TEST JAGVI : UN VESTIAIRE URBAIN ET RAFFINE QUI VOUS FAIT VOYAGER

Voyager, c’est s’ouvrir au monde..

Test Jagvi : mise à l’épreuve de la veste teddy , de la chemise à carreaux et du pantalon strech

 

Une des données majeures qui s’impose au voyageur aguerrit, c’est l’aspect pratique : bien réfléchir à la composition d’une valise pour partir deux semaines peut s’avérer difficile, question à laquelle Valéry a d’ailleurs songé dans cet article. Une fois la question du contenant résolue, vient celle du contenu : légèreté, pratique, efficacité.. Et pour toute destination “exotique”, il ne faut pas se louper.

Et si vous pouviez à la fois déambuler tout en légèreté, avec ce côté aventurier et pratique, tout en gardant un style impeccable ? La réponse se nomme Jagvi.

I  DU RETAIL À LA PHOTOGRAPHIE, UNE HISTOIRE DE PASSION.

I L’histoire  Jagvi

Alors que Pierre-Yves travaille dans l’industrie du textile outdoor depuis une dizaine d’années, il décide de tout lâcher pour lancer sa propre marque. Chose facilité par sa rencontre avec Christine, qui elle-même possède une longue expérience dans le stylisme. D’une passion commune pour la mode, et en réunissant les qualités de ses deux fondateurs, est née Jagvi en 2013, non pas à Paris comme pour beaucoup, mais à Annecy en Haute-Savoie.

Le nom de la marque “Jagvi” se traduit par une forte envie de mettre en avant le mélange d’une certaine vision de la création (“Jag” signifiant “moi” en suédois) et des envies de mode masculine (“Vi” signifiant “nous” dans la langue nordique).

II Quand l’outdoor rencontre la mode.

Au delà de la passion commune pour la mode, ce qui a réunit Pierre-Yves et Christine, c’est la passion pour la photographie et le voyage. Et non, ça n’est pas pour rien si le logo de la marque représente les contours d’un appareil photo !

L’idée majeure développée par les deux fondateurs, réside dans la création de vêtements dédiés au voyageur soucieux d’emporter avec lui un vestiaire léger, contemporain et dont le rendu visuel reste élégant. Avec cette passion commune pour des produits liés au voyage, dont le design est à la fois minimaliste et raffiné, ce qui découle logiquement sur le gimmick de la marque “Tailormade for smart travellers”.

III Le style Jagvi.

Minimaliste, contemporain et raffiné sont les maîtres-mots. En jetant un oeil au dernier lookbook présenté par la marque, on peut observer plusieurs données assez intéressantes :

  • Un vestiaire complet : du tee-shirt, en passant par le sweatshirt, la chemise, le pull ou les vestes pour finir avec le jean selvedge et la bagagerie, ce que vous voyez peut effectivement suffire pour charger sa valise, sortir son ticket d’avion et partir en voyage.
  • Une notion de mouvement :  quoi de mieux qu’un mannequin effectuant un saut pour imager la légèreté et le côté “stretch” du vêtement ?
  • Un look urbain : de toute évidence, Jagvi ne vous propose pas de voyager en costume 3 pièces en laine VBC. Non, quand bien même le vestiaire élégant masculin tend vers une amélioration du confort, la marque propose une collection plus décontractée, tout en conservant un rendu raffiné de part le choix des coupes, des matières et des coloris.


    Dernier défilé de Jagvi pour la collection SS16 “Créateur de bleu”

Concernant le parti pris chromatique, ce serait mentir de dire que la collection printemps-été 2016 de Jagvi est monochrome, mais les différentes tonalités qu’elles soient azur, cyan ou encore indigo ou marine, la composent en grande majorité.

Les coloris sont résolument légers, tout comme le sont les matières : exit la laine, le vestiaire de la collection SS16 de Jagvi se tourne vers un choix très qualitatif de coton et de lin pour composer ses pièces, sourcés des ateliers européens et japonais à taille humaine.  Côté confection, le patchwork international est très intéressant à travers un choix de fabrication dans des ateliers notamment situés en France, en Italie ou au Portugal. On appréciera ce mode opératoire plus qualitatif que quantitatif pour une marque qui cherche à s’assurer au mieux le contrôle qualité !

 

II TEST DE LA COLLECTION PRINTEMPS-ÉTÉ 2016

Après avoir discuté avec Pierre-Yves, nous avons trouvé plus cohérent de présenter non pas une seule pièce de la collection, mais une tenue complète. En reprenant l’objectif de la marque qui est de composer un vestiaire complet destiné au voyageur, je vais vous présenter trois pièces légères qui se marient à la perfection pour composer un look.

 

I  LA VESTE TEDDY

Destiné à l’origine aux étudiants américains férus de football, la veste teddy a su traverser plusieurs décennies pour s’installer confortablement dans le panorama des vestes de mi-saison idéales. Cette version revisitée de la veste teddy par Jagvi reprend plusieurs éléments de la veste d’origine à savoir le col arrondi et la taille à bords-côtes, ainsi qu’une coupe assez courte et les deux poches latérales.

Le design 

En terme de design, il convient de noter à prime abord ce qui diffère avec une veste teddy comme on a l’habitude de la voir. Visible au premier coup d’oeil, le minimalisme est de mise : pas de numéro de joueur, pas de logo extérieur d’université ou autre indication, cette veste est d’une belle simplicité.

 

Le col rond à bords-côtes est assez fin, pouvant laisser dépasser un col de chemise. Car oui, on peut la porter avec un t-shirt pour garder le côté sport lié aux origines de cette pièces, tout comme avec une chemise pour garder un look un peu plus habillé..

La coupe

Il y a peu à dire de ce côté la. Alors qu’à l’origine le teddy est une veste qui a tendance à se porter plutôt ample (à l’américaine), il conviendra mieux de la porter plus près du corps, à l’instar d’une veste harrington par exemple. Mesurant 1m84 et ayant une taille assez fine, j’ai opté pour ma taille habituelle (un S), et elle tombe à la perfection.

Pour bien porter une veste de ce type, il faut prévoir assez de place pour un pull fin, un t-shirt ou une chemise bien sûr, pour tomber juste au dessus des fesses au niveau de la longueur (juste en dessous de la ceinture). Pas la peine de choisir une taille plus grande pour prévoir un vêtement plus épais en dessous, elle est de toute façon faite pour être portée de façon décontractée avec des températures clémentes.

L’intérieur

Le lining intérieur est parfaitement cousu et confère une certaine douceur porté. Le bleu marine est assez sobre, restant fidèle au design minimaliste voulu par la marque.

 

On retrouve de toute évidence l’étiquette avec le logo de la marque, suivi de la mention “Designed in France”. Tout en discrétion, avec l’étiquette de nuque il s’agit du seul élément visible à l’intérieur de la veste.

 

Sauf que si on regarde avec un peu plus d’attention, on voit dépasser un petit zip caché au niveau de la couture entre l’extérieur et l’intérieur de la veste. Le choix a été fait de ne pas proposer la classique poche intérieure horizontale, mais plutôt une poche cachée cousue à la verticale, dans laquelle on retrouve l’étiquette de taille et de composition.

Je trouve l’idée assez sympathique, en repensant notamment aux voyages que j’ai fait en Asie pendant lesquels, j’essayais de trouver un moyen souvent peu esthétique pour protéger mes papiers importants (genre une banane à glisser sous son pantalon..). Encore une fois fidèle à son identité, ce petit trick plaira aux voyageurs et autres érudits.

 

“Le diable est dans les détails” : et en parlant de détail, j’ai constaté que sur les 3 pièces que j’ai testé, le dénominateur commun est ce liseré intérieur qui vient protéger la coutûre entre du lining.

La matière

Si il y a une donnée que j’ai bien retenu avec Jagvi, c’est que le choix des matières a une importance capitale. Avec ce teddy, on a délibérément opté pour une redéfinition de la pièce de la manière la plus légère possible.

 

Au niveau du détail, j’aime beaucoup observer de plus près la pigmentation du coton utilisé. D’ailleurs en parlant de coton, il compose à 50% la veste, complété par 24% de polyamide et 25% de polyester. Ce choix des matières traduit une nécessité de d’apporter à cette pièce un grand coup de fraîcheur. Pas de souci pour l’été, la thermo-régulation est au rendez-vous.

Les finitions

Soucieux d’apporter un produit avec des finitions parfaitement maîtrisées, les créateurs de Jagvi ont vu juste : tout est très bien cousu, je n’ai rien remarqué de gênant ou de mal terminé sur cette pièce.

Petit détail sympathique à mon goût, les poches latérales extérieures sont cachées derrière un liseré qui paraît lui-même plié. Quand bien même il ne s’agit que d’un détail visuel, je trouve que cela donne un petit plus à l’originalité du produit.

 

Classiques mais joliment réalisés, les bords côtes reprennent le coloris du lining intérieur. Ils permettent une parfaite tenue à la veste, sans pour autant serrer la taille de façon inesthétique.

Dernier détail qui n’est pas des moindres, contrairement à la grande majorité des teddy’s , les manches ne se terminent pas par des bords côtes, mais par une fermeture à un bouton. Bouton qui soit dit en passant, reprend les couleurs de la marque.

Globalement

J’aurais presque tendance à dire qu’il s’agit plus d’une veste d’été que de mi-saison (du moins vu la fraîcheur du printemps parisien..). Elle est parfaitement taillée et sans grande surprise, la matière est belle, et les finitions maîtrisées. Chose pourtant difficile, la marque a réussi à donner un coup de jeune et surtout, réinterpréter à sa manière une pièce qui est pourtant largement commercialisée. Niveau prix, la veste teddy sort en retail à 300€, prix relativement élevé dans un sens, mais plutôt justifié vu le niveau de finitions et la fabrication française.

 

II  LA CHEMISE À CARREAUX EN LIN

La chemise à carreaux est une des pièces les plus versatiles du vestiaire masculin contemporain. On peut retrouver des carreaux de toutes tailles, des choix de coloris presque infinis, et au niveau des matériaux c’est à peu près la même histoire.

Le design

Une fois n’est pas coutume, Jagvi délivre une pièce qui, quand bien même elle est bicolore, garde un design assez minimaliste sans la moindre fioriture. Au niveau du coloris, on retrouve sur cette chemise à carreaux une belle tonalité de bleu mêlée à un vert-bleuté. Le rendu est très agréable visuellement et saura se porter très facilement dans une tenue légère.

 

J’ai une préférence personnelle pour les grands carreaux plutôt que les petits.. C’est sans aucun doute lié à mon style de tous les jours relativement smart-casual. Dans le cas présent, la taille des carreaux me semble très bien, ni trop gros pour donner un effet patchwork, ni trop petits.

La coupe

Il s’agit d’une coupe assez ajustée, sans tomber dans le slim.. Une coupe de plus en plus utilisée, tombant très bien sur la plupart des physiques.

s

Pour une chemise qui se veut portée pendant la saison chaude, elle est plutôt destinée à être portée en dehors du pantalon, d’ou la longueur s’arrêtant à mi-fesses. Tout comme le teddy, j’ai choisi de prendre du S et je n’ai pas eu de mauvaise surprise qu’il s’agisse de la largeur des épaules ou du tombé global.

La matière

Si j’ai déjà précisé que cette chemise se portera en fin de printemps et en été, c’est avant tout pour sa composition 100% lin. Avec cette matière qui fait partie des plus légères, Jagvi propose un produit qui saura vous donner une pointe d’élégance même sous 35° au soleil.

 

Dans les avantages du lin on notera bien sûr la légèreté et la respiration du tissu, mais à l’opposé, il ne faut pas oublier qu’il s’agit également d’une matière qui se froisse facilement et pour laquelle il faut prendre des pinces lors du lavage (et du repassage (ou alors faites comme moi, utilisez un défroisseur vapeur)). Cela dit, l’utilisation de cette matière est plus que justifiée lorsque les grosses chaleurs arrivent. Quand bien même certains cotons légers se défendent bien, rien de mieux qu’une chemise en lin pour y survivre.

Les finitions

Les finitions sont globalement dignes d’une très belle chemise contemporaine. Cependant, j’ai ausculté avec attention les coutures de la chemise et encore une fois, tout est en ordre. Voyons ça de plus près :

 

Avec ce col, pas d’erreur possible : il s’agit d’un petit col boutonné assez fin. Le boutonnage est très pratique pour maintenir le col dans une bonne forme sur le long terme, d’autant plus lorsque l’on n’utilise pas de baleines. Niveau largeur, il tombe très bien : en fermant le dernier bouton, je peux passer sans problème mon index entre le col et mon cou.

Preuve qu’une bonne attention a été portée sur les détails, on retrouve une petite hirondelle de renfort en forme de triangle rectangle sur les côtés de la chemise.

 

Au niveau du boutonnage des manches, rien à signaler concernant les coutures. Tout me semble parfaitement solide !

test-jagvi-printemps-ete-chemise-carreaux-lin-homme-boutons

 

Seul bémol que j’ai relevé dans les finitions : tous les boutons de la chemise sont cousus en parallèle. Bon, même si les marques utilisent majoritairement ce procédé de couture, et qu’en l’occurence sur cette chemise il semble très bien exécuté, on aurait préféré une couture en croix (sans pousser jusqu’à la patte d’oie non plus), plus durable dans le temps.

Globalement

Légèreté, respiration et qualité : je n’avais pas porté de chemise en lin depuis un certain temps et j’avoue que celle-ci me fait renouer avec cette matière. Le toucher est agréable, la coupe ajustée met bien en valeur le corps de l’homme et le coloris est original, sans prendre trop de risques. Sans oublier bien sûr les racines de la marque, on s’imagine très bien partir se promener dans le nord de la Thaïlande, sans pour autant mettre de côté son envie d’élégance. Et puis qui dit “matière légère”, dit “plus de place pour remplir sa valise” ! Bref, à 125€ en retail, il s’agit d’une très belle proposition de la part de Jagvi.

 

III  LE PANTALON STRETCH

Voyager inclut souvent de longues heures de marche à travers de nouveaux lieux.. Pour cela, miser sur le confort est absolument nécessaire (croyez-en mon expérience, j’ai visité 5 pays d’Asie en 2 mois de manière intensive). Lorsque le short est la meilleure alternative en terme de fraîcheur, un pantalon convient parfois mieux aux situations ou températures changeantes. Le pantalon stretch de la dernière collection de Jagvi est sans doute ce qui se rapproche le mieux d’un pantalon à la fois confortable et élégant.

Aspect global

Ce pantalon est tout à l’image de la marque, une pièce au design minimaliste. D’un beige très clair, qui tendrait presque vers un gris, on retrouve un grand classique du vestiaire masculin. Même si son aspect semble des plus communs, il faut se pencher sur les détails pour observer qu’il s’agit d’une pièce bien à part. En bref, ce pantalon à 4 poches s’en sort très bien au crash test visuel.

 

 

La coupe

Au niveau de la coupe, on retrouve un pantalon très confortable qui saura satisfaire ceux qui préfèrent le porter ajusté. Ni trop slim, ni trop droite, la taille de ce pantalon est parfaitement maîtrisée. J’avoue avoir eu une petite crainte quant à la manière avec laquelle le pantalon fit (étant un grand habitué du slim), mais il tombe très bien.

e

Lorsque j’ai un doute sur le fit d’un pantalon (qui tendrait plus vers une coupe droite), j’ai tendance à prendre une taille inférieure (je fais plutôt un 40 en slim et parfois du 38 sur les coupes plus droites), mais en prenant du 40 sur ce pantalon j’ai visé juste : même si il me semble un peu long sans faire d’ourlet, il ne colle pas aux cuisses tout en restant assez fitté, et a tendance à se resserrer au niveau des mollets. En bref, une belle coupe.

La matière  

On retrouve cette originalité propre à la marque : les compositions des pièces. Pour ce pantalon, les créateurs ont choisi une majorité de coton (96%) avec 4% d’élasthanne en complément.

 

Si j’ai indiqué plus haut qu’il s’agit d’une pièce très confortable, que j’imagine être portée pour de longues journées de marche, c’est en grande partie via la composition. Je suis assez habitué au port du slim très souvent composé de 2% de matière élastique, mais en doublant ce chiffre on arrive très facilement à une pièce qui rappelle presque les pantalons techniques.

Les finitions

De toute évidence, elles font la différences. Les coutures sont une nouvelle fois bien solides, les poches semblent renforcées et les ourlets très proprement réalisés. Pour le coup, j’apprécie vraiment l’attention portée aux détails sur cette pièce.

 

Tout d’abord la poche à pièces… est factice ! Il s’agit plutôt d’un détail esthétique qu’une envie de rajouter une 5ème petite poche au pantalon. J’ai aussi tendance à penser que ce même bouton que nous avons déjà pu apprécier sur le teddy est là pour donner un rappel visible de l’identité de la marque.

Détail assez agréable que je croise peu souvent : le bas des deux poches latérales avant est renforcé par une pièce de tissue cousue d’un pan à l’autre. L’idée est très bonne, surtout si vous avez la mauvaise tendance à ranger plein de choses dans ces poches et qu’ainsi, vous les maltraitiez en permanence.

 

Mon petit tour habituel de la couture des ourlets est très satisfaisante : c’est globalement très propre, ce qui assure un meilleur rendu si comme moi, il vous arrive souvent de les relever au dessus de la cheville.

test-jagvi-printemps-ete-pantalon-stretch-fermeture-taille

 

On retrouve cette double fermeture à la taille (agrafe + bouton) pour assurer un meilleur maintien, chose finalement très classique sur un pantalon. Au niveau des finitions, j’ai été agréablement surpris par la propreté des coutures intérieures, et la régularité avec laquelle les poches sont finies. Et coucou le logo de la marque !

test-jagvi-printemps-ete-pantalon-stretch-poches-arrieres

 

Même chose qu’à l’avant, l’arrière est très proprement fini. Par contre ne vous trompez pas sur la taille, vous constaterez qu’il n’y a pas de surplus de tissu au cas ou vous souhaiteriez l’emporter chez votre couturier. Sinon globalement, c’est très propre. On regrettera à la rigueur l’absence d’une ouverture à l’anglaise, permettant une meilleure aisance au cas ou le repas est assez (trop) copieux. En dehors de ce détail, je suis très satisfait du niveau de finitions de ce pantalon, qui sort à 130€ en retail.

IV LE LOOK COMPLET

Vous aurez forcément remarqué que les trois pièces dont je vous ai parlé dans cet article se marient à la perfection, pour créer un look complet signé Jagvi. Cela tombe plutôt bien, il s’agit également du type de coloris que j’ai tendance à arborer dans ma vie de tous les jours.. Comme quoi, vous n’avez pas besoin de partir en voyage pour porter une tenue de la sorte. Je vous laisse découvrir le rendu en image.

test-jagvi-printemps-ete-look-tenue-1

test-jagvi-printemps-ete-look-tenue-2

test-jagvi-printemps-ete-look-tenue-3

 

 

V CONCLUSION

Jagvi est une marque qui mérite vraiment qu’on s’y attarde. J’ai vraiment pris plaisir à découvrir une collection assez originale, avec des matières raffinées et des pièces revisitées de la meilleure de manières.

On voit que les deux créateurs ont mis du cœur à l’ouvrage, pour créer une marque qui se distingue dans le panorama actuel de la mode française. Quand bien même j’ai beaucoup parlé du vestiaire d’un voyageur, les pièces de la collection se prêtent très bien à une utilisation de tous les jours, d’autant plus avec les premières températures (vraiment) printanières que nous vivons actuellement.

Le pantalon stretch fait parfaitement son boulot, avec une couleur fraîche, une composition permettant un réel confort et des finitions aux petits oignons. Du côté de la chemise, elle saura très facilement sa place dans votre vestiaire, que vous la portiez sous une veste au printemps ou seule en été; encore une fois, confort et qualité assurés ! Pour finir, j’ai eu un vrai coup de coeur pour la veste teddy, qui malgré un design très minimaliste, s’avère être une pièce de choix pour la saison !

Je vous invite à jeter un oeil à la marque, notamment en faisant un tour sur le site de l’Exception.

 

 

3 réflexions au sujet de “TEST JAGVI : UN VESTIAIRE URBAIN ET RAFFINE QUI VOUS FAIT VOYAGER”

Laisser un commentaire

18 Partages
Partagez18
Tweetez
Enregistrer