,

Construire un vestiaire homme: méthode et basiques à avoir

Ca fait un moment que je n’avais pas écris sur ce type de sujet, mais il est plus que jamais d’actualité: je vous parlais déjà en 2013 de ce que j’appelais le syndrôme du collectionneur. C’est-à-dire cette fâcheuse habitude d’acheter à l’aveugle une pièce encensée sur les forums ou les blogs mais sans vraiment savoir si elle est faite pour nous ou pas.
Difficile dans ce cas là d’avoir une garde-robe minimaliste et fonctionelle.

Ce qui était vrai en 2013 l’est encore plus aujourd’hui pour de nombreuses raisons différentes. Pêle-mêle, on pourrait citer:
Instagram et les influenceurs en général (dont certains ne s’aventurent pas vraiment à vous expliquer dans quel contexte un produit mis en avant est intéressant ou non, les caption de 2000 caractère ou les stories ne le permettant pas vraiment)
les marques digitales sans intermédiaires dont les pré-commandes (qui sont souvent la version la plus pure et parfaite d’un vêtement, et au meilleur rapport qualité/prix) sont pratiquement devenues une norme: FOMO oblige, on saute le pas sans savoir si le produit est vraiment fait pour nous
le paiement différé ou en trois fois: pas vraiment besoin de vous faire un dessin, mais avec la crise cette tendance montre ses premiers signes de faiblesse avec la sous-valorisation notamment de la start-up Klarna
Vinted: forcément, un prix bas, une belle pièce et une jolie marque peuvent vous faire acheter un vêtement qui finira dans les 80% de pièce que vous ne porterez peu. D’ailleurs, vous vous direz que c’est sans risque et que vous pouvez au pire revendre vos achats quand vous le voulez ( ce qui veut généralement dire quand vous arrivez à un niveau d’encombrement inavouable)

En soit, tous ces facteurs ne sont pas mauvais: ils vous facilitent au contraire la découverte de vêtements avec un bien meilleur rapport qualité/prix qu’il y a une dizaine d’année, leur paiement et leur revente.

En revanche, il faut garder la tête froide et (très) bien se connaître pour ne pas céder aux achats impulsifs et se retrouver avec un vestiaire surchargé.

Un vestiaire trop encombré vous emmène d’ailleurs dans un cercle vicieux dont il est difficile de s’échapper: vous avez trop de vêtements donc vous n’arrivez pas à choisir, ce qui vous donne l’impression de ne pas avoir assez de vêtements et vous incite à en acheter encore plus. Se sentir si démuni devant tant de choix est paradoxal -, mais c’est comme avoir l’impression de ne rien avoir à regarder le soir en étant abonné à Netflix/Prime/Disney+

Quelques principes de base sont également utiles à rappeler pour savoir à peu près où vous en êtes, et ce que vous pourrez facilement intégrer.

I Les fondations de sa garde-robe

1 Le degré d’originalité de vos vêtements

Nous l’avions vu il y a quelques années, un vêtement peut se distinguer de différentes manières, notamment par:
– sa coupe
– sa texture
– sa matière
– sa couleur
– ses finitions

En général, un basique ne sortira de l’ordinaire que sur l’un de ces aspects (par exemple un t-shirt bleu légèrement chiné, ou un blazer bleu marine avec une toile hopsack légèrement texturée).


Une pièce intermédiaire jouera quant à elle sur plusieurs de ces aspects: par exemple une chemise à large rayures vert clair se distingue à la fois par le motif et la couleur. Bien souvent, elle jouera le rôle d’intermédiaire entre un basique et une pièce forte (par exemple un costume bleu marine classique et une cravate au motif ultra affirmé).

Enfin, une pièce forte jouera sur trois angles: ma Jungle Jacket Yeossal se distingue par exemple par ses finitions (notamment les poches), sa couleur verte khaki et enfin son tweed texturé.
Une pièce forte sera de mauvais goût si ses originalités sont contradictoires (en particulier en termes d’origine et de registre du vêtement).

De manière générale, la composition de votre vestiaire doit ressembler à une pyramide alimentaire, avec 70% de basiques à la base de celle-ci, 20% de pièces intermédiaires et 10% de pièces fortes.

2 Règles de superposition

Une fois ce principe assimilé, il faut imaginer vos vêtements portés et notamment superposés les uns sur les autres (il fût un temps où on parlait de layering, mais je pense qu’on a juste voulu rendre un peu pompeux le fait tout naturel de porter des vêtements l’un par dessus l’autre).
Si ce layering est censé être naturel, il n’est toutefois pas forcément bien executé dans la pratique car ces quelques règles évidentes sont parfois oubliées:
-du plus clair dessous au plus foncé dessus: les contrastes entre les vêtements les moins foncés (chemise ou t-shirt) et les plus foncés (pulls/vestes/manteaux) devront être similaire à celui entre votre peau et vos cheveux
– du plus texturé et épais au dessus au plus léger en dessous

Ainsi, vous ne mettrez a priori pas toutes les chances de votre côté en termes de polyvalence si vous optez pour une chemise très épaisse et très foncée si vous recommencez à peine à refaire votre garde-robe: c’est une pièce qui aura son utilité plus tard, mais pas forcément au début.

3 Votre contexte

Ensuite, tout dépend si vous travaillez tous les jours dans un environnement codifié, ou si vous avez un cadre de travail plus décontracté: votre vestiaire devra d’abord se concentrer sur ces lieux où vous passez les 3/4 de votre temps.
Une règle simple à retenir: plus une pièce est sobre, lisse et minimaliste, plus elle est habillée.
Et inversement, plus elle est chargée de finitions et de détails, plus elle sortira d’un cadre formel strict.

II Les basiques pour votre vestiaire homme

La plupart des autres articles sur le sujet vont souvent vous faire une liste de basiques assez précise, presque à suivre à la lettre. Cela n’a pour moi aucun sens vu que nous évoluons tous dans un contexte différent, avec un physique et une carnation différente.

Evidemment, il est impossible en un seul article de vous faire une liste exhaustive de toutes les pièces à acheter en prenant en compte TOUS ces facteurs.
En revanche, je vais plutôt vous lister différents types de basiques dans un cadre formel et un cadre plus décontracté (à vous ensuite de vous renseigner plus en profondeur pour tous les sous-styles possibles).

1 Les t-shirts pour homme

A moins d’avoir un style très streetwear/workwear, quelques t-shirts unis durables vous suffiront largement. La marque Goudron Blanc (testée l’année dernière) est spécialiste du sujet depuis presque 10 ans et propose une gamme de t-shirts en coton bio avec une épaisseur difficile à trouver sur le marché et déclinée dans des couleurs faciles à porter: un blanc, un gris et un bleu pétrole peuvent être une excellente base.

Evidemment, on parle de t-shirts en tant que vêtement. Pour les t-shirts à usage de sous-vêtement, vous pouvez vous diriger vers la gamme Heattech de Uniqlo qui sera très bien pour l’hiver.

2 Les chemises

Peu importe votre style: réfléchissez en termes de saisonnalité et prévoyez au moins:
– 2 chemises mi-saison (en popeline, twill, oxford ou denim)
– une chemise estivale (seersucker, coton-lin ou chambray léger)
– une chemise hivernale (flanelle de coton, cachemire)

Tout dépend ensuite de votre environnement:
– lieu de travail très codifié: optez pour des chemises claires unies ou éventuellement à rayures fines bleu marine/bordeaux en popeline, twill, coton-lin pour l’été et flanelle de coton ou cachemire pour l’hiver. Bien sûr, le strict minimum sur les finitions
– environnement plus décontracté: à vous les matières plus texturées comme l’oxford, le denim, le seersucker (quasi importable sous un costume à cause d’un gaufrage trop prononcé: on croira souvent que votre chemise n’est pas repassée) ou encore une flanelle de coton bien lourde et texturée pour l’hiver. La marque Paname Collections propose des modèles intéressants.

3 Les pantalons

Dans tous les cas, il vous faudra un chino bleu marine et un chino beige en twill ou sergé de coton 4 saisons.
Ensuite, c’est à voir selon votre style:
– formel: le costume étant de moins en moins populaire, les efforts des hommes pour bien s’habiller se reportent de plus en plus sur le pantalon. Même si ce n’est pas forcément un basique évident au premier abord, un très beau pantalon taille haute bien coupé peut être un bon investissement et la fondation solide d’une garde-robe habillée. Vous pouvez regarder du côté de Maison Pen ou Abensia si vous êtes à Paris, ou alors Suitsupply ou les pantalons Scavini si vous devez acheter à distance. Un pantalon gris moyen en laine 4 saison peut ainsi être très polyvalent.


– décontracté: la première chose sera d’acheter un très beau jean brut, ce qui est assez facile à trouver chez des marques comme Unbranded Brand ou Naked&Famous

4 Vestes et manteaux

Les options à suivre vont être assez radicalement différentes:
– formel: une belle veste bleu marine est le premier basique à vous procurer. Ensuite, vous pouvez opter pour l’hiver pour un pardessus en laine beige ou bleu marine (à voir en fonction de votre carnation).

– casual: là, les options sont beaucoup plus diverses. Si je devais tout recommencer, j’opterais probablement en premier pour un très beau blouson en cuir.

Conclusion

Volontairement assez bref, j’espère que cet article de rappel vous aura aidé, en particulier si vous venez tout juste de vous intéresser à la mode masculine.
Une garde-robe équilibrée et avec des basiques bien choisis vous aidera à y voir beaucoup plus clair, à bien choisir vos vêtements le matin et aussi à mieux planifier vos achats ultérieurs.



Valery
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires