Premier relooking homme 2014: les astuces indispensables pour réussir ses soldes

C’est vendredi dernier que s’est déroulé le premier relooking homme JamaisVulgaire de l’année 2014.
Outre les classiques photos avant apres, je vais vous expliquer les raisons du choix de chaque vetement, vous donner toutes les références et vous faire profiter des recommandations générales que j’ai données a mon client.
Cela pourra probablement un peu vous servir, mais gardez bien a l’esprit que chaque cas est particulier et que chaque conseil ne vous est pas forcément applicable. De même, les références des pièces sont la pour votre information mais ne doivent pas être vues comme des références absolues. Avant la bataille, le briefing et le ciblage des objectifs.On ne livre pas une bataille sans préparation : vous avez forcément des objectifs a accomplir ( une stratégie) et des moyens d’y arriver ( une tactique ).
C’est d’autant plus vrai que Benoît avait un budget de 800 euros, et il fallait un manteau d’hiver. Je vais insérer à travers cet article des extraits du feedback de Benoît pour illustrer mes propos, le feedback intégral est accessible à la fin. 

Préparation d’un relooking homme: la stratégie pour bien faire ses soldes

Vos objectifs sont ici les types de vêtement dont vous avez besoin. Ils s’évaluent en fonction de votre garde-robe actuel et de vos tenues.
La question primordiale a vous poser: ou est votre plus grosse faiblesse ? Quel est le type de vêtement ou vous n’avez rien de portable et qui sape littéralement vos efforts ailleurs ? Est ce des chaussures a la forme grossière et au cuir vieillissant ? Ou plutôt une ceinture trop large avec une boucle énorme ?

Dans le cas de Benoit, plusieurs besoins ressortaient:
un manteau : il avait depuis une bonne dizaine d’années le même caban, il était temps de le remplacer. Une contrainte: un beau manteau, mais pas trop guinde. Et un goût prononcé pour les activités d’exterieur . Un autre caban s’imposait naturellement, un manteau long aurait été trop formel et plus compliqué a porter pour sa taille ( 1m76)
un jean brut: Curieusement, Benoit avait un bon chino cuisse de grenouille et un bon pantalon en laine ly Adams, mais pas encore de bon jeans bruts, seulement des jeans délavés Celio, un peu informes. Malheureusement, les jeans sont généralement des permanents non soldes. C’était un sacrifice a faire.
des chemises formelles et casuals: Benoit possède deux chemises Melinda gloss a rayures plutôt casuals, et quelques Balenciaga degriffées un peu vieillissantes. Il fallait des chemises formelles et des chemises casuals avec un jeu sur la matière plus prononce, en chambray par exemple. ( d’autant plus vu ce qu’il a déjà en mailles)
des mailles: Benoit possédait déjà un cardigan col châle BonneGueule et un cardigan fin uni American Vintage
En relooking homme, ma valeur ajoutée n’est clairement pas de vous conforter dans vos habitudes mais plutôt de vous bousculer en identifiant des leviers de progression, auquel il est très difficile de penser soit même sans regard extérieur ( cela prend généralement des années,). Il fallait donc que je trouve un pull ou un cardigan avec un travail prononce sur la matiere , mais sans un cote créateur pointu trop accentue pour qu’il reste facile a porter. un chino: Benoit possède déjà un chino Cuisse de Grenouille beige, plutôt sage. Il fallait trouver un chino a la couleur plus affirmee , mais sans qu’elle soit non plus trop prononcée.
des chaussures: sur un budget de 800 euros, les chaussures n’étaient pas vraiment une priorité. Benoit possédait déjà une belle paire de jodhpur Scarosso et des derbys Blackdandy tout a fait acceptables.

Deux contraintes physiques :
des épaules larges:  malgré une taille d’1m76, la carrure de Benoit impose une taille M. On doit aussi pour le manteau a garder une petite marge pour porter en dessous une grosse maille sans être etriqué
des cuisses musclées: malgré une taille fine, les cuisses de Benoit sont plutôt musclées. Il faudra de réserver aux coupes semi slim et droites sans sacrifier pour autant la silhouette.

La tactique: comment faire les bons achats

Une fois ces besoins cernés, on peut mettre en place un plan d’action pour être le plus efficace possible.

Axe fondamental: le manteau

Le manteau est clairement une priorité autour duquel la tenue de construira. On ne pouvait donc pas envisager de partir de chez moi sans avoir une idée précise de ce qu’il fallait. C’est particulièrement sur ce point que je pouvais apporter une vraie valeur ajoutée, en faisant faire un vrai bond en avant sur le style.
J’ai donc décidé de partir sur un caban d’un petit créateur, peu connu et dont les disponibilités sont du coup assurées: Smith – Wykes. Voici la fiche produit sur l’Exception: A 280 euros, le rapport qualité/prix est très bon.
La qualité de la laine est bien visible à l’oeil nu: on a le mélange qui marche bien 80% laine, 20% nylon qui garantit à la fois une matière naturelle qui régule bien la température, une vraie solidité et une vraie imperméabilité.

relooking-homme-smith-wykes

La coupe est bonne et la vraie valeur ajoutée se situe au niveau de la capuche amovible, dans un coton enduit plutôt épais: elle apporte un contraste de couleurs très bien pensé et met bien en valeur les épaules de Benoît.
Le style répond aussi parfaitement à ses attentes: la laine rappelle les codes de l’univers marin tandis que la capuche khaki évoque davantage la forêt et le monde de l’outdoor.

relooking-homme-manteau-hiver-smith-wykes

relooking-homme-manteau-hiver-smith-wykes

relooking-homme-manteau-hiver-smith-wykes

Benoît a été au premier abord surpris, et n’aurait probablement pas envisagé ce manteau s’il ne l’avait pas essayé. Il y a effectivement beaucoup de vêtements qui vous laisseront complètement neutres sur cintre, voire que vous trouverez repoussants. Il est très difficile de se faire une véritable idée sans les essayer.

Et ça Benoît l’a bien compris:

Le  parcours commence,… par le fameux manteau. Et c’est juste… moi ! En vrai, et revêtu, ce n’est plus une pièce extravagante, c’est… moi! Une pièce ultra-classique (un caban gris de très belle facture, mais très simple) avec le petit grain de folie en plus qui fait qu’il interpelle sans vraiment choquer (un chaperon kaki amovible qui vient simplement s’enfiler sur les manche!)

J’étais rentré dans la dynamique et je n’avais plus qu’à me laisser porter. Bon toutes les pièces présentées ne m’ont pas convaincues, mais cela à permis à Valéry à mieux me cerner, pour rebondir et me proposer des pièces que je puisse porter sans me poser de question et sans appréhension.
J’ai bien vu que Valéry essayait de me faire porter des vêtements qui sortaient de mes habitudes, tout en restant dans mon registre stylistique. Mais une évolution trop radicale m’effrayait quand même un peu!

En soldes, dans la cohue générale, cela peut souvent être un problème. Le relooking vous permet d’identifier directement les pièces les plus pertinentes parmi celles que vous n’aviez pas remarquées, ou qui sortaient un peu de votre zone de confort. En relooking, vous essayez rarement pour rien, et c’est un gain de temps et d’énergie considérable qui va vous épargner bien de mauvais achats.

Distribuée seulement sur l’Exception, j’ai au final réussi à dégôter ce caban pour 80 euros de moins dans une petite boutique confidentielle du Marais (mais les stocks y sont quasiment épuisés).

Le pull: un compromis à trouver, aller plus loin sans déstabiliser

Il fallait concilier une matière ou des motifs originaux et un vêtement facile à porter.  J’ai d’abord suggéré un cardigan camo Comune de Paris: celui-ci avait un style très particulier, qui cette-fois convenait moins à Benoit. J’ai donc décidé de rebondir plutôt sur un pull col V, avec une matière plus travaillée, qui sera plus facile à porter. Nous avons donc opté pour un pull à col en V de chez Melinda Gloss, à col mouliné et avec une belle matière jacquard en laine et mohair. C’est exactement ce qu’il fallait à Benoît pour aller plus loin avec une pièce plus forte, qu’il n’aurait pas de mal à assumer par la suite.

relooking-homme-melinda-gloss

C’est un phénomène que j’ai remarqué à plusieurs reprises au cours de mes coachings: certains clients ont fait des relookings chez d’autres prestataires, qui leurs ont fait acheter des pièces trop fortes qui n’ont jamais été mises par la suite.

Voici la fiche produit sur l’Exception: http://melinda-gloss.lexception.com/fr/homme/pret-a-porter/pull-gilet/1126708108-06NY-Pull-Jacquard-Bleu-Marine

Le chino

Il fallait un pantalon plus original que le chino beige un peu sage cuisse de grenouille, et donc forcément un peu plus coloré. Pourtant, il ne fallait pas que la couleur soit non plus trop pétante. C’est ce que nous avons trouvé chez Homecore, avec une nuance moutarde très particulière. Une difficulté: un modèle apparemment permanent vendu à 120 euros, que nous avons pu trouver au final dans un petit concept store au nord de Paris soldé à 80 euros. (et croyez-moi, ce n’est pas ce que vous vous attendez à trouver en voyant la devanture).

relooking-homme-chino-homecore
relooking-homme-chino-homecore

Jean: on a trouvé la Mecque (ou le parcours optimisé d’un relooking homme)

Il n’y a pas 36 solutions: il faut essayer beaucoup de coupes différentes et le plus de marques possibles. Seulement, c’est plus difficle à dire qu’à faire pendant les soldes, et ça peut devenir particulièrement stressant si on le fait dans les Grands Magasins. Heureusement, il existe un quartier parisien encore à l’abri de la foule en furie des soldes où vous pourrez essayer plus de 5 marques de jeans dans le même pâté de maison. C’est la meilleure solution pour être certain de choisir la marque qui vous convient le mieux, et aussi de connaître votre taille dans les autres. Enjeu stratégique, on a pu s’occuper du jean en environ 1 heure et prendre un Naked and Famous.

relooking-homme-jean-naked-famous

relooking-homme-jean-naked-famous

Les chemises: un minimum plus qu’honorable

Le gros manque de Benoit se situait surtout au niveau des chemises formelles: étant donné que les occasions sont rares, nous nous sommes contentés de basiques à prix accessibles. Un peu le strict minimum. On s’est tournés vers des chemises Hast avec col semi cutaway: ce col était particulièrement intéressant pour Benoît car il est plutôt large et est donc proportionnelle à sa carrure. Il répond aussi très bien à son goût prononcé pour les noeud Windsor qui rempliront sans problèmes ce type de col.

relooking-homme-chemise-hast

Le suivi: des conseils adaptés pour progresser et pour assembler les tenues

La journée s’est passée très vite, et je n’ai pas forcément toujours eu le temps de bien expliquer à Benoît les raisons de mes choix et les assemblages à faire. J’ai corrigé ça dans mon compte-rendu où je lui ai donné presque une dizaine d’idées de tenues, qui combinaient des pièces qu’il avait déjà et celles achetées en relooking.

Le bilan, ou comment tirer le meilleur parti de 800 euros

800 euros pour:
-un caban Smith-Wykes (200 euros, soit 21 euros de plus qu’un manteau Zara pour une pièce incomparable)
– un pull Melinda Gloss (154 euros)
– deux chemises et une cravate Hast (tarif relooking négocié, 120 euros)
– un chino Homecore (80 euros)
– un jean Naked and Famous (145 euros)
– une chemise Commune de Paris Molain (89 euros)
– une ceinture Maison Standards (45 euros)

On passe donc de cet avant
relooking-homme-avant
Au premier après, casual:
relooking-homme-apres-casual

Et  à une seconde tenue, plus formelle:

relooking-homme-apres-formel
Vous remarquerez la polyvalence du caban, qui passe du décontracté avec la capuche à une tenue bien plus habillée sans.
Petit aparthé sur les chaussures de Benoît qu’on a pas changées: ce sont des Blackdandy, une marque que je ne connaissais pas mais qui propose des modèles intéressants.
On peut aussi envisager une retouche du caban en raccourcissant légèrement les manches et en le recintrant avec modération, il faut garder à l’esprit que Benoît portera en dessous parfois des grosses mailles.

Le feedback de Benoît

Voici le feedback de Benoît en intégralité:

« J’ai commencé à m’intéresser à la manière de m’habiller que très récemment,  moins d’un an à vrai dire.
Comme tout un chacun dans ce cas, j’ai écumé quelques blogs spécialisés, afin de glaner les conseils qui pourraient me permettre d’avancer tranquillement dans ma démarche, sans me planter trop violemment (et financièrement).
J’ai vite compris l’intérêt d’acheter peu, mais mieux. Plus de qualité, meilleure coupe, taille juste, et assemblage harmonieux suivant le style recherché.
– Bon, concernant les deux premiers points, pas trop de soucis. Quand on passe le cap de « l’angoisse » d’entrer dans un magasin de fringue, et qu’on commence à toucher les tissus, on comprend vite!
– Au sujet du troisième point, tous les sites spécialisés y vont de leur laïus sur la manière de choisir tel ou tel pièce. Après place aux travaux pratiques: on essaye du trop petit, du trop grand, et la bonne taille, et la révélation arrive. La première fois qu’on passe une veste correctement coupé et à sa taille,… çà fait un choc!
Restait le dernier point: l’assemblage. C’est là que je bloquais. Ma démarche se résumait à:
1. J’ouvre mon placard
2. Je sors un chemise: je l’aime bien je la mets
3. Je sors un pantalon: je l’aime bien, je le mets!
4. Je vérifie l’ensemble dans la glace: çà me plaît… Cool!
4. bis. Ça ne me plaît pas, il y a un problème. OK mais quel est-il? je n’en sais rien, donc je reprends au point 1 !
Pourtant, les théories on les trouvent: principe des contrastes, … Mais les appliquer pffff!
Pire, dans les boutiques, je ne fonctionne qu’au coup de cœur, et j’ai beaucoup de mal à imaginer sur moi une pièce sur cintre ou pire, sur photo. Quant à penser à l’avance comment les assembler avec d’autres pièces de ma garde robe… C’est comme aux échecs: on apprend à bouger les pièces, puis on réfléchis au coup suivant, et enfin, on essaie d’imaginer une stratégie, en anticipant plusieurs coup en avance!
Je suis peut-être trop pressé, et je veux peut-être brûler les étapes, mais çà me frustre de continuer à penser « pièce » et pas « tenue » ou « ensemble ».
Bref, j’avais besoin  d’un électro-choc. Donc le coaching me paressait une bonne alternative! En plus les soldes commençant, c’était pile-poil la bonne période.
Pourquoi avec Valéry ? Quand je me balade sur « Jamais Vulgaire », j’en apprécie la sensibilité et le côté pas « prise de tête d’esthète ultra-spécialisé ». Sur son blog, il présente beaucoup de styles différents, sans jugement, simplement en soulignant les points forts, et les détails qui pourraient, à son avis être améliorés.
Exactement, l’orientation que j’ai: se démarquer, se mettre en valeur, pour soi, pas pour en mettre plein la vue à d’autres. Pas de jugement, simplement un accompagnement et des conseils pour avancer sur la voie qui semble se dessiner!
Si on ajoute à çà le prix demandé pour la prestation, J’étais convaincu!
Mes attentes
Quels étaient-elles pour cette journée:
– M’aider à me cerner moi-même. Quand on débute, on ne sais pas très bien où l’on va. Entre ses attentes, son environnement, son caractère, puis-je aller plus loin dans le port de certaines pièces, ou en fais-je trop? Comment se mettre en valeur, simplement, sans faire trop artificiel…
– Un accompagnement, un guide pour les soldes: m’aider à trouver les pièces qui pourraient le mieux me convenir, m’aider à les choisir mais surtout m’expliquer le pourquoi de ces choix.
– M’aider à commencer à penser tenues, plutôt que pièces individuelles.
– M’ouvrir les yeux, ou au moins m’aider à discerner le potentiel d’un vêtement simplement en le voyant sur cintre. (Là la barre était haute)
La préparation – sur les starting-block:
Là,  chapeau à Valéry, pour sa réactivité: le défi n’était pas simple. je l’ai contacté le Mercredi pour fixer la journée de coaching au Vendredi. Pour préparer cette journée, c’était court!
Pour ma part, le questionnaire que m’a fait parvenir m’a plongé dans une première introspection. M’obligeant à réfléchir sur ce que j’attendais de mes tenues, et à m’interroger sur l’adéquation de celles-ci avec mon environnement, qu’il soit social, familiale ou professionnel.
Puis la plongée dans les abysses de mon vestiaire. Ce fut un calvaire, car même si j’en avais une vague idée, quand on met le doigts sur ses plus grands défauts, c’est toujours difficile à accepter. Je dois virer les trois-quart des éléments du placard! Trop vieux, trop grands, trop cheap! Le constat est amère, mais réaliste!
Ok, tout n’est pas à jeter. J’ai depuis peu commencé à acheter quelques belles pièces, pas trop voyantes, mais de belle qualité et bien coupées. Restaient à apprendre à les utiliser correctement.
On pourra dire que j’ai attendu cette journée avec impatience!
La journée – ou le Marathon Parisien !
 
Note 1. J’ai bien fait de prendre un sérieux petit-déjeuner, car même si je suis un minimum sportif, je pense que j’ai atteints mes limite physique aujourd’hui! Entre les kilomètres parcourus, et les multiples essayages, j’ai terminé la journée sur les rotules!
Accueilli chez Valéry, le matin, viennoiseries à l’appui, on commence par faire le point sur le questionnaire, mes acquis et mes attentes.  Quels sont les pièces dont je pense avoir besoin, et celles qui me manquent sans que j’en sois réellement conscient. Pour l’instant, on est sur la même longueur d’onde!
Puis, il me présente les pièces qu’il veut absolument me faire essayer et m’expose les étapes du prochaine marathon qui m’attend!
Je dois avouer que je fut plutôt dubitatif au début. (cf. le 4ème point de mes attentes) Voir des pièces en photos, dont un manteau carrément atypique… Je me suis demandé ce qui m’attendait pour la suite 🙂
Le  parcours commence,… par le fameux manteau. Et c’est juste… moi ! En vrai, et revêtu, ce n’est plus une pièce extravagante, c’est… moi! Une pièce ultra-classique (un caban gris de très belle facture, mais très simple) avec le petit grain de folie en plus qui fait qu’il interpelle sans vraiment choquer (un chaperon kaki amovible qui vient simplement s’enfiler sur les manche!)
J’étais rentré dans la dynamique et je n’avais plus qu’à me laisser porter. Bon toutes les pièces présentées ne m’ont pas convaincues, mais cela à permis à Valéry à mieux me cerner, pour rebondir et me proposer des pièces que je puisse porter sans me poser de question et sans appréhension.
J’ai bien vu que Valéry essayait de me faire porter des vêtements qui sortaient de mes habitudes, tout en restant dans mon registre stylistique. Mais une évolution trop radicale m’effrayait quand même un peu!
Les essayages se sont enchaînés et les kilomètres aussi! Mais les résultats finaux furent bluffant! Les photos avant/après parlent d’elles-mêmes! Pas de revirement de style, rien de radical, mais une pointe d’élégance ou de je ne sais quoi en plus, une certaine fierté, et surtout plein de conseils pour la suite!
Concernant les manques ressentis à posteriori, je pense qu’ils me sont aussi imputables qu’à Valéry: je me suis trop rapidement laissé porter par le rythme, me laissant entraîner dans chaque nouveau magasin, et essayant uniquement les pièces qui m’étaient proposées! J’ai eu, je l’avoue un comportement par trop passif! Et en même temps, le rythme étant assez effréné, Valéry a continué à suivre son planning sans voir que je ne faisais plus que le suivre, sans plus fouiller réellement dans les rayons des magasins visités, J’attendais simplement qu’il me présente les pièces qu’il pensait m’être destinée!
Du coup, je pense que j’ai manqué l’apprentissage du « choisir sur cintre », « dénicher/pressentir le potentiel d’un vêtement en imaginant son assemblage avec des pièces déjà en ma possession ».

Mais j’en suis conscient, donc tout n’est pas perdu! A moi d’essayer de me former tout seul, grâce à la démarche que m’a démontré Valéry!L’après… Vers l’infini et l’au-delà!Malgré le rythme, les kilomètres, toutes les pièces n’ont pas été trouvée (ou pas à ma taille) en magasins, mais on a vérifié ensemble, et elles sont disponibles en e-shop. Donc je terminerai ma liste de course de mon salon! A côté de çà, outre les deux tenues que nous avons élaborées ensemble durant cette journée, Valéry m’a fait parvenir une liste de suggestions de tenues que je pourrai réaliser, avec les pièces dont je dispose, avec un rappel là où çà fait mal: Il est grand temps que je fasse le ménage par le vide des vieilleries qui stagnent dans mon placard!

Enfin, un petit clin d’œil sur la voie qu’il me conseil de suivre.
Bref, outre la personnalité agréable de l’individu, c’est surtout son attention et sa sensibilité qui m’ont le plus touché, me permettant de faire un pas de plus dans la direction que JE m’étais imaginé quant à la manière d’appréhender mon rapport aux vêtements!
Ainsi je terminerai simplement par:
Merci ! »

D’autres relooking homme pour les soldes ?

J’espère que cet article vous a apporté de précieux conseils pour réussir vos soldes, mais qu’il vous a aussi fait réaliser à quel point le travail de préparation était minutieux, et à quel point un regard extérieur pouvait être précieux pour faire un véritable bond en avant dans son style. L’offre relooking est toujours disponible pendant toute la durée des soldes. Et comme l’a bien expliqué Benoît, le prix est plus qu’honorable pour une prestation de qualité. Ca se passe par ici:

http://jamaisvulgaire.com/relooking-homme/

pubstenuebusiness2

  • Johnny

    franchement le look 2 est cool mais le premier…

    • Valery

      Le second look est classique et passe-partout.
      Le premier correspond parfaitement à la personnalité de Benoît, qui aime particulièrement les activités d’extérieur et qui voulait éviter que ses tenues décontractées soient trop guindées.
      Effectivement, comme je l’ai dis, c’est une tenue adaptée à Benoît mais qui n’ira pas à tout le monde.

    • jamaisvulgaire

      Le second look est classique et passe-partout.

      Le premier correspond parfaitement à la personnalité de Benoît, qui aime particulièrement les activités d’extérieur et qui voulait éviter que ses tenues décontractées soient trop guindées.

      Effectivement, comme je l’ai dis, c’est une tenue adaptée à Benoît mais qui n’ira pas à tout le monde.

      • Thibault Mahé

        Désolé mais je trouve le résultat très moyen… autant j’ai appris vraiment plein de choses très utiles et très concrètes ici..autant là, désolé, mais moyen…

        • Davthe1

          Au contraire, j’aime beaucoup le rendu, avec un budget honorable (= pas un manteau à 600€)

          La première tenue me semble très équilibrée et cohérente : un beau caban gris, une chemise bleu ciel et un pull V texturé pour la base, et ensuite empiècement vert sur le caban, chino camel et contraste de couleur sur les Black Dandy pour ajouter du peps sur cette tenue d’hiver.

          • tea tea stea

            ok, à peu près équilibré….mais les cols des chemises….et le caban…purée, mais ça sort d’où ? et il est trop grand pour lui en plus… désolé vraiment mais pure truth…

          • jamaisvulgaire

            La première chemise est une Melinda Gloss et appartenait déjà à Benoît, il n’y a rien de particulier à dire dessus.
            Le second est une semi cutaway large adaptée à sa carrure plutôt massive.

            Pour le caban je l’ai déjà expliqué: Benoît a une carrure importante et beaucoup d’épaules. La taille d’en dessous est trop petite aux épaules, celle là est impeccable. Il y a juste au pire besoin d’un léger recintrage, pas indispensable car Benoît portera aussi en dessous des grosses mailles et risquerait d’être trop serré.

          • tea tea stea

            C’est mon feeling perso…je trouve juste que les cols de chemises ne sont pas du tout mis en valeur sur les photos, et je trouve le caban HOr-Ri-bLE surtout en version 1.0 mais ce n’est que mon humble avis et cela n’enlève rien à la pertinence de vos conseils….et désolé mais j’insiste, tout comme le 1er qu’il porte, il est trop grand.

          • jamaisvulgaire

            Oui, c’est une pièce forte qui divise forcément. L’important est qu’il convienne bien à la personnalité et au style de Benoît.
            Sinon encore une fois un manteau à la bonne taille à l’achat se voit surtout aux épaules. Ici c’est parfait aux épaules et un peu grand à la taille, et ça peut se corriger par un recintrage pour à peine 40 euros.
            Mais non, il n’est pas « trop grand ».

          • tea tea stea

            C’est clair qu’il faut que ça lui plaise…Je vois les choses différemment mais suis très sensible à la politesse et à la courtoisie de ta réponse, qui, vu le ton que j’ai employé, aurait pu être plus rêche…Saches que j’ai fait un véritable bon en avant en développement personnel grâce à tes conseils donc « je châtie bien » !
            A bon entendeur, salut 🙂
            (reste qu’il n’y a pas que le cintrage, mais aussi les manches à reprendre…)

          • jamaisvulgaire

            C’est aussi ce que j’avais déjà précisé dès le début dans l’article sous les photos avant/apres…

            « On peut aussi envisager une retouche du caban en raccourcissant légèrement les manches et en le recintrant avec modération, il faut garder à l’esprit que Benoît portera en dessous parfois des grosses mailles. »

          • tea tea stea

            OK si cela lui convient c’est l’essentiel. En tout cas félicitation car tu y vas en direct, avec tous les com négatifs possibles (dont les miens) et lui…confiance absolue..chapeau bas les gars ^^

        • jamaisvulgaire

          Il y a des objections précises à faire (notamment sur le cintrage du manteau) mais j’en ai déjà parlé. Si tu en as que j’aurais je t’écoute.

        • Jérém

          Je tiens a apporter une precision, moi qui ait un physique proche du relooke voir encore plus developpe si je me base sur les photos.

          Quand on a un physique muscle, la plupart des pieces ne conviennent pas sur l’ensemble du corps. Pour le caban par exemple, pouvoir rentrer dedans sans l’exploser (les epaules passent donc) requiert un sacrifice sur le cintrage et les manches. Et tout le monde n’est pas pret a laisser une telle piece chez un retoucheur de peur qu’il n’abime la piece ou que le changement ne soit pas aux attentes et irreversible.

          C’est a mon sens encore plus complique pour le bas. Pour moi trouver un pantalon/jeans avec un bon fit = qui passe aux cuisses mais qui rallonge la silhouette vu ma taille (178cm) est pour le moment mission impossible si je dois respecter tous les criteres admis (leg opening pas trop grand, stacking ok, …).

          Donc a moins d’avoir des vetements retouches a chaque fois ou sur mesure, avoir un tel physique requiert de sacrifier quelque peu la silhouette niveau vetements. Par contre t’es heurex quand c’est l’ete et que t’es en short tshirt … Rien besoin d’autre!

          • jamaisvulgaire

            Merci Jerem, c’est exactement la ou je voulais en venir. Même si généralement les retouches aux manches ou au cintrage ne sont pas trop risquées

    • Teobald

      Je trouve les vêtements bien choisis. Juste trop de couleurs à mon goût dans le premier look (gris, vert, bleu, orange, marron). C’est pour ça qu’il divise autant dans les autres commentaires je pense. Avec des chaussures grises ça passerait plus simplement selon moi. Par exemple des désert boots en suede gris.

  • Jérém

    Article interessant avec l’explication de la logique!

    J’ai a peu pres le meme physique (178cm en taille, 75kg. Bonnes epaules et grosses cuisses (15 ans de sprint)) et c’est galere pour trouver des jeans/chinos/chemises bien coupes pour cette morpho!

    Pour info, c’est quelle coupe le naked and famous?

    • jamaisvulgaire

      Weird Guy, la semi slim

  • Boubou

    Il faut remplir cette cave à vin Valery XD

  • Steph

    Je trouve les look assez incohérent pour ma part, j’aime bien le caban avec la partie épaules ça ajoute une touche workwear a la piece mais la chemise hast est trop formelle avec ce col j’aurais plus vu un tissu Oxford ou chambray. La couleur du chino est trop pétante malgré tout à mon avis, un kaki, bleu pétrole aurait été plus cohérent à mon sens.
    Bon, les chaussures sont vraiment horribles, ça fait vraiment cheap notamment par rapport au caban.

    • jamaisvulgaire

      Le caban et la capuche sont portes soit avec une MG casual légèrement froissée avec boutons en bois, ou avec la chemise chambray Molain Commune de Paris. La chemise Hast est portée avec le caban sans la capuche, qui correspond bien a une tenue plus formelle.
      La couleur est effectivement une opinion plus personnelle.
      Les photos ne rendent pas hommage aux chaussures. Et Benoit possède déjà aussi une paire de Jodhpur Scarosso.
      A seulement 800 euros de budget, les priorités étaient ailleurs ( même si a un moment j’ai suggere une belle paire de Sanders bien soldée )

  • jean-eude

    C’est ridicule.. Puis pour 800 euros il aurait du se faire des implants capillaires c’est ça le souci.

Mes secrets pour bien s habiller

Recevez lundi et jeudi par email: un conseil pratique, quatre bons plans et deux idées de tenues.