,

Test&Avis Hockerty: chemise, pantalon et manteau d’hiver

Le marché de la mesure entrée de gamme autrefois prolifique s’est considérablement amoindri, en particulier du fait des enjeux logistiques intenses de ce genre de modèle économique.

Peu d’acteurs restent donc encore actifs: parmi eux, on trouve notamment Hockerty, présent sur le secteur depuis plusieurs années et dont nous avions déjà testé l’offre costume mesure et jeans.

Pour ce test, j’ai opté pour un vestiaire casual mais polyvalent : un chino un peu habillé ainsi qu’une chemise au col imposant. Le tout a été confectionné en lin : c’est un poil tard maintenant mais les constats sur la matière et les finitions auraient de toutes manière été les mêmes sur de la laine. J’ai ensuite dans le même temps pu tester l’offre manteaux.

Deux astuces simples permettent d’atténuer toutes les erreurs possibles sur ce type de mesure: un tissu lourd et une coupe droite.

I Hockerty: concept et rappel du processus

1 Grosse frustration: le choix des matieres

Quelle que soit la saison choisie, il n’est malheureusement pas possible de trouver des tissus lourds, avec une belle texture et qui soient 100% naturels. Pour profiter de tous ces jolis tweed avec un grammage conséquent, vous devrez ainsi vous accommoder de 50% de polyester.

L’existence de ces tissus mélanges pour maintenir un prix accessible est compréhensible. En revanche, on aurait aimé la possibilité de choisir des équivalents naturels plus chers.

Autre constat agacant: la composition intégrale n’est pas toujours indiquée sur l’écran de sélection des tissus: il est souvent nécessaire de cliquer sur les détails de chacun d’eux pour voir la composition exacte et s’apercevoir de la présence de synthétique. C’est un peu dommage en termes de facilité de navigation.

Ici, ce tissu présenté comme un Lin n’est en réalité composé que de 15% de lin…

En revanche, le gros point positif, c’est l’arrivée de tissus beaucoup plus premium comme ce très beau mélange laine/alpaga pour les manteaux d’hiver (on en reparle plus bas):

2 La prise de mesures

Sans être un expert de la demi mesure, il n’y a en réalité pas vraiment de place à l’erreur ni à l’interprétation personnelle lorsqu’on consulte bien les vidéos explicatives.

L’algorithme est théoriquement censé fonctionner uniquement avec quelques indications de base: taille, âge, poids et quelques dimensions. Certaines d’entre elles peuvent se révéler subtiles et je vous recommande plutôt de prendre chacune des mesures en suivant les explications vidéo pour le meilleur résultat possible.

Différents profils de mesure sont ensuite crées en fonction du type de pièce: si l’on vous demande les mêmes mesures pour une chemise et un manteau, le résultat est évidemment ensuite bien différent.

Voici pour les chemises:

Et pour les manteaux:

On le verra plus tard, mais j’aurai du prévoir encore un poil plus large pour le manteau.

II Test de la chemise et du pantalon

1 Le pantalon

a Finitions

Il ne faut pas oublier ici qu’on a à faire à une mesure entrée de gamme, les finitions restent donc assez simples: si on apprécie la possibilité d’avoir des pinces, on regrette en revanche qu’elles soient un peu courtes

Les autres finitions du pantalon sont dans la moyenne

b La coupe

Le pantalon est arrivé un peu trop serré, il y avait en revanche assez de réserve de tissu pour obtenir un rendu parfait une fois retouché.

La retouche coupe étant facturée chez un tailleur 30€ et le pantalon 114€, on arriverait théoriquement à 144€ pour ce pantalon. Pas très compétitif donc: heureusement, rappelons qu’Hockerty rembourse le prix des retouche à hauteur de 25% soit ici 28.5€.
Avec un coût total qui est donc plutôt de 115€, le rendu devient alors honorable.


On regrette cependant qu’il ne soit pas possible de choisir une vraie taille haute, avec encore plus d’espace aux cuisses et pourquoi pas des pinces plus longues.

C Le tissu

J’aurais aimé un lin encore plus lourd, mais celui qu’on a retenu ici est au final plutôt satisfaisant avec un rendu légèrement texturé et imparfait (d’où ce nom japonisant).

2 La chemise

a Finitions

Première bonne surprise pour une chemise mesure dans ce budget, Hockerty a délivré un col français respectable, avec exactement l’ouverture que je cherchais et surtout des pointes plutôt rallongées qui viennent facilement se glisser sous le revers. Une bonne surprise pour cette gamme de prix.

b La coupe

Rien à redire sur la coupe: c’est parfait pour une chemise Printemps-Ete (donc pas trop proche du corps). J’avais prévu un poil de marge là-dessus au moment de la prise de mesures. Je n’ai en tout cas pas eu besoin de la faire retoucher.

c Le tissu

Je n’avais pas vu en commandant, mais il s’agit d’un 85% polyester et 15% lin: je ne m’en suis rendu compte qu’en ré-analysant ma commande récemment pour écrire le test.
Je suis du coup assez surpris car le tissu ne m’a pas tenu trop chaud, alors que je l’ai porté à Milan mi-septembre alors qu’il faisait plus de 25 degrés, avec un costume et une cravate: on verra ce que ça donne en vrai canicule à 35-40 degrés.

Le polyester adoucit ici la texture du lin et sa texture rendue assez neutre ne l’enferme ainsi pas dans un registre trop estival.

J’apprécie beaucoup le type de rayures proposée ici, qu’on ne retrouve pas forcément partout.
Attention par contre à bien respecter les consignes de lavage: il a suffit d’un lavage à 60 pour qu’il commence à boulocher un peu (rien de dramatique cela dit), ce qui est probablement dû au polyester.

III Test du manteau d’hiver

1 La doublure amovible

C’est sûrement un des gros points forts des manteaux Hockerty: la possibilité de prendre avec le manteau une doublure matelassée amovible fine en plume.

Elle est assez fine mais pourra avantageusement compenser un gilet matelassé et permet un port du manteau entre les 0 et 5 degrés, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les manteaux habillés.
La doublure est en revanche boutonnée au manteau, avec des petits boutons qu’il est préférable de manipuler calmement: la mettre ou l’enlever peut ainsi prendre plusieurs minutes.

La doublure est en polyester

Notez en revanche que le choix de la doublure amovible en plume n’est possible qu’avec le manteau au boutonnage simple et le manteau col officier restreint les styles de manteaux disponibles et vous privera notamment des manteaux croises (exit donc croisé, caban et duffle-coat).

2 La coupe

Le rendu est très satisfaisant si l’on cherche un fit classique. Evidemment, j’ai voulu jouer à l’apprenti sorcier et essayé de me faire un robe coat comme on en voit chez des marques haut-de-gamme asiatiques comme Ring Jacket. Sans surprises, ça n’a pas fonctionné (surtout sans la possibilité de faire des manches raglan).
Hockerty m’a au final fait parvenir un fit assez classique, ce que je ne peux pas vraiment leur reprocher.
Attention en revanche à bien choisir la coupe droite comme je l’ai fait et pas la slim si vous voulez porter un costume en dessous.


Ce que j’aurais voulu avoir (mais clairement, ce n’est pas le même budget):

(j’avais le doux rêve de pouvoir reproduire ce genre de robe coat bespoke pour la modique somme de 450€)

Bref, je ne peux pas vraiment en vouloir à la marque qui s’est contentée de respecter mes mesures, qui au final étaient dans l’absolu cohérentes pour un manteau au goût de 90% des gens.
Je pourrais éventuellement le faire retoucher mais il est peu probable que sur une telle différence de fit le budget retouche reste inférieur à 25% du prix total (soit 113€).

Seul défaut plus propre à Hockerty: l’impossibilité de choisir des manches raglan, qui auraient permises de donner au tout beaucoup plus d’amplitude et qui auraient été logique avec la ceinture.

Longueur: Notez bien que j’ai pris l’option d’une longueur supérieure (qui rajoute 20€): c’est ce qui permet au final à ce manteau d’avoir une longueur que je considère comme normale, c’est-à-dire qui arrive pile au-dessus du genou. La longueur standard aurait donc été trop courte ici.

3 Les finitions

Outre la doublure amovible, il y a donc bien une ceinture qui aurait été parfaite avec un peu d’amplitude. Seul défaut: même avec une coupe serrée, la ceinture paraît un peu courte.
J’aime en revanche beaucoup la possibilité de choisir des manches retournées, un détail qui donne pour moi bien plus de caractère qu’un bouton ou que des sangles.
Enfin, j’ai choisi pour les poches latérales de simples poches diagonales, avec un liseré discret.

Col et revers

Autre point fort de l’offre Hockerty: des revers avec une largeur décente, ici une bonne douzaine de cm. Une agréable surprise quand on voit que la plupart des pardessus en prêt-à-porter proposent des revers extrêmement fins.
Ce qui est assez étonnant, c’est d’ailleurs qu’on a des revers proches de ce que l’on aurait pour un manteau croisé en terme de largeur et d’esthétique, mais ici sur un boutonnage simple.

4 Le tissu

Voici le tissu que j’ai choisi; il s’agit d’un beau bleu marine légèrement moucheté avec un poids respectable de 630g/m2:

Pour avoir ce manteau à temps pour le test, j’ai dû passer commande en Août à un moment où tous les tissus d’hiver n’étaient pas encore en ligne.
Je suis donc logiquement passé à côté de cette petite merveille qui vient juste d’apparaître:

Avec ça et la doublure, inutile de dire qu’on a pas froid

Conseils de style

Tenue estivale décontractée

Difficile de faire plus simple comme tenue: je porte la chemise et le pantalon avec des mocassins en cuir suédé dont le marron clair contraste bien avec ce type de bleu moyen (surtout en été). La montre Timex M79, plutôt casual au vu de l’épaisseur de son boîtier, donne un peu de caractère à la tenue.

Je porte ici avec la chemise et le pantalon Hockerty:
– les mocassins cuir suédé Morjas
– une montre Timex M79

Tenue estivale habillée

Sur le papier, je redoutais une tenue trop chargée en termes de motif: Prince de Galles, rayures épaisses et motif vintage, ça peut faire beaucoup. Heureusement, ces motifs sont assez variés pour pouvoir interagir efficacement entre eux: le Prince de Galles est pile assez fondu pour s’effacer devant les rayures, et la cravate vintage présente un motif assez épars pour ne pas sembler trop chargée et bien ressortir par rapport à la chemise.
Comme quoi, je vous recommande toujours d’essayer dans la réalité des associations qui peuvent paraître risquée, vous pouvez avoir de bonnes surprises.

Je porte ici la chemise Hockerty avec:
– un costume croisé Suitsupply coupe Havana
– des mocassins Vadillo de chez Septième Largeur
– une cravate vintage

Tenue hivernale decontractee

Le manteau d’hiver étant un peu serré, un col roulé, de préférence assez fin, devient une association logique: j’ai ainsi choisi le pull col roulé en cachemire 2 fils (chaud mais fin) de chez Abensia.
L’écru a toujours bien fonctionné avec le bleu marine et le beige: ce chino No Nationality était donc un choix logique (même si je n’ai plus l’habitude de cette coupe chino).

Je porte ici avec le manteau Hockerty:
– un pull col roulé Abensia
– un chino No Nationality N007
– des derbies CNES Shoemaker
– une montre Timex M79

Tenue hivernale habillée

Prince de Galles beige clair et bleu marine est un mélange qui fait toujours bon ménage:

Je porte ici le manteau Hockerty avec :
– un costume Havana SuitSupply (de chez Suitreview)
– une chemise Hast
– une cravate vintage Marinella
– des mocassins 7è Largeur Vadillo
– une montre Hamilton Jazzmaster Day-Date
– un bracelet Le Gramme

Conclusion

Depuis notre premier test en 2020, le concept d’Hockerty a beaucoup évolué avec quelques belles améliorations: l’apparition de matières vraiment luxueuses (ici le mélange laine/alpaga par exemple), des modèles de manteaux intéressants (en particulier ceux avec la doublure amovible).
Quelques travers sont toujours cependant présents:
– un choix limité sur les coupes: pas de vraie taille haute pour les pantalons ni de manche raglan pour les manteaux. On apprécierait ces coupes plus techniques même moyennant supplément
– un gros manque de lisibilité sur le choix des tissus: attention à bien cliquer sur détails pour avoir la composition complète, c’est bien dommage de ne pas annoncer le synthétique en amont

De mon côté, je suis content du pantalon et de la chemise (malgré le polyester du tissu, elle reste portable à 25-30 degrés).
Pour le manteau, je ne peux pas vraiment en vouloir à Hockerty de me livrer une coupe tout à fait normale alors que j’avais voulu jouer à l’apprenti sorcier pour essayer d’avoir un rendu de bespoke asiatique. Les matières disponibles sont pour certaines très intéressantes et la doublure amovible à ce prix-là est un très bel apport.
Attention cependant à bien choisir une longueur normale et une coupe droite

Au final, on parvient tout de même à un rapport qualité/prix correct (voire bon pour le manteau) si vous n’arrivez pas à trouver votre taille en prêt-à-porter , que vous avez un budget contenu et que vous habitez dans une petite ville.

Valery
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires