COMMENT BIEN INVESTIR POUR DES CHAUSSURES QUI DURENT 20 ANS

Les chaussures (et les bottes) sont un poste de dépense central. Certains font cependant encore l’impasse dessus: je vous donne quelques bonnes raisons d’éviter les marques d’entrée de gamme (à 100 euros et moins).

J’ai aussi inclus quelques bonnes raisons d’investir très cher dès le début pour avoir des chaussures qui vous dureront véritablement des décennies. C’est d’ailleurs ce genre de modèles que j’ai inclus dans le guide des bottes.

I Une bonne répartition du budget: bien rentabiliser vos chaussures

Consacrer une bonne part de votre budget aux chaussures, ou aux bottes est avant tout une question de bon sens.
Il n’est pas difficile d’économiser ailleurs: en vous y prenant bien, vous pouvez acheter un bon pull en cachemire en occasion pour trois fois rien (j’en parle un peu dans le guide des pulls et cardigans d’hiver), vous pouvez acheter d’occasion un blazer ou un costume dans une matière et avec des finitions potables et faire faire quelques retouches.
Enfin, vous pouvez également faire des sacrifices sur certaines chemises de votre garde-robe et sur leur coupe, qui ne se verra pas forcément sous un pull, un cardigan ou une veste (mais c’est généralement quand même à éviter).

Le problème, c’est que des chaussures bon marché se reconnaîtront forcément: les semelles en caoutchouc se remarquent tout de suite. Une tige en mauvais cuir quant à elle fera mal au pied, en plus de mal vieillir. Un bon cuir sera hyper confortable après quelques semaines de ports, une fois que la tige se sera bien adaptée à vos pieds. C’est un confort incomparable par rapport à un mauvais cuir.

Le coût d’une bonne chaussure est lui aussi bien inférieur aux chaussures d’entrée de gamme: une chaussure Alden en cordovan vous coûtera environ 800 euros à l’achat, et éventuellement 300 à 400 euros en entretien et resemellage sur 20 ans (oui).

IMG_1743

Picture 2

Une paire de Alden vieille de 20 ans réhabilitée

On dépense donc 1200 euros sur cette période, soit 60 euros par an.

De l’autre côté une paire à 100 euros vous durera à peine un an, et une paire à 150-200 euros 2 à 3 (en rajoutant des coûts d’entretien): c’est généralement moins rentable. D’autant plus que le confort est incomparable.

C’est un peu comme si vous vouliez loger vos pieds: vous pouvez payer un loyer pour un appart médiocre et en changer tous les 3 ans, ou vous pouvez investir et vous acheter votre appart’, l’entretenir et le conserver toute une vie.

II Les composantes d’une chaussure

1 Le montage

On ne rentrera pas trop dans les technicités: les particularités des montages sont détaillées dans le guide des bottes.
Le montage de la semelle sera majoritairement un montage Goodyear: la chaussure sera largement mieux ventilée (tout en restant imperméable), ce qui rendra le cuir plus durable et résistant. Cette construction est par contre beaucoup plus longue à produire: ce processus s’effectue la plupart  du temps à la machine, et très rarement à la main.

Un montage Goodyear a deux avantages: il est plutôt bien imperméabilisé du fait des deux rangées de coutures et l’eau n’est jamais en contacte avec la semelle intérieure. C’est déjà moins le cas avec un montage Blake.
Elles sont également plus confortables, notamment grâce à un une couche de liège superposée à la semelle intérieure, qui se moule à la plante du pied et qui permet un plus grand confort.

2 La semelle

Les chaussures bon marché n’auront pas des semelles en cuir mais plutôt des semelles en caoutchouc. Lorsqu’on aura des semelles en cuir, elles seront assemblées à l’aide de glue pour économiser  le processus coûteux de montage  et de couture. Elles seront impossibles à resemeller (ce qui ne vaudra d’ailleurs pas vraiment le coût vu que la tige aura dans ce cas-là un cuir de piètre qualité).

 

3 Le cuir

J’en ai déjà beaucoup parlé sur l’article qui vous explique comment reconnaître  un bon cuir. Une première étape est de savoir reconnaître un cuir pleine fleure par  rapport à un cuir à grain corrigé, mais il faut ensuite rester  vigilant sur les appelations: on peut avoir un cuir  pleine fleur de mauvaise qualité  à cause d’un tannage  effectué à la va  vite.DQlm3

 

4 L’emplacement

Un prix faible peut aussi s’expliquer par une fabrication délocalisée avec une main d’oeuvre peu qualifiée, qui utilisera des matières premières cheap. Ces production se concentreront davantage sur la quantité que sur la qualité.

Il est possible de fabriquer de bonnes chaussures ailleurs qu’aux Etats-Unis, en France, en Italie, en Grande-Bretagne ou en Portugal, mais les prix resteront dans le haut du panier

III Deux exemples de chaussures de mauvaise qualité

1 John Doe

Pour faire une bien mauvaise blague, on pourrait dire que John Doe est un peu une variation inconnue et anonyme de John Lobb.
John Doe est une marque d’entrée de gamme qui offre des chaussures à semelle Goodyear à 135$: à ce prix là, il y a forcément des concessions à faire.

S’il s’agit bien de chaussures à semelles Goodyear avec un cuir pleine fleur, des économies sont forcément réalisées ailleurs sur les finitions.

Les coutures sur la semelle extérieure ne sont pas droites.

tumblr_mpv2rtS6aH1qa2j8co4_r1_1280

La perforation des bouts fleuries n’est pas effectuée correctement: certains emplacements ne sont quasiment pas percés. Le motif n’est donc pas régulier.

tumblr_mpv2rtS6aH1qa2j8co5_r1_1280
La trépointe de la paire de chaussures suédées est d’ailleurs entourée d’un fin tube plastique. Les tubes ne se rejoignent d’ailleurs pas correctement.

tumblr_mpv2rtS6aH1qa2j8co3_r1_1280

La qualité du cuir laisse aussi à désirer: s’il s’agit d’un cuir pleine fleur, c’est probablement l’un des plus cheap.
Le TOE PUFF doit normalement donner à la chaussure sa structure: il est conçu ici à partir d’un plastique peu rigide et qui donne donc une forme peu stable.

Le cuir de la tige et le cuir de la doublure ne sont pas correctement assemblés: comme en témoignent les rides présentes autour des oeillets et qui laissent deviner un décollage futur du cuir  de la tige.

tumblr_mpv2rtS6aH1qa2j8co7_r1_1280

 L’ouverture de la chaussure est d’ailleurs particulièrement ratée, avec un cuir qui gondole. 

tumblr_mpv2rtS6aH1qa2j8co6_r1_1280

N’oubliez jamais que l’intérêt premier d’une semelle Goodyear est, en plus d’un montage solide, de pouvoir facilement resemeller votre chaussure. Le cuir de la tige est censé  survivre à la semelle et être utilisé de 5 à 10 ans, ce qui est peu probable sur une telle paire.

2 Beckett Simonon

Je vous avais déjà parlé de Beckett Simonon, une des nouvelles marques américaines qui veut réduire  drastiquement ses marges en éliminant les intermédiaires et en évitant les campagnes marketing coûteuses: un créneau déjà bien exploité  par Everlane, Maison Standards et plus récemment BonneGueule.
Le côté cheap et éphémère est par contre bien plus assumé: la semelle est collée et on se doute bien que la paire n’a aucune chance de durer des années, contrairement à une semelle cousue Goodyear (même si certains modèles sont en goodyear). La qualité du cuir laisse aussi apparemment à désirer, avec une usure marquée rapidement.

Beckett-Simonon-Bailey-Chukka-Boot_-British-Tan-Front-Angle_1024x1024

On pourrait déjà s’estimer heureux si la marque arrive à challenger les designers classiques avec des modèles à seulement 79 dollars.
Les avis sur la blogosphère américaine sont assez mitigés, et le fait que la semelle soit collée, et en caoutchouc sur certains modèles est effectivement un peu décevant. La qualité du cuir est apparemment aussi à désirer, avec une usure marquée très rapidement.

Vous aimerez peut-être:

Partagez229
Tweetez
Enregistrer2
231 Partages