Test&Avis Hast: la nouvelle gamme grands cols

On ne peut pas tout avoir.

C’est un peu ce à quoi je m’étais habitué dans la mode masculine depuis plusieurs années: difficile d’avoir le beurre et l’argent du beurre surtout dans les pièces tailoring.

Pendant de nombreuses années, j’ai par exemple été très frustré de voir que tous les costumes un peu accessibles avaient forcément des revers ultra-fins, stratégie commerciale oblige. Puis, ceux-ci ont commencé à s’élargir progressivement et il devient à présent possible de trouver facilement quelque chose de correctement proportionné.

Ce n’était en revanche pas vraiment le cas pour les cols de chemise (même en demi-mesure): il fallait plutôt aller vers des marques françaises ou italiennes très pointues (à plus de 150€ en général) pour trouver des proportions qui imposent le respect.

Bref, quand on porte la chemise tous les jours et qu’on a besoin d’un minimum de rotation, ça représente tout de suite un sacré budget (à moins de faire des compromis).

La marque Hast, dont nous parlions déjà depuis 2013, s’est enfin adressée à ce besoin depuis l’été dernier avec une nouvelle offre grands cols que nous allons tester dans cet article.

Pour rappel, voici les précédents articles écrits sur Hast:
Test&Avis Hast: la valeur sûre des chemises formelles et casuals
TEST HAST, CHEMISE CASUAL ET GAMME PREMIUM : UNE MONTEE EN GAMME VALIDEE
Chemises Hast, ou comment faire une chemise de très bonne qualité à 54 euros

I Présentation

Une diversification REUSSIE

Comme vous le savez, Hast est une DNVB (une marque digitale qui au début ne vendait que sur Internet) qui au départ était mono-produit: elle était spécialisée dans la chemise formelle (même si elle vendait à côté aussi quelques accessoires).

Il existe beaucoup de marques en mode masculine dans cette configuration exacte: leur objectif pour développer leur chiffre d’affaires est d’élargir leur collection, en proposant d’autres produits. Beaucoup d’entre elles vont malheureusement un peu trop vite et proposent souvent des produits trop basiques et qui n’apportent pas de vraie valeur ajoutée au marché.

De son côté, Hast a prit 3 ans pour proposer ses premières chemises casual, 5 ans pour une gamme de chemises premium et environ 6 ans pour des premières pièces de prêt-à-porter: bref, le temps d’à chaque fois bien maîtriser son sujet.


Le pantalon en seersucker avec taille élastiquée à l’arrière de l’été dernier était un excellent exemple de cette démarche aboutie: il était facile à porter, en accord avec le reste de l’offre et surtout on ne retrouvait pas de pièce similaire ailleurs à ce niveau de prix, même chez des marques spécialistes du pantalon.

Et aussi de satisfaire tous les besoins: Hast n’a commencé à se diversifier qu’après avoir fait le tour du sujet sur les sizing de chemises: coupe cintrée/droite et grandes longueurs de manches notamment.

Les textures et layering travaillés de la dernière collection Hast montrent bien que cette patience a porté ses fruits et que la marque a atteint d’un point de vue stylistique une belle maturité par rapport à d’autres enseignes comparables.

L’intérêt des grands cols: RAPPEL

Je vous ai déjà parlé à de nombreuses reprises de l’ouvrage Dressing The Man: il s’agit pour moi de la bible de tout sartorialiste qui se respecte. Le lire (et l’assimiler) suffit largement à comprendre et appliquer tous les codes aussi bien au niveau des proportions, des motifs ou encore des couleurs.

Proportions

Sur une composition classique costume-chemise-cravate, tout doit être proportionnel à votre carrure: la consistance du noeud de cravate, la largeur des revers du costume et enfin la largeur du col de chemise.

Lorsqu’une de ces variantes est mal ajustée, l’ensemble entier est gâché.

Tout est en fait raté sur cette tenue, mais on voit bien le décalage entre le col de chemise et les revers de la veste

Noeuds de cravate

C’est là que ça pique souvent les yeux: l’apparition des petits cols a largement coincidé avec cette mode étrange (propres aux consultants de La Défense qui ne lisent pas le blog) de faire des noeuds de cravate Windsor tout plats, sans saveurs ni reliefs et surtout avec une taille complètement disproportionnée du reste.

Une image tirée d’un article intitulé « Comment bien choisir un costume » (véridique)

Ici, cela étant, les pans du col de chemise épousent les revers de la veste. Ce n’est pas vraiment le cas avec une chemise dont le col est vraiment petit et qui suit un angle tout à fait différent des revers de la veste.

Image tirée d’un article intitulé « Pourquoi porter une cravate » (sic)

Pourquoi est-ce important que le col de chemise suive le col de la veste ? Car la géométrie d’une veste de costume est réfléchie pour dessiner un torse en V afin d’élargir les épaules et de donner plus de carrure. Lorsque le col de chemise n’épouse pas le col de la veste, il va casser cette ligne.

Des exceptions

Des exceptions à cette règle existent: si vous êtes relativement fins, que vous portez une cravate slim avec des revers plutôt fins et que le col de chemise est un minimum allongé alors ça peut passer.
Julien Scavini en parlait dans un article sur son blog Stiff Collar et avait trouvé cette photo de l’acteur Bryan Cranston qui illustre parfaitement le propos:

Oui c’est un costume noir, mais en y regardant de plus près, l’ensemble est moins basique qu’il n’y paraît et les pointes de col sont assez allongées

II Test des modèles grands cols

Pour ce test, j’ai voulu choisir deux chemises au registre le plus complémentaire possible:
– une plutôt formelle avec le grand col classique mais dont les rayures blanches sur fond bleu clair se trouvent assez rarement. On peut l’imaginer également portée deux boutons ouverts dans une tenue plus décontractée.
– une plutôt décontractée avec le grand col boutonné et des rayures plus épaisses, parfaite sous une simple veste bleu marine mais qui pourra aussi se porter dans une tenue preppy plus habillée en déboutonnant les pans.

Les finitions

Si les deux cols de l’offre ont des caractéristiques différentes, les chemises partagent tout de même des finitions en commun qu’on peut trouver dans l’offre Hast à 59€.
Voici un rappel succinct:

  • des coutures 6 points au centimètre, ce qu’on ne retrouve toujours pas ailleurs dans cette gamme d de prix
  • des coutures classiques (ce qui est normal pour cette gamme de prix, les coutures anglaises se retrouvent plutôt sur la gamme premium).
  • un boutonnage en croix
  • des poignets biseautés: le type de poignet présent sur la gamme à 59€ de Hast depuis les tous débuts. Polyvalent et sans fioritures
  • des baleines amovibles

La coupe

Voici une photo avec la chemise à rayures larges à la sortie de son emballage:

Il s’agit ici de la taille 36 avec coupe slim. Seule remarque: les manches sont un poil longue, ce qui explique les quelques plis au niveau des bras et du coude.
De mon côté, je porterai cette chemise soit sous une veste ou un costume, soit avec les manches retroussées. Ce n’est donc pas vraiment un problème.

Grands cols ?

Qu’entends-t’on par grand col ? Il faut d’abord distinguer le pied de col (le base du col, qui relie celui-ci au reste de la chemise) du tombant du col (la partie visible du col, qu’on peut aussi appeler plus communément les rabats).

Lorsqu’on parle de grands cols, on ne parle évidemment pas de cols très hauts, avec des pieds de cols imposants: comme celui-ci:

Il s’agit ici d’un col italien deux boutons, aussi appelé col napolitain: il va remonter plus haut au niveau du cou. Il est très habillé mais ne convient pas forcément à toutes les morphologies (surtout si vous avez un cou court), ni à tous les styles.

Hast au contraire s’est plutôt concentré sur les rabats du col: ce sont eux qui sont vraiment importants pour qu’un col de chemise ait des proportions cohérentes par rapport au reste de la tenue.


Le col restera tout de même facile à porter et ira à toutes les morphologies: il ne sera pas plus haut que la moyenne puisque ce sont simplement les pointes qui descendront plus bas.
On voit très clairement ici que le pied de col n’est pas forcément plus haut que d’habitude

De manière générale, lorsqu’il est porté avec un costume dont la largeur est décente, le col ne donne pas vraiment l’impression d’être si grand, mais simplement d’être bien proportionné par rapport au reste.

Le grand col classique

Le grand col classique s’apparente en fait plus pour moi à un grand col français du fait de son ouverture assez restreinte: il sera donc idéal pour accueillir des noeuds de cravate plutôt en longueur, type four-in-hand ou double four-in-hand.

J’avais sinon des doutes sur sa tenue avec la chemise portée seule, deux boutons ouverts: ce n’est pas vraiment son usage premier mais il se tient plutôt bien grâce aux pattes un peu plus longues .

Il peut aussi se porter facilement sous une veste deux boutons classique.

Le grand col boutonné

A l’inverse, le col boutonné est a priori fait pour se porter sans cravate, deux boutons ouverts: c’est d’ailleurs pour ça qu’il est plus intéressant pour ce type de col de choisir un motif un peu fort.

Une fois les beaux jours arrivés, l’idée est de pouvoir porter cette chemise seule, avec un beau pantalon habillé, et sans qu’elle paraisse trop commune ou insipide: c’est ce à quoi on parvient avec ces rayures épaisses.

Si son usage principal est pour moi de se porter sans cravates, le rendu est tout à fait acceptable en déboutonnant les pans. Le grand col boutonné est par ailleurs complètement souple et n’a pas d’emplacement baleine.

Sur un col boutonné, les pointes plus allongées ont de plus le mérite d’accentuer le roulé du col. L’effet est très harmonieux et rappellerait presque le roulé d’un col une pièce.

Il se porte ainsi très bien également sous une veste deux boutons.

Conseils de style

Afin de montrer comment on pouvait porter ces deux cols, j’ai shooté un peu plus de tenues que d’habitude et j’en ai profité pour vous montrer les nouvelles cravates vintage qui seront disponibles à la vente d’ici quelques semaines.

Avec le grand col classique

Cette chemise plutôt clair est idéale avec un costume gris moyen ou gris anthracite: elle permet de faire simplement une transition entre le costume et la cravate.
Elle a plus de consistance d’une chemise blanche ou bleu clair, et est moins envahissante qu’une chemise blanche à rayures bleu marine: elle laisse donc plus de place pour s’exprimer au costume et à la cravate. Vous pouvez pour celle-ci sans soucis choisir un micro-motif.

Je porte ici la chemise Hast grand col classique avec:
– un costume croisé gris en flanelle Wicket
– une cravate vintage Herno (bientôt disponible à la vente)
– une pochette Portia 1924
– des mocassins en cuir de cerf Septième Largeur

Voici d’autres idées d’associations avec d’autres cravates vintage, cette fois-ci avec mon costume croisé bleu marine Manufacture.
Ces cravates seront disponibles à la vente d’ici une dizaine de jours:

Avec le grand col boutonné

En termes de registre, c’est la chemise rêvée pour élaborer des tenues de style preppy / Ivy League. Seul point sur lequel il faut être vigilant: les motifs.

Des rayures épaisses laissent moins de marge de manoeuvre sur les motifs de la cravate: choisissez les plutôt imposants. Des micro-motifs paraîtront plus effacés et ne seront pas mis en avant à leur juste valeur.
Pour moi, les cravates à rayures de type Regimental sont de loin les meilleures amies de cette chemise.

Deux types de port sont possibles:
– l’un avec les pointes bien rentrées sous la veste, on ne voit donc quasiment pas que c’est une veste à col normalement boutonné.

  • l’autre avec les pointes ressorties, voire même légèrement recourbées: un port beaucoup plus casual et dans l’esprit de la nonchalance preppy. Moins adapté au bureau cependant.

Conclusion

Les grands cols (et même les cols avec des dimensions correctes) brillaient par leur absence sur le marché des chemises à moins de 100€. Conséquence logique de la réapparition des vestes à revers larges et à prix accessibles, ce n’était qu’une question de temps avant de voir également de plus grands cols sur les chemises.

C’est une excellente nouvelle de les voir apparaître chez Hast avec le rapport qualité/prix caractéristique de la gamme à 59€.
J’insiste une nouvelle fois, il ne s’agit pas d’un col dont les proportions choqueront les non initiés: il s’agit plutôt d’un col aux dimensions assez généreuses pour s’adapter correctement à vos costumes (pour peu que les revers aient une largeur décente de type 8-8.5cm), en particulier les costumes croisés.

La chemise à grand col italien est disponible ici à 69€

Si vous ne portez pas de costumes, je vous invite tout de même à jeter un coup d’oeil au grand col boutonné, dont les rabats plus longs boutonnés permettent de donner à ce col un roulé bien plus marqué qui apporte beaucoup d’harmonie dans une tenue. Je vous recommande de choisir le modèle aux larges rayures bleues, qui apporteront beaucoup de caractère dans une tenue d’été.

La chemise à grand col boutonnée est disponible ici à 69€

Si les deux chemises que j’ai choisies sont à 69€ (du fait d’un tissu plus coûteux), la gamme de chemises grands cols commence elle à 59€

Valery
Étiquettes
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
vincent
vincent
8 mois il y a

Bonjour et merci pour votre article.

J’ai 2 chemises grands cols de chez Hast et j’ai quelques remarques à faire :

  1. je trouve le col desdites chemises portées avec une cravate, vraiment disgracieux. On voit clairement sur les photos un chevauchement entre les deux parties du cols. Suis-je le seul à trouver cela vraiment moche? Sauf erreur de ma part, je n’ai pas vu de commentaire sur cet aspect;
  2. j’ai également constaté un retrécissement des manches après lavage, alors que je les lave à 30/40°, essorage 600 tours/minutes.

Bref, selon moi, une marque intéressante sur papier mais qui se revèle l’être beaucoup en pratique.

Vincent