Valet de Pique: de la maroquinerie workwear fabriquée à Paris, sans intermédiaires

Disclaimer: Ca faisait longtemps que nous n’avions pas proposé d’articles sur un projet crowdfunding. Comme vous le savez, ce type d’article est un peu spécial puisqu’il ne comprend pas systématiquement de partie test du produit. Ici, nous avons bien eu le sac entre les mains pour juger de la qualité du cuir et des finitions, mais nous ne l’avons comme vous vous en doutez pas éprouvé dans un usage normal sur plusieurs semaines. 

Vous le savez, chez JamaisVulgaire, nous avons une affection particulière pour les marques 100% web sans intermédiaires. Mais jusqu’à présent, ces marques développaient pour commencer des produits plutôt simples (accessoires, chemises etc) avec une confection en Italie, au Portugal ou encore en Europe de l’Est.

On a donc un peu découvert Valet de Pique comme un OVNI dans ce milieu là et s’attaque à de la maroquinerie (et pas des petites pièces), fabriquée en France à Paris (dans le 11è): la démarche est osée et méritait qu’on s’y intéresse. D’autant plus que la marque a lancé il y a de ça presque un mois son Ulule pour cette grosse pièce en cuir, qui est à présent sur la fin.

Valet de Pique propose son cartable Emile ( fabriquée à Paris, en cuir au tannage végétal et avec des finitions haut de gamme ) pour 240 euros (impossible à trouver ailleurs pour de la maroquinerie workwear dans cette gamme de prix) sur son Ulule jusqu’au 15 Juin. 

 

I VALET DE PIQUE: LA NOUVELLE MARQUE DE MAROQUINERIE WORKWEAR

L’histoire: une étude de marché rondement menée pour trouver sa place

A peine sorti d’école d’ingénieur, Martin souhaite déjà monter sa boîte. Afin de ne pas faire les choses à moitié, il fait évidemment une étude de marché: c’est particulièrement important dans le domaine des marques 100% digitales sans intermédiaires où la concurrence est déjà féroce.

En terme de maroquinerie sans intermédiaires, on compte déjà notamment Léo et Violette, bien en place depuis 2013: cette marque se définit cependant comme “élégante” (donc d’un registre habillé). En se positionnant différemment, il y a donc bel et bien une carte à jouer pour Valet de Pique (j’espère que vous aurez compris la blague).

C’est donc à raison raison sur le créneau de la maroquinerie workwear que la marque a choisit de s’installer: si on y trouve déjà des marques de retail classiques comme Bleu de Chauffe, il n’en existe pas encore (en France en tout cas) sur le modèle 100% digital et sans intermédiaire. Bref, Valet de Pique apporte un vrai plus sur le marché

Sans intermédiaire et localisé

Faire une marque sans intermédiaire, au juste prix est une chose: Martin voulait aller plus loin et en faire une marque locale. Ce projet est rendu possible grâce à un des rares ateliers de maroquinerie restant à Paris, dans le 11è: elle est en activité depuis maintenant trois générations et équipait les pilotes d’Air France, les ouvriers, les fonctionnaires (et notamment les postiers).
Il s’agissait donc de l’atelier idéal pour une maroquinerie workwear, avec derrière un véritable héritage. L’objectif pour Valet de Pique devient alors de mettre ce trésor au goût du jour.

Le nom

Comme son nom ne l’indique pas, Valet de Pique fait en fait directement echo au savoir-faire de ses produits: il fait référence au valet, qui permet de maintenir le cuir de manière à piquer et coudre à la main.

L’offre

Valet de Pique n’en est pas à son coup d’essai et propose déjà une pièce plus simple: le porte-document Edmond.

 

Et si vous souhaitez vous faire une idée de la qualité de matière et de confection de la marque, sans nécessairement investir tout de suite dans un cartable Emile, Valet de Pique propose aussi un porte-carte ultra sobre appelé Gustave (coïncidence amusante mais pas de rapport avec notre rédacteur).

II LE CARTABLE EMILE

La matière: un cuir au tannage végétal

 

 

Pour ce genre de sacs, on recherche un cuir robuste, durable et qui va bien se patiner: le tannage végétal est du coup idéal. (tandis que le tannage au chrome est plus pertinent pour des cuirs souples).

Pour rappel, le tannage est le procédé qui permet de transformer une peau en cuir. Une peau au départ peut pourrir: il s’agit donc de la nourrir d’agents chimiques pour en faire du cuir, qui ne pourrit pas.

Pour cela, on plonge les peaux dans des cuves d’agents chimiques, pour une certaine durée: un tannage de qualité implique donc de plonger une peau dans des ingrédients de qualité (qu’on appelle les tannins), et ce pour une longue durée.

Un cuir au bon tannage végétal a donc baigné longtemps dans des ingrédients naturels (écorces, bois, racines, feuilles etc): il garde du gras à l’intérieur, et ça se voit en particulier au touché.

La patine

Un cuir bien nourri, c’est un cuir durable et qui va surtout bien se patiner: le tannage végétal permet des teintes naturelles qui vont apparaître au fur et à mesure des usages car elles sont fixées plus profondément qu’avec un tannage au chrome. C’est pour ça que la patine est bien plus agréable à l’oeil dans ce cas.

L’entretien

Evidemment, même sur un cuir qui a été aussi bien nourri, un entretien régulier est indispensable pour conserver ce touché légèrement gras, cette souplesse et s’assurer que la patine soit la plus harmonieuse possible (pour éviter de disgracieuses rayures): utilisez pour cela des laits hydratants d’origine naturelle, sans colorants ni teintures.

Evitez aussi évidemment l’imperméabilisant qui va étouffer le cuir.

Intérieur et compartiments

Il s’agit de maroquinerie workwear: la marque valorise avant tout l’authenticité et la simplicité et elle propose ainsi des sacs non doublés.

En terme de contenu, elle a reprit le porte-document Edmond et y a rajouté un compartiment pour l’ordinateur, assorti de deux poches (par exemple pour le téléphone et un chargeur)

On apprécie aussi tout particulièrement la gravure au laser: c’est le genre de détail qui s’inscrit bien dans la logique d’une pièce qu’on souhaite garder toute une vie et à laquelle on veut donner du sens.

Voici par exemple ce que le fondateur a fait graver sur son tout premier sac:

Style et esthétique

Si le style vous paraît très classique, c’est normal. Le cartable Emile  est en fait inspiré des sacs vintage des employés de la PTT (Postes Télégraphes et Téléphones): l’héritage est assez intéressant et c’est dommage que Valet de Pique n’insiste pas davantage dessus.

 

Lorsqu’on connaît un peu le marché de la maroquinerie, on remarque qu’il est assez difficile de trouver précisément ce genre de sac workwear, fabriqué en France, sous les 400 euros, car justement il n’y a pas encore de marque sans intermédiaires comme Valet de Pique sur ce créneau précis.

 

Le choix de cette esthétique est en tout cas pertinent pour une première grosse pièce de maroquinerie: l’esthétique sobre laisse pleinement la matière qualitative s’exprimer, et il reste pile assez fonctionnel pour pouvoir être utilisé tout au long de la journée, avec des usages extrêmement différents.

Conclusion

Valet de Pique propose un nouveau modèle sans intermédiaire sur un créneau, la maroquinerie workwear, qui n’en dispose pas encore.

On ressent très concrètement les bénéfices de ce nouveau modèle sur ce genre de produit: nous n’avions jusque là encore jamais vu de grosse pièce de maroquinerie workwear à cocher autant de cases (made in Paris, cuir au tannage végétal et excellentes finitions) distribuée à moins de 300 euros.

Valet de Pique propose son cartable Emile ( fabriquée à Paris, en cuir au tannage végétal et avec des finitions haut de gamme ) pour 240 euros (impossible à trouver ailleurs pour de la maroquinerie workwear dans cette gamme de prix) sur son Ulule jusqu’au 15 Juin.