Test&Avis Aim Experience: la Rain Jacket, coupe-vent, imperméable et surtout respirante

Une des qualités primordiales chez une marque ? Savoir prendre le temps de bien faire les choses.

Et c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit de vêtements techniques, avec des normes de test extrêmement exigeantes, et dont on attend aussi beaucoup en termes d’ergonomie

Et c’est déjà bien ce qu’avait compris Marcy de Soultrait au moment de lancer AIM Experience en 2018 via un crowdfunding (on vous en parlait à l’époque ici). Il avait pourtant déjà des années d’expérience dans le vêtement technique B2B avec de prestigieux partenaires notamment dans les courses automobiles: il est notamment fournisseur officiel de Peugeot Sport depuis 10 ans et a accompagné Renault en Formule 1.

Il a cependant voulu attendre de pouvoir proposer une parka parfaite et au meilleur prix possible avant de se lancer.

Une fois cette parka lancée, je me disais que la version mi-saison allait arriver peu de temps après. Je l’attendais même pour tout vous dire pour le Printemps 2019.

Au final, c’est presque deux ans plus tard que celle-ci est sortie, après un travail sur plus d’une dizaine de prototypes différents, et aussi une nouvelle gamme assez complète.

I La collection Aim Expérience: un parti pris pointu mais des produits faciles à porter

En plus d’une gamme complète de nouveaux produits, c’est aussi un parti pris stylistique plus marqué qu’on note chez Aim Experience. Autant les tenues proposées pour la première parka  étaient d’un casual tout à fait classique, autant on est ici plus sur un style tech largement assumé, plus streetwear et qui joue beaucoup sur la silhouette.

La communication est aussi beaucoup plus conceptuelle et geek, avec des noms de modèles pris directement depuis les codes hexadecimaux des couleurs correspondantes (les graphistes et autres webdesigner parmi vous sauront de quoi je parle).

On est par ailleurs sur des tons très modernes et électriques, en particulier ce orange E94F1B ou la ceinture contrastante jaune fluo E7FF00.

Seul petit bémol de ces produits plus affirmés: une marque un peu plus mise en avant, et quelques inscriptions assez graphiques:

Personnellement, je trouve que ça contribue à rendre la marque plus reconnaissable et à plus facilement identifier son côté très technique. En revanche, ça la rend plus difficile à porter dans un cadre business pour aller en rendez-vous client.

Attention, il ne faut toutefois pas s’y méprendre et s’imaginer qu’Aim Experience est devenue une marque ultra-pointue réservée aux accrocs du techwear type Acronym/Arcteryx etc qui veulent ressembler à des ninjas urbains (même si vu le produit, elle a aussi tout pour plaire à cette cible).

Les autres coloris sont par exemple plutôt sobres: noir, blanc et un bleu encre du plus bel effet. C’est d’ailleurs précisément ce modèle qu’on va tester.

En plus de ces nouveaux produits, AIM Expérience a aussi bien amélioré sa parka existante et propose également un combo parka sans zip, plus court. Il s’agit d’une vraie pièce hiver doublée, comme une parka qui a été raccourcie.
Elle est bien adaptée à du vélo ou à un ensemble plus streetwear.

Les coutures par ultra-sons.

Petite nouveauté sur cette combo parka: les doublures sont cousues à l’ultra-sons. Je ne vais pas vous faire de cours de soudure, mais sachez en gros que la couture par ultra-son est beaucoup plus propre que la soudure thermique: tout se fait à l’état solide grâce à des vibrations à une fréquence d’au moins 20khz. Celles-ci exercent une pression jusqu’à ce que les éléments se lient ensemble.

Retenez en tout cas que c’est une méthode beaucoup plus propre et précise (il n’y a pas de chaleur excessive générée qui pourrait endommager les matériaux adjacents)
Elle est aussi plus rapide et consomme beaucoup moins d’énergie.

On reviendra dans une mise à jour de ce test sur la V2 de la parka Aim, avec de sacrés progrès par rapport à la première édition (qui était déjà extrêmement compétitive).

Matière et propriétés des Rain Jacket

Pour cette Rain Jacket, c’est un fil de polyester recyclé à partir de bouteilles en plastiques collectées en France de la gamme Newlife: il est filé en Italie chez Sinterama.

Le fil de polyester Newlife

Le cahier des charges de ce fil recyclé est assez impressionnant: pas de perturbateurs endocriniens (nocifs pour l’homme et l’environnement) PFC et PVC, label Oeko-Tec Standard 100 et GRS.

C’est ensuite dans le Rhône-Alpes, chez le tisseur français Chamatex qu’on effectue le tissage. Je ne connaissais pas Chamatex, mais il s’agit en fait d’une entreprise de pointe dans la relocalisation du techwear Made in France, en particulier dans la chaussure.
Elle va notamment, en partenariat avec Salomon, Millet et Babolat investir 10M€ pour construire une usine à la pointe de la technologie dédiée à la fabrication de chaussures de sport haut de gamme, utilisant les mêmes matières techniques que pour l’outerwear.

Bref, une belle confection française et européenne, jusque là pas de surprise par rapport à ce qu’on attends d’une marque comme Aim Experience en termes de qualité.

Respirabilité, imperméabilité, coupe-vent

Storm Protect Technology est le label conçu par Aim Experience qui garantit étanchéité (grâce aux coutures thermosoudées), respirabilité et résistance au vent.

Pour cumuler ces propriétés, AIM Experience utilise un tissu laminé trois couches.

La plupart des marques techniques de cette tranche de prix utilisent un tissu laminé deux couches avec une doublure flottante en viscose cousue à la couche extérieure et à la membrane.
Résultat: un petit espace entre la doublure et le reste qui laisse passer l’air, pénalise l’imperméabilité, sèche moins vide, et rend aussi la veste plus lourde.

 

 

Dans le cas d’un tissu laminé trois couches, on utilise à la place de la doublure en viscose la même matière que le tissu extérieur (ce qui est à la fois plus qualitatif et plus cher).

Les différentes couches sont également fusionnées par thermocollage: il n’y a donc pas de vide, ni d’espace entre les couches.
Résultat: pas d’espace vide où l’eau ou l’air froid pourraient se loger, tout sèche plus vide et le tissu est globalement plus léger.

 

Voyons un peu plus en détails chacun de ces trois critères:

La respirabilité RET <8

Derrière le sigle RET se cache en fait le coefficient de résistance évaporative (ce qui ne vous renseigne pas beaucoup plus, certes).

Il sert à évaluer la respirabilité d’un tissu en mesurant la résistance qu’il oppose à l’évacuation de l’humidité (avec un test rigoureux aux normes ISO 11092). Assez logique, car en pratique quand on commence à transpirer sous un vêtement trop isolant et peu respirant, c’est rapidement la catastrophe.

Ici, plus le coefficient est faible, plus l’humidité va rapidement s’évacuer. Pour vous donner un ordre d’idée, un RET entre 6 et 12 est normalement consacré à un usage sportif, où l’on veut être à l’aise pendant un effort modéré (un petit jogging du matin par exemple).  Vous l’aurez compris, c’est donc très largement suffisant pour un usage urbain, même pour le vélo et autres mobilités douces.
Pour vous donner un ordre d’idée, un tissu peu respirant a un RET supérieur à 20. Il n’est plus respirant à partir de 40

Cette respirabilité est sûrement le gros point fort du tissu, c’est celui qui a attiré le plus mon attention sur cette Rain Jacket Aim Experience.

Rappelons sur la plupart des manteaux techniques du marché, dans cette gamme de prix, plus ils sont imperméables et moins ils sont respirants.

J’ai pu la tester très rapidement en vélo, en portant un costume qui me tenait plutôt chaud.
J’ai noté une belle sensation de fraîcheur à laquelle je ne m’attendais pas du tout au départ en voyant ce type de tissu très technique.

Outre la respirabilité d’un tissu, les Rain Jacket Aim Experience sont aussi respirables grâces à leurs zips de ventilation (tous avec des fermetures soudées, on revient là-dessus dans le test produit).

L’étanchéité

Elle est assurée sur les Rain Jacket par des coutures soudées sur laquelle une bande isolante est appliquée à la machine.

Voici dans les faits ces coutures thermosoudées et leur bande isolante:

C’est en examinant la doublure qu’on se rend compte à quel point elles sont omniprésentes:

Coupe-vent

Enfin, le manteau est complètement coupe-vent pour résister à l’effet Windchill (on vous en avait déjà parlé dans le précédent article sur la marque). Voici un petit rappel tout de même des conséquences sur la température ressentie d’un vent moyen:

L’imperméabilité et les propriétés coupe-vent sont également assurées par une quantité assez impressionnante de coutures thermosoudées, c’est ce dont on vous parle dans les finitions.

II Test de la Rain Jacket Aim Experience

1 Finitions

Il s’agit d’un manteau technique, donc comme vous vous en doutez conçu pour être pratique à utiliser dans des nombreuses situations de vie.

Voici donc une liste exhaustive:

Zips gommés à double curseur

Un zip bien pratique à manipuler, avec une couture soudée étanche, et avec un double curseur pour que le manteau reste pratique à porter même en vélo.
Le zip gommé accroche bien et le rend très simple à saisir et à tirer même avec des gants.

Poches invisibles anti-vol

Elles sont aussi protégées par la fameuse couture soudée et sont de plus habilement dissimulées, ce qui fait qu’on ne les remarque pratiquement pas.

Les revers des poches, qui permettent de les dissimuler, sont par ailleurs conçues pour faire glisser la pluie vers le sol (et pas dans les poches).

Poignets de serrage et poche à l’avant-bras

On retrouve des pattes de serrage à velcro pour favoriser l’imperméabilité et empêcher le froid de rentrer. Le bras droit est également doté de la fameuse petite poche avec couture soudée dans laquelle vous pouvez glisser votre CB pour un paiement sans contact ou votre pass navigo.

Autant cette petite fonctionnalité était un peu gadget avant la covid-19, autant elle permet maintenant de bien limiter des manipulations inutiles.

Zips sur le côté

Marcy m’a confié que le manteau est aussi conçu pour se porter comme poncho, si vous êtes sur un velo ou en moto en cas de forte pluie. Il peut aussi très bien aller par dessus un manteau d’hiver en laine classique.

Quand j’entends poncho, je ne peux pas m’empêcher de penser à cet espèce de sac plastique qu’on enfilait à Phnom Penhpour continuer à circuler en moto sous la pluie torrentielle des moussons d’Asie du Sud Est.

Ca recouvrait bien, mais ce n’était pas du tout esthétique et comme vous vous en doutez absolument pas respirant (pratique quand en plus de la pluie il fait toujours 30 degrés).

La Rain Jacket parvient à vous recouvrir tout aussi efficacement en cas d’intempéries, en restant respirante, esthétique et en conservant bien votre mobilité grâce à des zips latéraux sur le côté, bien pratiques par exemple pour pédaler.

La capuche

Au premier abord, on aune capuche bien couvrante, à la forme étudiée et légèrement rigide sur le dessus.

C’est de profil qu’on voit bien le travail minutieux et subtil effectué sur la géométrie du manteau, avec beaucoup d’arrondis qui donnent un côté minimaliste et harmonieux à l’ensemble.

Ici, cet arrondi permet notamment de conserver une excellente vue périphérique si vous vous déplacez par exemple en vélo.

Vu de l’intérieur

L’intérieur nous permet de voir :
– l’ensemble des coutures soudées aux ultra-sons
– le zip latéral qui remonte mine de rien jusqu’aux aisselles: difficile de faire mieux en terme de mobilité
– les deux larges poches intérieures
– et enfin la construction en trois couches de la matière, qui lui permet d’être à la fois coupe-vent, respirable et imperméable

2 La coupe

Sur ce genre de vêtements techniques, c’est là ou ça peut pêcher. Ce n’est pas du tout le cas ici avec un fit assez classique, qui ne donne pas comme sur les lookbooks l’impression du fit oversize d’un style streetwear pointu.

Le dos est extrêmement sobre et passe complètement dans une tenue formelle, la couture horizontale rajoute simplement un peu de géométrie à l’ensemble.

Avec le manteau porté ouvert, la silhouette est légèrement plus lâche et fluide. Rappelons quand même que vu la respirabilité du tissu, vous ne vous sentirez à aucun moment obligé de le porter ouvert pour vous rafraîchir.

III Conseils de style

L’idée ici est de vous montrer que, malgré le lookbook assez streetwear et pointu, la Rain Jacket ne dénote pas tant que ça avec un costume.
En termes de sobriété, c’est juste un peu dommage que le logo soit apparent et qu’il y ait le bloc de texte en bas à droite, mais ça se porte sinon très bien par dessus un costume.

Je la porte ici avec:
-un costume Ardillon de chez Scavini
-une chemise Howard’s pin collar
-des chelsea Rudy’s
-une cravate Portia

Conclusion

Le travail effectué sur cette Rain Jacket est impressionnant surtout quand on garde en tête ces propriétés:
– une matière recyclée filée en Italie puis tissée en France: coupe-vent, imperméable mais surtout étonnamment respirante
– des coutures soudées aux ultra-son sur l’ensemble du manteau
– des zips pratiques et bien pensés, notamment les zips latéraux
– une coupe soignée, qui se porte bien même dans une tenue formelle

J’ai moins aimé en revanche le logo un peu apparent et surtout bloc de texte avec les propriétés: même si j’en comprend tout à fait l’utilité en terme d’images, elle rend cette Rain Jacket un peu plus difficile à assumer dans un cadre strictement business.

Et le rapport qualité/prix ?

Certes on trouve moins cher chez des marques que vous connaissez peut-être, mais vous ne trouverez pas de coutures soudées, ni de tissus trois couches: en comparaison d’Aim Experience, on est donc loin d’un vrai vêtement technique qui assure une imperméabilité efficace (et on ne parle même pas de la respirabilité).

On peut trouver des pièces techniques comparables chez des marques comme Norse Project, qui démarrent aux alentours de 600 euros. Avec ce degré d’exigence, Aim Experience propose donc la Rain Jacket technique la moins chère du marché.

La Rain Jacket Aim Experience est disponible ici à 275€

Laisser un commentaire

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer