Krama Heritage x JamaisVulgaire: les écharpes en soie sauvage (disponibles jusqu’au 07/12)

Nombre d’entre vous se souviennent des écharpes en soie sauvage que nous vendions les années précédentes: j’ai donc voulu à nouveau vous les proposer cette année. Que ça soit pour les porter ou pour offrir.

Avec Krama Héritage, je vous propose ainsi une toute nouvelle collaboration sur des écharpes en soie sauvage.

 

Voici pour rappel le fonctionnement des collaborations JamaisVulgaire:
– on travaille avec la marque sur le produit, puis on vous le présente sur le site, avec tous nos conseils pour bien le porter. (c’est la partie du travail qui m’enthousiasme le plus, c’est à la fois un plaisir et une fierté de pouvoir vous présenter quelque chose d’unique)
Je suis également disponible pour répondre à vos questions sur le style, la fabrication et les tailles en amont de votre achat

– ensuite, je passe le relais à la marque pour la commande, la logistique, les éventuels échanges et retours et les questions de livraison ( il s’agit de tâches exigeantes que les marques, plus habituées que nous au e-commerce, sont les plus compétentes pour gérer).

Nous sommes ici très fier de pouvoir participer à un projet avec une vocation doublement social à travers l’atelier Artisans d’Angkor et l’association Pour un Sourire d’Enfant, et en plus de vous proposer un vrai beau produit, à un excellent rapport qualité/prix.

Vous savez que je suis à moitié Cambodgien: c’est donc une opération qui me tient particulièrement à coeur surtout en ce moment.
Le Cambodge vit en effet surtout de son activité touristique, qui est comme vous vous en doutez pratiquement nulle à cause du covid-19: plus de 5 milliards de dollars de pertes selon cet article de Septembre (donc bien plus maintenant)

(paradoxalement, il s’agit en revanche selon l’OMS du pays d’Asie qui a le mieux géré la crise du covid en termes sanitaire)

Nous proposons avec Krama Héritage jusqu’au 30/11 inclus une série de 5 écharpes en soie sauvage disponibles à partir de 85€: elles seront livrées le 20/12. Vous trouverez les deux coloris de cet article, et trois autres coloris qui conviendront parfaitement à la gente féminine. Ca se passe par ici.

I LA COLLABORATION AVEC KRAMA HERITAGE

Nous avions déjà travaillé avec Krama Héritage pour vous proposer cet été nos fameuses espadrilles texturées: cette marque fait un excellent travail logistique pour faire distribuer ses kramas en France (avec de grosses commandes passées par des enseignes comme Natures&Découverte, ce qui n’est pas évident à gérer).

La marque est aussi tournée sur l’humanitaire en partenariat avec l’association française Pour un Sourire d’Enfant (et en ce moment, sans les recettes du tourisme, le Cambodge en a bien besoin).

Krama Héritage proposait des kramas et écharpes en soie très classiques: nous avons donc collaboré avec la marque sur une nouvelle offre d’écharpe en soie sauvage, comme celles que l’on proposait auparavant. 

Pour un Sourire d’Enfant

Krama Héritage collabore depuis sa collaboration avec l’association Pour un Sourire d’Enfants dont le rôle est d’offrir aux enfants défavorisés l’accès à une éducation et à un métier.

L’association reçoit en 2000 le Prix des Droits de l’Homme de la République Française et vous pouvez en découvrir plus sur son action à travers le film “Les Pépites” de Xavier de Lauzanne:

Krama Héritage reverse 10% du montant de la vente de chaque produit (arrondi à l’euro supérieur).
Ainsi, dans le cadre de notre collaboration, voici ce qui sera reversé pour les ventes de nos écharpes en soie sauvage:
9 euros pour les  tailles classiques
13 euros pour les grandes tailles

Deux journées d’école sont aussi financées pour chaque écharpe vendue.

Artisans d’Angkor

Avec Krama Héritage, nous avons sélectionné les écharpes en soie sauvage confectionnées par les ateliers d’Artisans d’Angkor: il s’agit d’une entreprise sociale qui emploie à la fois les jeunes défavorisés, et également les handicapés.

L’idée est de leur transmettre les savoirs-faire traditionnels de l’artisanat khmer, et aussi de les mettre en avant à travers les visites guidées des ateliers.

Les visites d’atelier

Pour être allé souvent à Siem Reap (la ville des temples d’Angkor), il s’agit à vrai dire d’une des activités principales proposées aux touristes.

J’ai moi-même pu visiter ces ateliers en 2011: je ne suis en toute franchise pas très fan de ce format de visite guidée que je trouve trop touristique.

Mais l’intérêt de ce format pour la population est au final assez indéniable tant elles donnent un aperçu exhaustif de l’artisanat khmer, et tant elles apportent un précieux soutien à l’emploi.

Bref, inutile de vous faire un dessin: les recettes touristiques d’Artisans d’Angkor sont devenues quasiment inexistantes, et la structure peine à couvrir ses frais: c’était donc pour nous un partenaire prioritaire à mettre en avant.

Le savoir-faire

Evidemment, c’est aussi un savoir-faire poussé qui caractérise Artisans d’Angkor.

Les écharpes sont entièrement tissées à la main à Siem Reap par une main experte:  une journée de tissage est nécessaire pour la réalisation de chaque modèle.

Vous pouvez voir sur cette vidéo toutes les étapes, de la culture des vers à soie jusqu’à la teinture de l’écharpe, en passant par l’ajustement minutieux des métiers à tisser, l’extraction des fils et le filage:

II Rappels sur la soie sauvage

1 Spécificités de la soie khmère: une soie dorée, rare et précieuse

La soie khmère est réputée pour ses fils dorés, elle a un rendu à mi-chemin entre le jaune et l’or. Naturellement lumineuse, elle est plus résistante, de meilleure qualité et avec une texture plus douce que les autres fils de soie.

Ce fil de soie est coûteux, et les vêtements qui en découlent sont donc vus comme très précieux. Ils étaient autrefois seulement
réservés à la famille Royale et sa cour.

Pour arriver à ce résultat, les vers à soie sont nourris de feuilles de mûrier. Seulement 20% des cocons sont retenus, puis on trie les fils les plus fins dans le coeur du cocon.

Chaque fil est ensuite nettoyé à la main: sachant qu’un cocon possède 300 mètres de fil, on vous laisse imaginer le travail.

2 Soie sauvage: un aspect brut et texturée

Il ne s’agit pas de la soie classique qu’on trouve sur les écharpes européennes plus lisses et plus fragiles: cette soie est beaucoup plus robuste et a beaucoup plus de caractère. (observez la texture plutôt marquée sur les photos de détails)

Elle n’aura cependant pas la fragilité du coton, et aura les mêmes propriétés thermiques que la laine: elle évacuera rapidement l’humidité et retiendra bien la chaleur. Ce qui en fait une pièce idéale pour une superposition qui n’ajoute pas trop d’épaisseur.
Elle prendra aussi une petite semaine de port à se «casser»: tout comme le denim d’un jean brut, la soie est au premier abord plutôt rigide. Elle s’assouplira ensuite au fur et à mesure des ports.

Le charme du fait main

Ces écharpes en soie sont confectionnées sur des métiers à tisser centenaires traditionnels. Il faut une journée de travail à un tisserand pour produire une écharpe.

Elles ont donc tout le charme du fait main, avec un côté texturé et quelques irrégularités de trame qui rendent votre modèle unique.

Voir ces métiers à tisser traditionnels en mouvement est assez envoûtant, nous en avions même fait une vidéo il y a quelques années:

Les irrégularités de la soie sauvage

C’est aussi la soie sauvage qui contribue à ces irrégularités: les vers à soie sont ici élevés dans un environnement moins
contrôlé avec des mites présentes dans les cocons qui vont couper les fils de soie de manière irrégulière. Ils seront donc plus courts, plus rugueux mais aussi plus résistants.

L’entretien

Le lavage à la main à l’eau froide ou tiède est recommandé avec du savon non alcalin. Evitez de tremper la soie plus de quelques minutes. Vous pouvez utiliser de l’après-shampoing pour le rinçage.
Séchez enfin délicatement votre écharpe en l’enroulant délicatement dans une serviette.

Le séchage: laissez la sécher à l’air libre. Evitez surtout de la faire sécher au soleil ou (pire) au sèche-linge, cela endommagerait la fibre de soie. Evitez également de la laisser près d’un radiateur.
Tout comme le cuir, c’est une matière vivante qui peut se dessecher si vous manquez de vigilance.

Le repassage: repassez-la sur la  température la plus basse. N’oubliez pas que vous pouvez vous débarrasser de la plupart des plis simplement en la laissant suspendue dans la salle de bain, pendant la douche. L’humidité s’en chargera très bien.

Précautions générales: Tout ce qui contient de l’alcool endommagera la fibre de soie. Evitez donc de vaporiser du parfum ou de la laque sur votre écharpe.

III Krama Héritage x JamaisVulgaire: notre sélection

Le modèle Natural: la couleur

La teinture naturelle permet un résultat tellement particulier qu’elle nous fait vraiment ressentir quelque chose dans sa manière de prendre la lumière.

Ici, il s’agit d’une couleur Natural: pas un blanc cassé, ni un beige, ni un ivoire.

Cette manière très particulière de prendre la lumière permet en tout cas des reflets assez uniques en fonction des environnements (et ça se voit déjà sur nos photos)

C’est en tout cas une couleur plutôt saturée, qui apporte beaucoup de lumière près du visage

Conseils de style

Ce que j’apprécie beaucoup avec cette couleur: c’est sa grande polyvalence.

Elle est assez habillée pour se porter dans une tenue un peu soignée, même pour aller au bureau avec votre costume bleu marine ou gris anthracite.

Mais elle est aussi texturée, grâce aux irrégularités de la soie sauvage et du fait main, pour s’intégrer sans problèmes dans une tenue décontractée avec du caractère.

On voit ici qu’elle se porte facilement avec un drap de laine épais, de la maille et qu’elle contraste aussi parfaitement avec du bleu marine.

Le modèle Sable

Ici, il s’agit d’une couleur Sable: pas un blanc cassé, ni un beige, ni un ivoire. Cette couleur sable est chinée et possède de multiples reflets entre le beige clair et le marron.

Ce travail de nuances permet d’ajouter beaucoup de consistance à une tenue composée d’unis.

Conseils de style

Cette écharpe se porte soit avec des pièces toutes simples unies, sui joueront sur les mêmes registres de couleur (beige, marron, khaki). Vous pouvez sinon jouer sur le contraste de matières: ici l’écharpe permet une transition entre le coton ciré du trench vintage, très affirmé, et la flanelle de laine rayée, un peu plus lisse.

L’écharpe fait par ailleurs echo grâce à son côté chiné au côté rustique du trench.

Nous proposons avec Krama Héritage jusqu’au 30/11 inclus une série de 5 écharpes en soie sauvage disponibles à partir de 85€: elles seront livrées le 20/12. Vous trouverez les deux coloris de cet article, et trois autres coloris qui conviendront parfaitement à la gente féminine. Ca se passe par ici.

Laisser un commentaire

212 Partages
Partagez212
Tweetez
Enregistrer