GPHG 2023: notre compte-rendu des Oscars de l’Horlogerie (et mes coups de coeur accessibles)

Disclaimer: j’ai eu l’honneur d’être invité à l’édition 2023 du Grand Prix de l’Horlogerie Genèvoise, un évènement horloger majeur et très sélectif où se côtoient tous les pontes de l’horlogerie (et moi..).
Si cet évènement consacre surtout des prouesses horlogères et artisanales sur des montres à des prix souvent prohibitifs, certaines catégories pourront parler au commun des mortels.

img-4

img-5

Au-delà des visuels des montres retenues, vous trouverez également quelques vidéos que j’ai pu prendre de la cérémonie, ainsi que des modèles nominés et vainqueurs

Le GPHG est considéré comme les « Oscars » de l’horlogerie. Organisé chaque année depuis 2001 par la Fondation du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, il récompense l’excellence dans différents domaines liés à cet art mécanique séculaire.

Au total, 15 prix sont décernés afin de mettre en lumière aussi bien la technicité des mouvements que l’esthétisme des montres. Chaque prix célèbre un aspect particulier du savoir-faire et de la créativité horlogers. On n’évoquera ici que les prix sur les montres homme.

Tout d’abord, le prestigieux Prix de l’Aiguille d’Or vient couronner la montre considérée comme la meilleure de l’année parmi toutes les catégories. Il s’agit de la distinction suprême, délivrée à une seule et unique création qui s’est démarquée aux yeux du jury..

Son équivalent pour les montres messieurs est le Prix de la Complication Messieurs. Il honore les garde-temps masculins arborant des mouvements enrichis de modules compliqués, qu’il s’agisse de tourbillons, répétitions minutes ou encore quantièmes perpétuels.

Plus large, le Prix de la Montre Messieurs prime les créations pour hommes jugées comme les meilleures, tous critères confondus. Il peut s’agir aussi bien de pièces au design travaillé que de modèles misant sur un mécanisme d’exception.

Du côté des savoir-faire ancestraux, le Prix de la Montre Métiers d’Art met en lumière l’excellence dans les techniques décoratives traditionnelles comme la gravure, l’émail ou encore le guillochage.

Plus accessible, le Prix de la Petite Aiguille distingue les montres au rapport qualité-prix imbattable, avec un tarif inférieur à 8 000 CHF.

Enfin, le Prix Challenge récompense les créations au design réussi, proposées à moins de 2 000 CHF, gage d’une horlogerie de qualité abordable.

Côté technicité, le Prix de la Montre Chronographe célèbre l’excellence en matière de chronographes, que ce soit au niveau du design comme de la maîtrise des complications.

Le Prix de la Montre Sport met en avant les montres de sport ou d’activités de plein air, réunissant robustesse, efficacité technique et esthétique réussie.

Le Prix de la Montre Iconique récompense les modèles issus d’une collection ou ligne emblématique, qui a profondément marqué l’histoire de l’horlogerie ces 20 dernières années.

Le Prix de la Montre Calendaire honore quant à lui la maîtrise des complications calendaires, qu’elles soient simples, perpétuelles ou encore astronomiques.

Plus confidentiel, le Prix de l’Audace récompense l’audace et la prise de risque dans la conception horlogère, avec des créations aux designs et mécanismes atypiques.

Enfin catégorie tourbillon prime la meilleure montre équipée de cette complication parmi les pièces en compétition. Le tourbillon est un mécanisme rotatif inventé par Abraham-Louis Breguet en 1801 pour améliorer la précision horlogère. Composé d’une cage renfermant l’échappement avec le balancier, il effectue un tour par minute afin de minimiser les effets perturbateurs de la gravité. Véritable prouesse technique, le tourbillon est réservé aux garde-temps d’exception et symbolise le summum du savoir-faire en haute horlogerie. Les montres sont évaluées sur des critères comme la finition, la technicité, le design et le rapport qualité/prix.

Voilà un bref aperçu des différentes récompenses décernées lors du GPHG. Elles permettent de mettre en lumière aussi bien la virtuosité technique et le savoir-faire ancestral, que la créativité, le design innovant ou encore le rapport qualité-prix exceptionnel.

II. Les lauréats du GPHG 2023

Lors de la prestigieuse cérémonie qui s’est tenue le 9 novembre dernier à Genève, le Gotha de l’horlogerie helvétique s’est réuni pour célébrer le meilleur de cette industrie d’art mécanique et récompenser les pièces les plus remarquables de l’année écoulée.

Parmi la quinzaine de prix décernés au cours de cette grand-messe horlogère, trois d’entre eux captent indéniablement la lumière. Il s’agit des prestigieux Prix de l’Aiguille d’Or, de la Petite Aiguille et du Challenge.

A. L’Aiguille d’Or : la quintessence de la haute horlogerie avec Audemars Piguet

Désignant la pièce maîtresse du cru 2023, l’Aiguille d’Or a consacré la prouesse technique et esthétique de la Code 11.59 Ultra-Complication Universelle RD#4 conçue par Audemars Piguet.

Il aura fallu pas moins de 5 ans de développement aux artisans de la célèbre manufacture du Brassus pour donner vie à cette montre d’exception, véritable chef d’œuvre contemporain. Pas moins de 40 complications – dont 23 visibles – composent son fin calibre de 3,7 mm d’épaisseur.

Une symphonie de 2300 composants miniaturisés compose ce mouvement extra-plat animé de multiples fonctions. Parmi elles, une grande sonnerie supersonnerie capable de diffuser un son cristallin, une répétition minutes sur demande, un quantième perpétuel, un chronographe rattrapante, ou encore un exceptionnel tourbillon volant.

L’excellence et la virtuosité à l’état pur transparaissent dans les moindres détails de cette montre, dont le cadran argent arbore une pureté et une symétrie remarquables malgré la concentration de complications. Un travail d’orfèvrerie contemporain qui élève la haute horlogerie vers de nouveaux sommets.

B. Audace récompensée dans la Petite Aiguille avec Christopher Ward

Difficile de rivaliser avec une telle démonstration en matière de savoir-faire et de technicité horlogers. Et pourtant dans la catégorie Petite Aiguille, récompensant l’ingéniosité horlogère à prix plus doux (entre 2 000 et 8 000 CHF), c’est un challenger de taille qui a su séduire le jury.

img-12

Il s’agit de la C1 Bel Canto de la marque Christopher Ward, une création audacieuse au tempérament bien trempé, proposée à moins de 4 000 euros. D’emblée, son design radical interpelle : fini les traditionnelles aiguilles, place à un ingénieux mécanisme visible en guise d’affichage de l’heure !

La rotation d’un ensemble mobile indique les heures et minutes écoulées sur un cadran épuré. Mais ce garde-temps recèle une complication sonore des plus étonnantes à ce niveau de prix. La C1 Bel Canto sonne en effet chaque heure grâce à son mouvement breveté.

Sa silhouette contemporaine abrite un mécanisme séculaire, celui des montres sonnantes, pour le plus grand plaisir des amateurs. Grâce à une conception maîtrisée, Christopher Ward signe une pièce technologique au rapport qualité/prix imbattable.

C. L’élégance du vintage saluée dans le Prix Challenge avec Raymond Weil

Enfin, dans la catégorie Challenge qui met à l’honneur les montres au design affirmé sous la barre des 2 000 CHF, c’est la marque Raymond Weil qui a raflé la mise avec sa Millésime Automatic Small Seconds.

Cette montre au look vintage assumé arbore un cadran argenté au délicat secteur vertical, rehaussé d’index appliqués et d’aiguilles feuilles stylisées. Un ensemble harmonieux qui a conquis le jury par son élégance discrète et son allure rétro Twist.

img-13

Sa silhouette épurée cache un mouvement mécanique à remontage automatique garanti 3 ans, le calibre RW4251. Un ensemble fiable et précis qui fait honneur à l’horlogerie helvétique abordable. Un rapport qualité/prix imbattable pour cette création séduisante, dont le tarif est annoncé à 1895€

Avec l’expression ultime du grand art horloger qu’est l’Aiguille d’Or, la prouesse technologique de la Petite Aiguille et la montre au meilleur rapport qualité/prix du Challenge, le GPHG a le mérite de s’adresser à tous les types d’amateurs d’horlogerie.

Les autres montres qui m’ont marquées dans la catégorie challenge:

Timeless Watches: La HMS 003 de Timeless Watches est une création audacieuse nommée dans la catégorie « Challenge » du GPHG 2023. Son design unique s’inspire du patrimoine industriel suisse avec des courbes, textures et profondeur évoquant turbines et engrenages.

img-14

Elle abrite un mouvement mécanique exclusif entièrement développé en Suisse avec spiral silicium, balancier glucydur et finitions haute horlogerie. Cette montre au style résolument contemporain et dotée d’un mouvement manufacturé représente un vent de fraîcheur dans sa catégorie. Studio Underdog

Studio Underdog: La Watermel0n Perpetuel Limited Edition est une création audacieuse du label Studio Underd0g, sélectionnée dans la catégorie « Challenge » du GPHG 2023 et limitée à 50 exemplaires. Son design s’inspire d’une pastèque juteuse avec un cadran rose et vert aux index en forme de pépins. Côté mouvement, elle embarque un chronographe mécanique à remontage manuel de fabrication chinoise signé Seagull (modèle ST-1901) réputé fiable et précis.

img-15

Ce mouvement à 21 rubis offre 38h de réserve de marche ainsi qu’une architecture à roue à colonnes pour les fonctions chrono. Il est visible à travers un fond transparent mais ne possède pas de finitions haute horlogerie. La mention « Perpetuel » fait référence à la collab avec Perpétuel Gallery et non à un quantième perpétuel. Avec son style fruité inédit, ses aiguilles graines de pastèque et son mouvement chrono abordable, cette création audacieuse apporte de la fraîcheur dans la catégorie « Challenge » du GPHG.

D. Savoir-faire ancestral célébré dans les Métiers d’Art avec Piaget

Le GPHG valorise également depuis toujours les savoir-faire décoratifs ancestraux. Le Prix de la Montre Métiers d’Art est ainsi dédié aux créations mariant horlogerie mécanique de pointe et décors artisanaux prestigieux.

C’est la maison Piaget qui a été honorée cette année pour son modèle Altiplano Métiers d’Art – Undulata. Cette pièce d’exception se distingue par son cadran en nacre orné d’un motif de vagues réalisé à la main par le maître artisan Anita Porchet. Un travail titanesque de gravure qui a nécessité 10 mois et exaltant la beauté irrégulière de la matière.

Surplombant le cadran, un tourbillon volant décentré à 9h ajoute une prouesse technique à ce tableau artisanal contemporain. L’excellence à la suisses dans ce qu’elle a de plus noble.

Les autres montres qui m’ont marquées dans la catégorie Métiers d’Art:

E. Robustesse et polyvalence récompensées chez Tudor

Le Prix de la Montre Sport est une catégorie récente au GPHG, créée en 2023. Elle vise à mettre en lumière les instruments de mesure du temps destinés à un usage intensif, qu’il soit nautique, subaquatique ou à la conquête des cimes.

Cette année, c’est la montre Pelagos 39 de la maison Tudor qui a convaincu le jury. Cette création technique et élégante à la fois est le digne représentant des garde-temps construits pour performer dans l’action.

La Pelagos 39 brille avant tout par sa conception robuste et sa fiabilité éprouvée. Son boîtier de 39 mm usiné dans du titane grade 2 hypoallergénique confère à cette sportive un ensemble à la fois solide et d’une grande légèreté au porter.

Étanche jusqu’à 200 mètres de profondeur, sa lunette tournante unidirectionnelle gravée de repères minutes permet de mesurer avec précision les temps de plongée. Son disque céramique est également luminescent pour une visibilité optimale dans l’obscurité.

Côté mouvement, la Pelagos embarque le Calibre MT5400 certifié Chronomètre par le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres. Un mécanisme maison à remontage automatique dont la précision et la fiabilité ont largement fait leurs preuves, avec une réserve de marche très confortable de 70 heures.

Le cadran noir mat texturé soleil, les index et aiguilles luminescents, ainsi que la trotteuse rouge signature viennent compléter ce tableau très lisible en toutes situations.

Avec la Pelagos 39, Tudor signe une montre polyvalente suffisamment raffinée pour exceller en dehors de l’eau. Un condensé d’élégance sportive qui a convaincu le jury.

III. Un millésime sous le signe de l’excellence horlogère

Porté par la passion communicative de son maître de cérémonie Édouard Baer, le GPHG a une nouvelle fois réuni le gotha de l’horlogerie pour célébrer ses talents et ses créations les plus marquantes.

Les choix du jury témoignent d’une volonté de primer des pièces représentatives de différentes formes d’excellence horlogère. Qu’il s’agisse de prouesses mécaniques, de design novateur, de respect des traditions ou encore d’inventivité, tous les pans de cet art séculaire ont été abordés à travers les lauréats 2023.

Sans surprise, la sensationnelle Code 11.59 Ultra Complication Universelle RD#4 d’Audemars Piguet cristallise le summum actuel de la haute horlogerie et de la maîtrise technologique. Les 5 ans de développement et les 40 complications réunies au sein de ce garde-temps contemporain forcent le respect et l’admiration.

Face à ce monument d’ingénierie, des pièces au tempérament plus gentiment trempé sont parvenues à tirer leur épingle du jeu. On pense à l’étonnante C1 Bel Canto de la marque Christopher Ward et son affichage rotatif ingénieux, qui redonne ses lettres de noblesse à la complication sonnante. Ou encore la Millésime Automatique Petite Seconde de Raymond Weil et son élégance rétro au meilleur prix.

Dans un tout autre registre, impossible de ne pas saluer le travail titanesque de gravure et le rendu contemporain du cadran de la Piaget Altiplano Métiers d’Art – Undulata, qui hisse les savoir-faire ancestraux vers de nouveaux sommets artistiques.

Au-delà des pièces récompensées, ce sont toutes les maisons horlogères présentes qui méritent respect et considération pour leur engagement à repousser les limites de leur art. Qu’il s’agisse des ténors historiques ou des jeunes créateurs indépendants, chacun participe à sa manière au prestige de la tradition horlogère helvétique.

Le GPHG joue un rôle majeur pour réunir cette famille élargie une fois l’an et célébrer ses talents multiples. La passion commune pour cet art mécanique séculaire transcende la compétition le temps d’une soirée. Et le public se réjouit de découvrir chaque année de nouvelles pièces toujours plus étonnantes et virtuoses.

A n’en pas douter, ce millésime 2023 laissera sa marque dans l’histoire du Grand Prix et a contribué à révéler au grand jour des garde-temps d’exceptions. Rendez-vous est pris en 2024 pour de nouvelles créations époustouflantes !

Valery
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires