TEST : THE NINES SE LANCE DANS LA CHAUSSURE ET PROPOSE DE NOUVELLES PIÈCES FORTES EN PRÊT-À-PORTER

Disclaimer: Nous avons pu tester plusieurs produits de la gamme The Nines: Gustave va vous parler de la chemise pin collar et des derbies (en plus de vous faire un rappel sur la marque en première partie) et je vais ensuite vous parler des cravates.
Bonne lecture ! Valéry

The Nines fait parti des marques que l’on suit depuis très longtemps, et dont on est fier de constater à quel point elles réussissent aujourd’hui, en prenant de l’ampleur et en variant leurs gammes sans jamais changer leur leitmotiv : de la qualité à prix accessible.

THE NINES: PETIT RETOUR SUR LA MARQUE

Lancée en 2009, The Nines est fondée par Erwan Desvignes et Renaud Martel, deux amis qui décident de quitter leur job pour monter un projet autour d’un accessoire jusqu’alors trop peu exploité en France : le bouton de manchette (un accessoire bien plus répandu chez nos amis anglo-saxons).

Ainsi, le site dédié boutondemanchette.fr devient rapidement numéro un dans son domaine.. Le succès rapide de la marque a permis de continuer l’aventure, en créant d’autres univers spécialisés dont les noms sont assez explicites : La maison de la cravate, l’Atelier de la ceinture, Le Chaussetier et enfin, Le comptoir du foulard.

J’ai cru au début que cette répartition ne visait qu’à donner un côté spécialiste (et un gros avantage SEO) aux produits d’une marque qui, en réalité touche à tout. Sauf que, ce n’est pas qu’une  histoire de stratégie marketing, la qualité suit aussi, elle est aussi pointue qu’un spécialiste.

Ce n’était pas évident au moment du lancement, le concept était novateur. Erwan  nous a même confié que même les cravates se vendaient alors bien plus difficilement qu’aujourd’hui, et même des accessoires plus rares comme le noeud papillon avaient du mal à s’imposer en termes de vente.

The Nines s’inspire donc du style britannique et de son mélange subtil entre excentricité et codes stricts (la marque tire son nom d’une expression anglaise “To be dressed up to the nines”, être tiré à quatre épingles.). Tout en y ajoutant une touche de finesse façon chic à la française. Leurs collections, sont façonnées dans leurs ateliers français ou italiens, dans un soucis de qualité évident.

Si on ne compte que quelques costumes pour le moment, j’ai été impressionné par la variété de chemises disponibles, autant en terme de tissus que de cols. Il s’agit probablement de la marque la plus accessible vers laquelle vous pouvez vous tourner pour trouver du pin ou du tab collar (on a testé l’un des deux modèles rien que pour vous).

Le développement de la boutique reste très sain, en fonds propre et avec une grande patience. On apprécie en tout cas la grande attention portée par les créateurs aux attentes du marché et de leur clientèle.

TEST THE NINES : LA GAMME CONTINUE DE S’ETOFFER

TEST DE LA CHEMISE PIN COLLAR THE NINES

La chemise est probablement l’un des produits iconique qui atteste de la transformation de The Nines d’une marque d’accessoires à une marque de prêt à porter.

J’ai ainsi pu tester la chemise pin collar avec poignets mousquetaire à 69 euros (un rapport qualité/originalité/prix assez imbattable pour ce genre de chemises). D’ordinaire très peu de marques proposent des cols aussi pointus. Il faut savoir qu’ils proposent également du tab collar, des cols club….

La coupe est plutôt réussie et la taille 37 en coupe tailor (j’ai la taille très creusé donc impossible de prendre des choses trop fitté pour ma part) me fit relativement bien et je me sens à l’aise au niveau des épaules et du dos.

LE PIN COLLAR

Une fois porté, le rendu est nickel : le pin soutient bien ma cravate sans que j’ai à serrer le nœud, c’est particulièrement confortable une fois porté. En plus, inutile de resserrer mon nœud quand il se relâche au fur et à mesure de la journée, le pin fait tout le boulot ! L’arrondi du col caractéristique de cette forme est bien réalisé est la hauteur du col est adapté au registre formel. Les pans sont également à la bonne longueur (même s’ils pourraient être un peu plus long).

col pin collar the nines

Attention, je tiens à préciser que ce col doit impérativement être accompagné d’une cravate et rien d’autre (exit le nœud papillon). Il ne peut pas se porter ouvert car sinon il faudrait enlever le pin et porter la chemise avec deux trous dans les pans, bref ça n’a aucun intérêt et en plus les pans du col n’auraient pas une forme harmonieuse. Ce col est donc exclusivement réservé à un port formel, donc porté avec une cravate et un costume. Ce n’est pas un col polyvalent qui peut se porter dans un contexte décontracté, c’est un col très habillé qui apporte une vrai touche business dans une tenue, en plus d’un confort de port que je tiens à notifier, une fois installé vous êtes tranquille avec votre cravate pour toute la journée.

Il faut savoir que c’est un col qui demande 2 minutes à mettre en place le matin, une fois la cravatée nouée car il faut passer la barre entre les pans puis fixer le bout pour que le tout tienne. On évite donc les matins ou on se retrouve à la bourre ! Personnellement je prends du plaisir (et je me laisse du temps surtout) à m’habiller, c’est donc une contrainte à laquelle je me plie volontiers, mais je sais que tout le monde n’est pas du même avis sur le sujet !  D’autant plus que cette même chemise possède des poignets mousquetaires, avec en plus des boutonnières assez rigides pour que la boutonnière soit plus résistante et dure plus longtemps (donc on ne peut pas vraiment reprocher ce genre de finitions) . Il faut donc compter une petite minute supplémentaire pour s’habiller puis on chope le coup et c’est réglé en 20 secondes.

poignets mousquetaires chemise the nines

LES FINITIONS

Les autres finitions sont classiques (mais dans cette gamme de prix là c’est top) coutures anglaises aux endroits les plus visibles (notamment épaules) et doubles classiques ailleurs, dernière boutonnière à l’horizontale, hirondelles de renfort et boutons en nacre avec coutures cousu en croix.

hirondelles de renfort chemise the nines

boutons nacres chemise the nines

Je n’ai pas pu tester  les chemises plus classiques de The Nines, mais au vu du tissu et de la coupe, je vous les recommande sans soucis, en particulier pour leurs textures. Cela dit ça devient encore plus intéressant si vous cherchez à sortir des cols classiques que l’on croise partout (du genre italien, français, cut-away…) pour quelque chose de plus sophistiqué.

CONCLUSION SUR LA CHEMISE PIN COLLAR THE NINES

31230441_10156041340155225_4815825298610192384_n

Une chemise bien qualitative destinée à un usage formel, et il faut prendre le temps de la mettre. On retrouve un bon rapport qualité/prix avec des finitions très correctes que l’on retrouve d’ordinaire sur une gamme de prix plus élevée

La chemise à partir de 69€

TEST DES DERBIES THE NINES COULEUR CHOCOLAT

conseil de style 1 debry the nines

Quand on a su que la marque sortait un premier modèle de chaussures Made in Portugal en cousu blake à 150€, inutile de vous dire qu’on a tenu à être sur le coup. J’ai eu la chance de pouvoir essayer les tous premiers modèles tout justes arrivés à la boutique de Saint Germain.

LES FINITIONS

C’est donc une  paire de derby (couture du cuir ouverte) possédant 5 œillets sur une peau en veaux-velours. Qu’est-ce que cela change au juste ? Cela change pas mal de chose, en effet la derby est connue pour offrir un plus grand espace pour les coups de pied les plus forts, effet en partie compensé par 5 œillets, qui permettent de bien maintenir le pied en place grâce au laçage étendu.

Un confort renforcé par le veaux-velours, une pièce de cuir retournée qui se fait très rapidement à votre pied (1 ou 2 port et le tour est joué), le tout sur un montage Blake (connu pour sa finesse). De ce fait, ce modèle est donc agréable et prêt à être porté. Ce qui n’est pas toujours le cas (voire rarement) sur une paire de souliers en cuir lisse cousu goodyear (là il faut compter une dizaine de port pour que le cuir se détende).

Derby the nines oeillets

Le modèle est disponible en plusieurs coloris : Beige, Bleu marine et chocolat. Personnellement je n’ai eu absolument aucun doute quand au choix : chocolat ! C’est l’une de mes couleurs préférées en casual : Plus clair qu’un marron foncé business sans être trop excentrique, permettant ainsi aux différents accessoires d’exprimer de la couleur comme la chaussette par exemple (vous verrez les photos).

Je tiens à préciser que le modèle s’inscrit dans un registre décontracté plutôt que formel et cela pour plusieurs raisons. La matière (le veaux-velours c’est très habillé mais ça reste décontracté ) et surtout la semelle contrastante orange. J’ai donc apprécié le parti pris et la cohérence des finitions choisies.

Derby the nines semelle

Comme je le disais, on trouve une semelle contrastante plus clair ainsi qu’une fine bande orange située sur la semelle arrière. Je trouve ça très sympa, surtout sur le coloris chocolat. Ça donne tout de suite du peps tout en restant relativement fondu dans la couleur de la semelle. On trouve une paire de lacets de la même couleur dans la boîte, petit cadeau en plus de vos lacets déjà présents sur vos souliers (qui sont fondus). Personnellement je ne suis pas fan, d’abord parce que le rappel n’est pas très subtil mais aussi parce que je préfère mettre de la couleur ailleurs, comme sur les chaussettes (l’endroit idéal selon moi car c’est au milieu des pièces sobres qu’on peut attirer le regard avec une couleur forte). Maintenant c’est une paire casual, chacun fait comme il l’entend.

On retrouve également un montage semelle sans gravure (on peut voir les fils dans la semelle), une chose tout à fait normal dans cette gamme de prix là. Une semelle et des surpiqûres oranges, qui rappellent la griffe de la marque ! Par contre la teinte du veaux-velours est irrégulière à plusieurs endroits. Rien de surprenant car c’est une peau très sensible aux frottements (contrairement au cuir lisse qui lui doit toujours être régulier sauf si c’est une patine réalisée à la main), il suffit généralement de passer un coup de brosse dans le bon sens pour retrouver une teinte fondue !

semelle the nines derby

Les surpiqûres situées sur la peau sont propres et nettes, ça nous plait,on ne trouve rien qui dépassent. On note également un joli travail au niveau des teintures deux tranches, un beau marron foncé, bref subtil et sobre comme j’aime ! Comme je le disais, les lacets de bases sont fondus dans la couleur de la chaussure et c’est tant mieux.

CONCLUSION SUR LES DERBIES THE NINES

Pari réussi, The Nines nous propose un joli premier modèle de soulier décontracté qui remplit le cahier des charges : un montage cousu, un veau-velours correcte (surtout pour ce prix-là), des finitions très propres et cohérentes. J’ai adopté la paire et elle accompagne tous mes jeans et quelques uns de mes chinos ! C’est une belle affaire.

conseil de style 2 derby the nines

Disponible ici à 149€

TEST DES CRAVATES EN SOIE ET LIN

Au vu du rapport qualité-prix proposé par The Nines, on est pas surpris de voir des bons basiques en terme d’accessoire. C’est en revanche une excellente surprise de voir des accessoires beaucoup plus fouillés, et qu’on ne retrouve pas ailleurs (en tout cas pas dans cette tranche de prix).

C’est le constat que j’ai pu faire avec ces cravates en soie et lin: une matière à la fois texturée (légèrement mouchetée) et lumineuse.
J’ai pu tester deux modèles: la club rouge et bleu marine et une rouge à pois blancs.

Les caractéristiques sont assez classiques.

Le seul reproche que je ferai, c’est un manque de souplesse (dû à l’épaisseur du tissu) ainsi que des plis qui marquent assez facilement: rien de choquant cependant dans cette gamme de prix.

La cravate club

C’est la cravate la plus formelle des deux: j’ai du coup choisi un costume croisé à rayures pour la porter. Comme vous pouvez le voir sur la photo de côté, le noeud a une certaine consistance.

article-the-nines-test-cravate-coton-lin-rayures-tenue

article-the-nines-test-cravate-coton-lin-rayures-tenue-3

article-the-nines-test-cravate-coton-lin-rayures-tenue-2

Disponible ici à 49 euros.

La cravate à pois

article-the-nines-test-cravate-coton-lin-pois-tenue

article-the-nines-test-cravate-coton-lin-pois-tenue-2

C’est une cravate plus originale et plus habillée: elle peut convenir sans problèmes à une tenue de travail mais sera particulièrement bien adaptée à une tenue de cérémonie. Je la porte ci-dessous dans une suggestion de tenue de mariage si vous êtes invité (et si le mariage a lieu en extérieur.
Avec ce genre de couleur forte, je vous déconseille un rappel avec la pochette qui ferait tout de suite vulgaire, c’est pourquoi la pochette est ici beaucoup plus discrète.

Etant donné l’épaisseur des noeuds de ces cravates, je vous recommande chaudement de les porter avec un col cutaway afin qu’elles aient une ouverture assez large pour s’exprimer pleinement.

Je la porte ici avec une veste et un chino Confident, dont on va bientôt vous reparler.

Disponible ici à 49 euros

Verdict

Une originalité surprenante pour une marque de basiques qui se concentre surtout sur le rapport qualité/prix: quelques soucis de souplesses et de plis auxquels on pouvait cependant s’attendre à ce prix là et vu l’épaisseur et la rigidité de la matière.
Bref, une nouvelle offre qui s’en tire très honorablement dans cette gamme de prix.

Vous aimerez peut-être:

Partagez
Tweetez
Enregistrer