BIEN PORTER UNE VESTE SPORT : LE GUIDE ULTIME

Messieurs, on se retrouve pour ce deuxième guide ultime de la rentrée 2019. Un ancien guide que j’ai remis au goût du jour, avec de nouvelles adresses, de nouveaux exemples, mais également un avis plus mûr sur le sujet, grâce aux diverses expériences que nous avons pu rencontrer entre temps.

Aujourd’hui il est question de la fameuse “veste sport”. Une veste de costume portée dépareillée, dans un contexte plus décontracté sans pour autant être moins habillée qu’une tenue formelle, destinée au bureau. Une pièce délicate à porter, mais qui ouvre les portes de l’élégance classique, à qui la maîtrise parfaitement.

Comme pour chaque guide, vous trouverez une première partie historique, revenant sur les origines de la pièce, ainsi qu’une partie technique (pour bien l’identifier et la différencier des autres). Dans un deuxième temps, vous trouverez une (très) grande partie conseil, ainsi qu’une partie sélection de produits pour conclure !

C’est quoi au juste une “veste sport” ?

Les vestes sport viennent de l’habitude qu’avaient les aristocrates de porter une veste, le matin avec un pantalon dépareillé: ces vestes étaient utiles pour des activités d’extérieures un peu sportive comme la chasse ou le tir. Elles n’étaient pas appropriées pour un vrai port formel.

Un nouveau type de veste a fini par être conçu pour les hommes qui se consacraient spécifiquement à ce type d’activités: la veste Norfolk (créee par le 15è duc de Norfolk, Henry Fitzalan-Howard) , avec un tissu et une construction spécifiques. Celle-ci était confectionnée à partir d’une laine plus lourde ou en tweed, et avait une ceinture et une boucle à la taille pour ajuster son niveau de confort.

 

chris-dawles-veste-norfolk

the-sartorial-art-journal

Les vestes sport ont ensuite été retravaillées à partir de la veste Norfolk, en supprimant la ceinture et la boucle. Elles étaient considérées comme des objets de luxe: le travailleur ne pouvait guère se permettre de s’acheter ce genre de veste (censée se porter avec des pantalons de couleurs différentes) après avoir épuisé tout son budget dans un costume pareillé décent.

Au fur et à mesure que les vêtements devinrent plus abordables, cette veste ne devint plus seulement réservée à la chasse mais s’affirma peu à peu comme le basique d’un vestiaire casual soigné.

Une veste sport se décline dans une variété impressionnante de couleurs, motifs, tissus et textures. Elle est moins structurée et cintrée qu’un blazer ou une veste de costume: vous devez pouvoir la porter par dessus un pull.

Les plus traditionnelles possèdent un patch aux coudes (censé autrefois protéger de l’usure au fur et à mesure des escapades du gentleman dans la campagne) ainsi que des fentes latérales (pour la mobilité et pour monter plus facilement à cheval).

Vous trouverez ci-dessous le parfait contre exemple à ne pas acheter :

guide veste homme veste-norfolk-etsy-coudieres

(attention à ce genre de réplique cheap qui possède les finitions caractéristiques mais qui a bien rogné sur la matière)

Les caractéristiques techniques d’une veste sport homme

guide-veste-sport-homme

Les épaules

a L’épaule américaine

Les épaules américaines sont les plus décontractées du marché.  Elles sont complètement naturelles (c’est à dire sans ajout de padding). Le concept de l’épaule américaine est surtout de ne pas mettre en valeur plus qu’il ne faut votre silhouette. En effet, la carrure moyenne aux Etats-Unis est un peu plus développée qu’en Europe, une épaule rembourrée risquerait donc d’alourdir considérablement le torse, mais également d’enlever du confort (ce qu’est censée offrir une veste sport).

 

On confond enfin souvent ce type d’épaule avec les épaules napolitaines.

b L’épaule Napolitaine: la spalla di camicia

L’épaule spalla di camicia comparable donc à une chemise et qui souhaite suivre au maximum les lignes du corps. Elle est relativement technique à réaliser et se retrouve seulement chez les grands faiseurs. La tête de manches comporte pas mal de plis du fait de l’excès de tissu. C’est bien pour ceux qui ont déjà une certaine carrure, pour les autres (dont je fais parti) c’est déjà nettement moins harmonieux.

guide-veste-homme-borrelli-spalla-di-camicia

Les épaules romaines typiques de Brioni sont assez proches des épaules britanniques: on tend vers un juste milieu avec un padding léger et qui suit bien les lignes de l’épaule. On peut par exemple bien s’en apercevoir sur les costumes de James Bond, à l’époque de Pierce Brosnan. Ce style tire ses origines des vestes de la cavalerie confectionnées à Saville Row, et qui a énormément inspiré Brioni

Des fentes latérales

guide-veste-homme-fentes-laterales

C’est le compromis idéal entre confort et esthétique. Ce type de dos peut aussi facilement se convertir en dos sans fentes, juste en cousant les pans entre eux. Assis, les deux fentes permettent à l’arrière de la veste un tombé harmonieux.

Niveau élégance vous êtes aussi gagnant. En effet, la double fente permet de cacher votre derrière même lorsque vous soulevez les côtés de la veste pour mettre la main à la poche. Les deux fentes amènent aussi de la verticalité de part et d’autre de la silhouette, ce qui allonge le torse. Il permet aussi une veste bien plus fluide et un tombé plus fluide sur le pantalon.

Attention: ces fentes latérales ne doivent pas remonter à un niveau plus haut que le haut des poches latérales. Malgré ces avantages, il reste peu répandu car il demande une confection plus minutieuse pour que le tombé soit bon. Il est donc plus cher à produire et plus susceptible de demander des retouches.

A la base typique du style anglais, il est à présent largement répandu en Europe.

Le boutonnage

La toute première forme de veste sport était déclinée en trois boutons (voire plus), avec des petits revers à crans qui remontaient assez haut, ainsi qu’un veston. On fermait alors les deux boutons du dessus ( ce qui formait une ligne verticale et allongeait la silhouette). Les environnements avec les températures plus élevées ont cependant rapidement amené les hommes à abandonner le veston. Petit à petit, les revers s’élargissent vers le bas et la  boutonnière aussi sur les trois boutons. Puis, enfin avec la dernière version en date qui soit encore portable de nos jours : la veste sport deux boutons. Avec une boutonnière plus basse, le deux boutons permettait aux hommes d’exposer davantage leur torse. Les pinces sont ensuite logiquement apparues pour mettre en avant encore plus le torse et lui donner la forme d’un V.

Les types de boutonnage:

veste deux boutons: on a plus souvent des coutures apparentes sur les revers qui les distinguent efficacement des blazers. Elles sont plus chargées en poches et finitions utilitaires variées du fait de leur origine plus casual.

veste trois boutons: plus de poches à rabats sur ce type de vestes. Comme sur toutes les vestes trois boutons, vous devez boutonner seulement celui du milieu. c’est un modèle qui a un peu vieilli et qui ne flatte pas toute les silhouettes (notamment si vous n’êtes pas grand). Je recommanderai donc d’éviter.

Variation importante (et dont on ne parle que trop peu): le 2 ½ (qu’on appelle aussi en anglais “3 roll 2”). Le bouton du haut ne doit pas être boutonné car il se situe pile dans le roulé du revers.

Soyez vigilants là dessus car au final beaucoup d’e-commerces (SURTOUT Yoox) ne font pas la différence entre ces vestes et des trois boutons classiques et font des shootings en boutonnant tout: du coup la coupe de la veste est massacrée et son allure générale est complètement ringarde.

Voici un exemple:

guide vestes homme lardini

Yoox a complètement souillé cette veste Lardini: on le voit bien, le bouton du haut est complètement dans le roulé du revers et il est quand même boutonné. Un traitement inhumain.

guide-veste-homme-lardini2

Conséquence logique: la coupe de la veste est massacrée et les revers et le col baillent. Du coup personne n’achètera cette veste car elle ressemble à un sac. 

Et c’est là que vous rentrez en jeu pour rafler la belle pièce au bon prix (you know better comme on dit)

La longueur

La veste sport est plus casual: elle est donc plus courte et s’arrête au niveau du poignet. L’évolution est récente car on ne cherchait pas avant à mettre vraiment en valeur le pantalon: les jolis jeans bruts ont depuis remplacé les chinos taille haute plus discrets, qui se portaient avec des vestes longues.

La matière

Les tissages sont plus voyants, rugueux et affirmés:

-Les chevrons: un motif classique, décliné en marron, bronze, gris foncé et clair ou encore bleu

guide-ultime-veste-matiere-chevrons

-Le pied de poule: le carreau du berger, porté au Royaume-Uni, en Europe et au nord-est des Etats-Unis

guide-ultime-veste-matiere-motifs-pied-de-poule

-La flanelle: si c’est bleu marine, c’est un blazer sinon c’est une veste sport. Le tissage est aussi un peu plus travaillé

guide-veste-homme-matiere-flannelle

guide-veste-homme-matiere-flannelle-foncee

– Le tweed: épais avec un tissage rugueux et de nombreuses nuances de couleur. S’use difficilement

guide vestes homme matiere-tweed

 

La veste déstructurée

Idéale pour le casual: elle met plus en valeur le corps par rapport à une veste au padding plus lourd (90% des vestes donc). Elle n’a pas non plus de doublure, à part aux manches

Elles ont aussi une structure 2 ½ qui donnent un roulé de revers plus harmonieux et qui accompagne mieux les lignes naturelles du corps. Dernière caractéristique: des poches plates beaucoup plus casual que les poches à rabat ou les poches passepoilées.

Attention quand même à votre morphologie: si vous êtes vraiment maigre et avec un peu de carrure, ce n’est pas forcément une veste idéale. Pour ce qui est des matières, on est souvent sur du lin, du coton ou un mélange des deux.

Nos conseils pour bien porter une veste sport

Maintenant que nous vous avons fait le tour de la théorie et des diverses possibilités, passons à la pratique. Comme le choix de tissus et de montages est assez vaste, je vous ai sélectionné quelques exemples dénichés sur Instagram. Des exemples faciles à porter et d’autres, présentant plus de caractère (il n’y a pas de tenue plus belle qu’une autre, simplement l’approche du style est plus moins épurée).

Voici quelques conseils de base :

  • Attention à ne pas confondre blazer et veste sport : j’y reviens juste en dessous
  • La tenue doit être cohérente en termes de registre de style : une veste sport ne se porte pas avec un chino workwear ou un jean déchiré
  • Les matières doivent être cohérentes en termes de saisonnalité : on ne met pas une veste en tweed avec un pantalon en lin
  • Choisissez un tissu qui sort de l’ordinaire, sans être excentrique : on évite le tissu rose avec un motif à carreaux

 

La veste de sport bleu

Il y a une grande confusion entre ce qu’est un blazer et une veste de sport. Il faut avouer que la nuance est subtile, pourtant dans le vestiaire masculin classique, on distingue bien deux types de vestes. Le blazer se porte bleu marine, avec des boutons dorés, on trouve généralement un blason ou un écusson à l’effigie du club/régiment qu’il représente. En effet, Le blazer est une veste très codifiée, réservée aux officiers de la marine et/ou membres de clubs de sports, yachting … Autrement dit, la très grande majorité de gens (moi y compris) ne porteront jamais de blazer (et puis entre nous c’est importable dans la vraie vie si vous ne faites pas parti d’un club qui en fait l’usage).

La deuxième veste, “la veste sport” quant à elle est ouverte à tous et se porte comme les autres vestes sports. Voici un exemple de composition personnelle ci-dessous :

Une veste bleu vif en seersucker à motif pied de poule, qui contraste bien avec le pantalon habillé beige. le motif est discret, presque fondu, j’ai donc ajouté une cravate bordeaux à motif madder et une chemise à rayures fines. Ma tenue présente donc 3 motifs différents, mais reste néanmoins équilibrée car seule la cravate possède un motif affirmé, le reste est plus discret et se fond aisément dans la tenue. Le combo veste de sport bleu / chino beige/gris clair fonctionne toujours à merveille, quelque soit votre couleur de peau/carnation ! C’est la première tenue que je conseille pour ceux qui veulent s’essayer à porter une veste sport dans un contexte casual. Par @Gustave_uhlig

 

La veste camel/beige : Un basique pourtant difficile à maîtriser

La toute première veste sport beige que j’ai achetée, il y a de cela presque 7 ans, était un échec. Notamment parce que j’avais choisis une matière qui fait rarement honneur sur une veste : le coton. Sur cette couleur (et de manière générale) je conseille d’éviter le coton, qui donne un rendu visuel pauvre, notamment au niveau des revers (ça n’est que mon avis).

C’est une matière qu’il convient d’explorer quand on possède déjà une belle collection de vestes sports et qu’on désire aller plus loin.

  • Pour ce premier exemple, j’ai choisi une tenue très simple à réaliser et facilement portable par tous : une veste beige mariée à un denim bleu, sur une paire de mocassins à pampilles bordeaux. En termes de contraste c’est équilibré, en termes de couleurs aussi. La chemise à motif avec son grand col apporte une vraie touche de caractère à la tenue et s’impose comme la pièce forte. La veste est très bien proportionnée, et les revers viennent sublimer la carrure imposante de son porteur. La construction de la veste est légère (un tout petit peu de padding, et une cigarette à l’épaule légère) et confortable. On retrouve également des poches plaquées, typiques d’une veste décontractée. Par @lopez_aragon

La veste sport avec une texture de caractère

Une veste sport peut tout à fait s’imposer comme la pièce forte de votre tenue. Pour cela, on choisit une couleur qui sort des sentiers battus et un motif texturé (la veste verte au dessus étant le parfait exemple). Cependant il faut faire attention au dosage entre couleur et motif ! Je m’explique, si vous prenez une couleur très audacieuse, il faudra éviter d’avoir un(e) texture/motif trop prononcé(e), et vice versa.

La veste ci-dessus est épaisse, c’est une pièce d’hiver, elle se marie parfaitement avec le pull col roulé ! Le jean, c’est le twist ultime de cette tenue. En effet, le denim brut se marie parfaitement avec la veste, bien que de base, le jean soit une pièce qu’on ne porte pas avec une veste sport (car ce n’est pas une pièce assez habillée). Par @paulluxsartoria

La veste sport avec un motif de caractère

On attaque du lourd, avec une veste qui possède beaucoup de caractère, dû au motif de celle-ci. Inutile de vous dire qu’il s’agit de la pièce forte de la tenue, et que tout doit être lisse autour de celle-ci, pour bien la mettre en valeur. L’alliance avec le pull col roulé est une excellente idée, la couleur vert forêt ajoute un cachet et une audace folle à la tenue. C’est très habillé, un peu osé, mais pour un gentleman d’expérience, qui se sent à l’aise dans cette tenue, c’est l’élégance à coup sûr. La pochette qui rappelle subtilement les couleurs de la veste et du pull, c’est un joli plus. @paulluxsartoria

Parfois ça ne match pas avec la tenue … Pourquoi ?

Comme toutes les autres tenues et autres styles, on peut faire une faute de goût en portant une veste sport dans une tenue habillée. Un peu plus haut, je vous donnais quelques règles pour vous aider à ne pas en commettre. Mais dis comme cela, ça n’est pas forcément évident de bien visualiser quelles tenues pourraient ne pas fonctionner ensemble. J’ai donc fouillé Instagram pour vous trouver des exemples à ne pas reproduire, et en vous expliquant à chaque fois pourquoi !

Ne pas mélanger des registres de style trop différents

Le blazer beige est sympa, la chemise casual match bien avec, la ceinture tressée fait également penser à l’été … Jusqu’ici tout est plutôt stylé. Puis, un peu plus bas, on tombe sur un jean délavé, à la coupe beaucoup trop serrée. La pièce est bien trop décontractée pour être porté avec le reste d’une tenue qui présente des pièces habillées (les mocassins entre autres que je n’avais pas cités). Ce genre de twist est une mauvaise idée, et vous transforme en kéké séducteur de boite de nuit qui essaye de se donner un genre “classe” comme il le présente si bien. Du coup certains d’entre vous me reprocheront d’avoir présenté une tenue avec un jean plus haut en disant que c’était faisable ! Ils n’ont pas tort, et à ceux-ci je répondrais que c’est un twist risqué et compliqué à maîtriser. Le cas présenté plus haut fait figure d’exception et le jean est nettement moins destroy (c’est un jean brut tout à fait classique), c’est pour ça que ça passe (de justesse). Plutôt que de prendre le risque de faire une faute de goût avec un jean, optez pour un pantalon/chino qui possède des finitions habillées (un pli central, des pinces, ou bien une taille haute par exemple).

 

Une veste de costume n’est pas forcément transposable en veste sport

Un très joli pantalon en lin, un beau sac, de belles couleurs, des finitions casual (poche plaquées, col de chemise non rigide)… tout y est, on tient presque notre super look habillé avec une veste sport ! Sauf que, problème, la veste possède un motif ultra formel importable dans une tenue casual : la rayure. Je soupçonne cette veste de faire parti d’un costume entier, et la dépareiller est une mauvaise idée car la pièce est beaucoup trop formelle et ne s’intégrera jamais dans un look casual, même très habillé. La rayure est le seul motif prohibé pour les vestes de sport.

On ne porte pas jamais de chaussures noires avec une veste sport

 

Personnellement j’ai tendance à penser que le noir est une couleur sur-côtée dans la mode masculine. Selon moi, ça ne va avec rien d’autre que le blanc et,  c’est strictement réservé aux enterrements ou au port du smoking (black tie/White tie). Mis à part mon avis, tenons-nous en aux faits : Il y a une chose qui n’est pas permise, c’est de porter des richelieu noires dans une tenue casual (même habillée). Pourquoi ? pour la même raison que la veste croisée à rayures : c’est beaucoup trop formel. A la place optez pour des souliers marrons ou bordeaux, ils offrent plus de nuances et surtout ils sont nettement moins formels qu’une paire d’oxford noire.

 

Une veste sport s’agrémente forcément d’une chemise, jamais d’un t-shirt

Personnellement je ne porte jamais de t-shirt car mes avants bras sont trop menus pour que ça soit beau. En revanche, quand on est un peu gaulé, ça peut être très élégant dans une tenue élégante ! En revanche, on ne porte jamais de t-shirt sous une veste sport. Pourquoi ? Tout d’abord parce que c’est une pièce trop casual, et qu’en plus ça détruit l’harmonie et les lignes au niveau du cou tandis qu’avec une chemise vous n’avez pas cette cassure grâce au col. C’est pour ces mêmes raisons qu’on ne porte jamais de t-shirt sous un costume. C’est une question d’éducation mais aussi d’esthétique visuelle (la fameuse cassure au niveau de votre cou).

 

On évite les pièces fantaisistes dans ce genre de look habillé

Personnellement je pense que les gros pulls moches se portent en périodes festives, chez soi en famille, mais en aucun cas en public. Une lubie d’autant moins recommandée avec le port d’une tenue impliquant une veste sport.

Notre sélection des vestes sports homme

Maintenant que nous avons abordé le pour et le contre, voici une petite sélection de vestes hommes. Comme pour tout les autres guides, vous en trouverez pour différentes gammes de prix et différents styles.

Cette petite sélection est amenée à être étoffée, au fur et à mesure de nos rencontres et de ce que nous entendons. L’offre est pléthorique, et j’ai renoncé à parler de marques prometteuses. Pourquoi ? Parce que je ne prendrais pas le risque de conseiller une marque que je n’ai pas testée, éprouvée en toute connaissance de cause.

Entrée de gamme (95-200 euros)

Pour les petits budgets, j’ai réussi à vous dénicher deux marques qui proposent des produits fondamentalement différents, il y en a donc pour tout les goûts.

Silbon Paris (95-140 euros)

Une marque que nous présentions le mois dernier, qui offre un vestiaire habillé au style méditerranéen très prononcé (des revers larges, une construction légère…). Bien que la coupe laisse à désirer quand vous êtes mince, ça reste une belle entrée de gamme pour qui désire s’offrir une veste ou un costume qui sort des standards de la tendance (petit revers, coupe trop étroite…). Pour ceux qui veulent en savoir plus, voici le test du costume Silbon Paris.

Anthony Garçon (190 euros)

La marque propose une approche beaucoup plus tendance du vestiaire masculin. Vous y trouverez une très grande variété de tissus, et plusieurs coupes différentes. Les vestes sports Anthony garçon sont plutôt structurées (du padding et une cigarette à l’épaule) et proposent un parti pris très standard : petit revers, coupe cintrée. Pour ceux qui veulent plus de détails, je vous met le test du costume Anthony Garçon !

Moyen de gamme (200-400 euros)

Dans cette gamme de prix-là, on peut trouver de nombreuses marques, mais après avoir étudié nombre d’entre elles, il en ressort une qui propose véritablement plus d’avantages que les autres.

Suitsupply (229-400 euros)

Une marque qu’on ne présente plus aujourd’hui et qui propose un rapport qualité/prix excellent (notamment grâce à sa production chinoise). En plus de cela, la marque présente nombre d’avantages : pas de revers minuscules, un vaste choix de tissus, des finitions, un large choix de coupe … une politique de retour royale … Bref, difficile de faire mieux dans cette gamme de prix ! Suitsupply est un des meilleurs choix pour débuter une garde robe dans cette gamme de prix-là. L’année dernière nous avions testé le service de veste sur demande, je vous laisse le lien !

Haut de gamme / Luxe / (à partir de 400 euros)

De très nombreuses marques de prêt à porter se réclament du luxe, sous prétexte qu’ils vendent des vestes (entre autres produits) plus chères que leurs concurrents. Malheureusement, nombre d’entre elles sont souvent des marques sans intérêts qui produisent des produits vaguement haut de gamme avec un cahier des charges technique médiocre. Voici notre sélection de marques de prêt à porter (que nous avons éprouvé rien que pour vous) qui proposent un excellent rapport qualité/prix et une véritable confection digne d’un produit haut de gamme/luxe.

Pini Parma (400-650 euros)

Probablement mon adresse préférée de prêt à porter sur Paris en ce moment. Thomas Pini, le fondateur de la marque propose un vestiaire qui respire le style napolitain, et cela sans concessions : De très belles finitions, des revers généreux, une construction légère, un choix de tissus à tomber par terre, un grand travail sur les coupes … Le tout à un prix particulièrement serré pour une confection 100% italienne. On y trouve des pièces simples à porter, tout comme des pièces nettement plus habillées (dont la désormais fameuse collection Soragna). On a écrit plusieurs tests sur la marque, que vous trouverez ici et ici ! La marque propose également un service de mesure, qui permet de réaliser vos moindres souhaits (remonter une taille, ajouter des détails…).

Lopez Aragon (450-550 euros)

 

Une petite pépite que j’ai découvert cette année. Lopez Aragon est une marque qui propose une collection entièrement sur demande. C’est simple, vous choisissez le modèle de produit qui vous intéresse (on compte une vingtaine de références possibles) dont plusieurs modèles de vestes sport (4 au total). Une fois le modèle choisi, vous pouvez faire votre choix entre plusieurs tissus possibles, la marque vous propose ainsi une offre très pointue. Les finitions sont très belles, les tissus sont dingues et en termes de parti pris stylistique on est pas très loin du graal sartorial. Seul petit bémol, il faut compter 6 semaines entre la commande et la réception du produit. C’est donc une offre qui s’adresse aux puristes qui désirent compléter leur garde robe avec une pièce pointue qui sort vraiment de l’ordinaire. On a pu réaliser un test sur cette marque en décembre dernier, et j’attends actuellement la réception de la veste safari que je me suis commandée pour ce printemps !

Une veste de sport sur mesure (à partir de 500 euros)

En plus de ces différentes offres en prêt à porter, on peut également trouver nombre d’enseignes de mesure qui proposent également de réaliser des vestes sports sur mesure. Il faut compter environ 1 mois d’attente entre la commande et le premier essayage, mais c’est probablement l’option la plus pertinente si vous désirez un produit très particulier. On en compte plusieurs à Paris : Swann & Oscar, Rives Paris, Videlongo, Tailor Trucks, les Francs-Tireurs , The French Tailor (l’article arrive le mois prochain) mais également présents dans d’autres grandes villes de France comme Blandin & Delloye ou Keitel !

Notre sélection spéciale italienne  sur Yoox (de 150 à 500 euros)

Comme la plupart d’entre vous le savent, Yoox regorge de petites marques italiennes pointues qu’on ne retrouve pas ailleurs (en tout cas pas au même prix) et qui proposent des motifs originaux et des textures plus travaillées que ce que l’on voit d’ordinaire en France.

Yoox c’est un site absolument gigantesque et complètement bordélique. On pourrait s’y perdre des heures, mais comme Valéry connait très bien le site, il vous a déniché quelques perles intéressantes pour tout les budgets !

Sartoria Latorre (153-274 euros)

Michele Latorre fonde Sartoria Latorre en 1965: au début une petite entreprise de costumes sur-mesures. L’entreprise grossit au fur et à mesure qu’elle sert la clientèle locale et que la vision du fondateur se tourne vers le bespoke napolitain comme cadre de référence. Leur Instagram est une vraie mine d’or en terme d’inspiration.

Disponible ici à 153 euros

 

Disponible ici à 199 euros

Disponible ici à 274 euros

Boglioli (175-315 euros)

La plus grosse caractéristique de la marque Boglioli, c’est sans conteste leurs épaules naturelles, vraiment hyper caractéristiques du style casual chic. Un peu les vestes parfaites pour le style sprezzatura. Si vous privilégiez le confort et la légèreté, que vous habitez dans un pays chaud mais que vous devez quand même porter le costume, et que vous avez déjà de bonnes épaules, c’est vraiment la marque qu’il vous faut.

Disponible ici à 175 euros

 

 

Disponible ici à 273 euros

Disponible ici à 281 euros

Disponible ici à 315 euros

Reporter (180 euros)

Reporter est une marque milieu de gamme italienne, dont les produits et les tissus sont Made in Italy: les produits ont une coupe plutôt slim. La marque est surtout connue pour son modèle Quick Jacket, confectionnée dans une laine infroissable et idéale pour voyager.
Ses épaules sont naturelles, la doublure est légère et la laine a un tissage aéré idéal pour l’été. La marque est distribuée aux Etats-Unis aux alentours de 500 dollars.

Disponible ici à 180 euros

 

Lubiam/LBM/Luigi Bianchi Mantova (254-295 euros)

C’est en 1911 que Luigi Bianchi, après 13 ans d’apprentissage sartorial à Turin puis à Milan, ouvre sa propre boutique à Mantova. Son premier succès ? Attirer l’attention du Prince de Galles Edward qui y commande une garde-robe complète. Sûr de sa technique, Luigi Bianchi cherche alors à la rationnaliser et surveille de près les progrès de productivité américains, en particulier les méthodes introduites par Ford.
Il applique ainsi en 1929 le modèle fordiste pour obtenir une production de masse qui aurait la même qualité que son offre sur-mesure. De 250 employés en 1933,
il passe aux 500 en 1939 et crée le label Lubiam. On distingue aujourd’hui trois marques sur Yoox: Lubiam, Luigi Bianchi Mantova et LBM 1911, cette dernière étant surtout connue pour ses vestes déstructurées.

Disponible ici à 254 euros

 

Disponible ici à 279 euros

 

Disponible ici à 285 euros

 

 

Disponible ici à 295 euros

Cantarelli (300 euros)

Cantarelli est fondée en 1970 par Mauro Cantarelli: elle se faît connaître grâce à la veste sport en jersey. Cette marque est le premier des petits bons plans italiens de la sélection: Cantarelli est l’une des manufactures qui produit notamment pour Ralph Lauren Purple Label: les tissus sont légers, les coupes bien pensées (et leurs costumes sont complètement entoilés). La marque appartient à l’école Napolitaine au niveau de la structure des épaules: on le voit sur les photos des modèles Yoox.

Disponible ici à 302 euros

Tagliatore (330-350 euros)

Tagliatore est une marque d’Italie du Sud appartenant au groupe Lerario, mené par le créateur Pino Lerario. Elle se concentre surtout sur les textures, les couleurs et les détails. Le style est caractéristique de l’Italie du Sud: des coupes ajustées, des épaules molles et deux fentes à l’arrières.
Les vestes sont généralement semi-entoilées et doublées, avec des coutures renforcées.

Disponible ici à 333 euros

Disponible ici à 344 euros

Caruso (335-440 euros)

Caruso est en fait une des usine qui fournit une grande partie des meilleures marques de la planète: on les retrouve notamment derrière Arnys, Smalto, ou encore Ralph Lauren Purple Label. L’usine a aussi ses propres marques: Rafaele Caruso, Sartoria Parma et Maco. Soyez bien attentifs car c’est un des meilleurs choix en termes de rapport qualité/ prix et on en trouve massivement sur Yoox (attendre les soldes) et eHaberDasher.

Disponible ici à 335 euros 

Disponible ici à 440 euros

Tombolini (380-400 euros)

On évoque souvent Tombolini comme le Isaia du pauvre: les produits sont riches en couleurs et en motifs et les tissus sont honorables. Ils pâtissent d’une confection de moins bonne qualité avec énormément de thermocollé.
Certaines vestes proposent tout de même du semi-entoilé. L’offre est pléthorique sur Yoox et vous trouverez forcément une veste casual adaptée

 

Disponible ici à 376 euros

 

Disponible ici à 383 euros

Disponible ici à 410 euros

 

Lardini  (490 euros)

Lardini fût fondée en 1978 et fabriqua à la base pour des noms plutôt prestigieux comme Dolce&Gabbana, Burberry ou encore Ferragamo. La marque se distingue avant tout par des tissus extrêmement travaillés, avec des teintures poussées aux tons variés, ainsi que des traitements faits mains. En ce qui concerne les finitions et la coupe, on a du semi-entoilé, fait à la machine, un padding léger et un tombé quasi parfait.

Disponible ici à 490 euros

Massimo Piombo (530 euros)

Vous voyez Boglioli ? Piombo se situe sur un créneau légèrement plus qualitatif, et le style italien coloré dans ses derniers retranchements. Par rapport aux autres marques italiennes, Massimo Piombo est jeune puisqu’elle a été fondée dans les années 80. Elle s’appuie d’abord sur un sourcing raisonné, concentré en Europe: de la soie lyonnaise, du coton suisse, de l’alpaga hongrois ou encore du cachemire écossais. On trouve sur Yoox deux lignes MP Massimo Piombo (la ligne principale, qui est d’ailleurs confectionnée dans l’usine de Kiton) et Piombo.

Disponible ici à 530 euros

 

Vous aimerez peut-être: