Test&Avis Balibaris: une gamme pertinente de manteaux et blouson d’hiver

Par opposition à la mode, le style est intemporel.

C’est le genre de banalités que l’on aime bien vous rabâcher sur la plupart des blogs de mode masculine, le tout en portant nos pantalons Gurkha à double pinces taille haute qu’il aurait été inimaginable de porter il y a à peine 3 ans.
Bref, qu’on le veuille ou non, il y a des tendances partout même dans les vêtements que l’on veut intemporels et ce ne sont même pas les tailleurs les plus classiques que l’on peut voir au Pitti Uomo qui vous diront le contraire.


Cela est encore plus vrai dans le style casual et je pense en particulier à une pièce que on a beaucoup vu en 2013 et qui a pratiquement disparu en 2017 pour faire son grand retour à présent: le caban avec col en mouton Kirkwall de chez Balibaris.

La popularisation de cette pièce est pour moi extrêmement intéressante: Balibaris est sûrement la marque qui a contribué le plus à la faire connaître: à travers ce test je voulais ainsi analyser l’histoire de ce grand classique et les raisons de son retour.

La collection Balibaris Hiver 2021 m’a également surpris avec une autre pièce: un blouson en cuir de chèvre coupé pratiquement comme une veste de chasse. Une pièce assez improbable pour une marque, de cette ampleur et qui offre des perspectives de style vraiment intéressantes.



Balibaris m’a également fait parvenir:
une chemise College Vert Deep Forest: j’aime beaucoup les flanelles portugaises épaisses que la marque propose en Hiver, et surtout le large choix de coloris disponibles. A noter qu’il s’agit ici d’une flanelle d’oxford, avec un peu plus de caractère qu’une flanelle classique. Le rapport qualité/prix est plutôt correct quand on parle d’un produit en stock immédiatement, essayable dans pratiquement toute la France et avec un tel choix. Elle est disponible ici à 125€
– le pull Jared Vert Hunter: une maille épaisse bien confortable mais qui taille malheureusement un peu grand pour moi même en XS, je ne l’ai donc utilisée ici que pour un layering. Il est disponible ici à 195€.

Afin d’éviter un article encyclopédique (celui-ci fait déjà plus de 2300 mots), le test de cette nouvelle collection Hiver 2021 de Balibaris sera donc principalement articulé autour des deux pièces outerwear, domaine qui est vraiment pour moi là où la marque se distingue le plus.

Test du caban Mel laine et cachemire avec col en mouton

Les débuts du caban col Mouton: le caban Kirkwall

C’est dès le lancement de sa collection de prêt-à-porter en que Balibaris introduit le caban avec col en laine de mouton intitulé à l’époque Kirkwall.


C’était exactement ce que ce genre de nouvelles marques ( qui était encore à l’époque plus ou moins une DNVB) devait faire: proposer une pièce originale et différenciante pour bien se positionner sur le marche

La pièce n’est pas passée inaperçue du côté de la concurrence puisque des marques comme Sandro reproduisent à l’époque rapidement ce genre de vêtements.
La marque BonneGueule y va aussi de sa propre version en 2017, mais avec un blouson et pas un caban.

Ce genre de pièce continue à se voir régulièrement jusqu’en 2017 avant de subir un lent déclin qui s’explique d’une part par le cycle naturel de la mode et d’autre part par la baisse de qualité flagrante de ce type de pièce en particulier du fait de la généralisation des cols en synthétique.

Il devient ainsi à ce moment là de trouver un caban avec un col en vrai mouton sans investir plus de 500 €.

Le retour du caban à col mouton: le caban Mel

Ici, le caban Mel est effectivement proposé à 495 €. C’est plus que ce que vous pouvez trouver chez beaucoup de marques mainstream. Gardez cependant à l’esprit que:
– le col amovible est 100 % mouton
– il s’agit ici d’un caban et non pas d’un blouson et on a donc une longueur bien supérieur et plus de tissu
– celui-ci est d’ailleurs un drap de laine italien composé de 70 % laine 20 % polyamide et 10 % cachemire là où la plupart des concurrents n’ont pas de cachemire

En revanche, il s’agit à présent d’un boutonnage droit et non plus croisé. Je trouve ça dommage pour la pièce à proprement parler, mais cela la rend au moins portable par dessus un costume (ce qui n’aurait pas forcément été facilement le cas en croisé).

Balibaris indique d’ailleurs sur la fiche produit qu’il se différencie “par son élégance et sa discrétion”: c’est un parti pris qui peut expliquer le boutonnage droit effectivement plus facile à porter.

Un col mouton amovible

Le col mouton est amovible à l’aide de 5 boutons plutôt faciles à manipuler.

Le col du caban en lui-même a plutôt une bonne tenue ce qui donne une belle allure au caban, qui devient cela dit beaucoup plus classique.

J’étais en revanche beaucoup plus curieux du rendu final, une fois le col mouton retiré.

Vous pourrez envisager alors de le porter par dessus un costume une fois le col retiré (qui rend la pièce trop décontractée pour un usage formel): il est bien assez long pour ça. Attention par contre à le faire avec une veste non structurée aux épaules naturelles (le manteau étant déjà assez structuré comme ça.

Les finitions

Hormis le col mouton, le caban est assez classique, pour les finitions on trouve notamment:
– deux larges poches latérales extérieures: les poches à rabat ne sont malheureusement pas fonctionnelles, on peut en revanche y glisser ses mains sur le côté pour se protéger du froid
– deux poches poitrine intérieures
– la boutonnière avant est triplée avec une doublure synthétique, probablement pour renforcer l’imperméabilité de la pièce et son effet coupe-vent.

LA COUPE

Le caban est pile assez long pour se porter par dessus un costume une fois le col retiré, et vous avez donc la place d’y mettre une veste ou une grosse maille.
L’emmanchure n’est pas trop haute (sans être trop basse) donc vous avez aussi de la marge à ce niveau là.

Test du blouson en cuir de chèvre velours Peter Vert Hunter

Ce blouson Peter est l’autre pièce que je trouvais particulièrement intéressante dans la collection: cette pièce est présenté au départ comme une veste workwear, un peu dans la même veine que ce que l’on peut trouver chez Vetra notamment.


La coupe et le style général me font en fait plutôt penser à un autre vêtements iconique: les vestes de chasse de chez Barbour.

Seule différence, nous ne sommes pas ici sur un coton ciré résistant aux intempéries mais plutôt sur un cuir de chèvre velours très sensible à la pluie qu’il faut imperméabiliser au plus vite.
Gardez bien en tête que lorsque l’on parle ici d’imperméabilisation du cuir, il s’agit plutôt de ne pas laisser de traces irréversibles à la moindre goutte plutôt que d’assurer une vraie résistance à l’eau comme sur un vêtement technique.

Bref, votre veste sera moins vulnérable à quelques gouttes de pluie mais il faudra tout de même éviter les averses autant que possible

La coupe: veste de travail ou veste de chasse ?

Veste de travail ou veste de chasse ? Est-ce si éloigné, me direz vous ?

Si on commence à s’intéresser à la mode masculine, la différence peut ne pas être flagrante.
Pourtant la longueur ici change tout: une veste de chasse peut se porter très facilement par-dessus un costume car sera assez longue pour recouvrir la veste de costume ce qui n’est pas le cas de la veste de travail.

De la même manière, une veste chasse a des origines sociologiques bien différente de la veste de travail: elle fut auparavant au réservé aux aristocrates qui pratiquaient la chasse dans leur domaine ( il suffit de regarder The Crown pour s’en rappeler) tandis qu’une veste de travail était portée par les ouvriers, les cols bleu.

Ainsi ce blouson en cuir peut se porter autant en terme de coupe que de registre par-dessus un costume: le tout est de trouver la bonne couleur et surtout le bon contraste de matières. Ici, j’ai ainsi choisi un costume gris en flanelle..

Ici ce vert Hunter est très spécifique, si on veut prendre plus de risques il ne faut donc pas hésiter à utiliser un outil terre à terre pour avoir des idées de couleur pertinente: celui des couleurs complémentaires et de colordb.

Encore une fois, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de cuir et non pas de coton ciré: la structure du vêtement est donc bien différente. Il faut donc choisir en conséquent une veste de costume peu structurée avec l’epaule la plus naturelle possible.

Enfin, attention à ne pas confondre ce cuire avec une peau lainée il s’agit d’un chèvre velours doublé.

Les finitions

Hormis sa doublure effet mouton et son col, ce blouson est pourvu:
– de deux grandes poches plaquées latérales
– deux poches intérieures
– une poche latérale au niveau de la poitrine

Doublure en mouton synthétique

Il n’est malheureusement pas doublé avec du vrai mouton mais avec du polyester: c’est dommage mais c’est un choix que l’on peut comprendre pour garder le blouson dans un prix contenu. Ne vous attendez donc pas à des propriétés extravagantes en terme de thermorégulation ( comme c’est en fait le cas pour tous les blouson en cuir d’hiver de cette gamme de prix peu importe la marque).

Le cuir de chèvre velours

C’est exactement le même cuir que sur le blouson dont nous avions parlé dans le dernier test Balibaris: je vous invite à le lire ici. Vous en saurez également davantage sur la certification Gold du Leather Working Group, une des rares certifications vraiment fiables du marché qui assure que ce cuir en provenance d’Inde est produit dans des conditions décentes.

III Nos conseils de style

Avec le caban

Si cette pièce s’est démocratisée grâce à son confort et à un certain caractère, il serait erroné de dire que tout le monde peut bien la porter.
En effet son contraste caractéristique entre le blanc cassé du col et le bleu marine de la laine le réserve en fait à certaines carnations bien particulières: il vous conviendra en effet plutôt si vous avez un contraste fort entre la peau et les cheveux, à l’image du contraste que l’on peut trouver entre le col et le caban.
Si votre contraste est plus faible (peau foncée ou alors peau claire et cheveux blonds) alors le regard sera surtout attiré par le col et non pas pas votre visage.

De la même manière, il faut réfléchir de contraste des vêtements que vous portez en fonction de cette pièce:
– si vous optez pour la superposition classique d’hiver (pull col rond et chemise) celle-ci devront avoir un écart de couleur suffisant, autrement ils seront noyés visuellement par le contraste entre le col et le caban.

C’est la raison pour laquelle sur les lookbooks avec cette pièces, on trouve généralement une combinaison simple avec chemise chambray et t-shirt blanc qui va contraster suffisamment.
La photo ci-dessous avec chemise vert clair et vert foncé montre bien que ce contraste est complètement éclipsé par le col.

On voit que le modèle porté sans col laisse en revanche beaucoup plus le contraste entre la chemise et le pull s’exprimer.

Je porte ici:

  • le caban Mel Balibaris
  • la chemise flanelle Tribeca Vert Hunter
  • le pull Jared Vert Hunter
  • le pantalon gurkha en tweed Abensia
  • les derbies demi chasse CNES Shoemaker
  • des chaussettes vertes Archiduchesse

Le blouson en cuir Peter

Elle se porte donc dans un contexte bien particulier, dans lequel peu de vêtements peuvent en fait se substituer: pour avoir une tenue de caractère par-dessus un costume et par un froid sec.


C’est effectivement de genre de contexte où on aimerait bien porter quelque chose d’épais, où un manteau ne suffit pas toujours et où une parka technique sera au mieux trop minimaliste et trop sobre, au pire pas assez bien coupée.
De manière géométrique, il sera aussi plus harmonieux de le porter avec un costume croisé pour faire apparaître le double boutonnage sous le manteau fermé.

J’avais notamment été beaucoup inspiré dans cette démarche par cette photo de Stéphane Butticé, qui casse ici beaucoup de code mais qui montre qu’on peut aussi sortir des sentiers battus:

Je cherchais toutefois une variante plus conventionnelle, et plus facile à assumer même en allant au boulot dans un environnement un peu codifié.

Comme expliqué plus haut, ce blouson est pour moi le meilleur ami d’un costume croisé. J’ai choisi un costume gris en flanelle sobre (avec évidemment des épaules naturelles) pour vous montrer qu’il est possible de préparer une tenue qui se porte bien dans un contexte formel.

Je porte ici le blouson en cuir Peter vert hunter avec:
– un costume gris en flanelle Wicket
– une chemise Sea Island The Nines
– une cravate Gentlemenclover
– des chaussettes Wicket
-des derbies bout chasse CNES Shoemaker

Conclusion

Lorsqu’on vous évoque une marque sur JamaisVulgaire, c’est pour vous évoquer ses points forts, et il ne fait aucun doute que pour une marque aussi facilement accessible, Balibaris continue à surprendre sur l’outerwear et à proposer des pièces qu’on pourrait s’attendre à trouver chez des marques plus confidentielles.
Je voulais au départ seulement parler du caban col mouton, car il a marqué la mode masculine pendant plusieurs années, que c’est un très beau basique, et qu’il est une excellente illustration des tendances.

Le caban Mel est disponible ici à 499€

Et, au final, je me suis également laissé tenter par le cuir Peter Vert Hunter qui est ma grande découverte de ce test: je ne pense pas que la marque l’ait conçue au départ comme tel mais c’est pour moi une très belle version en cuir de chèvre velours d’une veste chasse, qui permet de donner beaucoup de caractère à une tenue formelle et de rester au chaud en cas de froid sec (dommage pour la doublure mouton en polyester, mais à ce niveau de prix c’est très compréhensible).

Le blouson en cuir Peter vert hunter est disponible ici à 599€



Valery

Laisser un commentaire

1 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer1