Test & Avis l’Officine Paris : une offre mesure 100% napolitaine bien pricée

Vous l’avez remarqué depuis le temps: notre principal challenge quand on test un tailleur n’est pas forcément de répondre à la question “Pourquoi lui et pas un autre ? “, mais plutôt “Dans quel cas lui et pas un autre ? “

Il est d’autant plus facile d’y répondre lorsque ce même tailleur a un atelier différent des autres, et surtout un style très identifiable.

Et c’est pour nous la panacée lorsque ce tailleur propose à côté de ses costumes une sélection complète et surtout originale de chemises et d’accessoires, en parfaite cohérente avec le savoir-faire de son produit.



Avis sur la boutique de l’Officine Paris : un vestiaire masculin complet provenant de toute l’Italie

Gustave vous en avait déjà bien parlé l’année dernière: l’Officine Paris a une sélection non seulement qualitative, mais propose aussi des produits qu’il est compliqué, voire impossible de trouver ailleurs en France.  C’est le cas d’ailleurs pour bon nombre de marques italiennes, dont l’e-commerce n’est pas le fort et qui se content bien souvent d’un site vitrine réalisé en 2010.

On obtient avec une telle curation un vrai cabinet de curiosités dans lequel même des professionnels du secteurs peuvent faire de belles découvertes.

Seul regret: l’offre n’est pas visible entièrement sur le site. Il faudra donc soit se rendre en boutique, soit naviguer sur le compte Instagram de l’Officine Paris  pour en avoir un aperçu global.

Mais avant cela, petit retour sur le parcours de Victor, qui n’a pas fondé cette boutique en 2016 par hasard.

Victor Pandraud, le fondateur de l’Officine Paris

Avant de créer l’Officine Paris, Victor fait ses armes avenue George V chez Basile 14 qui devient la Grande Boutique: deux enseignes avec non seulement une belle proposition stylistique mais aussi un sens aigüe du service client.

Ce sens aigüe du service se matérialise notamment à travers l’Officinette, le triporteur Piaggio que Victor utilise pour livrer lui-même ses clients et que vous pourrez à l’occasion croiser à Paris.

Une boutique agréable qui peut vous habiller de la tête aux pieds

Entre les chemises Avino Laboratorio Napoletano et les pochettes et mouchoirs Calabrese, on est servis.

L’univers n’est pas seulement sartorial mais peut être aussi plus décontracté avec notamment les blousons en cuir faits main Rifugio Napoli: l’artisan Alfredo Rifugio a plus de 50 ans d’expérience dans le travail du cuir, et a notamment habillé Jean Paul II.

De même, on retrouve également les maillots de bain italien de chez Fedeli, dont les motifs sont particulièrement intéressants.

La pièce casual la plus représentée est évidemment le jean très haut de gamme vénitien de chez Sartoria Tramarossa (on vous en avait un peu parlé l’année dernière) avec de multiples possibilités de personnalisation, des effets lavés qui peuvent aller jusqu’à simuler un délavage de 3 ans.

Les accessoires ne sont pas en reste avec des bretelles Albert Thurston, les pochettes Simonnot Godard, mais aussi les boutonnières de revers de chez Barbarulo Napoli (qui sera comme vous vous en doutez à réserver davantage aux puristes).

L’Officine Paris développe enfin sa propre gamme de maroquinerie, avec notamment un baise-en-ville et des portes-carte en alligator (aux coloris particulièrement travaillés).

Des marques italiennes de niches et l’accueil de Trunkshow réguliers

Si beaucoup sont confidentielles, les marques retenues présentent le même niveau de savoir-faire que les costumes et une patte italienne caractéristique.
A titre d’exemple, les chemises Avino Laboratorio Napoletano proposent des boutons cousus Zampa di Gallina, permettent si on le souhaite des épaules et poignets froncés et des cols souples très italiens.

On revient là-dessus plus en détails dans le test de la chemise plus bas 🙂

Enfin, l’Officine Paris est également un lieu de rendez-vous des puristes avec des trunks shows qui mettent en avant des offres très confidentielles, et aux tarifs très bien placés au vu de la confection.

C’était par exemple le cas de Fregi Pantaloni, un pantalonnier napolitain talentueux qui travaille avec les plus grandes maisons de Naples.

On aurait pu croire à une offre élitiste full bespoke et ce n’est pas le cas: le Trunk Show devait prévoir du prêt à porter (350€) , du MTM et du bespoke (qui demande plus de 20H de travail).

Ce dernier évènement était en Mars et a malheureusement dû être annulé (forcément), croisons les doigts pour que la situation s’améliore et qu’on puisse assister à de prochains Trunk Shows de ce genre.

Les fameuses vestes italiennes Lardini (qu’on reconnaît facilement à leur boutonnière) étaient également disponibles pour une collection capsule.

Test de la tenue sur mesure entière faite à Naples

Nous avions déjà testé cette confection italienne à travers un test d’une veste sport l’Officine Paris: nous avions beaucoup apprécié cette veste de l’atelier romain de Victor.
Cette fois-ci, nous avons voulu tester un costume formel, réalisé par l’atelier napolitain de Victor

Les finitions de la veste de costume sur mesure

  • Le tissu :

Nous avions testé l’année dernière un tissu laine/lin/soie de la gamme Summertime de chez Loro Piana et en étions très satisfait.

C’est un tissu de la gamme Proposte Abiti que Gustave a choisit ici: il s’agit du même type de mélange (71% laine, 15% soie, 14% lin et seulement 250g/m) mais avec un tissu à rayures plus formel. On distingue tout de même bien la texture que permet ce mélange de matières, avec différentes variations de bleu et un effet moucheté discret.

Le tissu est extrêmement léger, confortable et fluide par rapport à une laine classique, tout en assurant un tombé impeccable.

Gardez cependant en tête que ce type de tissu est fragile.

Bref, c’est un bon tissu si vous cherchez un costume de bureau affirmé, et qui conviendra aussi pour une tenue plus sartoriale.

  • La coupe :

C’est le gros point fort de l’offre: elle est bien réussie, en particulier aux épaules et ce malgré l’absence de padding.

Le tissu étant déjà assez affirmé, Gustave a opté pour une coupe deux boutons et demi (qu’on appelle aussi faux trois boutons): un patronage qui semblera commun pour les non-initiés et que les puristes apprécieront.

  • L’entoilage intégrale :

L’atelier de l’Officine Paris ne propose que des entoilages complets: pas de thermocollants ni de semi-entoilés. Il s’agit d’un entoilage souple, mais qui permet un beau tombé.

  • L’épaule naturelle :

C’est toujours plus technique d’obtenir une belle ligne d’épaule sans padding. Ici, le résultat est très réussit: on a le même tombé qu’une épaule structuré mais avec une épaule napolitaine (donc sans padding ni cigarette). On remarque également de légères fronces caractéristiques du style napolitain.

  • Le revers :

Le faux trois bouton/ deux boutons et demi contribue pour moi à donner un très beau roulé de revers.

Dans une logique d’équilibre, Gustave a opté pour de simples revers à crans de 9cm (on ne trouve rien à moins de 9cm chez l’Officine Paris). Des revers à pointes auraient probablement été un poil too much avec un tel tissu.

  • La milanaise main :

Elle est faite main à Naples et est prévue pour accueillir facilement une boutonnière grâce à une patte bien pensée sur l’envers (appelée travetto).

  • Les poches plaquées :

Pour compenser le côté formel des rayures, et donner un côté sprezzatura à l’ensemble, il était logique de choisir des poches plaquées. Ici, elles sont incurvées (donc à barchetta).

Détail bien pratique: on trouve à l’intérieur de la poche droite une poche ticket, elle aussi barchetta. Elles sont renforcées de points d’arrêt (travetti) eux aussi faits main.

  • La poche poitrine barchetta :

La fameuse forme incurvée des poches poitrine de costume, ici un peu plus prononcée que dans la demi-mesure classique. Il y a ici (sur la droite) une double surpiqûre typique des vestes napolitaines appelée Doppia imputura.

  • La doublure semi doublée :

Il s’agit d’un costume d’été confectionné à partir d’un mélange laine/lin/soie bien respirant: on choisit donc logiquement une structure semi-doublée avec une doublure sobre bleu marine en viscose.

Vous l’avez compris, un sacré travail a été réalisé sur la veste. Le pantalon n’est pas non plus en reste.

Les finitions du pantalon de costume sur mesure

  • La coupe :

Il s’agit d’une taille mi-haute assez classique, légèrement affinée.
L’ouverture à la cheville est de 18cm et permet de bien mettre en valeur les chaussures.
On a ici une fermeture décalée en deux sous pattes, complétée par des ajusteurs latéraux: il s’agit d’un type de pantalon habillé plutôt sobre en termes de coupe mais dont la ceinture est très travaillée.

  • La ceinture intérieure:  Elle est complètement entoilée, comme un costume, avec une toile en crin de cheval. Pour un maintien optimal et une meilleure durabilité.

  • La sous-ventrière: il s’agit d’une patte intérieure qui se trouve sur l’avant-gauche du pantalon et qui s’accroche sur deux boutons de l’autre côté. Il donne un effet gainant et équilibre le boutonnage sur l’avant..
    Détail bien pensé: cette sous-ventrière comporte une poche cachée, permettant d’y cacher un petit objet.

  • Les poches incurvée : Tout comme les poches plates et la poche poitrine, elle est également légèrement incurvée.
  • Les pattes de serrage A pistola : Si l’on regarde bien, la forme de la patte est plutôt originale: elle recouvre en fait à la fois la ceinture et le haut du pantalon et permet une meilleure répartition de la tension.
    Evidemment, elle est plus technique et coûteuse à réaliser qu’une patte classique: ce type de patte de serrage est appelé “a pistola” (du fait de la forme de pistolet).

    • Une pince: La coupe étant assez classique, une seule pince suffit à apporter le volume nécessaire sur ce type de pantalon (les pinces doubles se retrouvent plutôt sur les gurkhas, là où il y a plus de volume).
    • Le pli central : Inutile de développer là dessus, c’est ce qu’on retrouve comme vous le savez sur tout bon pantalon habillé
    • Le revers pantalon : Avec un style sartorial marqué et une grande taille, Gustave a opté pour un revers 5 cm.

Les finitions de la chemise Avino

Le 100% fait main fait exploser les prix, et rentre dans un niveau de détails qui ne va intéresser que les puristes. En revanche, faire certaines opérations à la main permet un sacré gain de confort, de durabilité et de finesse.

Les chemises Avino Laboratorio Napoletano sont piles dans cette idée de compromis avec 8 opérations faites à la main: par soucis de simplicité, on ne vous évoquera ici que celles qui apportent un confort supplémentaire bien tangible.
Ces opérations à la main permettent aussi d’éviter toute surépaisseur.

  • Le tissu : Il s’agit ici d’un mix coton et lin pour obtenir un résultat respirant mais avec un tombé adapté à un port formel. Dans le cas présent, le touché est un peu sec, ce qui peut ne pas convenir aux peaux les plus sensibles (mais qui trouveront également leur bonheur chez Avino dans des tissus plus classiques).
  • La coupe : La coupe est particulièrement confortable car l’emmanchure de la chemise est non seulement décalée mais en plus cousue à la main, pour un rendu beaucoup plus souple au porté. Elle est aussi plutôt haute ce qui permet une belle liberté de mouvements.
  • Le col :  Si le col est réalisé à la machine, il est ensuite monté à la main sur la chemise. Il s’agit d’un col italien classique légèrement évasé qui va pouvoir accueillir la plupart des noeuds de cravate. Sa souplesse permet par ailleurs de le porter facilement sans cravate.
    La gorge est légèrement plus haute que la normale, ce qui permet un port beaucoup plus confortable de la cravate (et d’éviter un noeud trop proéminent). On le voit bien ici:La variété et la souplesse des cols sont parmi les points forts d’Avino:
  • L’épaule naturelle : Comme toute chemise napolitaine qui se respecte, elle est légèrement froncée.  On note aussi la couture anglaise rabattue pour lier l’épaule à la manche, d’une finesse ici assez rare.


  • Les coutures faites main: il s’agit de coutures à 11 pts/cm pour garantir des coutures les plus fines possibles.
  • Les poignets : Les fronces au poignet ont non seulement un bel intérêt esthétique, en particulier en termes de volumes, mais elles permettent surtout une transition harmonieuse avec le poignet en affinant progressivement la manche.
    Evidemment, on ne peut pas non plus rater ici la finesse des coutures.
  • Boutons cousus Zampa di Gallina et boutonnières faites main : Les boutons sont cousus Zampa di Gallina. Ici, même si les boutons sont beiges, ils sont bel et bien en nacre australienne. Le coloris beige permet un rendu plus polyvalent et moins formel.
    On remarque en tout cas ici la qualité de la boutonnière faite main.

 

Conclusion sur la chemise Avino Laboratorio Napoletano

Afin de garder cet article concis et un minimum lisible, nous avons préféré vous faire juste un bref aperçu des finitions hors du commun de cette chemise. Il y aurait encore beaucoup à dire sur une multitude d’autres détails représentatifs d’un savoir-faire chemisier poussé (hirondelle, gorge cousue main etc).

On est en tout cas sur un excellent rapport qualité/prix pour une confection napolitaine, avec ce niveau de détails fait main, pour un prix ici de 330€.

Conseils de style : Bien porter un costume d’été très formel

    • Un tissu technique estival tu essayeras :

Il s’agit ici d’un mélange laine/lin/soie qui permet à la fois d’avoir un tissu respirant, mais aussi une texture de caractère.

L’été est pour moi une saison beaucoup plus exigeante et limitante sur les matières car les superpositions ne sont pas vraiment possibles: à vous donc d’insérer de la texture pour ne pas avoir une tenue trop lisse qui manquerait de consistance.
C’est aussi dans cet esprit qu’intervient la chemise en coton et lin dont le tissage fait bien écho au tissu du costume (une popeline de coton classique aurait parut légèrement trop lisse).

Gustave porte ici le costume avec une pochette Simmonot Godard en coton et lin: dans cette version blanche avec un liseré bleu clair, il s’agit d’une des pochettes les plus légères qu’on puisse porter.

    • Avec une paire de souliers formelle tu accompagneras :

Avec ce type de rayures, on prend beaucoup moins de risques en jouant à fond la carte du formel, ici avec les double boucle marrons Malfroid.

Canicule oblige, vous pourrez avec la hausse des températures envisager des souliers au porté plus léger comme des mocassins en nubuck marrons, que ça soit des pennys loafers ou des mocassins à pampilles (on vous explique la différence ici).
Je ne vous suggère pas de faire plus décontracté, ni de vous essayer au port sans chaussettes (ça peut passer, mais ce n’est jamais facile de bien détourner des rayures dans une tenue casual).

    • Attention à la surcharge des motifs tu feras :

Gustave équilibre ici bien la tenue en atténuant les motifs du costume et de la cravate grâce à la chemise bleu ciel Avino: son rôle est d’être la transition entre le costume et la cravate (même si elle arrive à tirer un peu son épingle du jeu à travers une texture discrète).

Notre avis final sur le test de la tenue sur mesure de la boutique l’Officine Paris

Difficile de livrer une conclusion concise tant il y a de choses à dire sur l’Officine Paris , et tant chaque pièce raconte une histoire riche en terme d’héritage et de savoir-faire.

On va donc se concentrer sur l’offre de costumes et de chemises:
– les costumes: à partir de 2000€, vous avez accès à la majorité de l’offre sur l’atelier napolitain (à la différence de 1390€ pour l’atelier romain). Ce qui est très très correct pour une fabrication napolitaine avec montage traditionnel. Il s’agit en tout cas d’un sans-fautes technique sur les finition et la coupe. L’épaule en particulier est remarquable: on a le tombé d’une épaule structurée  mais avec la légèreté et le confort d’une épaule napolitaine, sans padding ni cigarette.

Nous n’avons pour l’instant pu essayer les costumes que sur la morphologie de Gustave, mais plusieurs utilisateurs de De Pied en Cap encensent l’Officine Paris pour des patrons de départ bien conçus, qui s’adaptent facilement même à des morphologies qui rencontrent traditionnellement des difficultés en demi-mesure. Si vous êtes dans ce cas, ça peut être une bonne raison supplémentaire d’y jeter un coup d’oeil.

-les chemises: à partir de 300€, on accède à des chemises haut-de-gamme dont le montage main réalisé à Naples apporte une vraie différence en terme de confort, et qui apportera également son lot de finitions de puristes

Bref, il s’agit d’une vraie belle adresse pour un costume italien bien pricé, avec un entoilé complet qualitatif et une belle variété de patronages. 

A retrouver au 71 Avenue Marceau, dans le 16è arrondissement de Paris. 

Laisser un commentaire

49 Partages
Partagez35
Tweetez
Enregistrer14