Test & Avis sur Asphalte : On passe au crible le jean ultime

Il y a des marques qui rencontrent un succès fulgurant et qui font beaucoup parler d’elle, en bien comme en mal. Le problème ? C’est que très souvent, les discours sont tranchés : dithyrambiques ou assassins, mais rarement nuancés et c’est bien difficile de se faire un avis lucide sur les produits proposés par ces marques qui peuvent faire l’objet de controverses. Asphalte fait indéniablement parti de ses marques qui cartonnent dans la mode masculine depuis plusieurs années maintenant, et elle ne laisse personne indifférente. Que ce soit pour décrier un marketing parfois considéré comme tapageur, ou au contraire pour encourager l’accessibilité de produits de qualité auprès d’un plus large public que la simple blogosphère à laquelle nous appartenons.

Notre avis sur Asphalte : la marque revisite les pièces iconiques du vestiaire masculin avec un style plus contemporain

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas la marque Asphalte, c’est une enseigne qui propose tout un ensemble de produits sous forme de précommande. Un système ingénieux qui apporte des avantages à la marque tout comme au client : d’un côté cela permet à la marque d’ajuster au mieux sa production (réduisant ainsi les coûts, les retours et surtout les invendus), d’avoir de la trésorerie en avance et au client de bénéficier d’un prix plus avantageux, en contrepartie d’un peu d’attente.







Asphalte démarre il y 3 ans pour le lancement de leur tout premier produit via un crowfunding : le pull parfait. À l’époque Asphalte faisait parti des pionniers à proposer un produit disponible en pré-commande, avec un bon rapport qualité/prix sur un produit classique, revisité avec des standards de qualité supérieure à ce qu’on pouvait trouver sur le marché. L’objectif ? Vendre une centaine de pièces pour que leur marque voit le jour. Au final, c’est pas moins de 2438 pulls qui seront vendus lors de cette toute première campagne, un carton.  Une première réussite qui a permis à la marque de voir plus grand, et ainsi de s’attaquer petit à petit à toutes les pièces du vestiaire masculin : chemises, sneakers, blousons, chino et bien sûr … el famoso  jean ultime.

La marque n’a aucune prétention stylistique, elle n’est pas là pour nous pondre le nouveau blouson à la mode qui va mettre Virgil Abloh au chômage (quel dommage), non elle est là pour reprendre ce qui existe depuis un bail et le faire bien, avec une approche du style moderne sans trahir l’origine et l’esprit de la pièce. Le tout à un prix plus raisonnable que ce que peut alors proposer le marché de la mode masculine.

De plus, la marque interroge régulièrement ses clients (je suis toujours ravi de répondre à leur questionnaire) pour savoir ce qui les brancherait pour la suite : un manteau, un imper, un pantalon en flanelle … Ils sont véritablement à l’écoute de leur clientèle et n’hésitent pas à se remettre en question.

Ils ont même un peu ralenti la cadence en s’excusant via une newsletter sur demande de leurs clients qui réagissaient sur les réseaux sociaux : peu de marques ont ce genre de recul et de lucidité, surtout quand le succès vous suit depuis 3 ans non stop : chapeau bas.

Un succès fulgurant qui divise parfois les opinions à propos de la marque et de ses produits

Revenons sur une critique qui revient souvent à propos d’Asphalte : celle de sur-vendre ses produits. En effet, j’ai lu à de multiples reprises que cela embêtait les puristes, et c’est effectivement une critique qui peut s’entendre ! Un néophyte qui découvre la mode masculine, pourrait avoir l’impression qu’il vient de s’offrir la Rolls Royce du jean, du pull ou de n’importe quelle autre pièce proposée par la marque, pour un petit prix.

Alors c’est vrai, le discours qu’adopte la marque est parfois un tantinet dithyrambique, et peut laisser entendre que les finitions de leurs produits sont un luxe ultime, alors qu’il s’agit de finitions haut de gamme (ce qui est déjà très bien pour le prix),  mais moi ça ne me dérange pas bien au contraire, et vous savez pourquoi ?

Parce que c’est cette communication efficace, qui a permis de rendre accessible et intelligible un beau produit pourvu de finitions qui sortent de l’ordinaire (parce que oui c’est le cas), avec un bon rapport qualité/prix auprès de milliers d’hommes, qui ne s’intéressaient pas plus que cela à la mode masculine jusqu’alors !

Car il faut bien le reconnaître, le succès de la marque a dépassé la simple communauté des hommes qui lisent les blogs, pour atteindre un public nettement plus large. Personnellement je trouve ça génial, qu’Asphalte ai réussi à convaincre un autre public que celui de la blogosphère, à s’intéresser à l’aspect technique des vêtements qu’ils achètent, grâce à une communication simple et efficace qui parle au plus grand monde, n’en déplaise à certains puristes.

Une dynamique qui va permettre à tous leurs nouveaux clients d’être sensibilisés à de nouvelles habitudes de consommation : plus responsables et écologiques (dont le système de précommande fait parti), un phénomène qui prend véritablement de l’ampleur depuis quelques années et dont Asphalte est indéniablement parti prenante.

Honnêtement , si la totalité de l’industrie de la mode pouvait adopter les mêmes standards de qualité qu’Asphalte ainsi que son processus de fabrication, on vivrait sur une planète bien plus propre, avec une empreinte écologique et sociale qui serait nettement moins problématique pour le monde aujourd’hui.

Convaincre de nouveaux clients de les rejoindre, c’est en laisser d’autant moins pour des marques plus mainstream, qui ont pignon sur rue et qui vendent des produits plutôt médiocres à côté de ce que propose Asphalte.  Alors même si parfois il m’arrive de trouver qu’ils en font un peu trop, je me dis que c’est franchement peu cher payé en échange de ce qu’apporte la marque au marché de la mode: de nouvelles personnes qui se sensibilisent pas à pas aux beaux produits.

Conscient de cela, je félicite donc la marque pour avoir réussi à trouver un ton communicatif, amusant, cool et abordable, qui permet à de nouvelles personnes de s’intéresser à une mode plus responsable. Bravo et merci, car chez Jamais Vulgaire, c’est ce qu’on tente de faire depuis nos tout débuts, à notre manière. Je suis donc ravi de vous parler aujourd’hui d’une marque qui a rencontré un vrai succès ces dernières années : Asphalte.

L’évolution d’Asphalte : de pièces essentielles à des pièces plus pointues

Autre reproche que j’entends parfois de la bouche de mes lecteurs les plus puristes : Asphalte fait des pièces trop classiques, trop lisses. Un reproche que l’on pourrait faire à la marque, il y a 2 ans de cela, sauf que désormais je trouve que c’est injustifié. Ils ont sorti des pièces qui en jettent, avec un parti pris stylistique plus affirmé, plus risqué donc.

Je pense notamment à la veste en tweed qu’ils ont proposé le mois dernier qui était un vrai régal pour les yeux, ou bien au costume croisé pourvu de rayures craies l’été dernier( d’ailleurs j’ai hâte de voir leur col roulé !). La marque a débuté avec des pièces iconiques, que tout le monde porte, mais elle ne s’est pas contentée de cela et propose désormais des pièces franchement intéressantes, même pour quelqu’un qui a déjà un vestiaire bien fourni.

Pour avoir vu et touché la veste en tweed, je peux vous dire que pour 200 euros, la marque ne se moquait pas de vous : belle sélection de tissu anglais de chez Moon, montage semi-entoilé, structure légère, revers proportionnés (oh oui comme j’étais ravi de voir ça sur une veste à ce prix-là), parementures américaines pour que la veste non doublée soit plus canon … Franchement on était plutôt impressionnés au bureau quand on l’a essayée.

En plus de cela, il y a des pièces iconiques qui me font franchement envie chez eux, par exemple je me suis rendu compte que je n’avais pas un seul jean classique dans ma garde robe. J’ai deux jeans de tailleur, mais je n’ai pas (plutôt plus) de véritable jean, celui avec lequel James Dean faisait rêver ces dames.

Quand j’ai vu qu’Asphalte proposait une nouvelle version améliorée (v3 si je ne m’abuse) de son jean ultime pour moins de 100 euros, je me suis dis que c’était le bon moment pour tester la marque, et examiner la pièce de plus près.

Test Asphalte : le grand retour du jean ultime

Le jean ultime c’est la pièce phare d’Asphalte, son produit qu’elle soigne depuis maintenant trois éditions consécutives. Chacune amenant de petits ajustements,de petites améliorations. Je pense notamment au fait qu’ils ont changé de délaveur pour leurs modèles Rince/Washed, pour un atelier1  certifié OECO-TEX qui recycle l’eau utilisé pour l’opération de délavage, plus écologique  et plus économique. En plus, cet atelier de délavage ce situe à proximité de leur atelier de confection au Portugal.

  • Une toile selvedge japonaise musclée : Le modèle brut possède une toile non délavée,  avec un toucher rêche franchement impressionnant, c’est du solide, elle est épaisse de 14 oz (ce qui est plutôt lourd). Asphalte se fournit chez Collect, qui appartient au Japan Blue Group (qui possède entre autre Momotaro et qui est réputée pour la qualité de ses toiles).
  • taille moyenne et coupe ajustée : Je suis agréablement surpris, la taille n’est pas aussi basse que je l’imaginais, c’est même plutôt bon vis à vis de ce qu’on trouve dans la concurrence. il arrive aux hanches, ce n’est pas une taille haute pour autant mais c’est déjà pas mal ! Même chose pour la coupe, je suis très agréable surpris. J’avais un peu peur de tomber sur un pantalon très serré et je tombe sur une coupe plus droite que d’ordinaire (j’ai des jambes fines faut dire) et ça me convient très bien.
  • Les coutures cousues et les passants renforcés : Cousues en surjet (à l’intérieur de la jambe) ça affine la silhouette et ça permet aux ourlets d’être moins lourds visuellement, habile. Les passants sont cousus en débordant sur le jean, ce qui est très esthétique sur le long terme car ça évite que les passants “pèlent” voire se décrochent carrément. C’est beau et bien pensé.
  • Rivets en laiton et boutons en Zamac : Petit hic à signaler, la fermeture à boutons c’est vraiment pas la meilleure option, je préfère cent fois la fermeture éclair (surtout quand on est ivre, c’est un must have d’efficacité très apprécié). Ceci étant dit, la marque se rattrape puisque les boutons qui la composent sont en zamac : un métal bien costaud qu’on utilise d’ordinaire pour les meubles ! Les rivets sont quant à eux en laiton, une finition haut de gamme classique, ça fait plaisir de les voir ici.
  • Poches généreuses : Je ne porte jamais de téléphone dans ma poche, car ça les déforme. Avec le jean ultime, on peut se permettre ce luxe car les poches sont vraiment profondes et la toile est assez costaud pour supporter votre smartphone, pratique !
  • Point de chaînette et liseré selvedge : Asphalte n’utilise que des toiles selvedge, la plupart d’entre vous seront familier avec ce terme, pour les autres ça signifie qu’ils sont tissés à partir d’une machine artisanale, à l’ancienne qui tisse très lentement (50 mètres de tissu en moyenne par j pour 350 mètres dans une usine standardisée). Ce tissage très serré, ce caractérise notamment par une finition qui comprend des lisières aux extrémités. Chez Asphalte ce liseré est rouge, ce qui est plutôt logique car la plupart des producteurs japonais le font de cette couleur là, en hommage (enfin disons plutôt qu’ils copiaient) aux jeans Levi’s.

Avis sur le jean ultime Asphalte

Globalement il y a beaucoup de bonnes surprises, je pense notamment à la taille et à la coupe, qui ne sont pas tendances et visent plutôt quelque chose d’intemporel. La toile du brut (je ne peux pas vous dire pour les autres) a une très belle texture, avec un toucher bien rêche qui en dit long sur l’épaisseur de celle-ci.

Seul petit bémol à mon goût d’un point de vue pratique : les boutons plutôt que la fermeture éclair, c’est vraiment pas pratique dans la vie de tous les jours et encore moins les soirs de fête. Sinon sur l’ensemble esthétique je trouve pas grand chose à y redire, surtout pour un jean disponible à partir de moins de 100€ … Les finitions sont à la hauteur, avec de bonnes idées (notamment les coutures renforcées sur les passants) pour ce prix-là. Bien sûr on aurai aimé une taille un peu plus haute, mais on comprend que pour les 3/4 des personnes ça sorte vraiment des standards ! Passons aux conseils de style pour bien porter cette pièce iconique.

Conseils de style : réussir à faire une tenue qui sort de l’ordinaire avec un jean

Le problème du jean, c’est que c’est une pièce vue et revue, que tout le monde possède dans son vestiaire. Difficile donc de sortir cette pièce et de l’intégrer dans une tenue que l’on veut originale ! Voici mes conseils pour vous permettre de porter un jean classique dans une tenue qui a du caractère.

  • Brut /Rince/Washed que choisir : Tout d’abord, quel délavage de toile choisir ? Si c’est votre tout premier jean selvedge alors il faut démarrer avec le brut. Si c’est votre deuxième pièce le Rince sera top (légèrement plus clair avec un petit délavage). Enfin si vous possédez les deux premiers, le full washed (plus clair) sera un très bon 3è jean à porter, surtout en demi-saison.
  • Sortir des associations de pièces trop simples : Le jean classique est clairement une pièce lisse, même si la toile en jette. On évite donc de sortir sa paire de sneakers blanche et son pull à col rond pour faire la tenue la plus ennuyeuse du monde.
    On troque les sneakers pour une paire de bottines de caractère comme une paire de Jumper Boots en cuir grainé en hiver ou une paire de mocassins en été. En ce qui concerne le haut, on choisit un blouson avec une belle matière et un pull texturé (type shetland par exemple). Attention à ne pas trop mettre de couleurs, mais il faut prendre un peu plus de risque si on veut que la tenue sorte du lot.
  • Osez la chaussette colorée : Ajoutez à cela une petite paire de chaussettes colorée (verte/violette/rouge) et hop vous obtiendrez un style rétro original et simple à porter. C’est le petit plus qui rend un jean original, qui permet d’offrir une cassure accentuée et intéressante au niveau du pied.

Affronter l’hiver en jean avec style

J’applique donc à la lettre mes propres recommandations en optant pour une paire de derby marron clair.

Avec une toile plus clair (Rince/Washed), j’aurais choisi une teinte de bottine plus sombre pour créer du contraste.

Ayant opté pour le brut, j’ai donc sélectionné un ton de patine marron légèrement plus clair. Ajoutez à cela un blouson de caractère: ma Ethon Jacket à chevrons bordeaux qui est une pièce forte avec une très belle couleur et un motif faux-uni, ainsi qu’une chemise en denim au col généreux (d’une couleur beaucoup plus clair car on ne porte jamais deux pièces en denim identique) pour apporter du contraste entre chacune des pièces.

J’ai opté pour une paire de mi-bas violette afin d’ajouter une dernière touche de couleurs dans ma tenue, pour apporter un peu de caractère sur le bas de ma silhouette (bleu et marron c’est un peu fade). Vous remarquez la déclinaison de couleurs presque parfaite, sur le plan du spectre des couleurs : bleu ciel, bleu marine, violet, bordeaux, ce qui forme une tenue dont le ton se décline sur la couleur suivante, tout en respectant toutes les principes de base en mode.

Lopez Aragon : Blouson Ethon jacket Bordeaux

Coton Society : Chemise en denim sartoriale

Asphalte : Jean ultime brut

Mes Chaussettes Rouges : Mi-bas super solide lila 

The Nines : Derby en velours

Notre avis final sur la Asphalte et son jean ultime

Voilà maintenant trois ans que la marque s’est lancée, elle continue aujourd’hui de proposer la même formule qu’au début, à savoir de rendre honneur à une pièce iconique du vestiaire masculin, en la modernisant tout en gardant un bon rapport qualité/prix.

Les produits sont de plus en plus pointus et sauront séduire les plus puristes d’entre nous, tout comme les néophytes. Je suis agréablement surpris par le jean ultime et la veste en tweed que j’ai pu toucher le mois dernier.

Alors pour répondre à la question suivante : Asphalte est-elle (encore) une valeur sûre ? Je répondrais : indéniablement, qu’on apprécie son ton de communication ou non !

Laisser un commentaire

Previous

Test&Avis SNS Herning: les pulls emblématiques des marins danois

Test&Avis Heschung Ginkgo: les bottes les plus robustes contre les éléments

Next
49 Partages
Partagez49
Tweetez
Enregistrer