serait appréciée ! Tout est fait pour que la personnalisation puisse être menée facilement et la prise en main est très intuitive. Cependant, certains outils essentiels ne sont pas forcément bien indiqués, je pense particulièrement au gros plan sur les tissus, et bien évidemment la version avancée de la personnalisation qu’il est nécessaire d’utiliser à mon avis.

Aussi, certaines options pourraient être laissées de côté, comme les boutonnières et col contrastés, la couleur personnalisée de l’intérieur de la poche poitrine (qui ne remplace pas une pochette), et les coudières. A contrario, certains choix qui pourraient être personnalisés ne le sont pas à l’heure actuelle, la couleur des boutons notamment. La personnalisation des vestes et très poussée, mais on est un peu en reste sur les pantalons où l’on aimerait voire la possibilité d’avoir des pattes de serrage ou même une taille haute. Enfin, le packaging sous sac est dommageable pour la présentation des produits, là où une housse avec un cintre aurait été préférable, surtout pour ce costume en lin qui a tendance à froisser ! Cela dit, les retouches offertes sont un énorme plus à mon avis dans l’offre d’Hockerty.

En dernier mot, Hockerty est une excellente entrée en matière dans le monde du costume et de la demi-mesure, l’outil proposé est un des plus poussé et facile à appréhender que j’ai pu voir à ce jour, et surtout à un prix extrêmement compétitif. J’ai hâte de voir plus d’options accessibles parmi celles susmentionnées, permettant des produits encore plus poussés en particulier sur les pantalons, qui feront d’Hockerty un acteur pertinent sur son secteur MTO comprenant une prise de mesures, sans altérations mais avec les retouches offertes.

arthur

Passionné du style heritage et de fripes depuis toujours, j'ai rejoins l'équipe de Jamais Vulgaire en 2018 où j'ai découvert le style sartorial. Farfouilleur en chef sur l'immensité de la toile, je vous fais découvrir des marques et des pépites issues de ces deux univers !

61 Partages
Partagez55
Tweetez
Enregistrer6