TEST DES DERBY PHOTOGRAPHE PAR BOBBIES: UNE PAIRE CASUAL IDEAL POUR LES GRANDES TAILLES

Introduction: Je laisse aujourd’hui la parole à Aurélien, qui test une paire de derby de chez Bobbies, les Photographes. Le test est intéressant si vous avez des grands pieds: Aurélien a souvent du mal à trouver son bonheur à cause de trop nombreuses chaussures trop affinées qui allongent le pied. 

En cette saison d’été et dans un contexte de vacances, il est parfois frustrant de ne pas pouvoir porter ses chaussures chics de type « bottines » ou « Richelieu » sans se faire étiqueter de Parisien ou de Citadin. Cependant et heureusement, il existe une bonne alternative : la « derby en Daim » à chausser nu-pieds bien entendu.
Vous trouverez donc ci-dessous un petit récapitulatif de l’histoire de la Derby ainsi que le test des Derbys Bobbies : Le photographe en Daim.

I L’histoire de la Derby

Je ne vais pas vous refaire tout le cours sur la différence entre la Richelieu et la Derby mais il est tout de même important de rappeler certaines bases. La différence principale se situe au niveau des lacets.
La Richelieu présente un laçage fermé, les quartiers et la languette sont solidaires entre eux contrairement à la Derby ou le laçage est ouvert, la languette peut se soulever. Il y a souvent une différence sur le nombre d’œillets, avec 4 œillets pour la Derby dans la majorité des cas et six pour les Richelieus.
De mon point vu, la différence reste sur le rendu global de la chaussure et sur les tenues avec lesquelles les porter: les richelieu sont formelles tandis que les derbys sont un peu plus casual.
(Note de Valéry: vous retrouverez tout ça dans le guide ultime des chaussures formelles).

Mais pourquoi faisons-nous toujours la comparaison entre ces deux modèles?

Tout simplement par ce qu’historiquement, la Richelieu est apparue bien avant, au temps de Louis XIV alors que la Derby, elle, tire ses racines d’une histoire assez pittoresque avec le Comte de Derby.

test-bobbies-photographe-derby-comte
Note de Valéry Il y a eut beaucoup de comtes de Derby: difficile de trouver celui-qui a inventé la chaussure. On va prendre celui-ci pour illustrer l’article car il a une bonne bouille #rigueur

En effet, ce fameux Comte avait le même problème que moi, à savoir, une grande pointure… Il a donc fait fabriquer une paire de chaussure plus flexible sur les bases de la Richelieu mais qui présente une ouverture plus grande au niveau des lacets. L’empeigne ou la claque ne recouvrant pas entièrement le pied, cela lui permettait d’enfiler plus facilement ses souliers.

Je vous invite à vous procurer si vous ne l’avez pas déjà, le guide des chaussures de Valery. Il décrit l’ensemble des modèles de chaussures qui peuvent constituer une garde robe masculine.

II L’histoire de Bobbies (et mon histoire avec eux par la même occasion)

Outre l’histoire que vous avez déjà pu lire dans d’autres blogs et que je vais me faire un plaisir de vous rappeler dans cet article, il faut savoir que je côtoie Bobbies depuis quelques années déjà en tant que client. En effet et pour la petite histoire, en 2012 (date de ma première commande après vérification de mon espace client), j’étais à la recherche d’une paire de Desert Boot qui ne faisait pas des grands pieds, qui avait une semelle dure à l’opposé des Clarks et surtout qui proposait des modèles à la fois en cuir et en nubuck.

C’est avec un peu de curiosité et de par mon intérêt vers l’entreprenariat issus des écoles de commerce que j’ai trouvé mon bonheur chez Bobbies. A l’époque, la marque venait juste de diversifier sa gamme complète de mocassins avec les modèles Desert Boots. C’est pour moi l’exemple typique de la capacité d’adaptation de Bobbies sur le marché de la chaussure, qui nous a encore été prouvé par l’élargissement de sa gamme en tenant compte des saisonnalités : avec pour cet hiver des Chelsea puis cet été des Mocassins Sneakers.
La marque a donc vu le jour en 2012, avec deux étudiants issus d’école de commerce : Antoine et Alexis. L’objectif premier a été la démocratisation des mocassins, qui avait encore à l’époque une image vieille France.

test-bobbies-photographe-derby-mocassins

test-bobbies-photographe-derby-mocassins-site

La recette était simple, prendre une chaussure classique et lui ajouter des détails, la plaçant dans l’ère du temps : couleurs vives ou encore l’ajout de broderies. Tout ça en nommant l’ensemble des modèles par des noms qualifiants : la personnalité masculine (Le Photographe ou Le Poète par exemple). L’avantage chez Bobbies est également le choix de couleurs et de matières. Au-delà d’en proposer beaucoup, Bobbies a confectionné quelques modèles très spécifiques à sa marque en alliant à la fois le nubuck et le cuir.

https://youtu.be/OX-0ZOIvC-c

[cta id=’14915′]

III Les caractéristiques

Voici maintenant la partie la plus technique de l’article, la description de la chaussure Derby Bobbies en elle-même. La confection nous mets déjà en confiance puisqu’elles ont été fabriquées au Portugal.L’ensemble des pièces de Bobbies sont confectionnées de manière artisanale, avec des coutures et un assemblage main.
J’ai choisis de tester le modèle de Derby : le Photographe de couleur gris taupe. C’est un modèle classique de la gamme Bobbies.

test-bobbies-derby-photographe-details

test-bobbies-derby-photographe-details-2

test-bobbies-derby-photographe-ensemble

test-bobbies-derby-photographe-ensemble-2

Note de Valéry: c’est surtout cette forme ronde mais pas pataude qui rends cette paire de Bobbies ultra intéressante

test-bobbies-derby-photographe-lacage

La semelle est faite de cuir et est cousu Blake. La couture Blake est une couture unique reliant la semelle intérieure, la semelle extérieure et la tige. L’avantage de cette finition est la discrétion mais celle-ci empêche aussi tout ressemelage. La doublure est quant à elle en cuir de nubuck (vachette). Toutes les autres coutures sont fines et régulières. Au niveau du talon, Bobbies rend la chaussure plus confortable grâce à un empiècement en gomme.
Au niveau du confort, comme je l’ai déjà souligné, ce n’est pas ma première paire et comme à mon habitude je me sens bien pour deux principales raisons. La première c’est que la chaussure se détend rapidement après un ou deux jours. Et la deuxième, malgré qu’elles restent un peu étroites, on ne se sent pas serré dans la chaussure.
Au final, nous sommes face à une chaussure de qualité, pour un rapport qualité/prix qui convient autant en terme de budget, à un accroc de la chaussure comme moi, qu’à une personne s’achetant deux à trois paires de souliers par an.

IV Conseils de style

L’avantage de la Derby est, au même titre que ses créateurs (Bobbies), la polyvalence. Celle-ci s’adapte donc à beaucoup de pièces mais voici ce que je vous conseille.
J’ai choisis de porter mes Derbys sans chaussettes pour accentuer le coté estival et surtout pour me permettre de porter un jean assez court grâce à des ourlets.
La règle de base, et je ne vous apprends rien, est l’accord des couleurs avec la ceinture et si possible la montre (ce qui n’est pas mon cas ici).

test-bobbies-derby-photographe-plein-pied

test-bobbies-derby-photographe-plein-pied-2

test-bobbies-derby-photographe-plein-pied-3

En haut, une chemise convient parfaitement mais on peut également envisager de porter un t-shirt ou une marinière. En cas de température plus fraiche, orientez vous plus vers un pull plutôt qu’un sweat et privilégiez un blazer (même si un blouson en coupé ferait aussi bien l’affaire). Le jean est une solution mais le chino convient parfaitement à ce type de modèle. Si vous choisissez un modèle équivalent au mien, c’est à dire en cuir de nubuck, vous pouvez oublier le formel et rester sur le casual chic.
Le modèle Photographe en cuir cognac est éventuellement envisageable pour un port formel.

test-bobbies-derby-photographe-cuir-cognac

Enfin, amusez-vous avec la largeur de gamme proposée par Bobbies en vous orientant vers des modèles de couleur unie pour le formel, et des modèles plus colorés pour les évènements casuals.

Conclusion

Une paire bien pricée au style original mais sans risques, vraiment à envisager pour les grandes tailles.

Note formelle: 4/10 (si elles ont la forme de derbys et un montage Blake, les couleurs et les matières ne se portent pas sérieusement avec un costume)
Note casual: 7/10 (idéal pour une tenue casual chic)
Rapport qualité/prix: 7/10 (A 145 euros, c’est correct. En soldes à 116 euros ça devient par contre très bon)
Prise de risques: 0/10  (elles sont ultra polyvalentes)
Univers: Casual chic

Vous pourrez retrouver les différents modèles de derby Photographe sur le site officiel de Bobbies !

Merci à Bobbies, Aurélien pour la rédaction du test et Christelle Lafosse pour les photos d’extérieur

Vous aimerez peut-être: