fbpx

MOVEMBER: COMMENT BIEN CHOISIR ET FAIRE POUSSER SA MOUSTACHE

Note de Valéry: Vous allez rire. Aujourd’hui, je laisse la parole à Clémence (une FILLE donc) qui va vous donner des conseils pratiques pour vous apprendre à bien faire pousser et entretenir votre moustache pendant Movember. Même si elle n’est pas une fille à moustache, elle a fait le tour des conseils les plus pertinents en long en large et en travers. Le résultat: la synthèse ULTIME pour bien faire pousser votre moustache, bourrée des meilleures astuces pratiques.

Profitons du mois de novembre, mieux connu de nos jours sous le nom de Movember, pour parler un peu pilosité.

Pour ceux qui n’aurait encore jamais entendu parler de Movember, petit rappel préliminaire : lancé par la Movember Foundation Charity en 2003 en Australie, il s’agit de sensibiliser les hommes à leur santé et de récolter des fonds pour faire avancer les recherches sur les cancers masculins. Un beau projet, donc, qui a su trouvé le bon argument de vente : la moustache. Emblème masculin par excellence, la fondation s’est proposée d’en faire le symbole et le leitmotiv de sa cause en proposant aux hommes du monde entier un défi simple : se laisser pousser la moustache pendant les 30 jours du mois de novembre et partager leurs progrès afin de récolter des dons.

Attention, les règles sont strictes : il faut absolument avoir commencé sa moustache le 1er novembre. Si vous ne vous êtes pas rasé le 31 octobre ou si vous l’avez fait entre temps il va vous falloir attendre un an avant de pouvoir prétendre au titre de Mo Bro. En attendant, vous pouvez aller faire un tour sur le site officiel (fr.movember.com) ou suivre et soutenir les moustaches du monde entier sur les réseaux sociaux.

bien-choisir-moustache-conseils-movember

Revenons-en à nos poils. Que vous fassiez Movember ou non, voici un guide pour bien porter la moustache, parce que ressembler à Mario ou à un acteur porno des années 80, même si la moustache est à la mode, c’est rarement flatteur !

A noter : les conseils ci-dessous sont valables pour tous. Si vous estimez que vous ne pouvez pas porter la moustache parce que vos poils ne poussent pas vous avez tort : à moins d’être imberbe, il ne s’agit que d’une question de temps (et donc de patience). Cela vous demandera un peu plus d’efforts, mais vous aurez une aussi belle moustache qu’un autre !

I La pousse (étape de l’attente éternelle)

C’est l’étape inévitable à toute nouvelle moustache. C’est aussi la phase la plus longue et la plus désagréable. Ne lâchez rien, c’est dans votre résistance imperturbable aux démangeaisons et à votre maîtrise parfaite du zen que vous saurez faire face à la désagréable sensation de pousse du poil et aux imperfections de votre pilosité.
La nature étant toujours bien faite, si les débuts de la moustache sont longs et douloureux c’est tout simplement pour opérer une sélection naturelle : ceux qui passeront ce cap seront dignes de porter la moustache.

fail-bien-choisir-moustache-conseils-movember

Selon les personnes, cette étape peut prendre une semaine ou plusieurs (la moyenne pour une longueur appréciable est de 2 semaines). Vous pouvez donc, selon votre pilosité, continuer votre vie quotidienne en passant simplement pour un rustre pendant quelques jours ; ou choisir de vous retirer dans quelques lieus sombres et secrets afin de développer vos talents personnels en attendant que votre épiderme daigne se couvrir d’un pelage homogène.

Faire pousser sa moustache: un entretien constant pendant Movember

Que vous preniez vos cumuliez deux arrêts maladies et tous vos congés payés ou non, ne restez pas à attendre sans rien faire : une moustache s’entretient et mieux vaut prendre les bonnes habitudes dès le début !

Préparez le terrain :
– Nettoyez votre peau régulièrement.
– Pour réduire les démangeaisons, hydratez-la (l’huile de coco est particulièrement recommandée pour assouplir cheveux et poils de barbe).
– Laissez-vous pousser la barbe : plus facile à assumer dans un premier temps, elle vous évitera de passer par la phase douteuse de la moustache d’adolescence prébubère (sans offense).
– Entretenez-la : ce n’est pas parce que vous vous laissez pousser la moustache qu’il faut pour autant laisser votre visage en friche et ressembler à un ours. Rasez régulièrement toutes les zones de pilosité superflue.

II Choisir votre style

Il existe des dizaines de formes de moustaches, sans compter toutes les variantes personnelles que l’on peut y ajouter. Alors comment choisir la bonne moustache, celle qui va vous aller ?

types-bien-choisir-moustache-conseils-movember

La moustache seyante :
C’est celle qui flatte votre visage. Son épaisseur doit être proportionnelle à vos traits : fine si vous avez le visage fin, plus épaisse si vous avez le visage plus large. De même si vous avez un nez fort, vous porterez mieux une moustache abondante.
Comme la moustache souligne votre bouche, elle doit aussi la mettre en valeur (et non la cacher). Ainsi, si vous avez une grande bouche, veillez à ce que votre moustache ne dépasse pas les commissures de vos lèvres. Au contraire, si vous avez une petite bouche, jouez sur les perspectives avec une moustache relativement fine et plus longue, pour la faire paraître plus grande.

La moustache à caractère :
C’est celle qui s’accordera le mieux avec votre style et l’image que vous voulez dégager. La moustache donne énormément de force à un visage, si elle est bien portée. Ce n’est pas pour rien que nombre d’hommes célèbres sont pour toujours associés à leur moustache (c’est pour cette raison également que porter certaines moustaches est fortement déconseillé. Nous vous déconseillons par exemple la moustache à la Hitler ailleurs que devant le miroir).
Porter une moustache loufoque à la Dali ou très terroir à la Brassens, n’aura pas le même impact social sur votre entourage. Comme votre style, votre moustache en dit long sur vous à ceux qui vous rencontrent, son choix n’est donc pas anodin.

La moustache parfaite :
C’est celle qui correspondra à la fois à votre physique et à votre personnalité.
Pour vous aider dans votre choix, voici une brève infographie récapitulative des différents types de moustaches :

infographie-bien-choisir-type-moustache-movember

Pour des moustaches qui sortent encore plus de l’ordinaire:
types2-bien-choisir-moustache-conseils-movember

Si vous n’êtes pas sûr de vous, prenez un crayon et dessinez-vous des moustaches. On l’a tous fait enfants et surprise : ça donne une bonne idée du résultat final !

III L’émergence de la moustache

Lorsque vous avez décidé de sa forme et que vous avez au mois 3 centimètres de poils au-dessus de la bouche, il est temps, tel un sculpteur minutieux, d’extraire votre moustache de votre barbe sauvage (vous savez, celle que vous avez laissé à l’abandon depuis 1 mois). Vous avez en effet assez de matière pour une première découpe.

Vous allez devoir entamer un rasage assez précis, assurez-vous donc d’être bien réveillé et d’avoir assez de lumière pour voir ce que vous faites. Utilisez un savon solide plutôt que de la mousse à raser, vous aurez ainsi une meilleure visibilité.
Commencez par raser tout l’excédent de barbe, puis testez votre moustache en la brossant pour savoir si elle se pliera à la forme que vous souhaitez lui donner (les moustaches, c’est comme les cheveux, on fait pas toujours ce que l’on veut avec).
Vous pouvez à présent vous lancer dans le dessin de votre moustache. Si c’est votre première fois et que vous n’êtes pas sûr de vous, vous pouvez toujours en dessiner les contours au crayon.

Maintenant que vous avez votre moustache, il ne reste qu’à l’égaliser : tondeuse à barbe pour les débutants, ciseaux pour les experts et puristes.
Un coup de peigne et un peu de cire à moustache pour assurer une tenue parfaite toute la journée, et voilà : vous êtes prêt à aller conquérir le monde.

IV Entretien

Vous ne serez pas débordé de ce côté-là. Entretenir votre moustache demande certes d’être minutieux, mais vous n’aurez guère besoin de la tailler plus d’une fois par semaine.
Il s’agit en général seulement de contrôler la longueur des poils (veillez toujours à ce que votre moustache n’empiète pas sur votre lèvre supérieure) et la forme de votre moustache. Travaillez avec un peigne fin et une paire de ciseaux à moustache pour un résultat précis.
Attention : procédez toujours progressivement. Raccourcir votre moustache est aisé, mais un coup de ciseaux en trop est difficilement récupérable. Si un accident survient, vous pouvez toujours maquiller le trou (allez chercher un crayon foncé dans la trousse à maquillage de la fille la plus proche, et colorez).

Evidemment, une belle moustache suppose un rasage parfait (on vous dit tout sur le rasage dans le prochain article !), pensez donc à passer sous le rasoir tous les matins !

Si vous visez une moustache longue, comme une gauloise ou requérant une certaine longueur pour pouvoir la travailler, il vous faudra environ un mois supplémentaire de pousse au niveau des commissures.

Enfin, pour une moustache impeccable, n’oubliez pas de la nettoyer soigneusement, de la brosser (c’est comme pour les chiens, ça améliore le poil) et de la coiffer avec un peu de cire à moustache !

entretien-bien-choisir-moustache-conseils-movember

V L’essentiel en 7 points

Pour résumer, rappellons les principaux points de cette leçon.
Pour une belle moustache vous avez besoin de :

un peigne à moustache, des ciseaux à moustache (ou une tondeuse pour les débutants/flemmards), un savon dur (pour la précision lors du rasage), un miroir bien éclairé, de la patience et, évidemment un rasoir ;
choisir la forme de votre moustache selon l’implantation de vos poils, la morphologie de votre visage et votre style ;
une barbe de 3 cm au moins dans laquelle tailler votre moustache ;
de la patience et une main sûre ;
une peau propre et lisse sur laquelle votre moustache resplendira ;
la tailler régulièrement, elle ne doit surtout pas toucher votre lèvre ;
la brosser pour la discipliner et lui donner la forme voulue avec la cire à moustache.

Et maintenant, à vos moustaches !

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Raphaël
Raphaël
7 années il y a

Pas mal l’article 🙂
Par contre, pour les asiatiques, c’est mort, ça ne pousse jamais très long. J’ai déjà laissé pousser 1 mois ou 2, ça ne dépasse jamais le stade de « creepy » 🙂

Julien
Julien
7 années il y a

L’article est super complet, bravo ! J’ajoute votre site dans mes favoris.
J’ouvre un forum sur la barbe (son entretien, des avis sur les produits, etc.) à l’adresse suivante : http://www.forum-barbe.fr N’hésitez pas à vous inscrire