,

Pitti-Uomo 102: le compte-rendu

Comme tous les ans, nous nous sommes rendu au Pitti Uomo, le fameux salon de mode masculine de Florence.
Nous y étions deja allés l’année derniere, a la première édition de reprise post covid 19.
Malgré de tres belles rencontres, c’était tres calme, avec seulement des marques italiennes intéressées par le marché italien.

Ce Pitti Uomo 102 est une véritable rentrée, et ca se sent d’abord chez les marques qui ont pu recommencer a rencontrer des acheteurs de Grande Bretagne, des États-Unis et même d’Asie.
Ces marques la étaient bien plus nombreuses et variées et celles qui n’etaient pas présentes sur les stands gravitaient autour du Pitti Uomo, dans Florence.
Une grande partie de mes rencontres et découvertes se sont donc effectuées en dehors du Pitti, en ville la journée et lors des nombreuses soirées (qui font aussi de ce séjour un sacre marathon).

Ainsi, nous allons dans cet article vous parler a la fois des marques rencontrées au Pitti, des soirées qui y ont ete organisées ainsi que des rencontres plus informelles dans Florence.

Les soirées

Jour 0

The Sartorial Club

The Sartorial Club est un club privé lancé par Denise et Sara du compte @women_in_tailoring: comme son nom l’indique, il offre à ses membres passionnés de tailoring toute une série de partenariats et de réductions négociées avec des marques et artisans triés sur le volet. Il permet également aux passionnés de se rencontrer entre eux non seulement à l’occasion du Pitti Uomo, mais aussi lors d’autres évènements qui auront lieu à Londres, New-York ou encore Amsterdam.
C’était en tout cas une très belle soirée, ayant lieu sur un des plus beaux rooftops de Florence, le Angel Rooftop Bar, à deux pas du mythique café Ghilli’s: c’était également l’occasion en amont du salon de faire de nombreuses rencontres dans un cadre plus informel.

Le dress code en revanche ne l’était pas étant donné qu’il s’agissait d’une soirée Black Tie. Je portais pour l’occasion:
– mon smoking Fratelli Mocchia di Coggiola (test ici)
– mon noeud papillon et ma pochette Cinabre Paris
– une chemise col cassé à plastron The Nines
– des Opera Pumps Morjas

Je ne vous cache pas que le combo Opera Pumps / chaussettes en soie est un peu déstabilisant au départ, mais on s’y fait vite et c’est étonnamment confortable

Nous y avons notamment rencontré Vlad et Moritz, les deux associés de la maison de mesure Massora Sartoria dont les visuels nous avaient beaucoup inspirés sur les derniers mois et qui proposent une très belle confection italienne.

Enfin, nous avons pu y échanger aussi avec les Suisses Philippe (@philippe.tk) et Yohann (@unvoyagesartorial).

L’instagram de Philippe est une bonne source d’inspiration, surtout sur les associations costume/montres.

Jour 1

The Secrets of Craftmanship

Une soirée sortait du lot le premier jour: The Secrets of Craftmanship avec Alberto Voglio, le pantalonnier napolitain dont nous avions parlé dans cet article et la fameuse marque de cravates Viola Milano dont nous avons pu rencontrer le fondateur Tom.
Une bonne occasion pour ces deux maisons d’exposer leurs savoirs-faire avec de sacrées prouesses: voici quelques photos:

Alberto Voglio

Alberto Voglio, le pantalonier napolitain dont nous avions parlé dans cet article présente quelques-un de ses patronages typiques

On y trouvait aussi un rapide récapitulatif de cette maison centenaire:

Defustel

Nous nous sommes ensuite rendus à la soirée de lancement de la marque de Defustel Ndjoko: un expert du marché sartorial africain qui contrairement à ce que les clichés de la sapologie veulent nous faire croire est de plus en plus demandeur de pièces pointues, avec un vrai savoir-faire mais bien éloignés de la consommation ostentatoire qu’on pourrait s’imaginer.
Defustel nous fera le plaisir prochainement d’écrire un article invité sur le sujet.

Defustel propose de très belles pièces italiennes avec un sourcing soigné et qui s’adresse principalement aux pays d’Afrique, dans lesquels ce genre d’offre est encore rarissime.

Jour 2

Deux soirées principales alimentaient toutes les conversations: la soirée du magazine Plaza Uomo (la plus grosse soirée du Pitti Uomo depuis quelques années) et la soirée WM Brown.
De notre côté, nous sommes restés tranquillement avec des amis tailleurs à la soirée du drappier Huddersfield.

Alexander Kraft

Il s’agit d’une autre soirée incontournable du Pitti Uomo organisée par Alexander Kraft, dandy monégasque et propriétaire et gérant de la branche immobilier de luxe Sotheby’s, à l’occasion de la présentation de sa deuxième collection qu’on croirait tout droit sortie de The Great Gastby et qui s’appuie sur des tenues Ivy League qui fonctionnent bien (en particulier sa superposition fétiche: chemise, gilet et blazer).

On apprécie en tout cas des soirées informelles plutôt bon enfant où il est très facile de discuter et dans des lieux toujours bien choisis (ici le cinéma Odeon). Nous avons ainsi rencontré notamment Steve Calder de chez Informale:

Ainsi que @menswearmusing et @simonberg1977 (de chez Gotrich):

Et aussi le fameux Joseph Ignatious, dont les tenues simples mais impeccables se démarquent par les fameuses chaussures rouges

Les rencontres

Dans cette rubrique, voici les rencontres que j’ai effectuées hors-salon et soirées autour d’un café/Spritz après quelques messages échangés sur Instagram.

Maison Hellard

On ne compte plus le nombre de marques qui se lancent chaque jour (et surtout de marques 100% Internet), en revanche. C’est très rare de voir un nouveau drapier se lancer et c’est pourtant ce qu’a fait Nathan en créant Maison Hellard en 2021: une maison spécialisé dans le lin français, tissé ensuite en Italie.
On retrouve une très belle collection de lins, dont des lins plutôt lourds, avec un bon tombé et qui se porteront bien en mi-saison.

C’est une initiative que je préfère largement voir qu’un énième tailleur qui fabrique au Portugal/ en Roumanie (sauf s’il est très créatif).

Suitreview

Suitreview est le site encore trop peu connu de Kirwin, un New-Yorkais expatrié à Rotterdam spécialisé dans le déstockage de costumes Suitsupply: vous pourrez donc retrouver une sélection à des prix intéressants, d’autant plus que les outlets Suitsupply sont à présent extrêmement rares.

D’Avenza

La maison italienne d’Avenza (avec qui nous avions collaboré l’hiver dernier) recevait également ses clients dans la suite d’un grand hôtel Florentin pour présenter les gabarits de sa ligne Numéro 6 entièrement faite main dans l’atelier de Carrare.


Les gabarits sont impressionnants, en particulier au niveau des épaules qui n’ont pas un pli grâce à un décalage de 2cm à l’avant qui tient davantage compte des épaules en avant.
Voici le rendu sur Jonathan Clay: gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un gabarit et non pas d’une veste faite à ses mesures.

Les marques

Il y avait probablement deux fois plus de marques que l’année dernière. Voici celles que j’ai appréciées: la description est à chaque fois très courte afin que l’article reste digeste (moi qui aime les analyses de fond, ça me fait bizzare mais l’article aurait sinon été publié dans 3 ans). En revanche, nous n’avons pas lésiné sur les photos.

Chapal

Nous avions déjà parlé de cette maison il y a quelques semaines dans un article complet avec une vidéo de 10 minutes en immersion dans l’usine de la Creuse: voici une rapide présentation de son offre pour le Pitti 2022, avec des cuirs aux tonalités bien choisies.

JohnstonS of Elgins

Johnstons of Elgins fait son grand retour au Pitti Uomo cette année pour fêter les 225 ans de la marque et présente sa collection de mailles d’été (n’oubliez pas que le cachemire est un exceptionnel thermorégulateur).

Derrière cette marque se cache le plus gros fabricant de cachemire écossais sur lequel nous avions fait un article et une vidéo complète en immersion à Elgin.

Nobis

Logiquement hivernale, la marque de parkas et doudounes Nobis a également fait son retour au Pitti en présentant de beaux layerings de mi-saisons, pas forcément adaptés à la France mais plutôt au Canada, son pays d’origine. Voici notre dernier article sur la marque.

Bernard Zins

J’étais content de retrouver les modèles de l’ingénieur pantalonnier que nous n’avions pas testé depuis un moment (vous pouvez relire cet article d’Athithane de 2016): au-delà des très belles coupes deux pinces, c’est le travail sur les motifs et les mélanges d’influences qui m’ont beaucoup parlé ici.
C’est particulièrement appréciable sur des tissus d’été, bien lourds et avec un joli tombé.

Mullard

Je ne connaissais pas cette maison qui propose des soins du cuir réalisés dans la région parisienne, avec un soin particulier apporté au packaging. Je pense en particulier à ce coffret de soins inspiré de celui que recevaient les soldats de la Première Guerre Mondiale.

J’espère pouvoir bientôt vous en reparler car il y a beaucoup à dire sur le savoir-faire des cires et autres soins haut-de-gamme.

Kalflo

Une toute nouvelle marque française dont les souliers italiens au cousu Blake se distinguent par des mélanges de matière bien pensés.

Walker Slater

S’il y avait une marque de prêt-à-porter qui incarne le Summer Tweed, ça serait très certainement Walker Slater et ses trois pièces en tweed d’été léger, texturé et avec un beau tombé.

Berwich

Des ceinturages travaillées et des matières originales, par contre je n’ai pas trop de visibilité sur les coupes. Si les marques de culottiers italiens sont nombreuses, celle-ci se démarque bien par ses motifs originaux.
Il s’agit aussi d’une des rares marques italiennes à avoir son propre e-commerce.

Paolo Scafora

Un bottier emblématique dont les trunk shows ont souvent lieu à l’Officine Paris: pratiquement tout est fait main en Italie et on reconnaît facilement les paires à leur cousu norvégien (rarissime pour une fabrication italienne) et leur semelle extérieure gravée.


La maison propose à présent une toute nouvelle gamme ultra souple:

Sartorio

Une maison confidentielle appartenant à Kiton et qui propose des costumes avec une épaule d’une souplesse étonnante et de détails faits main très rares sur du prêt-à-porter. Nous en parlerons plus en détails dans l’article à venir sur la boutique parisienne By Willman.

Wolf1834

La maison légendaire de boîtes de luxe et remontoirs pour montres avec ici quelques créations intéressantes en termes de motifs et des nouveaux coloris.

Pour rappel, il s’agit des seuls remontoirs du marché capables de compter les tours par jour: nous avions effectué un test ici.

Barbarulo Napoli

Il s’agit de la fameuse maison de passementerie de luxe chez laquelle on trouve un large choix de boutons de manchettes.

Même si je ne porte jamais de boutons de manchettes, il est difficile de ne pas apprécier la finesse du travail réalisé.

Grenfell

Une des fameuses maisons britanniques d’outerwear qui dispose de son atelier et propose des pièces de caractère.

Coup de coeur pour le trench du dessus, mais aussi les arrondis du col montant ci-dessous et cette jolie nuance de terracotta.

New and Lingwood

Je connaissais cette maison de nom mais cela fait toujours quelque chose de voir pour de vrai son loungewear de luxe, utilisé aussi bien pour du casual que pour un registre Black Tie.

Au-delà de cette offre luxueuse, j’ai surtout été impressionné par ces layerings improbables mais qui fonctionnent étrangement bien.

Rifugio

Rifugio est très caractéristique de l’identité italienne sur les blousons en cuir: ils sont très souple, avec peu de structure et on les trouve surtout en nubuck. Le rendu est tellement fin et soigné que la marque propose même des blazers avec cette construction.

Bigi Milano

Un cravatier milanais qui fabrique ses pièces directement dans le centre ville de Milan et nous a présenté un très bel éventail de motifs.

De Bonne Facture

Comme toujours, la marque nous propose de très belles pièces. J’ai surtout remarqué le cardigan col châle jaune estival, probablement en mélange de lin, et le pull col rond mauve texturé.

Valstar Milano

Une autre maison d’outerwear italienne connue pour ses déclinaisons de blouson militaires dans des cuirs doux et souples, mais aussi dans des toiles de coton aux motifs originaux.

PassotTi

Probablement parmi les plus beaux parapluies du monde, il n’y a qu’à examiner la finesse des poignets pour s’en rendre compte (aussi extravagants soient-ils).
On apprécie au-delà de ça la robustesse des parapluies et le polyamide italien de grande qualité avec cette fois des motifs colorés et d’un goût plus sûr.

Valery
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires