LEON FLAM: UNE MAROQUINERIE QUI MELANGE HERITAGE ET SAVOIR-FAIRE (TEST PORTE-DOCUMENT, POCHETTE ET PORTEFEUILLE)

2012  fût une année  assez charnière dans la mode masculine (et en générale d’ailleurs): vous savez pourquoi ?

C’est à ce moment là que des marques comme le Slip Français remettaient en avant le made in France, en réhabilitant des savoirs-faire menacés de disparition. Je vous parle du Slip Français car ce fût à l’époque une des marques les plus emblématiques du mouvement (forcément, il s’agit de slips, c’est rigolo et on en parle plus) mais ce mouvement ne s’arrêtait pas là.

I HISTOIRE DE LA MARQUE LEON FLAM: L’UNIVERS DES LATECOERE ET DU PARIS-RIO

Mais parallèlement, Guillaume Gibault fondait  avec son ami Louis Epaulard  (rencontré en stage dans la chaîne Bio c’bon à ses tous débuts) la marque Léon Flam. Ou plus précisément, ils la recréaient puisqu’il s’agit en fait de la marque de l’arrière grand-père de Guillaume, dont le premier atelier ouvre en 1924 à Paris, rue Saint-Martin, et qui proposait alors de la bagagerie en cuir et en toile.

test-leon-flam-rue-saint-martin
A l’époque des années folles (les années 20, entre la Première Guerre Mondiale et la crise de 28), elle attire de jeunes pilotes de l’Aéropostale qui ne doivent amener que le strict minimum dans des avions à carlingues ouvertes sur le trajet Paris-Rio.

test-leon-flam-aeropostale

Voici une réplique d’un avion Latécoère: ce modèle Comte de la Vaulx a d’ailleurs inspiré Léon Flam pour un de ses modèles.

test-leon-flam-latecoere

Et une petite illustration de la marque sur ce thème:

test-leon-flam-latecoere

L’activité d’origine périclite à partir de la crise de 1929, et Léon Flam ferme boutique au moment de s’engager dans l’armée en 40.

Les débuts ne se font pas sans difficultés: il faut trouver un bon compromis entre l’authenticité et le respect de l’esthétique du début du siècle et adaptés aux nouveaux besoins. La préparation du lancement a duré quasiment un an, entre les tannerie, la toile, la métallerie et les ateliers de façon. (qu’il est compliqué de trouver tant ils sont monopolisés par les grands groupes) La confection s’est réalisée en partie en France et au Portugal.

Modèles et matières

Les modèles emblématiques

Ce qui faisait la différence pour moi, c’était surtout le modèle Croix du Sud et ses contrastes de couleurs et de matière entre le cuir et la toile cirée. Je n’avais honnêtement encore jamais vu de toile cirée aussi robuste utilisée sur de la bagagerie.

test-leon-flam-croix-du-sud

Ce modèle Croix du Sud est justement inspiré d’un des sacs icôniques des tous débuts de la marque: ses dimensions étaient idéales pour tenir dans une cabine et convenaient donc parfaitement aux pilotes.

Les matières

Il s’agit la plupart du temps de cuir de vachette au tannage végétal, italien ou français et sans couche de protection (non aniline): ça permet au cuir d’avoir une patine plus naturelle au fil du temps.

Les zips utilisés sont suisses et la métallerie italienne. La toile de coton cirée est quant à elle française.

 

Et maintenant ?

Un pas de plus est franchi en 2016: l’internalisation du prototypage et de la fabrication. Le prototypage se fait à présent 100% en France et 50% de la production est maintenant située dans un atelier à Châtillon-sur-Indre. (et l’objectif est d’arriver courant 2017 à une production 100% internalisée dans cet atelier). L’équipe compte ainsi à présent 4 artisans maroquiniers et 4 personnes à Paris.

Les artisans LEON FLAM ont tous eu une formation de maroquinier leur permettant d’être indépendant sur la fabrication d’un produit, d’un bout à l’autre. Nous avons donc un fonctionnement artisanal en termes de production (vs. Les fonctionnements en ligne des grosses usines). Ceci permets une meilleure flexibilité du système de fabrication et un passage plus rapide du prototypage à la petite série.

Tout ce joli chemin parcouru depuis la création de la marque a égalemennt été jalonné de créations emblématiques avec des marques au discours proche.

Collaborations et élargissement de la gamme

Chevignon

Qui dit blouson en cuir d’un côté et aviation de l’autre entraîne forcément une convergence vers un blouson aviateur icônique et une bagagerie avec un travail marqué sur le cuir.

test-leon-flam-chevignon

Paraboot

Parabot est une marque emblématique à la fois du Made in France, mais aussi des chaussures et botts increvables (il s’agit d’une des rares marques françaises à proposer par exemple du cuir norvégien). Paraboot s’est donc associée à Leon Flam pour une collection capsule avec une réinterprétation de deux basiques: l’Avoriaz et la Chambord.

test-leon-flam-avoriaz-chambord

L’élargissement de la gamme: les vestes et manteaux en coton ciré et les chaussures

Après plusieurs collaborations, Léon Flam a aussi pu élargir son offre en interne avec des produits qui complètent parfaitement l’univers comme les vestes et manteaux en coton ciré. Ceux-ci sont confectionnés à partir d’un coton ciré épais et ultra rigide avec une coupe ultra large caractéristique du trench vintage. Bref, une pièce increvable qu’auraient complètement pu porter les pilotes de l’Aéropostale qui ont inspiré la marque.

test-leon-flam-trench-coton-cire

On trouve aussi plus récemment des bottines et chaussures fabriquées au Portugal.

test-leon-flam-chaussures

II TEST DE LA GAMME LEON FLAM: PORTE-DOCUMENT, POCHETTE ET PORTEFEUILLE

1 Test du porte-document Aviso

test-leon-flam-porte-document
test-leon-flam-porte-document-aviso2

Du fait du manque de lumière, on a malheureusement pas pu shooter nous-même l’intérieur du sac, voici donc la photo du site, assez fidèle à la réalité. 

Le nom de ce porte-document vient des bateaux AVISOS, à l’origine un navire de guerre à voile, surtout utilisé en support pour des tâches comme le ravitaillement ou l’escorte. Ils étaient reconnus pour leur fiabilité: c’est l’esprit qu’a voulu insuffler la marque dans ce produit.

Le montage est effectué en piqué-retourné, c’est-à-dire que le sac est monté à l’envers puis retourné à la fin. Les poignées et la doublure sont posées après l’avoir retourné grâce à une machine pilier.
Il s’agit surtout d’un choix stylistique pour avoir un modèle plus épuré: toutes les finitions (bords à bords, teintures de tranches etc) ne sont visibles qu’à l’intérieur. (la manoeuvre est cependant assez délicate au moment de retourner le cuir pour veiller à ce qu’il ne marque pas).

La doublure est une doublure flottante posée à la fin et piquée autour du zip.

Louis m’a aussi évoqué le travail sur le parage: il s’agit de la gestion des épaisseurs sur le bord d’une pièce de cuir. On tâche en fait de l’affiner progressivement pour que les bords se joignent de manière harmonieuse.
Si par exemple on veut coudre deux pièces de cuir d’1cm d’épaisseur chacune, alors il faudra les découper en biais sur  les derniers cm pour avoir une épaisseur de 5mm là où les deux pièces sont cousues ensemble.

test-leon-flam-porte-document-tranche-5

test-leon-flam-porte-document-tranche-6

 

 

Le logo

Le porte-document se distingue surtout par sa partie supérieure avec les poignets et le logo subtilement embossé.

test-leon-flam-porte-document-logo

La matière

Le cuir de vachette pleine fleur est bien gras du fait d’un tannage végétal de qualité: il laisse présager une belle patine naturelle au fur et à mesure des années. On est sur une qualité de matière qui correspond parfaitement à ce niveau de prix.

test-leon-flam-porte-document-matiere

 

Conseils de style

C’est un sac qui conviendra aussi bien à une tenue formelle qu’à une tenue casual: il se porte ici très bien avec un jean gris clair et des sneakers Stan Smith classiques. (difficile de se tromper avec ce genre de combinaisons)

test-leon-flam-porte-document-streetwear

test-leon-flam-porte-document-streetwear

Finitions

La fermeture à zip semble increvable et les boucles métalliques ultra robustes (rattachées par des empiècements aux coutures bien resserrées). Le sac peut aussi se porter en bandoulière (que nous avions malheureusement oubliée au moment du test).

 

test-leon-flam-porte-document-tranche-6

L’intérieur comporte enfin trois compartiments, dont les photos sont malheureusement floues. (on remettra très bientôt à jour l’article pour les intégrer).

Le porte-document Aviso est disponible ici à 450 euros.

2 Test de la pochette d’ordinateur en cuir

test-leon-flam-pochette-d-ordinateur

Ce porte-document est une pièce plus urbaine et habillée, qui se porte du coup plus facilement avec une tenue formelle.

 

Pour une pochette d’ordinateur, on s’attends souvent à n’avoir qu’une seule pièce de cuir, et donc pas forcément de couture au milieu comme c’est le cas ici. Je trouve que c’est dans ce cas de figure plutôt adapté et que ça donne du caractère à une pièce qui en noir aurait sinon été trop austère.

 

test-leon-flam-pochette-homme-1

test-leon-flam-pochette-homme-2

Le cuir est ici ce qu’on appelle un cousu rembordé: c’est l’opposé du bord franc. Le cuir est en fait repli sur lui-même au niveau des bords puis cousu.
On le voit bien sur la photo ci-dessous: c’est un parti pris esthétique car des bords francs teints en rouge auraient probablement donné un bord globalement trop chargé.
Le contraste noir/rouge est forcément très noble et habillé et il convient bien à ce genre d’accessoires très formel.

test-leon-flam-pochette-homme-5

Cette doublure rouge est plus étonnante qu’elle n’en a l’air: il s’agit en fait d’une toile de coton extrêmement robuste qu’il est assez surprenant de retrouver dans des pièces aussi urbaines.

test-leon-flam-pochette-homme-6

On trouve une poche intérieure qui permet par exemple d’y stocker ses documents et ses stylos. On retrouve la même solidité au niveau du zip.

test-leon-flam-pochette-homme-7

test-leon-flam-pochette-homme-fermeture-interieure

La pochette d’ordinateur est disponible ici à 190 euros.

3 Test du portefeuille

C’est surtout pour la couleur encre très particulière que j’ai retenu ce portefeuille.

Ici, Léon Flam a choisi des finitions en bords francs, ce qui permet d’utiliser une teinture en tranche rouge vive et d’obtenir un contraste qui fonctionne particulièrement bien.

test-leon-flam-portefeuille-homme-tranche

Finitions et poches

Gros point positif de ce portefeuille: deux emplacements disponibles à droite pour des cartes, deux grandes poches à gauche et à droite et surtout un mini porte-monnaie à gauche que je trouve bien pratique.
Attention évidemment à ne pas le remplir entièrement, il ferait perdre toutes ses formes à votre portefeuille.

test-leon-flam-portefeuille-homme-interieur

test-leon-flam-portefeuille-homme-billet

test-leon-flam-portefeuille-homme-2

Le point d’arrêt rouge apporte un peu de contraste et montre surtout un soin particulier apporté aux finitions.

test-leon-flam-portefeuille-homme-1

CONCLUSION

Avant de tester la marque, j’avais auparavant du mal à voir ce qui la différenciait des autres enseignes de maroquinerie milieu de gamme. Après avoir vu les produits et m’être davantage intéressé à l’univers, je suis assez impressionné de voir à quel point la marque a réussit à concilier un univers de caractère avec un véritable savoir-faire de maroquinerie ultra poussé.

On est ici dans la tranche de prix supérieure du milieu de gamme, mais avec des matières qualitatives et des finitions soignées qui font intervenir des savoir-faire poussés.

Bref, ça se passe par ici 🙂

Mes secrets pour bien s habiller

Recevez lundi et jeudi par email: un conseil pratique, quatre bons plans et deux idées de tenues.