MAISON STANDARDS : LA TRANSPARENCE POUR LE MEILLEUR RAPPORT QUALITÉ/PRIX

Maison Standards : des vêtements basiques de qualité + test du mac standard, du chino classic fit et de la chemise en oxford

Bien porter son nom..

Un des phénomènes auxquels je me suis intéressé dernièrement, c’est le personal shopping. Non seulement Valéry propose ce service à travers Jamais Vulgaire, mais la tendance s’est multipliée de manière générale ces dernières années.

En réfléchissant au principe du personal shopping, j’ai songé au mode opératoire que j’utiliserais si je devais emmener quelqu’un découvrir les meilleures boutiques et bons plans de Paris. Ce qui m’est apparu le plus évident, c’est que les personnes qui cherchent de l’aide pour s’habiller, ont très souvent la nécessité de tout reprendre à zéro, comme si leur dressing était vide. De ce point de vue émerge une question simple : quels sont les grands standards à posséder impérativement dans son vestiaire ? 

Cette question, Uriel Karsenti se l’est posée il y a quelques années, avant de créer une marque qui jouit à la fois d’un principe de transparence hors du commun, et d’un aspect qualitatif indéniable. Aujourd’hui, nous parlerons de la marque Maison Standards.

En bonus, nous vous proposons un code de réduction de 15 € à partir de 120 € d’achat sur le site de la marque, vous permettant ainsi de jeter un œil plus approfondi sur les pièces présentées dans cet article : JVxMS (Pour les nouveaux clients uniquement, valable jusqu’au 7 mars 2017 et non cumulable avec une autre offre en cours).

 

jamais-vulgaire-maison-standards-banner

I MAISON STANDARDS : QUAND UNE MARQUE JOUE LE JEU DE LA TRANSPARENCE

Un peu d’histoire

Ce n’est pas sans un certain plaisir que je vous parle de cette marque. En effet, cela fait maintenant une paire d’années que j’observe son développement, et vous aurez sans doute compris après avoir lu cet article, que si toutes les jeunes marques suivaient cet exemple, la mode se porterait mieux. Mais bref, d’abord un peu d’histoire !

Maison Standards est une marque de prêt-à-porter parisienne née en 2013 sous l’impulsion de son fondateur, Uriel Karsenti. Il faut bien l’avouer, le créateur a eu un parcours plutôt original, étant avocat de formation pour avoir ensuite été diplômé d’HEC. Alors qu’avec de pareils domaines d’études il n’était pas vraiment destiné à intégrer le milieu de la mode, il fût tour à tour designer chez Barbara Bui et le Groupe Zannier (spécialisé dans la mode pour enfants), pour ensuite passer par la direction de Pierre Hardy.. Un sacré parcours.

C’est en 2013 qu’il décide de créer sa propre marque, armé d’un amour inconditionnel pour le produit et de sa sensibilité esthétique. Entre nous, si on s’arrêtait là, il s’agit d’un parcours à la fois original, et finalement assez courant chez les créateurs.

Cela dit, Uriel Karsenti n’a pas seulement lancé sa propre marque pour son plaisir et sa passion, mais également dans un but bien précis : récupérer les codes du luxe qu’il a connu au long de son expérience, pour créer un nouveau modèle en rendant la mode plus transparente et plus accessible. La seconde donnée à laquelle s’est intéressé le fondateur, se rapporte aux basiques. Alors que vous cherchez un jean brut classique ou une chemise en oxford toute simple, vous allez souvent vous orienter vers des marques qualitatives, soit, mais qui margent de 8 à 10 fois par rapport au coût de revient.

Pour résumer, la vision de Maison Standards est de développer des pièces de modes basiques, avec un prix honnête. Tout simplement.

Prendre la mode à contre-pied

Jean brut, chemise blanche, t-shirt à col rond ou encore sweatshirt uni.. Quand bien même la mode est une machine bien huilée qui change sans arrêt en créant de nouveaux codes vestimentaires, certaines pièces sont devenues indémodables, voir nécessaires dans un vestiaire masculin. Le constat est donc simple concernant ces pièces : il y aura toujours de la demande.

MAISON STANDARDS vêtements basiques

Finalement Maison Standards a pris le parti de développer quasi-exclusivement des produits basiques. Pourquoi prendre aussi peu de risques, et ainsi aller presque à l’opposé d’un des principes de base de la mode me direz-vous ? C’est simple, 60 à 70% de ce que vendent les marques de luxe aujourd’hui sont ce qu’on appelle des « coeurs de collections »; à savoir, les produits les plus basiques/intemporelles qui deviennent souvent des permanents.

Parce que finalement la majorité des consommateurs, que cela soit vous, moi, votre voisin ou votre cousin, ne sommes pas des grands parangon de la mode qui n’aimons pas prendre trop de risques, la marque d’Uriel Karsenti tombe à point nommé.

Une politique de transparence hors du commun

C’est le principe fondateur de la marque. Une transparence dont très peu, voir presque personne ne peut se targuer. Repartons à zéro : je suis sûr que vous vous êtes déjà posé la question du coût de revient de cette chemise que vous avez acheté 150 euros chez un semi-luxe français à consonance british, tourné sur une image à base de rock et de têtes de morts ?

Bien souvent, nous ne connaissons rien de ces marges réalisées entre le coût de revient d’un vêtement, de sa fabrication et de la raison pour laquelle il est pricé de cette manière. Pour faire simple, voici le détail du coût de revient d’une chemise de chez Maison Standards.

Je tiens tout d’abord à préciser que ces visuels sont disponibles sur le site internet de la marque.. Qui plus est, il ne s’agit là que du pricing d’une chemise, mais vous pouvez également consulter la mode opératoire utilisé pour toutes les pièces de la collection (choix du tissu > lieu de fabrication > coût > marge.. La totale).

Cela dit, il y a plusieurs vecteurs assez importants qui sont absents du détail du coût de revient d’une chemise, expliquant ainsi une marge aussi faible par rapport à la concurrence :

  • Peu de coût en marketing : bon, forcément la marque communique autour de ses produits, mais à une échelle vraiment moindre.
  • Pas de coût intermédiaire : comment faire en sorte de vendre son produit sans que le prix gonfle ? En supprimant tous les intermédiaires.

C’est en partie de là que Maison Standards tire sa force : la marque peut se permettre de proposer des prix de vente honnêtes, dans la mesure ou elle gère entièrement la vente de ses produits (sur son propre site internet en guise de e-commerce et aujourd’hui un showroom surnommé « La Maison » au 25 rue Poitou dans le 3ème arrondissement de Paris).

Pas d’intermédiaire, pas de coefficient x2,5 ou plus.. C’est déjà mieux non ?

De l’importance du sourcing

MAISON STANDARDS vêtements basiques

Le sourcing c’est quoi ? Rien de plus simple (quoique passage compliqué pour une entreprise de mode), il s’agit du moment ou la marque va rechercher le lieu où sont produites les matières premières, mais également l’endroit où elle fera assembler ces matières pour réaliser un produit fini. Bref, il s’agit de trouver le lieu de naissance d’un coton et la fabrication de la chemise qui va avec.

Chez Maison Standards, le sourcing est d’une importance capitale. Lorsque beaucoup de marques ont tendance à centraliser leur production dans une seule et même usine qui leur appartient ou qu’elles sous-traitent, d’autres vont plutôt produire là ou la matière se trouve déjà et où la main d’oeuvre est déjà qualifiée.

En l’occurence, la marque dont nous parlons aujourd’hui produit à la fois au Portugal, en Tunisie, en Chine, en Grèce et en France.. Un vrai tour du monde du savoir-faire. La raison ? Chaque usine possède déjà une sélection de matières premières de grande qualité, et sont reconnues pour le respect d’un cahier des charges précis et des responsabilités sociales et éthiques.

MAISON STANDARDS vêtements basiques

Alors que certaines marques ne parlent que très rarement de leurs lieux de production, Maison Standards part dans la logique inverse : Non, le savoir-faire n’est pas que franco-français, d’autres pays ont une vraie reconnaissance qualitative, alors autant les exposer fièrement !

Encore une fois, les visuels viennent du site internet de la marque, qui est extrêmement complet en terme d’information. Si vous passez par le site de la marque pour acheter, je vous conseille de faire un tour dans l’onglet « notre concept » qui finira de vous convaincre à ma place.

Mais pour l’heure, assez parlé de la marque, faisons un focus sur les vêtements eux-mêmes, histoire d’observer en quoi se traduit toute cette belle déontologie.

 

MAISON STANDARDS vêtements basiques-mac-look-1

II TEST DU MAC STANDARD (MAJ 2017)

Une touche de classe à l’anglaise ? De toute évidence, le mac, ou Mackintosh pour les intimes, trouve ses racines outre-manche. Si effectivement, il rappelle l’imperméable par sa forme et ses nombreuses caractéristiques communes, c’est bien parce qu’il s’agit là d’un de ses cousins (parmi lesquels on compte le trench).

C’est bien loin de sa naissance en 1820 (dont Valéry vous parlait dans le guide des manteaux de la mi-saison), que la marque Maison Standards en a repris les codes afin de l’intégrer à raison dans sa longue collection de pièces intemporelles. La marque offre le choix entre un modèle bleu marine, et un autre en beige. Mais c’est bien de cette dernière couleur que j’ai décidé de vous parler, considérant cette dernière comme étant quelque part plus « typique ».

Aspect global du mac standard

Tout d’abord, comment reconnaître un mac ? C’est assez simple, il s’agit d’un manteau mi-long à long, d’un aspect assez simple et épuré. Bien loin de ses débuts, alors que les premiers modèles n’avaient pas de vraies coupes (et sentaient relativement mauvais), ce manteau développé par la marque parisienne possède une taille et une coupe des plus normales, même si je le trouve un peu court (de manière générale, le trench ou le mac se portent juste au dessus ou au niveau de genoux). J’aime beaucoup cette simplicité voulue, avec seulement deux poches raglan apposées de chaque côté du mac.

Il se porte assez près du corps, sans être non plus trop collé, étant réservé à un port durant les mi-saisons (au dessus d’un pullover par exemple).

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-look-4

MAISON STANDARDS vêtements basiques-mac-look-7

La coupe du mac standard

Comme indiqué plus haut, on parle ici d’une coupe des plus normales (droite) : en effet, le risque serait assez grand pour une marque de reprendre un tel classique dans un slim fit ou inversement, dans un aspect oversize. D’autant plus que la gabardine de coton, restant tout de même une toile assez épaisse, ne se prête pas vraiment à ce jeu.

Me trouvant quelque part entre un S et un M, je vous recommande de partir sur votre taille habituelle si vous en êtes sûr, ou la taille inférieure si vous êtes dans le même case que le mien.

MAISON STANDARDS vêtements basiques -mac-look-5

On peut d’ailleurs très bien voir sur la photographie ci-dessus que le mac n’est ni trop grand, ni trop étroit. Je l’aurais préféré 2 ou 3 cm plus long, mais quelque part, j’ai l’impression que la marque a voulu travailler la coupe à sa manière, qui entre nous, ne dérange pas une seconde.

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-epaule

N’ayant pas les épaules trop larges, on peut constater que celles-ci tombent parfaitement bien sur ce modèle en taille S, rien à redire. Mais on aura le plaisir de constater que la couture a été doublée à la jonction entre l’épaule et le bras, témoignant d’une volonté de produire une pièce durable, qui ne se déformera pas trop après des mois ou années sur un cintre.

L’intérieur du mac standard

test-maison-standards-1-2

Premier coup d’oeil, et premier constat des plus évidents : on retrouve (comme sur la plupart des modèles), un manteau non doublé, qui confirme bel et bien son utilisation printanière. Visuellement, cela donne une pièce assez propre est aussi simple à l’extérieur qu’à l’intérieur.

test-maison-standards-7-2

Le tout témoigne de finitions plutôt bien soignées, qui sont d’ailleurs totalement respectables pour une pièce qui sort à ce prix (175 €). Rien ne dépasse, tout est propre et semble solide.

test-maison-standards-5-2

Malgré sa grande simplicité, on retrouve tout de même deux poches intérieures. qui sont juste ce qu’il faut en profondeur, et ne sont pas trop épaisses (la gabardine de coton étant bien moins épaisse qu’une toile de laine, on évite de mettre des objets trop gros dans ces poches pour des raisons évidentes).

Les finitions

Même constat que pour tout le reste : la propreté est de mise sur ce modèle lorsqu’on parle des finitions. J’ai eu beau ausculter ce modèle dans tous les sens, rien ne dépasse. Après avoir jeté un coup d’oeil sur la provenance (chinoise), cela confirme que beaucoup des chaînes de montage atteignent un très bon niveau, lorsque ces dernières sont bien contrôlées.

test-maison-standards-13-2

Les coutures de renfort de ce col, lui même légèrement arrondi pour le plaisir de tous, font vraiment bien le travail. J’ai essayé un peu de le malmener et il se repli toujours très bien.

test-maison-standards-12-2

Dans les détails, on apprécie la patte de boutonnage cachée, et les boutons « façon corne » : non, à ce prix la, vous ne vous attendiez tout de même pas à avoir de la vraie corne ? Cependant, le cousu croisé semble bien solide et épais, prouvant une fois de plus que rien n’a été laissé de côté.

test-maison-standards-11-2

Il s’agit sans aucun doute du détail qui a le plus retenu mon attention (dans le bon sens du terme) et qui pour moi apporte cette élégance minimaliste supplémentaire comparé à son cousin le trench : le boutonnage caché. Quand bien même cette caractéristique n’a rien de si originale, on apprécie de ne pas avoir de boutons apparents lorsque le mac est fermé… Mis à part le dernier bouton du col. À mon sens, il s’agit d’un détail qui fait la différence.

test-maison-standards-10-2

Concernant les poches latérales extérieures, rien à redire une fois de plus. J’aime le fait qu’elles ne soient pas trop profonde, montrant ainsi à son propriétaire que ce manteau n’est pas fait pour recevoir divers objets encombrants à foison.

test-maison-standards-9-2

Dernier coup d’oeil à la fois sur la matière et le boutonnage du col : on voit très bien que les fibres de la gabardine de coton sont extrêmement resserrées.. Car oui, à l’instar de l’imperméable, le Mac Standard est déperlant !

Le style

Histoire de changer un peu, j’ai souhaité twister très légèrement ce mac, en évitant le style formel (dans lequel il se débrouille comme un chef), pour le porter dans une tenue plus casual.

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-1

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-look-2

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-fitting

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-look-10

jamais-vulgaire-test-maison-standards-mac-look-9

C’est le bon côté de ce manteau beige : il peut être utilisé dans un grand nombre de tenues, et promet une belle diversité. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de le porter avec un jean Carhartt WIP, un sweatshirt Basus, et une paire de brogues Dr Martens. Et c’est d’ailleurs une volonté de ma part de montrer à quel point ce pièce est versatile.

Retrouvez le Mac Standard sur le site de la marque en bleu marine et beige, au prix de 175 €.

 

Note formelle : 9/10 (facile à poser au dessus d’un costume en temps de pluie, on évitera alors de choisir une taille trop fittée).

Note casual : 8/10 (moins destiné à l’univers casual par rapport au formel, le mac fonctionne très bien dans un style entre-deux).

Prise de risque : 0/10 (une pièce facile à porter, la prise de risque est minimale).

Rapport qualité / prix : 8/10 (Un beau manteau à porter lors de la mi-saison, dont le prix est très bien placé sur le marché des pièces de ce type).

 

 

III TEST DU CHINO CLASSIC FIT

Grand classique increvable du printemps et de la saison estivale, le chino est bien entendu un de ces basiques que Maison Standards a retravaillé à sa manière. Personnellement, je ne jure que par ce genre de pantalon dès que le soleil pointe le bout de son nez : plus léger qu’un jean, plus versatile aussi, le chino n’a pas fini de faire parler de lui.

Aspect global

Globalement, ce chino s’en sort très bien ! J’avais un peu peur de porter un « classic fit » (coupe plutôt droite, mais pas trop vu qu’il s’affine légèrement en bas des jambes), dans la mesure ou je ne porte presque plus que des pantalons plutôt slim.. Pour le coup, ce chino non pas 5, mais 4 poches, me semble être cohérent autant visuellement, que porté.

Le fit et la coupe

La coupe classique de chez Maison Standards est plutôt une bonne surprise : moi qui pensais avoir un pantalon un peu trop flottant (ayant perdu l’habitude), je me retrouve avec une taille qui serre un peu, mais pas trop (le chino que j’ai pris est un 38, sachant que je suis entre le 38 et le 40 de manière générale). J’ai préféré viser un peu cour de ce côté là, pour être sûr de ne pas flotter rapidement dans un 40 qui s’agrandira avec le temps.

Pour la taille par rapport aux jambes, il ne s’agit pas non plus d’une coupe droite : j’aurais tendance à me rapprocher de la coupe « tapered » dans ce cas, c’est à dire plutôt droite au niveau des cuisses, pour se resserrer progressivement au niveau des mollets et des chevilles.

Le sizing est parfait sur ce modèle, sachant que selon la manière avec laquelle vous le portez, il vous suffira de faire un ou deux revers. Car oui, ce pantalon est un peu long (sachant que je mesure 1m84), mais mieux vaut cela que l’inverse.

Les finitions

Quand bien même il n’y a pas de miracles à attendre lorsqu’il s’agit d’un pantalon à 69 euros, il faut avouer que les finitions sur ce chino de chez Maison Standards sont très bonnes, sans tomber non plus dans la perfection.

Chose assez classique sur un chino (mais tout le monde ne le fait pas), vous trouverez une double fermeture à la taille, permettant ainsi un meilleur maintient. On notera que le bouton est cousu en croix pour une meilleure durabilité. Le tout offre un rendu assez solide, d’autant plus que le 38 m’est un tout petit peu serré, sans être désagréable pour autant.

Les poches sont plutôt assez solides, d’autant plus que l’on peut apercevoir les points d’arrêt sur la couture, renforçant ainsi le tout.

Encore une donnée assez classique : 18cm. Il s’agit de la taille de l’ouverture au niveau de la cheville. Assez pratique, cette ouverture tombe plutôt bien sur quasiment tous types de chaussures (quand bien même j’éviterais des bottines hautes telles que des jodhpurs).

On observera la couture du revers intérieur, que je trouve un peu trop haut et la couture elle manque un peu de propreté.. Point qui peut être un peu gênant lorsque comme moi, vous avez tendance à faire un ou deux ourlets à vos pantalons pour les porter au dessus de la cheville.

Intérieur

On observera que l’intérieur est aussi proprement terminé que l’extérieur. L’intérieur des poches montre les points d’arrêts des coutures, le tout est harmonieux et plutôt propre de manière générale. On appréciera également les revers intérieurs, permettant de lâcher un peu de leste au cas ou vous observez un changement de taille.

Même chose à l’avant, c’est très propre. Toutes les coutures semblent vraiment solides, chose que je ne vois pas souvent sur certains chinos que j’ai acheté low cost.

Pour terminer concernant ce chino, il convient de dire qu’il est totalement passe-partout (attention, dans le bon sens du terme j’entends). Avec un bleu marine assez neutre, il tombe parfaitement bien pour l’arrivée des beaux jours.. Et puis à 69 euros, pourquoi se priver ?

 

Note formelle : 3/10 (le chino n’est pas vraiment fait pour aller avec une veste de costume..).

Note casual : 9/10 (on est proche de la perfection, mais oui de toute évidence, le chino est le parfait bas pour un casual friday).

Prise de risque : 0/10 (si facile à porter, la prise de risque est inexistante).

Rapport qualité / prix : 8/10 (Excellent rapport qualité prix, même si quelques détails ne sont pas parfait, à 69 euros il n’y a rien à redire).

 

IV TEST DE LA CHEMISE EN OXFORD

De toute évidence, la chemise blanche est également un des plus grands classiques du dressing masculin. Tellement, qu’on trouve de tout aujourd’hui pour ce qu’il s’agit de ce vêtement avant tout utilisé dans une tenue élégante, qui se retrouve aussi très bien dans une tenue plus décontractée. Pour cela, les différents cols, différentes coupes utilisées mais aussi les matières rentrent en ligne de compte pour graduer du plus casual au plus élégant. Une fois n’est pas coutume, Maison Standards présente une chemise qui ira presque dans toutes les situations.

Aspect global

Entre nous, cela faisait quelques temps que je n’avais pas renouvelé pas vieille chemise blanche à col tunisien de chez Sandro. N’étant pas un grand féru du port de la cravate ou du noeud papillon, cette vieille chemise faisait bien le boulot de manière générale. Cela dit, je réfléchissais depuis quelques temps à un remplacement beaucoup plus versatile, qualitatif et efficace pour accompagner tant un costume qu’une tenue plus smart casual. Avec cette chemise en Oxford, j’ai trouvé une (plus que) digne remplaçante.

C’est ce que j’aime, et que je retrouve facilement dans cette marque : cette chemise est simple au possible. Pas de fioritures, la coupe est droite sans être trop lache, la longueur est parfaite pour être portée dans le pantalon ou à l’extérieur, le col est parfaitement dimensionné et la matière agréable à porter.. Bref, un vrai basique, tout ce qu’il y a de plus efficace. 

La matière

Pour ce qu’il s’agit de la matière, on retrouvera un  coton oxford « européen » (pas plus de détail à ce propos) que l’on retrouvera sur la plupart des chemises de la marque. Il s’agit là d’une matière assez agréable à porter, moins douce qu’une popeline, mais un peu plus épaisse (donc moins froissable). D’un point de vue global, la matière me semble vraiment très bien.

La coupe

Encore une fois et comme pour le chino, j’ai eu un peu peur de la coupe droite. Vu que j’ai ma partie haute du corps bien plus développée que le reste, j’ai bien plus tendance à choisir des coupes slim que des coupes droites. Cela dit, l’exercice me semble parfaitement bien exécuté chez Maison Standards pour le choix des coupes.

Un peu à l’instar du chino une fois de plus, la coupe qui est annoncée comme étant « droite » ne l’est pas tant que ça. Loin d’être slim, elle est tout de même suffisamment ajustée pour que les personnes plutôt fines ne flottent pas dedans, mais aussi pour que les personnes un peu plus corpulentes ne se voient pas discriminées.

Comme on l’appréciera sur ces images, et faisant habituellement un S parfait (selon mon régime alimentaire et sportif du moment bien sûr..), la chemise tombe à la perfection au niveau du dos et des épaules. On voit bien qu’il n’y a pas de surplus de tissus au niveau des épaules, et que cela ne tire pas trop au niveau des deltoïdes. Encore une tâche joliment exécutée.

Les finitions

R.A.S. : Cela veut tout dire. Pour résumer, les finitions ne sont pas parfaites, mais loin d’être mauvaises pour une chemise à 59 euros. C’est évident qu’à ce prix là, on ne peut pas s’attendre aux meilleures finitions sartioriales et tutti quanti. Mais là encore, la marque à su faire ce qu’il faut à mi-chemin entre un prix doux et des finitions propres.

Le boutonnage des manches et on-ne-peut-plus classique. Les coutures apparentes sur cette image sont très régulières et resserrées, prouvant qu’en terme de durabilité, on est censés être tranquilles. En plus du bouton venant se fermer au milieu de l’avant-bras, vous trouverez un système classique de boutonnage plus ou moins serré selon vos envies, ou la taille de votre poignet.

On regrettera l’absence d’hirondelles de renfort sur les côtés de la chemise, mais encore une fois, il ne s’agit que d’un détail. On voit cependant qu’il y a quelques fils qui dépassent encore ci et là, sans que cela soit pour autant gênant.

Chose sur laquelle j’ai été plutôt étonné, et pas forcement dans le bon sens du terme : j’avais cru comprendre en lisant les articles tests passés, que les boutons étaient cousus en croix sur les chemises en oxford.. Il faut croire que le cahier des charges a changé entre temps, dans la mesure ou presque tous les boutons sont désormais cousus en parallèle. C’est dommage bien sûr, la couture en croix étant plus durable.

Sous les aisselles, une couture classique qui montre encore une fois une bonne qualité des points. Tout me semble parfaitement resserré, même au niveau du saut entre le corps et la manche. Cependant c’est évident que pour une chemise à ce prix, vous ne trouverez pas une couture de confort (décallage entre la manche et le corps). Mais pour résumer, ça reste du très bon boulot.

Le col

Le petit col français, désormais cher à Maison Standards. Ce qui est fort appréciable de ce côté ci, c’est qu’il s’agit sans aucun doute d’un des cols les plus polyvalents, que vous adoptiez un style plus élégant ou plus décontracté. Le col est assez fin, relativement discret sans pour autant se faire oublier.

Détail et non des moindres que l’on appréciera énormément : la présence de boutons cachés près de la pointe, permettant un parfait maintient et placement du col, et ce, en toute discrétion. Pour le coup, c’est très bien vu de la part de la marque, rendant les choses bien plus pratiques dans le cas ou vous porteriez une cravate ou un noeud papillon par exemple.

Dernière chose : en terme de taille, je suis bien plus à l’aise pour fermer le dernier bouton du col que dans la plupart des autres marques de chemises que je possède. On dit généralement qu’il faut 1cm de décalage entre la fermeture du col et la peau.. Dans mon cas, il y a sans doute un peu plus de place.

V LE STYLE

Bon.. Pour avoir reçu un chino et une chemise de la part de Maison Standards, j’ai préféré composer un look simple avec ces deux pièces, plutôt que de les shooter dans deux styles différents. Il faut dire aussi, que de toute manière les deux pièces sont assez passe-partout, et que je ne pense pas vraiment avoir à vous donner un conseil d’utilisation !

Cependant, voilà ce que ça donne lorsque l’on porte les deux ensemble, avec une simple paire de Stan Smith aux pieds (et 39,5° de fièvre). Un ensemble résolument printanier, voir estival. Je vous laisse juger par vous-même.

 

Note formelle : 7/10 (sans poignets mousquetaires et sans être en popeline de coton, elle peut tout de même faire le boulot)

Note casual : 8/10 (je vois plus cette tenue dans une tenue décontractée, comme sur les images ci dessus).

Prise de risque : 2/10 (encore une fois, vraiment très facile à porter)

Rapport qualité / prix : 8/10 (quelques manques sur les finitions, mais au delà de cela, un résultat très satisfaisant pour un prix plus qu’acceptable).

 

V CONCLUSION

Je suis plus que convaincu par Maison Standards, au point ou il est difficile pour moi d’écrire avec à la fois une objectivité totale, sans tomber dans le « trop plein de compliments ».

Il est fort appréciable de voir que des marques comme celles ci existent : une totale transparence au niveau des coûts, une nécessité de mettre de côté les intermédiaires qui feraient enfler le prix, tout en proposant des produits simples, mais bougrement efficaces et qualitatifs.

Niveau produits, j’ai été rapidement séduit par le chino et la chemise. Ce sont des pièces simples, bien taillées et très cohérentes : tout ce que je recherche habituellement dans un vêtement. Sans fioritures, la marque a très bien réussi le pari de réaliser des pièces intemporelles à petits prix.

Vous retrouverez tous ces produits sur le site de Maison Standards, ou vous pouvez leur rendre visite au 25 rue Poitou dans le 3ème arrondissement de Paris.

 

BONUS : on vous propose un code de réduction de 15 € à partir de 120 € d’achat sur le site de la marque : JVxMS (Pour les nouveaux clients uniquement, valable jusqu’au 7 mars 2017 et non cumulable avec une autre offre en cours).

  • misterp9326

    Aucune allusion n’est faite quant à la transparence du tissu.
    Selon mon point de vue, littéralement importable sans veste par dessus (à moins qu’on veuille absolument mettre en avant ses tétons …).

    • S. Leone

      Vous trouvez qu’elle est transparente ?

    • Hello ! Concernant la transparence du tissu, il peut éventuellement s’agir d’une chemise différente que celle que j’ai eu l’occasion de tester pour l’article, n’ayant aucun problème de transparence du tissu ! Mais bien sûr, il peut parfois s’agir d’un problème dérangeant. Il convient alors de bien faire attention du choix de la matière, et l’orientation vers un coton oxford est rarement décevante à ce propos.

    • Aurélien B.

      Hello ! Concernant la transparence du tissu, il peut éventuellement s’agir d’une chemise différente que celle que j’ai eu l’occasion de tester pour l’article, n’ayant aucun problème de transparence du tissu ! Mais bien sûr, il peut parfois s’agir d’un problème dérangeant. Il convient alors de bien faire attention du choix de la matière, et l’orientation vers un coton oxford est rarement décevante à ce propos.

  • S. Leone

    Bonjour,

    Je serai très intéressé pas cette chemise. Est-ce que la chemise est transparente ?

    • Aurélien B.

      Bonsoir ! Désolé d’avoir été aussi long à répondre, mais comme l’a bien dit Valéry, j’ai tendance à manquer légèrement de temps ! Cependant pour répondre à la question que tu as posé, la chemise n’accuse aucun problème de transparence de mon côté !

      Maintenant si tu as l’occasion d’être sur Paris et que tu as des doutes, tu peux éventuellement voir le produit au showroom de la marque dans le Marais. N’hésites pas si tu as d’autres questions, je vais tâcher de suivre un peu mieux les demandes relatives à mes articles. Bonne fin de soirée !

      • S. Leone

        Je te remercie pour avoir pris le temps de répondre malgré un emploi du temps bien chargé. Vous êtes 2 à partager le même avis concernant le produit. Je peux donc commander les yeux fermés. Les chemises Oxford de National Standard m’intéressent depuis un moment déjà mais là, c’est décidé, je saute le pas. Je te souhaite également une agréable soirée !

        • Aurélien B.

          J’espère que tu seras d’autant plus convaincu une fois la chemise sur le dos 😉

  • Franck Poitiers

    Hello,
    Une chemise oxford transparente aurait un léger problème !… Je l’ai, elle n’est pas transparente. J’ai les les bleues et rose qui sont jolies aussi.

    • S. Leone

      Un grand merci à toi pour avoir donné ton avis. C’est ce qui me manquait pour me lancer dans cet achat !

  • Maxence

    Hello !
    Merci pour l’article ! Néanmoins, je trouve qu’il fait trop la promo de la marque. Ca fait pas très objectif et ça donne l’impression qu’il y a un partenariat avec la marque pour faire sa promo. C’est peut-être pas le cas mais en tout cas je le ressens ainsi.

    • jamaisvulgaire

      Merci de ton retour je remonte ça à Aurélien. Ce n’est pas le cas du tout mais c’est très utile pour nous que tu nous fasses part de ce ressenti, merci !

    • Bonjour Maxence ! Merci pour ton retour, n’hésites pas à donner ton expérience avec la marque si tu as des commentaires à faire. Cependant, lors du test des pièces que j’ai eu entre les mains, je peux t’assurer qu’à aucun moment le but était de faire de la promotion, qui va totalement à l’encontre de notre modus operandi. En l’occurrence, qu’il s’agisse du pantalon, de la chemise ou du mac, la description est justement faite pour donner son impression sur tous les détails et les angles; le rapport qualité/prix étant bon et les pièces testées sans reproches, mon avis sur la question était évidemment positif. Merci à toi et bonne journée !

    • Aurélien B.

      Bonjour Maxence ! Merci pour ton retour, n’hésites pas à donner ton expérience avec la marque si tu as des commentaires à faire. Cependant, lors du test des pièces que j’ai eu entre les mains, je peux t’assurer qu’à aucun moment le but était de faire de la promotion, qui va totalement à l’encontre de notre modus operandi.
      En l’occurrence, qu’il s’agisse du pantalon, de la chemise ou du mac, la description est justement faite pour donner son impression sur tous les détails et les angles; le rapport qualité/prix étant bon et les pièces testées sans reproches, mon avis sur la question était évidemment positif. Merci à toi et bonne journée !

      • Maxence

        Bonjour Aurélien,

        Merci pour ta réponse !
        Mon expérience avec la marque est mitigée. J’ai acheté le bomber avant la hausse des prix et j’en suis ravi, je trouve le rapport qualité prix excellent.
        Depuis la hausse des prix, j’ai acheté un pull en cotes anglaises et là grosse déception. Il a bouloché très rapidement et la coupe était très hasardeuse (très mauvais tombé dans le dos).
        J’ai également essayé des chemises et je pense qu’à 79 €, il y a bien mieux !
        Après le MAC je ne l’ai pas testé donc je n’aurai pas de jugement hâtif mais je trouve que le dos n’est pas très beau et mériterait d’être + ajusté.
        Merci pour ton article en tout cas 🙂 Mon ressenti est peut-être biaisé par ma dernière expérience avec la marque

  • Maxence

    Commentaire non approuvé parce que je fais une remarque sur l’objectivité de l’article ou juste par manque de temps ?

    • jamaisvulgaire

      En gros je n’ai jamais autant manqué de temps pour les commentaires. Je dois être à 100% sur la tenue business parfaite pour respecter mes délais et je suis seul à bord donc clairement je n’ai pas le temps de valider immédiatement et de répondre à tous les commentaires. J’essaie de le faire dans la mesure du possible une fois par semaine. (mais je valide toujours tôt ou tard les commentaires même les plus négatifs, tant qu’ils sont justifiés)

Mes secrets pour bien s habiller

Recevez lundi et jeudi par email: un conseil pratique, quatre bons plans et deux idées de tenues.