Le défilé Woo Young Mi, une expérience à part entière.

Ianis, photographe, et moi même avons été invité dimanche 27 juin au défilé Woo Young Mi.
On pourrait croire que le titre assez banal de cet article relève du manque d’inspiration mais il fait en fait allusion au thème du défilé: la science.
Tous les éléments y sont: circuits imprimés et graphes sur l’invitation, lieu futuriste et un fichier aux airs faussement confidentiels sur « The Science of Dress »

De même les mannequins arborent cheveux plaqués, portes documents, lunettes et blouses pour le final dans une ambiance qui rappelle particulièrement « Bienvenue à GATTACA ».
Un parallèle d’ailleurs pas si anodin que ça puisque le film nous présente l’homme parfait et ce défilé nous présente la vision de WYM de la tenue masculine parfaite, qui apparaît comme une suite de compromis.

Les hauts aux coupes millimétrées et aux matières fluides et aériennes représentent un subtil équilibre entre discipline et décontraction.

Beaucoup de vestes croisées

L’exemple du détournement d’une pièce normalement tout à fait classique, une veste croisée, via les manches mi longues.

Ces hauts mettent à l’honneur des silhouettes longilignes, habilement cassées par des bas aux constructions plus amples et plus obscures

Le meilleur exemple de haut oversized en longueur

Les matières sont moins travaillées et donnent une impression plus naturelle et moins luxueuses: il y a un vrai travail sur des matières naturelles (coton, lin) pour obtenir des rendus froissés qui sera peut être moins accessible que celui sur les pièces des années précédentes, focalisé essentiellement sur la prise de lumière.

Niveau couleur, ça reste sobre et on retrouve de l’indigo, du khaki, du bleu marine et du chocolat, dans des tons toujours assez doux
Encore une fois les pièces prennent la lumière de manière beaucoup moins marquée qu’à l’accoutumée et les textures à défaut d’être brillantes comme dans les dernières collections sont donc le plus souvent mat.

Une des meilleurs combinaisons de couleur

Les laines d’été sont aussi présentes et se portent de manière assez classique

Une maille classique encore une fois différenciée par des manches mi longues

Ce trench est une des rares pièces qui fasse trait d’union avec les collections précédentes

Le grand final avec les mannequins en blouse

A travers cet homme du futur, WYM revisite les vestiaires des milieux scientifiques (blouses) et financiers (vestes croisées) et propose une évolution notable à travers les structures (longueur accentuée, large ouverture des cols, manches mi longues) et les matières, plus naturelles et fluides.
Au final on obtient une collection bien plus avant gardiste et donc moins accessible qu’à l’accoutumée, on passe du blouson d’été casual à la matière travaillée à l’extrême au trench froissé fait dans des matières naturelles (lin, coton).

Mes secrets pour bien s habiller

Recevez lundi et jeudi par email: un conseil pratique, quatre bons plans et deux idées de tenues.