Test&Avis Hast: la valeur sûre des chemises formelles et casuals

Une des impressions les plus désagréables quand on veut s’habiller le matin ?

C’est sûrement celle de tourner en rond. Et pourtant, ça ne tient vraiment pas à grand chose, parfois à une simple couleur.

En l’occurence, il s’agissait dans mon cas des chemises à rayures bleu marine: si elles vont avec tout, elles ne sont en revanche pas forcément le meilleur choix pour une tenue donnée.

Ce que je conseille toujours, quand on test un peu de nouveauté dans sa garde-robe, c’est de ne pas s’emballer sur le budget. Dans le cas présent, pour sortir de cet éternel bleu marine, Hast était une solution parfaite en termes de rapport qualité/prix. C’est aussi l’occasion de tester une nouvelle chemise de la gamme casual.

Nous vous avions déjà parlé de Hast dans des précédents articles, où nous avions couvert les débuts de la marque, sa gamme premium puis sa gamme casual:

I Hast: une collection qui s’est élargit

1 Une belle variété

Hast était ce qu’on appelait auparavant une DNVB mono-produit: c’est à dire une marque née du digital, qui distribue sans intermédiaires à travers son site et ses boutiques, et qui ne vendait que de la chemise, dans laquelle elle était spécialisée.
Ce vêtement avait déjà été bien exploré, avec une belle variété de cols: le col semi-cutaway, col français, col club, col boutonné, col officier ou encore col Mao et de matières (coton/lin, chambray, flanelle etc).

Voici quelques un des modèles qui nous ont marqués:

J’ai beaucoup apprécié ici:
à gauche: les rayures irrégulières et le style workwear réussi de la chemise en chambray selvedge
au milieu: la chemise en flanelle rayée, et en particulier le ton particulièrement doux des rayures, et la rareté de ce motif sur de la flanelle
à droite: les couleurs bien choisies sur cette chemise à carreaux, en particulier les nuances de marron

2 Les nouvelles pièces

Il était donc logique d’élargir l’offre à d’autres vêtements en restant dans la même logique de bons basiques bien pricé: le défi reste en revanche de se différencier d’autres DNVB mono-produits déjà sur ces segments (difficile par exemple de vous expliquer la différence entre des chinos Hast et des chinos Le Pantalon tant le positionnement est identique).

On apprécie par contre beaucoup l’offre sur les mailles, bien texturées, déclinées dans des couleurs riches et plutôt originales.

Et un beau travail a été fait sur les vestes de travail casual, disponibles en velours côtelé et en laine chinée:

Petit coup de coeur enfin sur cette veste  en coton ciré, une première pièce technique sans prétentions mais réussie (surtout pour 230€):

3 Les inconvénients d’une DNVB accessible

Vous vous doutez bien qu’en termes de style, on doit forcément faire des concessions sur certaines pièces et en particulier sur les proportions.

Les puristes pourront ainsi reprocher à Hast les revers étroits des blazers et les pointes encore assez courtes des cols français: malheureusement, c’est ce qui est pour une marque le plus facile à vendre dans cette gamme de prix (et c’est ce que les non-initiés demandent).

La marque en est en revanche bien consciente de ces remarques et Christophe, le responsable du marketing digital, m’a confié que des cols avec des pointes plus longues étaient en développement.

II Test de la chemise formelle col semi-cutaway Hast

Nous avons pour ce test choisi la chemise classique en popeline de coton à larges rayures grenat à 59€. Ce que j’apprécie particulièrement, c’est que malgré son prix elle n’a pas du tout à rougir (aha) une fois portée avec des vêtements plus haut-de-gamme.

Le col semi-cutaway

C’est un peu ce qui a été très longtemps la signature de la marque Hast: l’idée était de proposer un col qui puisse bien tenir en portant la chemise sans cravate, avec deux boutons ouverts, et qui puisse aussi accueillir la plupart des noeuds de cravate.

Ce que j’aime beaucoup avec ce col, c’est qu’il dispose de proportions généreuses et qu’il se porte donc très facilement avec des costumes aux larges revers, ou avec des cravates plus larges que la normale.

Il permet donc à moindre frais aux sartorialistes les plus pointus de se faire plaisir avec un col cutaway bien proportionné, et surtout dont la fermeture sera irréprochable sous une cravate (on trouve souvent sur les chemises à ce prix un léger espace une fois la cravate nouée).

Un coton double retors 100/2

Il s’agit d’un titrage très respectable dans cette gamme de prix, qui permet d’avoir une chemise durable, avec un tissu raffiné mais qui ne sera pas fragile pour autant.

Des finitions soignées dans cette gamme de prix

Ce n’est plus forcément indiqué sur les ifches produits de chez Hast (probablement pour ne pas perdre les néophytes) mais on a toujours du 6 pts/cm. On a de même un boutonnage en croix et des baleines amovibles. Il s’agit de finitions auxquelles vous êtes très probablement habitués maintenant, mais qui restent tout de même rare sur une chemise de ce prix.

La coupe

On a une coupe assez classique, ajustée pour bien suivre les lignes de la silhouette. Mais pas trop près du corps pour se porter facilement pendant une journée de travail.

Conseils de style

Je porte ici la chemise Hast dans une tenue sartoriale un peu pointue avec

– un costume solaro de chez Blandin&Delloye aux larges revers, qui demande donc des proportions certaines sur la cravate et le col
– la cravate quant à elle est de chez Gentlemenclover, en grenadine de soie. Celle-ci est un peu épaisse et demande donc pas mal de place au niveau du col pour accueillir juste un noeud simple four-in-hand
– des bottines Astoria MKII de chez Malfroid (test à venir)

Et voici une tenue plus décontractée, avec le gurkha en laine froide que nous avions réalisé en collaboration avec Blandin&Delloye:

Conclusion sur la chemise en popeline de coton

C’est en 2014 que j’ai eu pour la dernière fois une chemise formelle Hast à 59€ et, depuis, j’ai eu la chance de tester en majeure partie des chemises assez haut de gamme.
Même habitué maintenant à un positionnement différent, je n’ai pas vraiment senti de différence majeure en termes de finitions, de tissu et de confort: cette chemise se porte très facilement et n’a pas à rougir au milieu de costumes et de cravates haut de gamme.

Elle apporte également une belle dose de variété à ma garde-robe avec ses rayures rouges, et me fait même envisager de tester d’autres couleurs dans la même gamme.
Evidemment, je vous suggère bien entendu la version semi-cutaway (mais tout en espérant qu’une version du col français avec de vraies pointes longues sera bientôt disponible).

La chemise classique en popeline de coton à larges rayures grenat est disponible ici à 59€

III Test de la chemise casual Hast en flannelle

C’est sûrement le travail sur les matières qui m’a le plus séduit dans l’offre casual de Hast et cette chemise en est une parfaite illustration.

Une flanelle douce et épaisse

C’est rare de voir une flanelle avec autant d’épaisseur et de consistance (175g/m carré) dans cette gamme de prix, c’est en tout cas ce que je me suis dis quand je l’ai enfilée.

Le bleu nuit et le chevrons apportent un côté très habillé à cette chemise casual.

Les finitions

On retrouve ici les finitions caractéristiques d’une chemise casual: gorge apparente et poche poitrine. La poche poitrine est bien proportionnée, en particulier pour une taille XS.

On reste sinon sur la qualité de confection habituelle des chemises Hast avec du 7 pts/cm.

Le col boutonné

Il s’agit ici d’un col mou aux points boutonnées: le choix logique pour une chemise casual en flanelle. Il a une très bonne tenue que vous portiez la chemise avec un ou deux boutons ouverts.

On apprécie enfin les boutons effet corne qui ressortent vraiment bien au milieu de cette flanelle foncée.

La coupe

 

Le pli au milieu du dos permet de garder une coupe ajustée, mais avec toujours un minimum d’aisance (ce qui est important avec une matière aussi épaisse)

On a une coupe relativement ajustée mais pas trop, ce qui est assez logique avec ce type de matière.

Conseils de style

Je porte la chemise Hast dans une tenue casual de mi-saison avec:

Ici, on fait l’inverse d’une superposition classique avec une chemise foncée et un haut plus clair: la flanelle à chevrons passe d’ailleurs plutôt bien avec le cuir de chèvre.

Le pantalon greige Pini Parma apporte une bonne liaison entre le haut et les bottines Moissac en cuir grainé Septième Largeur (dont la patine a de jolis reflets).

Le contraste entre le bleu nuit de la chemise et le greige du pantalon fonctionne particulièrement bien:

La montre Armogan s’inscrit bien dans ce registre décontracté un peu habillé:

Conclusion sur la chemise en flanelle à chevrons

Hast propose à travers cette chemise en flanelle un excellent compromis entre une bonne chemise d’hiver avec une matière bien épaisse, et une chemise qui se porte bien dans une tenue casual un peu habillée grâce à son bleu nuit profond et à son motif chevrons.

Cette belle matière est exploitée avec des finitions cohérentes et soignée: on aime en particulier la manière dont les boutons effet corne ressortent au milieu de la flanelle bleu nuit.

La chemise en flanelle à chevrons bleu nuit est disponible ici à 84 euros

 

Laisser un commentaire

6 Partages
Partagez6
Tweetez
Enregistrer