Skindiver « Worldtimer », l’iconique et énigmatique tool-watch de Neil Armstrong

Quand on parle de montres icôniques, on peut penser spontanément à la Submariner de Rolex, la Speedmaster d’Omega, ou encore la Reverso de Jaeger-Lecoultre.
Mais, comme vous vous en doutez, le répertoire des montres qui ont marqué l’histoire est bien plus large. Et certaines de ces montres ne sont connues que des passionnés d’horlogerie.
Et c’est justement le cas de la montre-outil « Skindiver » de Wolbrook, un horloger dont les montres s’inscrivent en filigrane de la conquête spatiale (et qui m’ont également fait changer d’avis sur les plongeuses portées avec un costume) .

Pour cet article, Wolbrook nous a prêté trois modèles : un modèle vintage Skindiver de 1960 (au milieu) et deux prototypes de Skindiver WT Automatic de 2020.

I WOLBROOK : UNE MARQUE AMERICAINE TRES FRANCAISE

1 Des origines françaises à Neil Armstrong

Wolbrook et sa compagnie sœur Douglas sont fondées en 1949 et mettent en avant l’étanchéité de leurs montres de manière très parlante : elles étaient à l’époque vendues dans des containers remplis d’eau.

Fait étonnant, la marque américaine d’origine assemblait ses montres et notamment la fameuse Skindiver en France, à Besançon.
Comme beaucoup d’horloger Wolbrook disparait dans les tumultes de la crise du quartz des années 1970…

La Skindiver WT Automatic dans sa version la plus proche de la Skindiver « Worldtimer » de 1960

La belle endormie se réveille aujourd’hui sous la direction de Maximilien et son équipe, un collectionneur assidu de montres vintage depuis près de 10 ans, avec 8 ans d’expérience en horlogerie.
L’idée est de faire revivre Wolbrook et de proposer des « montres-outil » de bonnes factures assemblées en France, comme à l’origine. L’horloger renait de ses cendres avec l’iconique Skindiver « Worldtimer » déclinée en 3 modèles :

Skindiver WT Mecaquartz – équipé d’un mouvement mecaquartz Seiko
Skindiver WT Professional – pourvue d’un mouvement automatique Miyota et d’un verre Hesalite / plexiglas (comme la Speedmaster Professional)
Skindiver WT Automatic – embarquant d’un mouvement automatique Miyota et d’un cristal de saphir double-dômes.

Les différents modèles de Skindiver par Wolbrook

Pour rappel, nous allons tester la réinterprétation avec la Skindiver WT Automatic : la AA11-05 avec un bezel aluminium bleu et la AA11-08 avec un bezel aluminium noir et PVD or rose.
Mais quel est le lien entre Neil Armstrong et la Skindiver « Worldtimer » ? Neil a porté et possédé cette tool-watch sous la marque Douglas (nous reviendrons sur ce point plus loin) dans les années 1960 ; fait révélé et certifié par son frère lors d’une vente aux enchères en 2019. (Source : Heritage Auction)

Il faut noter que faute de photos ou vidéos de Neil en action avec sa Skindiver, la participation de celle-ci à l’aventure spatiale peut faire débat chez les passionnés.

Il faut noter que faute de photos ou vidéos de Neil en action avec sa Skindiver, la participation de celle-ci à l’aventure spatiale peut faire débat chez les passionnés.
S’il n’est pas allé sur la Lune avec, il est en revanche très probable qu’il l’ait porté bien avant lors de ces débuts en tant que pilote d’essai et d’ingénieur de la NASA. La Skindiver “Worldtimer” de 1960 était une montre-instrument solide, étanche et extrêmement lisible avec des aiguilles et indexes luminescents, une large aiguille des secondes rouge, des aiguilles des heures et minutes différentiables et lisibles, une lunette avec des fuseaux horaires additionnels, le temps écoulé et l’heure sur 24h. Le type de montre-outil que choisirait, rappelez-vous, un « ingénieur et pilote d’essai de la NASA ».

 

Une montre-outils à mi-chemin entre plongeuse et montre de pilote

Il faut également se remettre dans le contexte de cette époque, pour les pilotes d’essai et ingénieurs, tout comme tout un chacun, connaitre l’heure exacte était un élément crucial bien moins évident et accessible qu’aujourd’hui. Les montres étaient de véritables outils indispensables et même vitaux.
Il n’est donc pas surprenant et même évident que Neil, à l’instar de ces collègues pilotes et astronautes, est possédé d’autres montres « de secours » en sus de ses montres de dotation officielle comme la Speedmaster.
A ce sujet, Maximilien de chez Wolbrook est très honnête : « Les multiples signes d’usure sur la tool-watch de Neil et un bracelet de remplacement aux « specs » militaire à la place de celui d’origine tendent à témoigner qu’elle a participé pleinement à certaines aventures de son illustre propriétaire. Lors de quel vol ? Sur lequel du millier d’avions d’essai et de série que Neil a piloté ? Nous nous ne faisons aucune affirmation et c’est peut-être aussi ce mystère qui fait son charme… »
La reproduction ou plutôt la version moderne de la Skindiver proposée par Wolbrook est esthétiquement très proche (excepté évidemment pour ce qui est du diamètre qui était de 36mm), mais les spécifications ont largement été mise à jour et revue à la hausse comme nous le verrons plus loin.

Wolbrook, oui. Mais qui est Douglas ?

On pourrait s’y perdre facilement : Wolbrook est la marque mère et Douglas la marque fille. Dans les années 60, il était courant que des marques s’associent ainsi et partage boîtier, mouvement et autres composants. Par exemple, les montres Tudor ont longtemps été équipé du fameux boitier Oyster de la marque à la couronne.

 

Les « sœurs » Skindiver « Worldtimer » vintage Douglas et Wolbrook côté à côte

Fort de cet héritage, le retour de Wolbrook inclue également une ligne de modèles marqués Douglas qui proposera les montres à usage professionnel comme la Skindiver WT Pro avec :
– Un verre Hesalite
– Un design plus sobre et fidèle à l’originale
– Une plaque pilote (pièce de cuir entre le poignet et la montre) vendue par défaut. La plaque “pilote”, également appelée plaque Américaine fut développée pour les pilotes, cette pièce de cuir isole la montre du poignet la préservant ainsi de la sueur. Et inversement lors de cas extrêmes, elle protège le poignet de brulures par le feu ou le froid.

La Fabrication : un retour aux sources ainsi que des choix cohérents et assumés

L’assemblage des montres et la régulation des mouvements automatiques sont réalisés du côté de Besançon, le berceau de l’horlogerie française. Et sans détour et en toute franchise, les montres sont marquées « ASSEMBLED IN FRANCE » bien que l’assemblage en France aurait pu permettre d’afficher « MADE IN FRANCE ».

Maximilien précise : « Assembler nos montres en France étaient une évidence, cela fait partie de l’histoire de la marque. L’horlogerie française renait doucement et nous voulons la soutenir. Si la partie assemblage est mature, l’accès aux composants n’est pas encore une évidence.»

Le fond de boite et ses marquages

Le développement des montres est fait en interne et les composants sourcés directement. Les cuirs sont italiens à tannage végétal, les mouvements japonais (Seiko et Citizen), la matière luminescente – Super-LumiNova – est Suisse et « l’habillage » (boitier, cadran et aiguilles) comme celui de la plupart des montres (Swiss Made inclus) sous la barre des 2000€ (et bien plus parfois) et autres iPhones, provient en direct de fournisseurs réputés de Shenzhen en Chine du sud.

L’horloger ajoute : « Développer un boitier équipé d’un Hesalite double-dômes et une loupe cyclope interne le tout étanche à 100m aurait été très compliqué en France, voire même en Suisse car ces techniques ont été perdue aux profits du verre minéral meilleur marché ou du saphir qui a des propriétés techniques différentes. »

II LA SKINDIVER WORLDTIMER

Une tool-watch hybride entre plongeuse et montre de pilote

S’il s’agit par définition d’une plongeuse, beaucoup de détails sont caractéristiques d’une utilisation en surface ou dans un cockpit : la loupe cyclope au-dessus du guichet de la date, un disque de date façon « roulette » (voir plus loin dans la section mouvement), les différents fuseaux horaires (lui valant son surnom de « Worldtimer ») et l’affichage sur 24H.
Également, sur la Skindiver « Worldtimer » c’est l’aiguille des heures qui est en forme de flèche pour avoir une lecture des heures et des fuseaux horaires plus aisée. Inversement sur une plongeuse, traditionnellement c’est l’aiguille des minutes qui suit cette forme. En effet, pour chronométrer la durée d’une plongée, le focus est plus sur la lecture des minutes écoulés que sur les heures.

Qu’est ce qu’une Skindiver ?

Vous connaissez bien les plongeuses, Romain vous en a parlé dans son guide ultime sur le sujet: on pense notamment à la Rolex Submariner ou à la Omega Seamaster.

Il s’agit de montres au départ utilitaires, réservées comme leur nom l’indique à la plongée (et qui donc ne s’intègrent pas forcément bien dans un registre formel).

Une Skindiver est un type de plongeuse à mi-chemin entre la montre de sport et professionnelle : elles sont plus petites, beaucoup plus fines et ont une esthétique plus subtile et habillée. Elles sont en revanche légèrement moins étanches. En revanche leur étanchéité moindre que les plongeuses pros, les destines plus aux plongées récréatives et occasionnelles entre -5 et -20 mètres.

Une publicité dans Esquire de 1974 : ces 19 dollars de l’époque représentent entre 350 et 450 dollars en 2020

Les origines sont plutôt intéressantes : les vraies plongeuses développées par des mastodontes comme Rolex et Blancpain coûtaient une fortune à concevoir en R&D.

Mais le style est devenu tellement populaire dans les années 50 / 60 qu’il fallait absolument pour les horlogers de l’époque avoir une plongeuse : elles se tournaient alors vers des fabricants de boîtier (Erwin Piquerez, Squale, Monnin) dont les modèles les plus abordables étaient alors les skindiver.

Elles se reconnaissent assez facilement, par :
– un boîtier plus fin et courbé
– des cornes carrées
– un verre en acrylique bombé
– une mince lunette tournante
– une étanchéité modeste comprise entre 100 et 200m
Bref, un bon compromis pour une montre fonctionnelle (hormis usage professionnel) et adapté à un port entre la ville et l’océan.

La Skindiver WT Automatic en détails

Nous avons pu tester deux prototypes de modèles Skindiver WT Automatique. Les modèles de séries auront de léger changement et améliorations.

Boîtier: en acier inoxydable, il est très sobre et caractéristique d’une tool-watch : fait pour durer. On a simplement une finition brossée discrète : horizontale sur les côtés et circulaire sur le dessus. L’étanchéité de 10 ATM / 100m est suffisante pour les sports nautiques et les plongées occasionnelles à dessus de -20m. La couronne est de type push-down avec doubles joints toriques (non vissé donc).
Le changement de bracelet est aisé grâce aux cornes percées et l’entre-cornes est de 20mm.

Dimensions: elle est plutôt fine pour une tool-watch : 13mm, avec un verre bombé. C’est une des rares montres de ce genre qui pourrait se porter avec un costume sans détonner. Avec ses 40mm de diamètre, elle est en revanche plus imposante que l’originale des années 1960.

Verre saphir: il est double-dôme, traité anti-reflet à l’intérieur et donne d’ailleurs une allure très vintage à l’ensemble, en particulier grâce à la loupe cyclope au-dessus du guichet de date. Il est bien sûr inrayable.

A contrario, les modèles Skindiver WT Pro sont eux équipés de verre Hesalite comme la Speedmaster Professional. Rappel sur l’Hesalite : Un verre Hesalite est tout simplement en verre en acrylique (aussi appelé plexiglass). Contrairement au textile, l’acrylique est loin d’être un mauvais signe ici : c’est même un verre plus coûteux à fabriquer. Son avantage est d’offrir une très grande transparence et donc une lecture aisée de l’heure au premier coup d’œil. Il est néanmoins plus facilement rayable, mais se poli facilement. Ce qui à l’instar d’une paire de beaux souliers nécessite un peu d’entretien.

Une belle couronne avec un traitement PVD or rose dans les tons cuivre / or rose

L’Hesalite rentre d’ailleurs complètement dans cet héritage d’aventure spatial que donne Wolbrook à ses montres : le matériau résiste bien au choc et surtout ne risque pas de se briser en petit morceau comme le saphir le ferait. Ce qui permet déjà de d’éviter d’avoir des bouts de saphir qui lévitent une fois en apesanteur dans le X15.

Lunette tournante avec fuseaux horaires et temps écoulé : il suffit simplement d’aligner la ville qui correspond à votre créneau horaire par rapport à l’aiguille des heures, et c’est fait.
Les différentes villes indiquent chacune leur créneau horaire :
– celles avec un + se lisent dans le sens horaire
– celles avec un – dans le sens antihoraire

Cadran noir et boitier acier avec lunette et couronne or rose sur bracelet cuir marron

Exemple: on a +8 heures de décalage entre Greenwich et Tokyo et -7H entre Greenwich et Denver

Ce n’est pas une fonctionnalité dynamique : il faut faire ce réajustement à chaque fois, contrairement à une fonction GMT.
La lunette est unidirectionnelle, se tourne facilement et reste bien en place. La lunette permet également de mesurer des événements de 60 secondes ou 60 minutes comme sur une Submariner : il faut placer le triangle à midi sur la lunette au niveau de l’aiguilles des secondes ou des minutes et l’on peut suivre le temps écoulé depuis cet instant.

Vous l’aurez compris : comme beaucoup de complications (tachymètre, télémètres sur les chronographes par exemple), l’aspect esthétique qui donne énormément de cachet à l’ensemble l’emporte quelque peu sur l’intérêt pratique devenu un peu moins évident de nos jours.
A noter que les modèles de série, auront sur la lunette « -AZORES » en lieu et place de « -DAKAR » car de nos jours DAKAR est dans le fuseau de Greenwich.

Cadran: Tout comme l’original, le cadran est noir mat sur les modèles que nous avons pu tester. Des cadrans blanc et bleus sont aussi disponibles. La nouvelle version rajoute cependant la mention AUTOMATIC ou MECAQUARTZ au-dessus de “SHOCK-RESISTANT”.

Les index des heures et des minutes sont bien visibles de jour comme de nuit grâce à la matière luminescente Super-LumiNova. Les indexes 12, 3, 6, 9 que l’ont peu retrouvé sur la Rolex Explorer ou chez Panerai ou encore chez Bell & Ross ont ici leur police et identité propre. Le dessin des chiffres arabes et autres marques du cadran sont fidèles à l’original. Ici pas de police standard, l’équipe design a entièrement retracés « à la souris » chaque marquage du cadran à partir des cadrans vintages.

Le compteur de la date est bien mis en valeur par la loupe cyclope et le fameux disque de date façon roulette qui est pour Wolbrook un élément de design indissociable de la Skindiver WT.

Aiguilles: Les aiguilles des heures et des minutes sont « squelettées » et remplies de trois couches de matière luminescente Super-LumiNova offrant une lecture de l’heure facilitée de jour comme de nuit.

Super-LumiNova sur le cadran et les aiguilles en « action »

Cette esthétique utilitaire que donne le Super-LumiNova, caractéristique d’une tool-watch, est bien atténuée par le design de l’aiguille des secondes. Celle-ci qui donne un côté beaucoup plus noble et habillé à l’ensemble avec une nuance de rouge qui ressort vraiment bien, sans être trop exubérante.

Cadran noir, aiguille or rose et lunette bleue sur bracelet « mesh » ou « mailles milanaises »

Fond de boitier : Outre les classiques mentions sur la fabrication, les matériaux, l’étanchéité et le mouvement, on retrouve selon les modèles une gravure du module lunaire Eagle d’Apollo 11 (Skindiver WT Automatic et Skindiver WT Mecaquartz) et l’avion hypersonique X-15 développé par la NASA (Skindiver WT Professional).

Ces fonds de boite – en éditions limitées – sont un clin d’œil célébrant les exploits de Neil Armstrong aux commandes de ces deux appareils mythiques.

Le X-15 était un avion expérimental proche de la fusée développée dans le cadre de la conquête spatiale et qui vola pour la première fois en 1959. Il était capable voler en dehors de l’atmosphère à la frontière de l’espace et certains de ses pilotes ont décrochés avec celui-ci les premiers insignes d’astronaute américains.

Avion fusée X-15 – Crédit Photo NASA

Mouvement: Il s’agit ici du mouvement japonais automatique Miyota 8215, un mouvement assez classique et vénérable « tracteur » développé par Citizen, avec une réserve de marche de 40 heures. Le mouvement est réglé par Wolbrook et présente une variation quotidienne de +/- 15 secondes contre -20/+40 lorsque livré par Miyota.
Comme évoqué plus haut, Wolbrook modifie le disque de date du mouvement avec un disque de date façon « roulette » – rouge pour les jours pairs et noir pour ceux impairs sur fond blanc.

Pochette de voyage: Toutes les Skindiver de chez Wolbrook sont livrées dans une pochette de voyage en canvas de coton et cuir. L’horloger a ainsi préféré offrir quelque chose d’utile et de durable en lieu et place d’une boite qui serait aussitôt jetée.

Une pochette de voyage de canvas de coton et cuir est livrée avec chaque Skindiver Wolbrook

Bracelets disponibles: Je n’ai à vrai dire pratiquement jamais été convaincu par les bracelets en cuir des montres sous les 500 euros, dont le cuir est souvent très traité. Je le remplace en général rapidement par d’autres bracelets.

Wolbrook est une exception, avec des bracelets soignés au cuir qualitatif et disponibles en deux-pièces (le bracelet classique) et une pièce (qui se glisse sous le dos de la montre, un peu comme un NATO mais sans double épaisseur). La qualité de ces bracelets se voit facilement à leur grain, mais aussi aux coutures et aux teintures de tranche et à la doublure également habillé de cuir.
Il s’agit d’un des rares horlogers dans cette gamme de prix dont les bracelets sont assez qualitatifs pour se conserver, et développer dans le temps une belle patine grâce à un tannage végétal italien.

L’offre est d’ailleurs très complète, et n’a pas grand-chose à envier à des spécialistes du bracelet. On y trouve des bracelets nylon une pièce réinterprétant les « specs » militaires avec des empiècements et renforts du même cuir Italien que les bracelets cuir.

Bracelet en cuir à tannage végétale dessus et dessous, dotées d’un système “easy-bar” pour un changement très facile

Des bracelets cuir plus habillés, une pièce et deux pièces (avec un tannage végétal réalisé en Italie) et l’émérite plaque Bund

La fameuse plaque Américain ou Bund qui donnent énormément de caractère à la montre sera à réserver pour les tenues « casual » (à éviter pour du formel donc).

On peut en revanche vraiment s’amuser sur les contrastes de matières avec ce genre de bracelet plus travaillé.

Et enfin une variété intéressante de bracelets métalliques avec des mailles milanaise (voir sur nos photos plus haut) et maillon façon grains de riz :

Bracelet en acier façon « grain de riz », idéal pour toutes les occasions

Ainsi que l’iconique bracelet tropique en caoutchouc pour les occasions plus « océaniques ».

III CONSEILS DE STYLE: ENFIN UNE PLONGEUSE HABILLEE

Première tenue formelle: costume bleu marine et mac beige

Pour vous montrer très concrètement que cette montre se porte bien dans une tenue de travail, j’ai opté pour le grand classique: le costume bleu marine.
Voici ce que je porte:
– un mac Private White VC (test à venir)
– un costume bleu marine Fresco Asphalte
– une chemise en popeline de coton Maison de l’Homme
– une cravate estivale The Nines

Bref, l’assemblage formel par excellence qui s’appuie sur un contraste simple beige/bleu marine, avec le rouge pour la couleur vive.

Ici, il s’agit du modèle Skindiver WT AA11-08 qui s’appuie sur un contraste noir et bronze / or rose : le boîtier est assez fin pour que la montre passe sous la chemise, et le bracelet en cuir donne un caractère formel au tout.

 

On a en plus ici un rappel un peu involontaire entre les teintes bronze de la montre et les finitions cuivre du manteau.

Première tenue bis: avec l’originale vintage

Même tenue ici mais sans le mac Private White VC: encore une fois, j’ai voulu prendre une tenue business sans fioritures pour vous montrer que ça passait.

Avec la montre Wolbrook originale de 1960, présentant une magnifique patine et au diamètre de 36mm : une taille réduite courante pour l’époque mais qui lui donne instantanément un côté beaucoup plus sobre et distingué.

Attention, il ne s’agit pour autant pas d’une montre habillée à porter dans un vrai contexte formel: Romain vous a concocté un guide sur le sujet pour y voir plus clair. 

Seconde tenue dépareillée: veste verte forêt et gurkha gris

Il s’agit ici d’une tenue un peu plus détendue, je porte ici:
une veste sport Blandin&Delloye en laine, lin et soie
– un mac Private White VC bleu marine (test à venir)
un pantalon gurkha Alberto Voglio
une chemise en seersucker Cotton Society
des mocassins Carmina

Il s’agit donc d’une tenue casual habillée, avec des matières estivales: on a déjà beaucoup de détails à travers la texture de la veste et la fermeture gurkha du pantalon. Le mac plus minimaliste équilibre le tout et apporte de la simplicité à l’ensemble.

J’ai donc opté pour la couleur avec la AA11-05 : il s’agit toujours du même modèle Skindiver WT Automatic mais la lunette bleue lui donne davantage un côté plongeuse, que j’ai un peu accentué ici avec le bracelet en mailles milanaises.

Cadran noir avec accent or rose, lunette aluminium bleue sur mailles milanaises

 

Conclusion

Il s’agit d’une excellente surprise qui nous a fait revoir beaucoup de nos a priori en termes de styles : je ne pensais pas qu’une plongeuse pouvait être assez fine et sobre pour pouvoir se porter avec un costume.

L’association de cette base Skindiver et de la lunette « Worldtimer » permet au demeurant de donner un caractère distinctif et beaucoup de cachet à l’ensemble ; bien que comme évoqué plus haut la fonction soit pour le plus grand nombre un aspect plus esthétique que fonctionnel.

Bref, il s’agit d’une montre iconique qui sort des sentiers battus, et qui est proposée à un excellent rapport qualité/prix (et ça se voit jusqu’aux bracelets).

Outils « tire-pompes » offert en suivant les liens de Jamais Vulgaire

Vous pouvez la retrouver sur Indiegogo en précommande au tarif de 329€ au lieu de 419€ et en suivant ce lien spécial pour Jamais Vulgaire  (bien suivre ce lien exacte) vous aurez un outil « tire-pompes » offert : https://www.indiegogo.com/projects/2573291/x/22954994?secret_perk_token=1f780320&utm_source=JV&utm_campaign=igg

Pour les autres modèles, il vous faut utiliser les liens suivants :

Valery

Fondateur de JamaisVulgaire, j'aime le tartan blackwatch (cf ma photo), la Bretagne, le Cambodge et la boxe khmère (qui a inspiré la boxe thaï).

Enorme geek devant l'éternel, je passe aussi des heures pour vous à éplucher tous les petits blogs et forums pour vous dénicher les marques les plus improbables.

108 Partages
Partagez103
Tweetez
Enregistrer5