PANAME COLLECTIONS : UNE COLLECTION CASUAL QUI S’ÉTOFFE

Paname Collections fait parti de ces jeunes marques que nous suivons depuis leur genèse. Une enseigne que nous avons vu grandir et rencontrer beaucoup de succès !

Paname Collections ? c’est un vestiaire décontracté qui propose des essentiels de qualité (avec notamment un gros travail sur les couleurs) à un prix compétitif. Pour leur deuxième année d’exercice, la marque s’est lancé un sacré défi en proposant plus de pièces, toujours dans ce même esprit de “basique” décontracté, très efficace, sobre et sans fioritures.

L’objectif de faire des vêtements pour ceux qui n’aiment pas trop se prendre la tête là-dessus, que ça soit en allant en boutique ou à travers l’entretien des vêtements est toujours là et se ressent facilement dans les nouvelles pièces que nous allons tester.

Paname Collections : Un vestiaire contenant des essentiels de qualité

Pour sa toute première collection, Adrien (le fondateur de la marque) s’axait autour de trois produits incontournables de la garde robe masculine : le t-shirt, la chemise et le chino.

Aujourd’hui la marque étoffe sérieusement son offre et nous sommes heureux d’avoir pu tester leurs premières nouvelles pièces (dont leur tout premier manteau).

Des pièces pensées pour être portées ensemble facilement

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas la marque, Paname Collections apporte un concept intéressant : proposer des pièces qui se marient facilement entre elles, permettant ainsi de gagner du temps et de l’argent (puisqu’il propose des lots à prix dégressifs). Comme la marque propose des essentiels bien faits et de bon goût, ça devient très facile d’assembler les pièces entre elles sans se prendre la tête 30 minutes pour autant.

Bien que les pièces soient des essentielles, elles n’en sont pas moins travaillées et proviennent d’une confection portugaise irréprochable. On a un faible pour le touché peau de pêche de ces chinos en coton ! On note également des couleurs qui sortent vraiment du lot et de l’ordinaire (de beaux rouge carmin, de beaux vert d’eau  et un très beau camel en particulier).

On note un ensemble de finitions soignées sur chacune des pièces, ainsi qu’une sélection de tissu de qualité. La coupe est ajustée mais point trop n’en faut pour chaque pièce (même si on note une coupe un peu trop serrée  sur le mollet à notre goût pour le chino du test).

Comme on le voit sur ce screenshot, les looks permettent à la fois d’obtenir une promo, mais ont aussi un but pédagogique pour ceux qui sont moins sûrs de leurs choix en leur montrant comment associer une tenue à une occasion.

De nouveaux essentiels pour élargir son vestiaire au formel

Pour ses deux premières collections (A/W 2017 et S/S 2018) la marque proposait trois pièces pour une tenue complète, aujourd’hui pour cette saison A/W 2018 elle s’est lancée dans la création de nouvelles pièces pour complètement son look !

Pour étoffer son offre, Adrien a fait appel à un directeur artistique pour l’épauler dans la réalisation de ses nouvelles pièces, une personne que nous connaissons très bien : Michel, le créateur de la marque Gastby Paris !

Je connais bien Michel, et c’est quelqu’un qui a beaucoup de goût, notamment sur l’outerwear (ses teddy et ses manteaux sont canons). Une marque que nous avons eu l’occasion de tester plusieurs fois et qui proposait des pièces travaillées avec des matières de qualité à un excellent prix. Il connait bien les fournisseurs et a toujours proposé d’excellents tissus dans ses collections !

Grâce à l’arrivée de Michel, Paname Collections a pu peaufiner son tout premier manteau ainsi qu’une gamme de ceinture ! Deux pièces que vous retrouverez dans le test, ainsi que les pièces incontournables de Paname Collections : le pantalon et une chemise … habillée !

En effet, jusqu’ici la marque proposait uniquement un vestiaire décontracté, et pour cette saison elle se lance à l’assaut du vestiaire formel en proposant des basiques aux propriétés techniques très pratiques, qui facilitent grandement l’entretien des vêtements formels ( je n’en dis pas plus on reviendra dessus lors de la partie technique du test).

Test Paname Collections : Notre sélection pour une tenue complète de saison

Nous vous avons sélectionné une tenue entière, dont l’ensemble propose une tenue formelle efficace et polyvalente (on peut facilement porter les pièces dans un registre plus décontracté) pour se rendre au bureau. Elle propose beaucoup d’avantages, notamment en termes de confort et d’entretien (je reviendrais dessus plus en détails dans la partie test). Deux critères souvent trop négligés et qui peuvent rendre une tenue difficile à supporter toute une journée.

La parka Blake en tissu Olmetex déperlant

Vous vous en doutez: une parka n’est pas la pièce la plus facile à développer pour une jeune marque autant en terme de coupes, de finitions et de tissus. C’est un défi ambitieux que Paname Collections s’est lancé après seulement un an d’existence, et force est de constater qu’il a été relevé avec succès.

La marque est allée à l’essentiel, pour proposer une pièce fonctionnelle qui reste à un prix accessible.

Les finitions

La fermeture

Il s’agit d’un zip YKK de la gamme Excella avec double curseur histoire de pouvoir garder de la liberté de mouvement en bas. Leur finition canon de fusil s’assortit en tout cas parfaitement avec la rangée de boutons pression par dessus.

Intérieur

L’intérieur est très classique: à droite et à gauche une poche à boutons au niveau de la poitrine et une mini poche au niveau en bas à gauche pour le téléphone (un peu trop petite pour les smartphones grand format type Galaxy Note).  Les poches au niveau de la poitrine sont quant à elles bien assez larges.

Poches poitrines

Un autre emplacement toujours pratique pour se réchauffer les mains.

Poches latérales pour garder les mains au chaud

La parka dispose de deux larges poches latérales, à rabat avec bouton pression (bien pratique): on trouve aussi sur les côtés de ces mêmes poches des poches chauffe-mains. Seul inconvénient des poches chauffe-main: elles sont légèrement trop basse et un peu trop sur les côtés pour être vraiment faciles d’accès. (tout dépend ensuite de votre longueur de bras évidemment)

 

Capuche doublée de faux mouton

La capuche tient chaud avec sa doublure: elle laisse assez de marge pour pouvoir rajouter un bonnet. Le col par ailleurs remonte assez haut pour garantir une bonne herméticité au niveau du visage.

Cordon de serrage

Car il ne fallait pas sacrifier la coupe, le parka est équipé de cordons de serrage permettant de resserrer la taille: à relâcher lorsque vous portez une veste en dessous, et à resserrer si vous avez par exemple une combinaison chemise/pull.

Attention évidemment à ne pas trop le resserrer pour ne pas marquer anormalement la taille.

La matière: la toile déperlante de chez Olmetex

Olmetex, c’est un nom qui vous dit probablement quelque chose: c’est un tissu qui a déjà été utilisé par Gastby Paris pour sa saharienne 2017, mais aussi par BonneGueule notamment pour son dernier chino cargo.
Il s’agit ici d’un tissu déperlant (et non pas imperméable): le tissu est recouvert d’un enduit qui empêche l’eau de passer. Ce n’est pas la même chose qu’un tissu imperméable (on parlait déjà de cette différence dans le test Nobis).

Pour un usage urbain, un tissu déperlant suffit largement, et il est assez rare d’en retrouver dans cette gamme de prix.

Evidemment, le tout est doublé de ouatine: je portais pour le test seulement cette parka, une chemise et un t-shirt Heattech Uniqlo à 6-7 degrés et je n’avais pas froid. Une grosse maille en plus aurait largement suffit entre 0 et 5 degrés.

Bords côtes au niveau des poignets

On a omit de prendre cette finition là en photo, voici du coup la photo du site. Pas grand chose à en dire si ce n’est que c’est une finition classique sur ce type de pièces pour empêcher l’air de rentrer par les manches.

Conseils de style

On a pour ce shooting reproduit le look bureau détourné de la marque Paname avec le pantalon Reda, la chemise de ville ainsi qu’une cravate en tricot pour un côté plus décontracté (d’où le port des sneakers)

Conclusion sur la Parka Blake

Pour une première Parka à 280 euros, on s’y retrouve assez largement en terme de matières et de finitions (même si certaines comme les poches latérales sont perfectibles): elle remplit bien sa mission pour un hiver urbain classique (aux alentours des 5 degrés). Au dessous des 5 degrés, pensez simplement à vous équiper aussi d’une grosse maille.

Pour une parka avec de telles finitions (surtout ce zipp YKK Excella) et un tissu déperlant Olmetex, Paname Collections a fait l’impossible pour proposer une parka à moins de 300 euros, mais avec des finitions et un tissu qui en valent normalement bien plus.

Disponible ici à 280 euros

 

LA CHEMISE JAMES FIL A FIL BLEU CIEL

Une grosse saison de premières pour Paname Collections: en plus de premières grosses pièces à manches, la marque se lance dans les chemises de ville. Je l’attendais au tournant sur un point bien précis que je vais aborder sans plus attendre.

Finitions

Le col

C’est bien sur ce point que j’étais le plus aux aguets: le col et en particulier sa largeur. C’est là-dessus que ce genre de marques se trompe souvent: avec des pans de col beaucoup trop étroits pour les rendre plus casual: le résultat n’est ainsi ni vraiment casual ni adapté au port d’une cravate.

On est ici vraiment pas déçus par le col aux dimensions très correctes et qui permettent de se faire plaisir sur le noeud de cravate (encore plus avec cette ouverture semi-cutaway).

Grosse particularité: on n’y trouve pas de baleine. Le col est en effet déjà triplé, ce qui suffit largement à conserver son maintien pour un usage classique et sans avoir à s’embarrasser de baleines.

C’est le genre de twist assez propre à Paname Collections, une marque faite avant tout pour ceux qui veulent être bien habillés, mais sans pour autant faire les magasins et s’intéresser à la mode.

Coutures et boutons

On a du 7 points au centimètres et des coutures Zampa di Gallina: un niveau de finitions qui n’existe tout simplement pas à prix équivalent.

Le tissu

Il s’agit d’une popeline portugaise de très bonne facture: on a ici choisi une version fil à fil qui permet un travail de motifs discret. Je vous recommande vraiment cette version qui apporte un sacré plus dans une garde-robe, comparé à des rayures ou à une chemise unie blanche beaucoup plus classique.

La popeline n’est en tout cas pas technique, mais cette version fil-à-fil est pour moi celle qui représente le mieux l’esprit Paname Collections, qui cherche à emmener un peu plus loin ses clients, mais sans leur faire prendre de risques.

La coupe

J’ai été très agréablement surpris que Paname Collections propose du 36 dès sa première collection de chemises formelles: c’est généralement une taille assez piégeuse pour une marque en terme de stocks. Je suis en tout cas très satisfait du 36 qui me va à merveille et qui est ajustée pile comme il faut.

 

Conclusion

A 79 euros, cette chemise est une vraie bonne affaire: il s’agit d’un produit d’appel pour Paname Collections et les fondateurs m’ont confié qu’ils ne margeaient donc quasiment pas dessus.  Ce fil à fil en particulier apporte facilement du relief à une tenue en étant plus original que des simples rayures.

On apprécie enfin le col généreux, avec une bonne tenue boutons ouverts, mais qui permet de se faire plaisir sur les noeuds de cravate et qui peut s’intégrer dans de vraies tenues sartoriales.

Elle est disponible ici à 79 euros

Le pantalon Giacomo en flanelle tech Reda

Un joli pantalon habillé qui peut sembler anodin pour le prix de 135€, sauf qu’en fait il est composé d’un tissu technique très intéressant ainsi qu’une panoplie de fonctions pratiques qui en font une pièce de choix tout autant qu’un investissement.

La coupe est cintrée, ce qui propose une silhouette affinée (un peu trop affinée sur Valéry qui a pris une taille en dessous de ce qu’il aurait du).

Le tissu

Un 100% laine bleu provenant de chez Reda (une célèbre filature italienne à laquelle j’ai dédié un article presqu’entier). Une filature réputée pour sa modernité et son travail en Recherche & Développement (R&D pour les intimes). Rien d’étonnant donc, que l’on y trouve une jolie laine technique possédant plusieurs propriétés inhabituelles. Tout d’abord elle est plus souple qu’une laine classique (une matière qui ne bouge pas du tout d’ordinaire) et permet d’avoir ce confort que procure ordinairement l’élasthane.

En plus de ces propriétés techniques, cette flanelle possède également un bel aspect chiné avec de légers reflets de noir.

Un traitement anti-plis

Deuxième avantage plutôt cool, le traitement anti-plis ! On a tous porté un jour des pantalons ou des jeans (enfin je l’espère) et, quelque que soit le tissu (surtout la laine), on trouve fatalement des plus disgracieux derrière le genou. Un problème en grande partie résolu (enfin attention il n’y a pas de miracles) grâce au traitement qui atténue l’effet (en plus de l’élasticité naturelle de cette laine qui joue un rôle prépondérant).

Ce qui a pour bénéfice de retarder le passage en pressing du pantalon !

Un pantalon en laine lavable en machine

Dernier atout (et pas des moindres), c’est que la laine est lavable en machine ! Il y a deux ans j’aurais trouvé ça criminel, sauf que, depuis quelques temps, les filatures italiennes repoussent sans cesse la technicité de leurs tissus. Ainsi, le pantalon flanelle tech Paname Collections peut se passer en machine (en lavage délicat à 30 degrés et retourné).

Les finitions

On retrouve différentes finitions de confection (le pantalon est fabriqué au Portugal) et d’autres purement destinés au simple plaisir des yeux :

  • une doublure avec un joli motif fleuri
  • Des coutures invisibles (pour le coté formel c’est important)
  • Deux poches passepoilées derrière (un classique)
  • Un zip YKK solide

Conseils de style

Pour tout vous avouer, on avait un gros shooting et je n’ai pas été prudent…Je porte ici la plus petite taille qui m’allait très bien lorsque je l’ai essayée à la boutique.
J’ai par contre eu le malheur de faire le shooting avec un collant Uniqlo et, immanquablement, le pantalon s’est accroché au collant (d’où tous ces plis disgracieux).

Nous nous en sommes rendus compte trop tard et n’avons malheureusement pas eu le temps de refaire le shooting. Voici tout de même les photos pour vous donner une idée du fit, et pour vous servir de leçon si vous comptez aussi porter des collants sous des pantalons en laine.

Bref, il aurait fallut simplement tirer un poil le pantalon vers le bas pour éviter tous ces plis. Mis à part ça le fit est très satisfaisant avec un fuselage bien pensé (il suit parfaitement la ligne des jambes et offre assez d’espace aux cuisses):

Conclusion

Tout en gardant son ADN (des vêtements faciles à porter, sans prises de tête et facile à entretenir), Paname Collections parvient à proposer une pièce plus habillée que les chinos dont elle avait l’habitude.

Elle réussit à se débarrasser des deux contraintes qui rendaient plus compliqué de porter un pantalon habillé: les plis et l’entretien au pressing. Comme tout pantalon habillé en laine, on est par contre forcément sur un budget un peu plus élevé qu’un chino: le pantalon Giacomo est ici proposé à 135 euros (au vu de ses propriétés, ça reste carrément raisonnable par rapport aux autres pantalons en flanelle du marché).

Il est disponible ici à 135 euros

 

La ceinture tressée Phil

Un nouvel accessoire pour Paname Collections, une ceinture décontracté qui offre de belles nuances de marrons subtiles. Plutôt que d’offrir une énième ceinture en cuir que toutes les autres marques proposent déjà, la marque fait un pied de nez à ses concurrents avec une pièce plus originale et plus technique. De plus, une ceinture tressée est très polyvalente et peut se porter avec une paire de basket tout comme avec une paire de derby.

On a choisit le modèle Phil, en teinte de marron pour un contraste visible mais facile à porter:

Les finitions

Coté fabrication, c’est une confection entièrement artisanale réalisée en Espagne. La ceinture est confectionnée à partir d’un cuir de vachette provenant d’Italie.

Elle ne nécessite presque pas d’entretien et les différentes nuances de marrons vont s’affirmer en se patinant avec le temps. Enfin, dernier avantage (et pas des moindres) la taille est entièrement personalisable . En effet, on peut régler la ceinture sur n’importe quel cran tressé, permettant ainsi d’ajuster au mieux votre taille selon la journée (notamment après les repas le ventre gonfle et ça ne fait pas de mal de pouvoir reculer de quelques centimètres).

Conclusion sur la ceinture Phil

J’étais assez sceptique sur ce que pouvait apporter Paname Collections là-dessus (le must des ceintures tressées étant pour moi les Atelier Particulier): force est de constater que je me trompais. Le cuir est ici plus fin et les couleurs plus originales: on se retrouve donc avec des jeux de contraste beaucoup plus subtils. Un plutôt bon rapport qualité/prix à 65 euros.

Elle est disponible ici à 65 euros

Crédits photo: Merci à Ilena Thea Kim

Vous aimerez peut-être: