OFFICE ARTIST: UNE RECHERCHE MINUTIEUSE DU BON COMPROMIS ENTRE STYLE ET CONFORT ( TEST CHEMISES ET CRAVATE)

A votre avis, quelle est la question que je me pose en premier avant d’envisager de tester une marque ?

Quelle est sa valeur ajoutée ? Et en quoi vais-je pouvoir apporter un éclairage nouveau sur son produit et sa philosophie ?

Ca me paraissait relativement difficile avec une marque de chemise de bureau telle que Office Artist, et je ne voyais pas du coup l’urgence d’une rencontre avec Olivier.

Je me trompais
, et je suis bien content d’avoir longuement discuté avec lui pour comprendre en quoi Office Artist se distingue en fait bel et bien de toutes ces autres marques d’officewear accessibles.

J’ai pu négocier avec Olivier une réduction de 10% pour les lecteurs de JamaisVulgaire: vous pouvez l’obtenir avec le code « JVxOA ».

I Office Artist: une particularité pas si évidente et peu mise en avant

Non, ce n’est pas seulement du bon tissu, des finitions pointues à un prix très correct: la réflexion d’Olivier va en fait un peu plus loin qu’il n’y paraît.

La coupe

Elle porte en fait sur la coupe et pour être certain de la réussir, Olivier a démarré en collaborant avec une modéliste issue de chez Yves Saint Laurent.
De cette première réflexion découlent 70 pièces déclinées en deux modèles qui sont distribués pour validation à l’entourage d’Olivier, pile dans la cible de la marque.

Quelle est justement cette cible ? Il s’agit du jeune actif qui doit porter une chemise toute la journée (sous un costume ou non) et qui doit être irréprochable.
C’est là que la question de la coupe est cruciale: il en faut une près du corps pour soigner sa présentation, mais pas trop pour être portable toute la journée et y rester à l’aise.

Les 70 modèles doivent donc permettre de trouver ce juste compromis: cela m’a beaucoup fait penser au concept de MVP (minimum viable product, le premier produit à présenter à son public qui doit être le plus simple possible et qui sert surtout à recueillir du feedback) issu du livre The Lean Startup. Cette méthode a en fait d’ailleurs sûrement influencé Olivier, qui travaillait auparavant dans le conseil.

Le travail de l’emmanchure

La question de la coupe se résume en fait pour Olivier à un point de la chemise: l’emmanchure.
Il trouve un compromis idéal: une emmanchure haute qui permet d’affiner la silhouette et de laisser une vraie liberté de mouvement, mais qui est compensée par beaucoup plus d’aisance au torse.
Cette configuration permet selon lui d’obtenir une vraie coupe slim

Les améliorations sur le prototype se font au fur et à mesure de réunions qualitatives au cours desquelles on débat de différents points tels que la coupe, le tissu et les diverses finitions (boutons, col etc).
Il s’agit d’un process permanent d’amélioration.

La plupart des aspects de la chemise sont en fait débattus: par exemple la largeur de la chemise qui doit permettre une véritable liberté de mouvement sans créer d’excès de tissu.

L’originalité des tissus

L’autre point qui insupportait Olivier dans les tenues typiquement business, c’était la tristesse et la monotonie des tissus.
Lassé de l’omniprésence des popeline de coton généralement sans saveur, il joue beaucoup sur les textures et utilise ainsi notamment de l’oxford et du faux uni.
L’objectif est de créer une chemise élégante avec un détail original mais qui reste assez discret pour se porter sous un costume.

En ce qui concerne la provenance, il s’agit de tissu Albini double retors au titrage 120/2.

Cette volonté de travailler les textures et les tissages se retrouve ainsi également dans les cravates, tissées à Côme. On y trouve également du 6-7 cm un peu plus moderne et adapté à des morphologies plus fines comme la mienne.

La durabilité

L’objectif d’Olivier: concevoir des chemises qui pourront se porter deux ans plus tard sans problèmes. Pour qu’on puisse y prendre ses habitudes et y retrouver une chemise dont la coupe nous convient toujours.

Un univers familier

J’ai  beaucoup aimé la page d’inspirations d’Office Artist: il y a encore peu de contenu en terme de quantité, mais celui-ci est ultra soigné et vous retrouverez des marques qui vous sont familières (Confident, eclectic ou encore BonneGueule).

test-office-artist-chemise-inspirations

Le site est aussi plutôt soigné du point de vue contenu, avec notamment un guide assez synthétique sur comment bien choisir sa chemise.

tenue-business-parfaite-cta

II TEST DE LA GAMME CASUAL (mise à jour 2016)

J’ai eu l’occasion de découvrir la gamme casual dès l’été sur un relooking en Juillet: j’ai tout de suite été séduit par les coupes et les proportions des différentes chemises.
Si les tissus sont différents, celles-ci ne changent pas de chemises en chemises et nous allons d’abord les aborder globalement.

La coupe

Vous allez constater que ce n’est pas excessivement fitté, surtout la chemise en chambray qui pourrait presque se porter comme  une surchemise. Le rendu sur les chemises en flanelles légères est par contre très bon porté à même la peau, avec un dos bien mis en valeur, des épaules marquées et une emmanchure haute sans être trop stricte.

Les finitions

Olivier a cherché le juste compromis en se débarrassant des finitions pas forcément indispensables comme l’hirondelle de renfort (quelqu’un a déjà eu sa chemise qui se déchire sur les côtés ?) et n’a utilisé les coutures anglaises plus élégants qu’aux endroits les plus visibles (vous avez des amis qui regardent si les coutures de vos poignets sont bien des coutures anglaises ? ).

Par contre, on retrouve bien le standard de qualité de 7 points au centimètres, ainsi que des boutons avec une couture Zampa di Gallina. La recherche du bon compromis s’est aussi faite sur les boutons puisqu’ils sont dans un mélange de polyester et de poudre de nacre, dont le rendu est quasi identique aux boutons de nacres.

1 Les chemises en flanelle légères

Pour moi, flanelle et légèreté sont deux termes qui ne vont normalement pas du tout ensemble, c’est pour ça que j’ai été surpris de voir que ces chemises étaient là dès le début de la gamme casual, c’est à dire l’été dernier.
Et  effectivement, elles sont ultra légères et agréables à porter: c’est du coup une belle valeur ajoutée de pouvoir porter une flanelle bien texturée (avec un motif chevrons à peine perceptible sur la première chemise et des rayures discrètes sur la chemise à carreaux) sans avoir tout le poids qui va normalement avec.
La douceur est aussi clairement appréciable.

Je vais en tout cas porter celle unie à chevrons au Cambodge et vous faire un petit retour sur la sensation effective de fraîcheur 🙂

Détails

Si la chemise est claire et la texture discrète, la chemise est résolument casual avec le col boutonné et la poche poitrine. Je ne m’aventurerais pas à la porter dans une vraie tenue formelle, mais par contre vous pouvez effectivement l’intégrer à une tenue habillée au style preppy avec une veste et une cravate sans aucuns soucis

J’ai choisi ici la simplicité en optant pour une paire de sneakers blanches (les Faguo que j’avais testé ici) et le jean brut Lee dont je parle ici. On peut difficilement faire plus simple que ça. Ce style de chemise, légèrement preppy peut donc bien s’assortir à d’autres pièces du même registre: c’est pour ça que j’ai choisi le bomber Harmony qui rappelle les grandes heures du sportswear américain.

 

Unie

Pas grand chose à dire sur les détails: les coutures aux épaules sont très propres, même si on garde une certaine aisance.

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-chevrons-homme-epaule

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-chevrons-torse

 

Carreaux

Rien à signaler non plus sur sur le rendu de la chemise à carreaux: tout est très propre et se porte bien tel quel, à même la peau avec une ligne ajustée qui suit bien les lignes du corps.

Tout comme la chemise à chevrons, la flanelle est plutôt assez fine et pourra se porter l’été sans problèmes. Elle s’intègrera cela étant sans soucis dan une superposition hivernale.

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-torse

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-epaule

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-4

Conseils de style

Uni

Le principal intérêt de cette chemise unie est de pouvoir porter de la flanelle avec une vraie texture chevrons marquée mais tout en gardant pas mal de légèreté. Il est du coup important de bien mettre en valeur cette cette texture en choisiissant des pièces dont la texture est beaucoup plus calme.

Ici, on a donc opté pour un jean brut et un blouson bomber en sergé de laine: c’est donc bien la texture de la chemise qui est la plus forte dans cette tenue.

Le registre n’est pas spécialement compliqué puisqu’il s’agit de pur casual, en particulier avec le bomber, le jean brut et les sneakers.

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-6

On voit bien ici qu’on est pile poil sur le bon compromis qui permet pas mal d’aisance tout en mettant un minimum en valeur la forme du dos.

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-5

La longueur est une vraie valeur ajoutée pour le style casual: je n’arrive d’habitude jamais à porter de chemises comme ça sans avoir à d’abord les faire raccourcir du haut de mon 1m75.

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-4 test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-3 test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-2 test-office-artist-chemise-casual-flanelle-homme-1

Carreaux

Etant donné qu’on est sur une chemise à motifs, le raisonnement est du coup forcément un peu différent: on va se concentrer sur le reste de la tenue sur la matière et la texture pour mettre en valeur plus facilement les carreaux de cette chemise. (le tout en restant dans des tons de couleur sobres étant donné qu’on est dans une tenue d’Automne).

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-3

Ainsi, ce travail sur la matière est d’abord apporté par le cardigan grosses maille Cuisse de Grenouille à la laine mérinos torsadée dont le bleu plus lumineux est parfaitement complémentaire aux deux bleus plus sobres de la chemise en flanelle. (sans compter qu’en terme de registre, les chemises à carraux en flanelle et les cardigans grosse maille col châle ont toujours été une bonne association).

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-2

C’est ensuite le trench en coton ciré Melinda Gloss (une des premières collections) qui apporte un travail de matière supplémentaire grâce à un joli effet usé et à une couleur bien complémentaire du bleu. (cette couleur me va en plus particulièrement bien puisqu’elle se rapproche des tons roux de ma barbe).

test-office-artist-chemise-casual-flanelle-carreaux-homme-1

On est sur une bonne tenue pour l’Automne d’un point de vue isolation thermique: la chaleur est apportée par la chemise en flanelle et par le cardigan grosse maille et l’isolation est garantie par le coton ciré du trench. (attention d’ailleurs, le coton ciré est vraiment à double tranchant pour ça: si vous commencez à avoir un coup de chaud et à transpirer un peu, je vous recommande de l’enlever immédiatement car ça empirera à vue d’oeil).

2 La chemise denim

Le parti pris de la chemise chambray d’Office Artist est particulièrement intéressant: on aurait pu s’attendre à avoir une chemise chambray extrêmement typique avec les finitions workwear qui caractérisent ce type de pièces comme la gorge apparente (il s’agit des coutures le long de la boutonnière) ou les boutons en bois. (c’est ce que fait très bien par exemple la chemise BonneGueule) .

Ici, on est sur un aspect légèrement plus formel: le chambray choisi de chez Albini prends étonnamment bien la lumière, avec dans le même temps un très bel avenir en terme de délavage et de patine devant lui.

Etant un peu plus brillant et sombre qu’un chambray classique (et donc plus habillé), on retrouve avec des boutons classiques en nacre et surtout une absence de gorge (ce qu’on trouve normalement davantage sur les chemises formelles en popeline de coton).

Le mélange des genres est plutôt bien réussi est aboutit à une pièce bien équilibrée.

Conseils de style

Il s’agissait globalement de mettre en valeur encore une fois la texture de la chemise: on a du coup opté pour un chino Louis Purple à la gabardine de coton discrète et pour le bomber Harmony en serge de laine ( celui-ci a d’ailleurs également un twist assez similaire à la chemmise, à savoir qu’il a une construction casual mais une matière formelle qu’on retrouve normalement sur les costumes).

test-office-artist-chemise-casual-denim-homme-1

On ne le voit pas spécialement au premier abord mais le chambray de cette chemise est vraiment épais.

test-office-artist-chemise-casual-denim-homme-2 test-office-artist-chemise-casual-denim-homme-3

Pour aller avec le tout j’ai encore une fois choisi le plus simple: les sneakers blanches Aspen de chez Faguo.

test-office-artist-chemise-casual-denim-homme-4

CONCLUSION

A travers cette nouvelle gamme, Office Artist a pu atteindre un compromis que je n’ai pas retrouvé ailleurs.
Grâce aux chemises en flanelle, on peut enfin porter des tissus de caractère aux textures et motifs marqués mais tout en gardant une matière ultra légère et portable l’été.

La chemise en chambray est ici plus facile à porter, avec un registre un peu plus habillé à la tonalité workwear moins marquée.
La longueur et la coupe sont de gros points marquants: je peux enfin du haut de mon 1m75 porter des chemises casuals hors du pantalon sans les faire raccourcir, et on a trouvé ici un bon compromis avec une coupe espacée mais proche du corps.

Seuls défauts qu’on pourrait trouver: des finitions qui ne respectent pas forcément tous les critères des puristes, comme l’absence d’hirondelles ou des boutons en poudre de nacre et polyester. J’y vois plutôt une manière intelligente d’optimiser le coût de la chemise en rognant sur les finitions qui sont surtout esthétique qui ne sont pas forcément indispensables pour la qualité et la durée de vie de la chemise. (c’est un sujet que j’aborde souvent, en particulier sur les hirondelles: avez-vous déjà déchiré votre chemise à cet endroit ? Ca n’arrive en fait en pratique quasiment jamais).
C’est ainsi qu’on arrive à des coûts ultra accessibles situés entre 70 et 80 euros pour des tissus d’une très bonne qualité, et qu’on ne retrouve pas forcément ailleurs.

La chemise en chambray est disponible ici à 69 euros.
La chemise en flanelle unie est disponible ici à 89 euros.
La chemise en flanelle à carreaux est disponible ici à 89 euros.

Bref, dans l’ensemble je vous recommande chaudement cette gamme.
J’ai pu négocier avec Olivier une réduction de 10% pour les lecteurs de JamaisVulgaire: vous pouvez l’obtenir avec le code « JVxOA ».

 

III Test de la chemise et de la cravate Office Artist

1 La chemise Office Artist

Afin de choisir un produit qui soit complètement dans l’esprit de la marque, j’ai opté pour une chemise blanche oxford: à la fois ultra conventionnelle pour une tenue formelle mais dont la texture oxford me permet un port plus casual avec par exemple des mailles à la teture travaillée ou des vestes d’hiver en flanele.

Les finitions sont d’excellente qualité, surtout le col qui tient extrêmement bien même sans baleine (même sur de l’oxford, c’est plutôt rare). On trouve un liseré bleu contrastant au poignet qui est la signature de la marque.

Seul point négatif: ça taille un peu grand et le 37 est toujours manifestement trop grand même après plusieurs lavages. Il aurait fallut un 36 pour mes mesures.
Ca se voit relativement peu, et ça m’a sûrement un peu marqué car je travaille dans le domaine.

Office Artist propose en fait du 36 en blanc et en bleu dans la gamme petit col (plus casual mais du coup plus adapté aux petits gabarits comme moi), que je rajouterai très prochainement au test.

La marque propose en tout cas un guide des tailles pour ne pas se tromper si vous achetez en ligne.

Pour vous montrer sa polyvalence, je l’ai du coup testée avec deux tenues un peu différentes:

a Une tenue formelle

Le col de la chemise est plutôt large à mon goût: il faut donc des revers généreux pour lui faire éco. De même la texture oxford s’associe plus facilement à des textures plus fortes (de la laine vierge pourrait avoir l’air un peu fade à côté).
L’idéal était donc un costume assez traditionnel et structuré en flanelle de laine: c’est ce que j’ai trouvé chez Oliver Wicks (test à venir).

La cravate suit la même logique, mais avec la nécessité d’intégrer un peu de couleur (on ne mettra pas de pochette avec) sans trop en faire. Ce modèle en cachemire de chez Calabrese était donc parfait, avvec une texture également soignée. On obtient du coup une tenue avec trois matières et tissages travaillés, mais qui n’en fait pas trop grâce à des couleurs simples et des proportions traditionnelles. La cravate à rayures avec un beige très particulier permets de ne pas rendre la tenue trop convenue ni austère.

test-oliver-wicks-costume-demi-mesure-entoile-entree-gamme-flanelle-tenue-4

test-oliver-wicks-costume-demi-mesure-entoile-entree-gamme-flanelle-tenue-6

 

b La tenue habillée (mais moins formelle)

Une alternative plus habillée mais moins formelle (vous pouvez vous le permettre en entreprise si vous êtes senior cela dit) où l’on joue encore sur les textures avec une cravate en grenadine de soie mauve et un blazer croisé en laine texturé. La chemise blanche permet de calmer ces pièces un peu plus fortes et n’est pas trop insipide grâce à sa texture oxford marquée.

pro-cam

Je porte ici une veste et un pantalon Louis Purple (test à venir), une cravate The Nines et un petit cartable Léo et Violette.

pro-cam

test-office-artist-chemise-tenue-2

Le fit

Evidemment, cette partie est complètement biaisée car la chemise est trop grande, et ça se voit bien ici aux épaules et aux bras qui baillent bien.

test-office-artist-chemise-fit-1

test-office-artist-chemise-fit-2

Dos

La coupe n’est cependant pas vraiment à remettre en cause, car ça donne un résultat plutôt correct de dos, où l’on dessine un joli V.

test-office-artist-chemise-dos

test-office-artist-chemise-dos-3

Les épaules

Rien à redire sur les épaules: les coutures sont bien nettes et les épaules bien définies (malgré le fait que la chemise soit un peu trop grande)

test-office-artist-chemise-epaule-1

dav

Col

Les coutures sont bien resserrées, et surtout on a un col avec une vraie largeur de pan (6 cm) qui permet pas mal de liberté sur les noeuds de cravate. Les pans descendent plutôt bas: ils conviennent bien à ma morphologie car ils font plus efficacement oublier mon long cou. (Office Artist propose aussi des plus petits cols).

C’est le col qui m’a surtout montré que ce n’était pas la bonne taille: après plusieurs lavage, il y a encore du jeu et je peux y insérer ma main entière.

dav

dav

test-office-artist-chemise-col-texture-2

Poignets

Les poignets sont biseautés et on trouve une trame bleu claire caractéristique de la marque.

test-office-artist-chemise-poignet

Les finitions

Ecrivant l’article depuis la Bretagne et n’ayant pas pu photographier en détails les finitions, je vous laisse avec le schéma présenté par la marque. Seul détail qui n’est pas indiqué ici: les boutons sont en plastique.

test-office-artist-anatomie-chemise

Conclusion

J’aurais aimé donner une idée plus fidèle de la coupe avec une chemise à ma taille (ou un mannequin légèrement plus costaud) mais je salue la qualité du cintrage car rare sont les chemises trop grandes à faire un dos pareil.
Gros plus aussi pour la matière et les finitions: à 95 euros, c’est bien pricé.

Formel: 8/10 (du fait de la trame aux poignets, mais c’est vraiment pour chipoter, et aussi de l’oxford moins formelle que la popeline de coton)
Casual: 5/10 (pour du casual, je vous conseille plutôt la version petit col)
Rapport qualité/prix: 10/10
Prise de risque: 2/10 (si vous avez peu d’épaule et un cou fin comme moi, il est sûrement préférable d’essayer en boutique avant, ou vérifiez bien vos mesures sur le guide des tailles)
Univers: Formel (ça dépend de la couleur)

Les chemises Office Artist sont disponibles ici à 95 euros. (et vous pouvez aussi jeter un coup d’oeil à la chemise basique en popeline de coton)

2 La cravate Office Artist

Les cravates à pois sont sobres et laissent une belle marge pour jouer sur d’autres motifs: notamment les rayures et les carreaux. (ou vous pouvez juste vous contenter de garder de l’uni)
Le 6-7 cm était du pain béni pour moi, car il est relativement compliqué d’en trouver de qualité dans cette largeur (qui ne soit pas confectionnées par des marques cheap qui surfent sur la vague The Kooples). Office Artist propose par ailleurs une texture travaillée, qui n’est pas sans rappeler la grenadine de soie.

test-office-artist-cravate-0

test-office-artist-cravate-2

J’ai choisi une tenue assez particulière pour vous la présenter, et je me suis parfois dit qu’elle faisait justement un peu vendeur de chez The Kooples.
Je prends tout le même le risque car elle peut passer dans un cocktail pas trop guindée (mais elle fait trop jeune diplômé/élève qui passes ses oraux de concours dans un cadre business, du coup je la déconseille).

C’est surtout l’association revers très fins, cravate fine et tenue au finale assez sombre qui donne un registre rock à la tenue, pas forcément recherché et qui l’exclue donc d’une tenue strictement formelle, sauf si vous cherchez à entrer chez The Libertines.

test-office-artist-cravate

Je porte avec ça une chemise Oxence Paris et un costume Characters.

test-office-artist-cravate-3

test-office-artist-cravate-4

Pour ce genre de cravate, l’idée est donc d’aller dans des textures un peu plus traditionnelles et moins modernes. Attention aussi au noeud de cravate: il est plus difficile de lui donner une belle goutte avec les demi-windsor que je fais habituellement qu’avec les four-in-hand classiques.

Conclusion

Le feedback général sur cette cravate est plutôt bon: il est rare de trouver des largeurs de 6 cm et c’est vraiment bien pour les morphologies élancées. Attention tout de même lorsque vous la mettrez au boulot à rajouter un peu de texture et de couleur: elle sera parfaite avec un costume gris Prince de Galles et une pochette verte par exemple 🙂

Formel: 8/10 (moins formel dans tous les cas qu’une 7 cm plus conventionnelle)
Casual: 8/10 (pour du casual habillé)
Rapport qualité/prix: 8/10 (rapport qualité/prix assez standard)
Prise de risque: 2/10 (ce n’est pas pour vous si vous êtes costaud)
Univers: Casual chic / Formel

Les cravates Office Artist sont disponibles ici.

J’ai pu négocier avec Olivier une réduction de 10% pour les lecteurs de JamaisVulgaire: vous pouvez l’obtenir avec le code « JVxOA ».

  • Rodolphe

    Salut Valery,

    J’aurai aimé savoir quelle taille as-tu pris pour les chemises casuals stp?

    • jamaisvulgaire

      Salut Rodolphe, j’ai pris XS !