fbpx

Comment choisir une chemise d’été homme ? Le guide ultime

Un des clichés les plus communs sur les chemises ?


Que ce n’est pas confortable, et que ça tient trop chaud l’été par rapport à un t-shirt ou un polo.

Si vous lisez le site depuis un moment, vous savez que c’est complètement faux et qu’une chemise homme a toute sa place dans une garde-robe d’été.

Encore faut-il évidemment bien choisir sa chemise d’été homme: vous par exemple êtes de plus en plus nombreux à par exemple vous familiariser avec le lin, ou avec les mélange coton/lin.

C’est un bon début, mais il y a d’autres possibilités en termes de matières (par exemple le seersucker). Et on ne prend encore à mon goût pas assez en compte l’importance du col dans une tenue d’été, autant en termes de style que de confort.

Bien choisir une chemise d’été homme: nos conseils

I La matière idéale pour une chemise d’été aérée

Lin et mélanges coton/lin

Le lin est l’idéal en termes de thermorégulation, mais je ne suis pas quelqu’un de foncièrement organisé ou précautionneux: je n’arrive donc jamais à trouver tout le temps nécessaire pour les repasser parfaitement. Vu que le lin est en général assez rêche et épais mais qu’il plisse facilement au lavage, il faut s’armer de patience pour avoir un résultat vraiment clean à la fin.

En revanche, il s’adoucit et s’assouplit au fur et à mesure des lavages.

En tout cas aussi clean par exemple que sur cette photo:

Ainsi, les tissus en coton et lin sont un bon compromis: le coton permettant de lisser le lin et d’atténuer sa tendance à froisser. on trouve beaucoup de chemises 70% coton et 30% lin avec des textures vraiment intéressantes:

 

Actives Tailoring

Le premier conseil auquel on pense pour les chemises d’été: c’est de bannir les matières synthétiques. Mais vous vous doutez bien qu’avec les progrès effectués dans ce secteur, ce dogme n’allait pas se vérifier éternellement.

Il existe à présent des chemises en mélange de polyester recyclés et d’élasthane: alors qu’il s’agissait avant de véritables pièges à transpiration et de matières ultra cheap, on trouve à présent des versions hyper stretch de ce genre de tissus, qui sont à la fois respirante, à séchage rapide et ne demandent pas de repassage. Elles sont en plus de ça assez légères pour bien se porter à haute température.
J’en avais testée une l’hiver dernier (que j’ai d’ailleurs hâte de mettre à l’épreuve cet été):

bien-choisir-chemise-ete-homme-active-tailoring

Le coton

Ne parler que de coton serait bien trop vague, c’est ici le tissage qui fait toute la différence.

Seersucker

C’est de très loin mon tissu préféré pour l’été: le relief de ce tissu gaufré permet à l’air de circuler facilement, et d’éviter d’avoir un tissu qui colle à la peau lors de grosses chaleurs.
Il s’agit des chemises que je privilégie pour les journées de fortes canicules: couplées à un pantalon à pinces également en seersucker et à des mocassins légers, ou des espadrilles un peu habillées (comme celles que l’on propose avec Krama Héritage par exemple) et vous serez parés pour des journées à plus de 35 degrés (c’est en tout cas ce qui fonctionnait pour moi au Cambodge au pic de la saison sèche).

choisir-chemise-ete-homme-seersucker

Inconvénient: c’est une chemise qui se porte difficilement sous un costume, aussi discret que soit le gaufrage, et même s’il n’y a pas de faute de goût en soit.
Je m’y étais déjà essayé à un mariage, et les remarques profanes du type “Et ben alors, on a pas repassé sa chemise ? 😉 😉 ;)” y allaient bon train (et pourtant il s’agissait d’un de ces fameux “mariages champêtres”).

A moins de vous transformer en missionnaire du seersucker au bureau et à ce genre d’occasions (et je ne pense pas que ça en vaille bien la peine), je vous conseille d’oublier dans les tenues habillées.

Popeline légère

La valeur sûre pour une chemise formelle, mais qui peut être particulièrement traître si vous transpirez facilement:
– l’avantage: la popeline est un tissage qui permet d’obtenir des tissus très légers, qu’on sent à peine, en particulier grâce à un titrage élevé et donc à des fils fins
– l’inconvénient: il s’agit d’un tissage serré et fermé, qui n’évacue pas du tout l’humidité. Il suffit d’un coup de chaud pour une réaction en chaîne malencontreuse qui vous amène aux traces de transpirations sous les aisselles et dans le dos.

Utile donc seulement si vous transpirez peu.

La faute de goût à éviter: probablement mettre une chemise en popeline de coton par une forte chaleure ET porter un sac à dos. Avec la chaleur que génère le sac à dos dans le dos (sans qu’on s’en rende forcément compte), il n’y a rien de pire pour passer le dos trempé toute la journée (je faisais l’erreur pendant mes tous premiers mois au Cambodge).

La popeline est un tissage qui est plutôt 4 saisons: évitez donc de le porter sous d’autres tissus 4 saisons (comme un twill de laine classique super 110’s.
Ne porter que ce genre de tissus un peu générique et passe-partout est une des plus grosses erreurs qu’on puisse faire en été.

Ici, je porte ainsi une popeline de coton avec un costume d’été en solaro, et une cravate d’été en seersucker. Le côté structurant et formel de la chemise en popeline de coton à col rigide est ainsi réequilibré par ces matières estivales et agréables.

choisir-chemise-ete-homme-popeline-solaro

Oxford

Le raisonnement est tout à fait l’inverse de la popeline de coton: il s’agit d’un tissu généralement plus lourd, tissé à partir de fils plus épais et moins précieux.
Il vous tiendra donc plus chaud qu’une popeline et vous transpirerez donc plus facilement. En revanche, il évacuera très vite cette chaleur et ce surplus d’humidité car il s’agit d’un tissage plus ouvert.

L’oxford est un bon compromis entre le seersucker et la popeline:
– il évacue beaucoup mieux que la popeline de coton
– il reste encore assez formel pour se porter avec un costume

Vous pouvez même aller beaucoup plus loin sur le côté habillé en optant pour un grand col (attention ceci dit pour les fortes chaleures).

Le chambray

Même s’il s’agit d’une version plus légère du denim, ça ne veut pas forcément dire qu’on ne le trouve que dans des variations de bleu unis avec un effet délavé.
Bien au contraire, on peut également trouver du chambray avec des motifs qui peuvent bien s’intégrer dans une garde-robe formelle.
Certaines marques le proposent même dans des versions plus formelles: rayures ou micro-motifs pied de poule par exemple.

II Coupe et finitions d’une bonne chemise d’été

La coupe

Pour la coupe, deux éléments rentrent principalement en compte:
le dos: privilégiez les dos avec une pince centrale ou une double pince. Les dos sans pinces seront logiquement plus près du corps et vous tiendront donc plus chaud
les aisselles: il est important d’avoir une emmanchure haute pour une silhouette bien mise en valeur, ainsi que pour avoir une chemise confortable et pratique (en effet, quoi de plus désagréable par exemple que d’avoir une chemise qui ressort du pantalon quand on se tient à la barre du métro ? )
En revanche, attention à ne pas aller dans l’excès inverse avec une emmanchure trop proche des aisselles: ça tient trop chaud, ça irrite la peau et en plus ça abîme le tissu.

Les finitions: le col

C’est lui qui est au contact de votre cou en permanence et donc qui est le plus susceptible de vous tenir (trop) chaud.

Col formel thermocollé

Vous vous doutez bien que le meilleur moyen d’avoir chaud est d’avoir un col rigide et amidonné, avec baleines et un thermocollant bien épais à l’intérieur.
Ce genre de col est bien entendu à bannir pour moi dès qu’il fait plus de 25 degrés: la valeur ajoutée d’un col vraiment rigide dans une tenue formelle étant en plus complètement négligeable.

En effet, dans un contexte formel où la chemise est portée avec une cravate, la cravate suffit largement à assurer un rendu habillé.

Col boutonné

On peut souvent le trouver souple et sans thermocollant, étant donné que c’est le boutonnage des pointes qui lui donne sa structure et son roulé.
C’est la meilleure alternative dans le sens où c’est la plus courante et facile à trouver parmi les chemises en prêt-à-porter. Si les pointes de la chemise sont assez longues, vous pouvez même aller un peu plus loin et déboutonner les boutons.
Evidemment, c’est le genre de col à choisir avec une ouverture resserrée: vous verrez de toutes manières qu’il n’existe pas de chemise col cutaway avec col boutonné.

bien-choisir-chemise-ete-homme-popeline

Le col une pièce

Il s’agit de la solution la plus sartoriale et habillée pour un col qui ne tient pas chaud: ici l’ensemble du col est construit en un seul morceau de tissu et le roulé est assuré par des pointes au boutonnage apparent (comme pour une chemise oxford) ou caché (derrière les pointes).
C’est du coup mon col préféré qui garde tous les bénéfices d’un col structuré (avec un joli roulé en plus) mais sans les inconvénients (thermocollant, baleine etc).

Combiné à une veste en lin ou en laine/lin/soie bien construite avec un joli roulé de revers, il permet d’obtenir une tenue à la fois simple et très habillée.

Ca marche aussi avec une cravate:

 

Une autre version ici avec un col beaucoup plus ouvert:

Le col mou

Il s’agit d’un col plus classique, en deux pièces, et qui ne contiendra simplement pas de thermocollant. C’est le genre de construction qui passe bien avec un col cutaway

On imagine bien cette chemise portée avec une cravate dans un style italien assez nonchalant.

Les cols dont nous allons ensuite vous parler sont quant à eux beaucoup moins polyvalents: ils sont ultra frais mais ne se porteront que dans des circonstances décontractées.

Le col officier

Un excellent choix pour une chemise qui respire, étant donné qu’il n’y a ici pratiquement pas de col. On le voit par ailleurs de plus en plus dans l’offre de la plupart des DNVB, avec des mélanges de matières souvent intéressants (beaucoup de coton/lin).

Voici juste deux réserves à prendre en considération:
importable dans une tenue habillée: évitez en particulier sous une veste sport ou un blazer (tout ce qui en somme a des revers)
il ne convient pas à toutes les morphologies: surtout si vous avez un cou long et fin (et vous préfererez dans ce cas un col un peu plus montant pour mieux accompagner votre cou)

Le col requin (aussi appelé camp collar ou col miami)

Celui-ci est ultra-ouvert et n’est donc pas en contact avec la peau: on peut le porter par dessus un t-shirt pour un style un peu streetwear, ou par dessus une veste pour un style plus GTA Vice City/Miami Vice.

C’est pour moi une pièce assez forte, qui peut être perçue comme extrêmement cool une saison et tout à fait ringarde l’année d’après.

Si vous assumez le style, et que vous avez de la place dans votre placard pour en conserver quelques-unes même lorsqu’elles sont passées de mode, alors vous pouvez y aller.

Il s’agit d’un col que le photographe de mode masculine Milad Abedi affectionne particulièrement:

 

 

Valery

Laisser un commentaire

2 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer2