Test & Avis sur La Maison de l’Homme : Une offre de costume sur mesure complète et compétitive

S’il a bien une chose qu’on a apprise chez Jamais Vulgaire, c’est que chez les marques il ne faut surtout, surtout pas se fier aux apparences. On ne compte plus le nombre de marques qu’on a (re)découvertes, en allant au delà d’une vitrine simple, ou d’un site internet un peu rudimentaire. Il se cache parfois de très belles pépites, présentes depuis longtemps qui ne communiquent que très peu voire même pas du tout. Bien que le nom de la marque puisse paraître accrocheur, vous allez découvrir que La Maison de l’Homme est pourtant une marque qui propose un service de costume sur mesure très intéressant, pour les puristes tout comme les novices.

Avis sur La Maison de l’Homme : Une enseigne bien installée qui propose un service de costume sur mesure ultra complet

Cela fait maintenant deux ans que je me rends régulièrement dans nos locaux, qui se situent près des Halles, et j’ai souvent eu l’occasion de passer devant une grande boutique qui propose des costumes sur-mesure. Le souci ? L’aspect général de la boutique ne m’inspire pas plus que cela. Puis il y a quelques mois de cela, j’ai fini par franchir la porte, par curiosité, pour en savoir un peu plus !

Une marque qui s’occupe de produire des costumes sur mesure et des uniformes pour l’état français depuis plus de 30 ans

Très vite, je m’aperçois que j’ai affaire à un grand groupe, qui bat le pavé parisien depuis un petit moment. Ils possèdent déjà quelques boutiques, et s’apprêtent à en ouvrir une avenue Kléber. Ils m’expliquent qu’ils fournissent de nombreuses marques en costume et en uniforme, dont plusieurs services de l’administration française ! D’autres marques illustres ont fait appel à eux pour des uniformes (qu’on ne peut pas malheureusement citer).

La marque a donc démarré en proposant de nombreuses collections d’uniformes destinés aux services publics tout comme aux entreprises privées ! Je vous épargne les détails techniques, mais l’entreprise est bardée de certifications, s’engageant à respecter des règles de droit fondamentales concernant le droit du travail, l’environnement, les normes de sécurité, d’hygiène et bien sûr, les droits de l’homme (et même la corruption pour vous dire !).

Je suis tombé à point nommé, car La Maison de l’Homme vient tout juste d’ouvrir une bien jolie boutique avenue de Kléber ! Toutes les photos de la première partie de l’article sont d’ailleurs shootées dans leur nouvelle boutique. Ils possèdent également une boutique à place de la Madeleine et sur le rond point des Champs-Elysées.

Une offre très large, qui démarre du prêt à porter jusqu’à la grande mesure

Les ateliers de confection sont équipés de matériel dernier cri, et d’artisans compétents, ce qui leur permet de proposer une offre ultra complète, démarrant du simple prêt à porter (très formel et sans fioritures) à la demi-mesure, jusqu’à la grande mesure. L’atelier qui s’occupe des costumes se situe au Portugal, un pays désormais réputé pour l’excellent rapport qualité/prix de ses costumes ! En effet, ils rivalisent avec les italiens en termes de style et de distance (tout en étant moins chers), et surpassent leurs confrères d’Europe de l’est, qui proposent un ouvrage plus compétitif mais limité sur le plan du style et nettement plus loin pour le transport. C’est donc une région qui fait du bruit et s’installe durablement dans l’offre de costume sur mesure contemporaine.

Pour en revenir à La Maison de l’Homme, la marque propose plusieurs lignes, avec des processus de fabrication différents. Je n’ai pu tester que la demi-mesure, mais vu le résultat (on en parle plus bas) je ne me fais pas trop de soucis pour le reste ! Concernant le peu de prêt à porter que j’ai pu voir, les prix étaient plutôt accessibles (à partir de 400€), pour de beaux tissus. En termes de style, c’est un peu trop conventionnel à mon goût et ça manque un peu de panache, sauf pour les modèles aux revers crantés qui sont bien réussis, grâce à une largeur de revers suffisante. Pour ce qui est de la demi-mesure, passons directement au test !

Test sur La Maison de l’Homme : Un costume 3 pièces avec un degré de personnalisation très poussé

Je vous préviens, la liste des finitions de ce costume va être particulièrement longue. On a véritablement mis au défi La Maison de l’Homme de nous prouver qu’ils étaient capables de sortir un costume en demi-mesure de luxe, avec des options qui poussent le style au maximum de ce qu’on peut offrir ! On est parti sur un superbe tissu en laine/cachemire de chez Loro Piana, avec un touché agréable et une texture vraiment belle. J’ai choisi un gris moyen, plus clair qu’un gris anthracite (car c’est une couleur que je trouve plutôt triste) sans partir sur un gris trop clair car je suis trop blanc de peau.

La veste de costume

Voici la liste exhaustive des finitions que j’ai choisies pour la veste de ce costume 3 pièces. On y retrouve beaucoup de choses :

  • Un entoilage intégral de la veste : D’ordinaire je privilégie plutôt un entoilage semi-traditionnel, car c’est ce qui offre souvent le meilleur rapport qualité/prix. Cela étant dit, comme on voulait pousser les choses à fond, on est parti sur un entoilage intégral. Le tombé de la veste est plus harmonieux sur le corps et ça a un impact conséquent. Au delà d’un certain budget, je conseille véritablement de choisir cette option !
  • Un revers à pointe généreux avec une milanaise main : Vous autres lecteurs réguliers, savez que je n’apprécie pas les petits revers, et encore moins sur un cran à pointes. J’ai donc opté pour une largeur généreuse (9,5 cm) qui couvre les 2/3 de mon épaule. Visuellement c’est charismatique, et flatte mon torse en accentuant le V naturel qu’il forme (car le revers part presque de l’épaule).
  • Une épaule structurée avec du padding : On est sur un costume formel, on est donc parti sur un gabarit structuré avec un peu de padding et une cigarette présente sur l’épaule. En France il est vraiment difficile de porter un costume déstructuré, et encore moins une épaule naturelle.
  • Une pochette Barchetta : Vous remarquerez que la forme de celle-ci est coupée en biais. Cela permet de mettre en avant un mouchoir de poche (surtout avec un tel revers imposant) lorsqu’on en porte un comme je le fais toujours avec un costume.
  • Poche passepoilée à rabats : Comme c’est un costume destiné au business, on évite d’opter pour des poches plaquées, qui sont destinées aux vestes sports/ costumes décontractés. J’ai pris le grand classique, et je vous conseille de faire de même. Surtout, surtout ne mettez rien dedans hormis une carte bleu ou une CNI car sinon ça peut déformer le costume. Oui je sais du coup ça ne sert à rien, c’est juste joli !
  • Deux fentes dans le dos : J’ai toujours deux fentes à l’arrière, je trouve cela plus moderne et plus harmonieux qu’une seule fente (ou pire aucune).
  • Une boutonnière fonctionnelle glissante : Sur cette gamme de prix-là, il va de soi qu’on retrouve de belles finitions, comme la boutonnière ouverte. J’ai opté pour des boutons glissants les uns sur les autres, mais en l’occurrence tout est possible dans ce genre de domaine. Attention tout de même, il vaut mieux faire classique et s’en tenir aux 4 ou 5 boutons présents plutôt qu’un seul ou deux (ce qui est plus adapté pour un mariage ou une cérémonie avec un smoking).
  • Les coutures demi-lune : Visibles uniquement sur les poches intérieures car le tissu est épais. Elles sont là pour renforcer les poches, une finition qu’on retrouve très souvent sur les costumes premium.
  • Une salière : Une petite finition fort agréable, qui se situe à l’intérieur de la veste, au niveau de l’emmanchure. C’est une doublure supplémentaire qui permet d’absorber la transpiration au niveau des aisselles. Confortable, malin et complètement invisible.

Le gilet de costume

Le gilet n’est pas en reste, et les finitions sont à la hauteur, avec ce qu’on peut faire de plus beau et de plus cool sur ce type de pièces :

  • Un gilet droit à 5 boutons : Pour mon premier costume 3 pièces sur mesure, j’ai décidé d’opter pour le grand classique du gilet : le simple à 5 boutons. Je me voyais mal débuter avec quelque chose de très sophistiqué comme un gilet croisé, ou autre modèle plus excentrique. J’aime beaucoup le résultat, et j’ai bien fait de démarrer par le modèle le plus abordable (stylistiquement parlant).
  • Un dos façonné avec le même tissu que le costume : Jusqu’ici j’ai toujours évité les trois pièces car je n’aime pas le rendu qu’offre le tissu en satin dans le dos, j’ai toujours trouvé que ça faisait cheap. Du coup, quand j’ai appris qu’on pouvait utiliser le tissu du costume dans le dos plutôt qu’une doublure en satin, j’ai tout de suite adhéré. C’est nettement plus luxueux et plus beau.
  • Des poches discrètes : Les poches sont là à titre décoratif, car on ne porte plus de montres à gousset (et pour ceux qui en portent c’est parfaitement adapté). Tout comme pour les poches de costumes, je vous déconseille vivement de vous en servir sinon ça peut déformer le gilet (et ça serait dommage).
  • Une patte de serrage dorsale : Il n’y en a pas, parce que c’est du sur mesure et que ça tombe exactement comme il faut.

Le pantalon de costume

On termine la liste des finitions en beauté avec un pantalon sartorial qui n’a rien à envier aux autres pièces en termes de style :

  • Une véritable ceinture gurkha : Très grande prouesse du côté de l’atelier portugais avec lequel La Maison de l’Homme travaille. En effet, peu d’entre eux peuvent se targuer de pouvoir réaliser une telle ceinture. La plupart des ateliers peuvent vous faire des pattes de serrage sans soucis, mais le pantalon Ghurka c’est un autre niveau ! J’adore le rendu, c’est très sophistiqué et le ceinturon se glisse discrètement sous le gilet.
  • Une véritable taille haute : D’ordinaire je porte mes pantalons formels juste au dessus des hanches, mais j’ai décidé d’aller plus loin, en optant pour une véritable taille haute. Le pantalon s’arrête donc au niveau du nombril. Cela apporte plusieurs avantages sur le plan esthétique. Tout d’abord, il allonge vos jambes (ce qui est toujours flatteur) et raccourcit votre torse (ce qui l’élargit visuellement aussi), le rendant mécaniquement plus large.
  • Poches italiennes : Un grand classique sur un costume, je le conseille fortement, les autres poches sont moins intéressantes. En ce qui concerne les poches arrières, je n’en fais qu’une, et purement pour des raisons esthétiques car je ne m’en sers jamais (ça déforme la coupe).
  • Un pantalon équipé de pinces : Une pince sur un pantalon formel c’est essentiel selon moi. Un pantalon habillé sans pinces pour du business (et même pour autre chose) ça a forcément moins d’impact. Ça apporte un confort qu’on apprécie beaucoup en plus de cela.
  • Un pli central : Encore une finition obligatoire sur un pantalon habillé. Personnellement je ne porte plus de pantalons sans plis central, tant je trouve cela joli (là encore c’est très personnel). Pour du formel, on n’y coupe pas messieurs !
  • Un revers pantalon très généreux : Pourquoi faire un revers pantalon à 3 cm, quand on peut en faire un à 5 cm ? Je plaisante (enfin presque), et là encore il faut tenir compte de sa taille (plus on est grand, plus on peut être généreux sur la hauteur) et aussi de l’allure qu’on veut donner. Ça provoque une cassure sur le soulier, c’est audacieux et plus habillé. En revanche c’est légèrement moins formel et c’est moins discret que l’absence de revers pantalon. Tout est une question de personnalité !

Conclusion sur le test du costume La Maison de l’Homme

Quand je rencontre une marque de mesure, je demande toujours s’ils sont capable de réaliser un pantalon gurkha, pour taquiner ! Pris au mot, ils m’ont dit que ça ne posait pas problème, et franchement je le trouve superbe ce pantalon. La ceinture Gurkha est belle, propre et tient bien en place, malgré une construction raffinée. Le gilet en tissu complet est également superbe, et je pourrais ainsi facilement ôter ma veste sans avoir à rougir. De plus, vu la couleur du tissu, le pantalon et le gilet pourront aisément se porter en dépareillé, en dessous d’un blouson ou d’un manteau d’hiver par exemple !

Ce que j’ai vraiment apprécié, chez La Maison de l’Homme, c’est qu’ils ont tout de suite saisi mon parti pris stylistique et ma morphologie, en me proposant un costume qui n’avait besoin que d’une simple retouche au gilet, le reste était parfait (il faut bien le dire quand ça arrive) et ça fait très plaisir à voir. Le prix du costume monte aux environs de 1600€, un prix élevé pour une demi-mesure, mais qui s’explique pas les options très poussées que j’ai choisies (pantalon ghurka, dos du gilet en tissu du costume, entoilage intégral et un superbe tissu en laine & cachemire Loro Piana, milanaise main et boutonnière entièrement faite main). Les prix sont vraiment compétitifs pour une fabrication portugaise, et ils démarrent à partir de 500€ pour un 100% laine en demi-mesure. On peut donc se faire plaisir, même avec un budget moindre !

Conseils de style : bien porter un costume 3 pièces formel

Le costume 3 pièces est une pièce forte, c’est une véritable déclaration d’élégance sartoriale qu’il faut assumer. Il y a donc une certaine prise de risque quand on l’arbore, et il y a quelques règles qu’il faut connaître :

  • De ceinture tu ne porteras jamais : Je suis catégorique, on ne porte jamais de ceinture avec un costume 3 pièces, ça ne se fait pas. Pourquoi ? Eh bien parce que le gilet est censé amorcer une transition entre votre pantalon et votre veste, et une ceinture casserait complètement cet objectif. De plus, visuellement ça ferait un peu lourd et un peu chargé. Pour ceux d’entre vous qui, comme moi ne portent jamais de passants ceintures sur leur costume, ça ne sera qu’une formalité, pour les autres, c’est le moment de sauter le pas 🙂
  • Des revers à pointes tu préféreras : Alors contrairement au port de la ceinture qui est prohibé, le revers est plus libre, cela dit il est plus joli quand il est en pointes sur ce genre de pièces. C’est un costume charismatique et il faut l’oser en tant que tel, en lui offrant un revers d’autant plus généreux et tranchant.
  • Une cravate toujours tu auras : J’en vois beaucoup, de messieurs qui osent porter un 3 pièces, mais qui ruinent cela en oubliant d’arborer une cravate. Visuellement c’est très pauvre, et l’absence de cravate se fait aussitôt ressentir car cela crée un vide entre le col et le gilet tout en cassant l’harmonie de l’ensemble (car le col n’étant plus fermé, la jointure entre vos épaule est brisée). Peu de cols formels supportent l’absence de cravate et cela d’autant plus avec un gilet.

La coupe classique du costume et le pantalon taille haute : un vrai marqueur de style

Plus le temps passe, et plus mes pantalons grimpent, jusqu’à atteindre le nombril, pour des raisons que j’expliquais un peu plus haut. Pour ceux d’entre vous qui ont zappé cette partie-*-là (c’est sans rancunes promis), ça apporte un vrai boost pour la carrure et les jambes. Seulement ce n’est pas tout, plus le temps passe et plus la coupe de mes costumes est de moins en moins cintrée, et cela pour deux raisons principales :

  • Le confort : Autrefois je portais mes costumes de manière vraiment trop cintrés (il y a encore un an de cela !) et c’était franchement désagréable à porter plus d’une heure sur soi. Franchement, on se sent dix fois mieux quand la coupe se contente de suivre le corps, plutôt que de le coller. De plus cela permet au costume de durer plus longtemps car le tissu est moins sous tension permanente contre votre corps.
  • L’allure : En termes d’allure, ça n’est pas innocent non plus. En effet, un costume trop cintré aura tendance à tirer de toute part, et c’est forcément disgracieux, surtout sur les tissus plus fins. Une coupe qui suit le corps, dessine un X et vous étoffe ou bien minimise là ou il faut.

Après deux ans d’expérience chez Jamais Vulgaire, je pense commencer à sentir que j’approche de la coupe “parfaite” qui me convient le mieux. Que ça soit sur le plan du confort, comme du style. C’est une longue quête, et si vos costumes sont inconfortables (notamment sur les jambes), je vous conseille vivement de relâcher un peu la pression et d’opter pour une coupe plus classique.

Un costume audacieux pour une tenue 100% business en automne/hiver

Comme vous pouvez le constater, j’ai choisi un gris plutôt formel, avec une teinte unie. Cela étant dit, la texture du tissu offre de superbes reflets de couleurs, avec du blanc et différentes nuances de gris (j’éviterai les références culturelles douteuses, c’est promis). On est donc sur un costume de caractère, osé mais qui reste tout à fait portable dans le business car le tissu est sobre. J’ai donc choisi une paire d’Oxford patinée main par Malfroid Shoes (très légèrement) en bordeaux foncé pour l’accompagner (une paire marron foncée ou noir aurait également pu faire l’affaire). En ce qui concerne la cravate, j’ai choisi une pièce de caractère provenant de chez Gentlemen Clover, avec une belle soie bleu ornée de motifs et une chemise bleu ciel, qui lisse le tout et qui s’efface volontiers pour mettre en valeurs les autres pièces. Enfin, le mouchoir de poche reprend subtilement les couleurs qu’on retrouve autour (du bleu ciel, du rouge, du bleu marine…) dans un autre registre pour offrir un rappel raffiné, sans être tape à l’oeil.

Conclusion sur l’offre de costume sur mesure La Maison de l’Homme

C’est décidément une très belle surprise, et je suis agréablement surpris par une belle découverte, qui pourtant est bien présente sur le marché français depuis plus de 30 ans ! Comme quoi les à priori ont la vie dure. La  Maison de l’Homme propose une offre demi-mesure compétitive, avec des vendeurs (si vous le pouvez, demande Jordan) à l’écoute et qui maîtrisent leur sujet. C’est une enseigne que nous recommandons, et notamment leur toute nouvelle boutique avenue Kléber qui est sublime et reflète mieux leur offre et leur savoir-faire.

 

 

Vous aimerez peut-être: