Test&Avis Adresse: l’évolution vers des produits techniques adaptés à un cadre urbain

Vous le savez, lorsque j’écris un article, je m’intéresse autant (sinon parfois plus) au côté business d’une marque qu’à l’analyse technique des pièces.
Il y a beaucoup de choses justement à dire sur Adresse (dont nous avions déjà parlé l’année dernière à travers la parka Elon) dont les vêtements sont justement très techniques, et qui en est à une phrase de transition extrêmement intéressante.
Nous avons pu tester trois pièces : un blouson et un gilet techniques, et une chemise en laine mérinos.

De Sauver le Monde des Hommes à Adresse

Fondé par Pierre et Alexandra, Sauver le Monde des Hommes était un réseau de magasin multimarques pour homme : on y trouvait différentes marques comme Unbranded Brand mais aussi différentes sous-marques en propre du magasin.
Les produits étaient très bien pricés, mais l’offre était malheureusement peu lisible du fait de cette multitude de marques.
L’idée est donc de regrouper toutes ces petites marques sous une seule et même identité, avec un concept fort : Adresse.
Elle vise à une population urbaine, qui se déplace en vélo ou en trottinette, et qui recherche donc des vêtements un minimum techniques mais en conservant une silhouette de ville. Bref, un positionnement qui n’existait encore pas vraiment.

Le passage progressif à Adresse, débute par la présentation de la parka Elon sur Kickstarter, un produit représentatif de l’offre avec une membrane technique Schoeller, et des finitions thermosoudées (c’est ce dont on parlait l’année dernière).

De la parka Elon à la gamme Adresse

Une fois ce premier produit sorti, l’idée est d’appliquer le concept à toute la gamme pour obtenir une offre cohérente.
En terme d’identité visuelle, c’est plutôt réussi :

Beaucoup de produits restent encore assez basiques, sans réels rapports avec le nouveau positionnement d’Adresse (attention, il s’agit tout de même de produits au bon rapport qualité/prix)

Des marques extérieures viennent renforcer Adresse sur certains segments.

En parallèle de cette mutation de l’offre, les boutiques ont-elles aussi évoluées :

Le projet Ulule autour du blouson Neil est un peu une confirmation de cette nouvelle direction prise par la marque.

J’espère que ce rappel vous aura plu, il est là en tout cas pour vous donner toutes les clefs pour analyser correctement une marque en cours de transition dans son offre et son positionnement

Passons maintenant aux tests des pièces

Test & Avis Adresse Paris : la chemise en laine mérinos, le gilet sans manches et le blouson technique

La chemise Adresse en laine mérinos

On vous avait déjà parlé de laine mérinos Reda Active avec le test de la marque Béni, la première en France à avoir lancé ce concept en prêt-à-porter.
Pour rappel, la laine mérinos Reda Active c’est:
– une excellente régulation thermique: ce tissu m’a déjà gardé au frais au Cambodge, et me tient chaud sous un pull à Paris cet hiver
– une chemise respirante qui évacue la transpiration et ne garde pas les odeurs
– et aussi un tissu doux et extensible, qui ne plisse quasiment pas

Outre Béni, le marché était assez limité en France (il y a aussi une chemise chez BonneGueule, mais elle est grise donc pour moi vraiment pas évidente à porter).
L’intérêt de cette chemise Adresse, c’est d’abord de prendre le parti stylistique d’une chemise oxford col boutonné, pour un vrai port décontracté.

Si le tissu est forcément lisse, les rayures ne sont quant à elles pas tout à fait unies et présentent un léger micro motif ce qui permet visuellement de se rapprocher de l’oxford.

Un seul reproche à faire au niveau de la coupe : une emmanchure un peu basse . Le col est sinon un poil court : ce n’est pas si handicapant vu qu’il n’est pas destiné à accueillir une cravate. Mais attention si vous avez par exemple un cou un peu long.

Au niveau des finitions, on a exactement ce qu’on trouve sur une chemise en oxford classique avec un col boutonné et une poche poitrine (aux finitions un peu perturbantes) , mais en revanche pas de gorge apparente.

Conclusion sur la chemise

Impossible de trouver pour le moment une chemise en laine mérinos avec un vrai tissage oxford, ce modèle est donc ce qui s’en rapproche le plus pour un style casual, en particulier grâce aux rayures. Celles-ci, pas tout à fait unies, donnent l’illusion d’un tissage moins lisse et permettent donc de porter cette chemise sans problèmes sous un pull un peu plus texturé.

Elle est disponible ici à 119 euros.

Le gilet sans manche Auteuil

Le gilet sans manches est sûrement ce qui manquait le plus à ma garde-robe pour les superpositions, mais il était auparavant compliqué d’en trouver (avec une texture un minimum intéressante) sous la barre des 150 euros.
La matière
A la place de la traditionnelle laine (voire de la flanelle de laine VBC utilisée sur les gilets les plus premiums) on a ici un mélange de coton/tencel : celui-ci faisait bien l’affaire dans un contexte de mi-saison (15 degrés en vélo avec la tenue que vous voyez).
Grand habitué à la laine, c’est même assez déstabilisant de voir ce genre de mélange fonctionner aussi bien.
De la même manière, il évacue aussi bien la chaleur.

Le gilet reste en tout cas assez fin pour bien se porter entre une chemise et une veste en cuir sans dénaturer la silhouette.

Les finitions

On apprécie le contraste simple entre le bleu marine et le noir et le matelassé discret permet un port facile dans une tenue casual chic. Ce genre de texture appliqué au mélange coton/tencel donne presque un aspect futuriste.

Pas grand chose à dire à part les deux grandes poches latérales et le double zip.
La coupe
Il faut avoir un peu d’épaules, même en XS. Ca se voit sur les photos avec le gilet qui dépasse légèrement l’os de l’épaule.

Conclusion sur le gilet Auteuil

Il s’agit d’un des gilets sans manches les plus accessibles du marché, avec un rendu et une performance très corrects. Pour moins de 100 euros, le mélange coton/tencel est une bonne alternative à la laine. On note également une fabrication à Madagascar qui explique également un coût aussi bas.

Il est disponible ici à 99 euros

Le blouson Neil

Après la parka Elon, c’est le nouveau grand pari d’Adresse : si vous vous dites que ce blouson a l’air au premier abord assez commun, gardez en tête qu’il est conçu pour résister à des températures allant jusque -9 degrés. Le tout évidemment en gardant une silhouette urbaine et donc avec un minimum d’épaisseur.

La matière

C’est grâce à la superposition habile de trois membranes techniques qu’on arrive à une couche assez fine pour encaisser des températures allant jusqu’à -9 degrés. Chaque membrane assure un rôle différent, un peu à la manière d’un layering où on a une matière qui evacue la transpiration, une isolante qui tient chaud, et une dernière extérieure coupe-vente et déperlante.

La partie coupe-vent et déperlante est assurée par la toile italienne Olmetex. Sa membrane laminée atteint des scores d’étanchéité tout à fait satisfaisants (10000 au test Schmerber), et est également thermorégulatrice.
La couche intermédiaire, isolante est une Climashield: c’est elle qui permet d’obtenir un blouson aussi léger (800g) capable d’assurer des températures très basses pour un contexte urbain (-9)
Enfin, la doublure est en Coolmax, c’est elle qui évacue la chaleur pour ne pas transpirer et attraper froid.

Les finitions

On retrouve le côté ultra-pratique de la parka Elon avec une multitude de zips thermosoudés: tout comme pour la parka Elon, je vous invite à aller sur la page Ulule pour la liste complète.
Les finitions notables sont le zip à la manche, pratique pour la carte de transport ou la CB, ainsi que les deux larges poches latérales doublées en polaire pour garder ses mains au chaud.

Grosse nouveauté, à travers Adresse confirme son positionnement cycliste et autres mobilités douces: les bandes réfléchissantes au col et sur les manches. Pas le genre de finitions faciles à intégrer subtilement sur une pièce de ville, censée être un minimum habillée. Mais force est de constater qu’Adresse s’en tire très bien ici: elles ne surchargent pas la pièce et lui donnent presque une allure futuriste.

Conclusion sur le blouson Neil

On est ici très impressionnés par le rapport qualité/prix de cette pièce, et surtout sa grande polyvalence. Il se portera aussi bien pendant les mois d’hiver les plus rudes, et conviendra aussi bien à la mi-saison plus douce grâce à ses propriétés respirantes.

Adresse a réussit le challenge de proposer un blouson ultra technique bourré de fonctionnalités tout en respectant l’esthétique d’une pièce de ville sobre et de bon goût, qu’on peut porter comme vous le verrez également dans une tenue un peu plus habillée.

Il est disponible ici, jusqu’au 8 décembre, à 249 euros.

Conseils de style : bien porter un blouson technique et un gilet sans manches

Intégrer le gilet sans manches dans une tenue casual chic

On avait shooté cette tenue début Octobre, il s’agit donc surtout d’une tenue de mi-saison. Le gilet ici vient apporter de la consistance entre la chemise Adresse et le blouson en cuir Atelier Bertrand.

Elle est de la même couleur que le chino bleu marine, mais contraste avec celui-ci en terme de matières: visuellement, le gilet me permet donc d’allonger ma silhouette en créant une continuité avec le chino.
Pour autant, grâce à la chemise et au blouson, on est pas non plus dans une tenue monochrome.

Sur ce genre de tenues, avec des matières nobles (blouson en cuir de chèvre, chemise en laine mérinos) il aurait été dommage d’avoir une couche intermédiaire en synthétique. Le rendu du gilet Adresse est pile dans le bon registre pour ne pas dénaturer la tenue.

Le blouson technique s’intègre bien dans une tenue décontractée

Adresse a tout fait pour rendre ce blouson très technique le plus sobre possible, tant et si bien qu’on remarque à peine les bandes réfléchissantes départies un peu partout. Il est donc facile de l’intégrer dans une tenue casual chic plus habillée.

C’est ce que Gustave fait ici à travers son denim sartorial Alberto Voglio et ses double boucles en nubuck Meermin.

Le choix des matières ne se fait pas par hasard: le denim et le nubuck permettent de rester dans un registre assez décontracté qui convient bien au blouson. Un pantalon en laine classique et des doubles boucles en cuir de veau lisse auraient été quant à eux trop habillés.
Le col roulé quant à lui convient bien à ce genre de coupe de blouson, et s’insère bien dans ce col de type teddy.

Valery

Fondateur de JamaisVulgaire, j'aime le tartan blackwatch (cf ma photo), la Bretagne, le Cambodge et la boxe khmère (qui a inspiré la boxe thaï).

Enorme geek devant l'éternel, je passe aussi des heures pour vous à éplucher tous les petits blogs et forums pour vous dénicher les marques les plus improbables.

Laisser un commentaire

Previous

Test & Avis Lavabre Cadet : La ganterie d’excellence d’une Entreprise du Patrimoine Vivant.

Test & Avis sur Asket : Une marque qui propose une transparence complète sur ses produits et son fonctionnement

Next
0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer