ATELIER PARTICULIER : DES ESSENTIELS ET DES PIÈCES PLUS POINTUES AU MEILLEUR PRIX

C’est toujours un plaisir d’écrire sur Atelier Particulier. Tout d’abord parce que c’est une marque avec un concept dont le leitmotiv est très proche du nôtre : ils prônent un “luxe accessible” et notre mot d’ordre est de “s’habiller mieux pour moins cher” ! C’est donc pour cela que nous sommes ravis de suivre la marque depuis 5 ans maintenant.

À cela s’ajoute une autre raison, plus personnelle. En effet, Atelier Particulier est la toute première marque que j’ai découverte grâce au blog, il y a quelques années de cela ! J’y ai même acheté ma toute première cravate, pour mes premier entretiens de l’époque. Une marque qui a contribué à mon intérêt pour la mode, et qui a fait de moi un fidèle lecteur de Jamais Vulgaire.

Atelier Particulier propose des accessoires de luxe à prix abordable

Pour ceux qui suivent un peu le blog, on ne compte plus les articles sur Atelier Particulier, et la plupart d’entre vous sont déjà familiers avec leur histoire. Cependant, pour ceux qui découvrent tout juste la marque, je vais revenir rapidement sur leur concept et leurs valeurs.

“Rendre le luxe accessible” c’est paradoxal, puisque le luxe est, par essence  inaccessible. Sauf que Fulbert et Benjamin, les deux co-fondateurs d’Atelier Particulier, se sont rendus compte en visitant les ateliers des grandes maisons du luxe que très souvent, le prix de vente final de ces accessoires de luxe était bien supérieur à leur coût de production (certaines grandes maisons n’hésitent pas à vendre un article 8 ou 10 fois son prix de revient).

Ils ont donc eu cette idée brillante (et avant-gardiste il y a 5 ans) de travailler avec ces mêmes ateliers de France et d’Italie, pour proposer un produit avec un cahier des charges tout aussi exigeant, pour un prix nettement inférieur.

 

Ils travaillent donc avec des ateliers très qualifiés qui ont longtemps travaillé pour des grands noms du luxe (nombre d’entre eux le font toujours), qui officient en France et en Italie, selon les savoir-faire bien spécifiques de chacun. Par exemple, les cravates en laine sont confectionnées à Paris (seuls quelques derniers acteurs peuvent s’en vanter). Les gants profitent du savoir-faire traditionnel de Saint-Junien dans la ganterie. Les lunettes de soleil sont quant à elle confectionnées à Oyonnax, dans l’un des derniers ateliers lunetiers de la région. Voici trois exemples car je ne les citerai pas tous, mais derrière chaque accessoire proposé par Atelier Particulier, se cache un atelier réputé pour son savoir-faire et son expérience en la matière.

Atelier Particulier : Des matières et des finitions de plus en plus pointues

À ses débuts, la marque proposait des basiques (j’entends par là des essentiels du vestiaire masculin) bien faits, avec de belles matières. Aujourd’hui les collections se sont étoffées, et présentes des pièces comportant des matières encore plus luxueuses, qu’on ne retrouve pas ailleurs, comme le Baby Alpaga ou la laine Geelong et l’Angora.

 

On trouve également des mélanges techniques permettant de fusionner les qualités de différentes matières pour un résultat toujours plus qualitatif.

Prenons l’exemple des écharpes en laine vierge & soie qui allient la douceur de la soie à la chaleur de la laine vierge, ou bien les gants pilotes qui sont un véritable bijou de technicité, alliant les propriétés du cuir d’agneau velours et du coton, permettant aux mains de leur propriétaire d’affronter les intempéries tout en confort.

Outre des alliances de matières toujours plus poussées, Atelier Particulier propose désormais des pièces fortes dont le caractère s’impose, comme les écharpes à chevrons (vous trouverez ci-dessous une photo rapprochée de la texture qui est vraiment réussie).

En plus des essentiels qui ont fait leur réputation que l’on retrouve à chaque collection, la marque mûrit et propose désormais des pièces que l’on retrouve uniquement chez les grandes marques du luxe avec des finitions toujours plus pointues, sans trahir leur ADN : se maintenir à un prix très compétitif. 

Le rapport qualité/prix reste donc tout aussi intéressant après cinq années d’exercice, et il est globalement supérieur à ce que l’on peut voir sur le marché des accessoires.

Test Atelier Particulier : Notre sélection Automne/Hiver 2018

Pour cette collection Automne/Hiver, nous vous avons sélectionné nos pièces préférées, que nous avons pu porter plusieurs fois avant de rédiger ce test. Et le résultat est à la hauteur de nos attentes !  Pour ce test, nous avons choisi deux pièces fortes de caractère, ainsi que deux essentiels, faciles à porter et qui vous protégeront efficacement contre le froid.

L’écharpe en soie & laine bleu marron chinée

On commence avec une pièce qui se porte en automne, au printemps et en hiver si la température est clémente : l’écharpe en laine & soie (90% laine vierge et 10% soie). Comme je l’expliquais plus tôt, voici un exemple concret d’un alliage de matières qui permet d’en tirer plusieurs bénéfices. On obtient donc plusieurs qualités : la chaleur de la laine, la douceur de la soie, et une texture de caractère qui s’imprègne des deux matières.

Un tissu technique fourni par Zegna Baruffa, un drapier italien que l’on a l’habitude de croiser dans les créations d’Atelier Particulier. Un tissu décoré par un certificat et un label ! Il est certifié Global Organic Textile Standard, garantissant que la fibre qui le compose a suivi un parcours écologique, social et environnemental bio. En effet, le label impose que 95% des fibres soient issues de l’agriculture biologique. On retrouve également le label “laine responsable” Woolmark (que nous avions déjà aperçu sur les écharpes de l’an dernier), qui certifie la pureté de la laine vierge, qui doit être prélevée sur un animal vivant et en bonne santé.

Ce qu’on a beaucoup apprécié dans cette pièce, c’est le mélange ingénieux des couleurs et des matières, qui offrent un rendu texturé beau et original. C’est également une couleur d’accessoire facile à porter qui s’accorde avec beaucoup de couleurs, comme vous pouvez le constater sur la tenue de Valéry : du bleu marine, au vert, au bordeaux …. tout est possible excepté une pièce grise (ça manquerait alors de contraste).

Disponible ici à 65 euros

L’écharpe en cachemire zibeline lie de vin

 

Je n’avais encore jamais entendu parler de cachemire “zibeline” jusqu’ici !

Enfin, pour moi, la zibeline était un petit animal que l’on croise exceptionnellement dans les contrées de grand froid. Très prisé pour sa fourrure très douce et chaude, il est malheureusement très recherché par les derniers fabricants qui osent encore vendre de la fourrure au XXIe siècle …

Vous l’aurez compris, ce n’est absolument pas le cas d’Atelier Particulier, et leurs écharpes (ainsi que l’ensemble de leurs accessoires) ne comportent pas de fourrure animale. Alors pourquoi appelle-t-on cela du cachemire zibeline ? Parce que leur atelier anglais du Yorkshire travaille le cachemire d’une manière très spécifique (un atelier qui aligne presque 250 ans d’existence).

En travaillant soigneusement le cachemire pendant des jours, à l’aide de chardons, on obtient cet effet ondulé qui prend particulièrement bien la lumière en offrant de beaux reflets de couleurs. Une finition de luxe, nommée “zibeline”, qui nécessite 15 jours de travail (dont une partie se fait à la main) et qu’on retrouve uniquement chez des maisons du luxe (à un prix bien différent de celui d’Atelier Particulier).

La couleur lie de vin est un mélange étonnant entre le bordeaux, le marron et l’aubergine, qui offre une profondeur particulière. Quand il fait jour, la couleur tend vers le bordeaux et l’aubergine, puis quand il fait sombre, elle prend des allures de marron. Bien que la couleur soit complexe, elle s’accorde pourtant bien avec beaucoup de couleurs comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Valéry la porte avec un mélange d’autres tons similaires : une cravate bordeaux et les gants marrons (un article testé juste en dessous) qui offre une palette d’accessoires dans les tons rougeâtres et marrons qui joue sur la subtilité des rappels de couleurs, tout en sobriété.

Pour ceux qui veulent amener un peu de contraste et faire ressortir la pièce, ça marche également très bien avec un manteau gris moyen et gris clair ou beige.

C’est une pièce qui se porte en hiver exclusivement, car elle tient chaud. De plus, le grammage est très généreux et l’écharpe est grande ! Une pièce qui nous a beaucoup plu parce que les couleurs disponibles sont canons, et la technicité du produit est vraiment pointue. Une pièce qui en impose par sa réalisation et sa couleur et pourtant facile à porter.

J’ai presque oublié de le mentionner, mais l’atelier anglais qui produit cette écharpe est un acteur important de l’organisation ” Sustainable Fibre Alliance”, qui promeut un développement durable sur toute la chaîne de fabrication du cachemire !

Disponible ici à 95 euros

Les gants v2 en cuir d’agneau marron

Pour ceux d’entre vous qui, comme moi, ont acheté la toute première version des gants d’Atelier Particulier l’année dernière, nous leur reprochions d’être un peu courts en longueur. C’était une belle pièce bien faite, mais il manquait un petit détail pour qu’ils soient parfaits !

Comme la marque est à l’écoute, ils ont corrigé le tir cette année, et sont allés encore plus loin, pour nous proposer une version 2 (v2) impeccable, à laquelle on trouvera difficilement un reproche à faire.

Atelier Particulier frappe fort et propose une paire de gants sans concessions. Confectionnée à la main grâce au savoir-faire de l’un des derniers bastions de la ganterie française, Saint-Junien. On y retrouve donc des finitions bétons :

  • nervures surpiquées et liseré contrastant (parce que ça en jette)
  • un bouton pression recouvert de cuir (pour refermer votre gant et vous tenir bien au chaud)

Des finitions poussées, auxquelles s’ajoutent des matières d’exception ! En effet, les gants se composent des deux matières suivantes :

  • un cuir d’agneau plongé de la mégisserie Colombier (une mégisserie française labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant qui officie depuis presque cent ans)
  • une doublure en Baby Alpaga (une fibre rare qui correspond à la première tonte de l’alpaga à l’âge adulte)

Un modèle que j’ai pu tester et mettre à l’épreuve du froid ces deux dernières semaines : chaleur, confort et protection garantie. Grâce à sa longueur supplémentaire et son bouton, le gant fait jointure avec les manches de mon pull ou de mon manteau. Ainsi, l’ensemble de la main et du poignet sont à l’abri du froid et des intempéries.

À mes yeux, les gants sont un accessoire indispensable si on désire passer un hiver au chaud. Ceux d’Atelier Particulier sont imbattables dans cette gamme de prix là, et jusqu’à 200-250€ pour une autre marque (et encore il n’est pas certain que vous retombiez sur la doublure en alpaga).

Petit bonus : ils sont disponibles en marron clair, en noir et en bleu marine et cela en différentes tailles ! Pour ma part, il s’agit d’un 7,5 car j’ai un petit tour de main: 19 cm (vous prenez un mètre pour mesurer le tour de votre main). Un modèle qui se décline également au féminin ! Ce qui en fait un must-have comme cadeau à offrir.

Disponible ici à 85 euros

Le bonnet Angora Bleu Canard

Voilà une autre pièce à laquelle on ne pense pas forcément pour se protéger du froid et pourtant le bonnet fait très bien le travail.

Bien qu’il présente un aspect pratique indéniable, le bonnet n’en demeure pas moins un accessoire pas toujours évident à porter ! Par exemple, on évite d’en porter avec une tenue formelle et un costume. En revanche, dans une tenue casual il apporte une touche de caractère bienvenue, notamment dans un style workwear. Le bonnet est également votre plus grand allié si jamais vous n’avez pas le temps de vous coiffer le matin !

Pour ce qui est de la partie technique, Atelier Particulier propose un bonnet qui n’a rien à envier à ses autres accessoires ! Tricoté en Ecosse par un atelier familial fondé en 1845, ce bonnet est composé à 75% de laine d’agneau “Geelong” (il s’agit du nom de la première tonte de l’agneau, dont la laine est la plus fine et la plus chaude), et à 25% de laine Angora (labellisée elle aussi).

Encore un mélange technique qui apporte plusieurs bénéfices. En effet, il faut savoir que la laine d’Angora est un tissu rare et luxueux mais fragile. Ainsi, il faut toujours la mélanger avec une autre matière pour obtenir une confection qui tienne la route. Généralement, la plupart des marques mélangent la laine d’Angora avec une laine bas de gamme, afin de pouvoir profiter de l’appellation sans que cela soit trop coûteux. Principe et éthique obligent, Atelier Particulier préfère utiliser une laine de qualité pour solidifier le tout : la laine d’agneau “Geelong”.

Un bonnet bien construit, avec des matières de premier ordre et tout ça pour … 35€. En taille unique, il est disponible en plusieurs coloris (j’ai également un gros faible pour le vert forêt). Un nouvel accessoire de qualité qui s’ajoute à la famille Atelier Particulier et c’est une réussite.

Disponible ici à 35 euros

Conclusion sur Atelier Particulier

À chaque année qui passe, Atelier Particulier ne cesse de mettre la barre plus haut, en proposant des produits toujours plus pointus, qu’on ne retrouve pas ailleurs, sauf chez quelques maisons du luxe (où ils sont vendus facilement cinq ou six fois plus cher). Des gammes qui s’étoffent, et qui comptent désormais des essentiels et des pièces fortes.

Des créations, vendues toujours à prix serré, rendant ainsi le véritable luxe (le produit pas le marketing) accessible. C’est donc, encore et toujours, un plaisir de vous en faire part, et de voir leur communauté s’agrandir !

Crédits photos: Iléna Théa Kim.

Vous aimerez peut-être:

Partagez26
Tweetez
Enregistrer
26 Partages