TEST COTTON SOCIETY: DES FINITIONS D’UNE EXIGENCE RARE

cotton society demi-mesure tenue business parfaite montage-italien

Cotton Society : un Outsider de la chemise en demi-mesure

L’optimisation comme on ne l’a jamais conçue…

Chez Jamais Vulgaire, l’objectif est souvent de vous évoquer ces marques qui vont réinventer de nouveaux modèles de distribution ou de nouveaux circuits de production. Leur valeur ajoutée est conséquente: elles permettent de créer ou au moins de maintenir et de développer des savoir-faire poussés dans des pays avec une tradition tailoring déjà très respectable.

C’est du coup le cas de Cotton Society, qui comme vous allez le voir vu est probablement le meilleurs rapports qualité-prix qu’il m’ait été donné de voir a moins de 100 euros (et le tout en demi-mesure).

J’ai pu négocier avec la marque un bon de réduction dont voici les conditions: 

 Jusqu’au 04 février 10€ de remise à partir de 70€ de commande avec le code JAMAISVU sur https://goo.gl/BIvlll

 Pour ceux qui veulent se faire prendre leurs mesures à la boutique de Paris, rendez vous au 1 rue Greffulhe, Paris 8ème

(je ne touche évidemment rien sur les commandes que vous effectuez de ma part)

Petit aparté sur la tenue business parfaite: Les trois chemises testées sont justement celles de l’offre (vous en avez une au choix avec un costume, une cravate et une ceinture pour moins de 400 euros). Elles auront en prime un boutonnage Zampa di Gallina et un décalage à l’emmanchure.
Pour rester informé sur la sortie de cette offre, ça se passe par ici:

Soyez informés du lancement de la tenue business parfaite: 

I CREATION DE COTTON SOCIETY

1 Quelques travers en chemin

Avant de tester une marque, je regarde comme c’est sûrement le cas de pas mal d’entre vous les feedbacks sur des forums comme Depiedencap ou Engrandepompes (et parfois hardware.fr même si c’est plus chaotique). Il y en a énormément de disponibles vu que la marque existe depuis 2010.

Cotton Society a justement connu une période peu fructueuse en terme de feedbacks sur l’accueil boutique (mais pas sur le produit). Et j’ai évidemment voulu aborder ce sujet la franchement avec Fabrice, le fondateur de la marque et Guillaume, le responsable de la boutique qui m’en ont expliqué davantage et qui ont pu procéder a des changements dans l’équipe afin de corriger ces soucis.
Les résultats se sont fait voir assez vite avec des feedbacks nettement meilleurs sur les derniers mois.

2 Bien porter sa chemise en demi-mesure.

Contrairement a ce que l’on peut penser, lorsque vous recevez la chemise en l’état, elle n’aura pas encore forcément un fit parfait. Et Guillaume vous conseillera justement de la porter un peu et d’attendre au moins un lavage avant de vous faire une vraie idée sur le fit. (toout dépend du tissu mais il y aura souvent un très léger rétrécissement)

Ce n’est pas forcément évident car pas mal de clients de la marque n’ont pas le réflexe de reprendre un rendez-vous quelques semaines plus tard afin de procéder a ces ajustements qui feront une vraie différence au final sur le rendu final.
(Le constat est valable pour la demi-mesure en général, mais il se constate sûrement plus chez Cotton Society vu que le prix accessible amène forcément beaucoup de premiers achats en demi mesure)

II QUALITÉ DE CONFECTION ET TISSUS

3 Une qualité de finition rarissime

C’est surtout avec l’apport de Pierre Duboin  (un des anciens piliers de l’atelier de grande mesure Lanvin) et Luis Penedo (en grande mesure notamment chez Charvet et Hermès) , que Fabrice a pu identifier un atelier ultra qualifié, à un niveau de finitions qu’on retrouve très rarement en Chine et y développer un savoir-faire qu’on retrouve difficilement ailleurs.

Voici d’ailleurs une vidéo réalisée par la marque sur ce savoir-faire:

C’est bien simple, je ne crois avoir par exemple jamais vu de boutonnières aussi solides sur une chemise, au point où par exemple les manches sont assez difficiles a boutonner au début. Un mal pour un bien car ca évite forcement d’avoir une boutonnières qui se casse au bout de seulement quelques mois. (Surtout lorsqu’on a un tissu fin et que l’on retrousse souvent ses manches comme c’est mon cas.)

Les autres finitions sont excellentes avec des coutures bien resserrées.

Le col

Le montage à l’italienne: derrière cette appellation obscure se cache en fait un montage que je n’ai pas encore vu ailleurs.
La partie intérieure du col est libre (sans colle): le thermocollant se situe uniquement sur la partie extérieure.

Ca évite d’avoir du thermocollant au contact de la peau (ce qui tient beaucoup trop chaud en été): il reste tout de même présent sur la partie extérieure pour que le col garde une vraie structure.

cotton society demi-mesure tenue business parfaite col-montage-italie-2

cotton society demi-mesure tenue business parfaite col-montage-italien

La toile sur forme: Je croyais que repasser la pliure du col était une étape normal du repassage d’une chemise afin d’avoir un col qui se maintient bien. C’est en fait nécessaire car la plupart des chemises ont une toile unique pour le pied de col et le col. Il faut donc marquer la pliure lors du repassage pour que le col garde sa forme.

cotton society demi-mesure tenue business parfaite toile-forme

 

Chez Cotton Society, le montage est différent car la toile est déjà découpée en plusieurs pièces pour le col et le pied de col: on voit du coup ici qu’on a une nette séparation entre les deux. C’est ce qui permet au col de garder sa forme et une pliure naturelle, même sans repassage.

Autres finitions

Manche coudée: il s’agit d’une touche personnelle de Pierre Duboin. Le bas de manche est légèrement en biais car on compte 1 cm de plus sur l’extérieur que sur l’intérieur Manche coudee bas de manche en biais, 1cm de plis sur l’exterieur de manche que sur l’intérieur

cotton

Les boutons sont en troca de nacre. (le plus petit format de bouton en nacre) et semblent plutôt résistants

Pattern matching: Plus explicite cette fois-ci: le montage des différentes parties de la chemise respecte bien la continuité des motifs. Ca se voit en particulier sur la chemise business rayée.

Et en option: étant donné que l’atelier se différencie par un gros savoir-faire sur le montage à la main, les coutures Zampa di Gallina sont possibles sur les boutons, ainsi que le décalage à l’emmanchure.

cotton society demi-mesure tenue business parfaite pattern-matching-rayures

Un pattern matching plutôt réussi en bas, mais un léger décalage au milieu..

cotton society demi-mesure tenue business parfaite couture-pattern-matching-chevrons

Alignement parfait ici

On retrouve comme vous l’aurez constaté des coutures anglaises avec un nombre de points au cm très respectable pour cette gamme de prix.

Les tissus

Grosse innovation sur le tissu: on retrouve les classiques Albini et des enseignes plus prestigieuses comme Thomas Mason, mais en entrée de gamme vous pourrez avoir du coton Xinjiang. On en avait déjà parlé avec la marque japonaise Kamakura: il vient comme son nom l’indique du Xinjiang, une province semi-aride de Chine qui permet des fibres légèrement plus longues qui n’ont pas grand chose à envier au fameux coton égyptien.

test-cotton-society-chemise-homme-coton-xinjiangUne fibre plus longue que le coton ordinaire

test-cotton-society-chemise-homme-coton-xinjiang-2

On passe un cran supplémentaire en terme d’optimisation: on apprends depuis des années à ne plus forcément se fier aux noms des marques mais plutôt à la qualité intrinsèque des produits. Pourquoi ne pas en faire autant pour les tissus ? (et ne pas avoir ainsi à payer les marges supplémentaires d’une filature renommée et tous les agents qui vont avec).

Il semble encore un peu tôt pour le faire avec la laine, mais le coton Xinjiang apporte quant à lui bien assez de garanties de qualité.

J’ai choisi pour ce test trois tissus (ceux de la tenue business parfaite donc):

une popeline de coton 100/2 double retors: fine mais pas transparente, cette popeline est un excellent compromis entre douceur, légèreté, opacité et entretien.
test-cotton-society-chemise-homme-mesure-tissu-popeline-blanche

un chevron 80/2 double retors: je voulais un tissu texturé mais une alternative à l’oxford

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-tissu-chevrons

une popeline business rayée 60/1 plus lourde: Attention, un titrage bas ne signifie pas forcément une qualité inférieure, mais plutôt des fils plus épais et donc un tissu moins doux. Ici, cette popeline est effectivement un peu plus rêche, mais elle respire la solidité. (pour une chemise business qu’on sera amené à porter régulièrement, j’ai justement préféré opter pour un tissu plus robuste et donc plus durable).

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-tissu-popeline-rayee

Le col

La ici, j’ai choisi un type de col spécifique a Cotton Society: le col parfait. Quelles sont ses caractéristiques ? Il faut analyser la largeur des pans et l’ouverture.

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-col-parfait

test-cotton-society-chemise-homme-sur-mesure-col

En terme d’ouverture on est entre le col italien et le col français: juste légèrement ouvert. Assez pour se permettre aussi bien un simple noeud de cravate four-in-hand qu’un noeud windsor plus ambitieux.
La largeur des pans est quant a elle assez standard, c’est une donnée ajustée en fonction de votre morphologie et surtout de la longueur de votre cou. Il est au final plutôt polyvalent, bien plus en tout cas que le col cutaway classique.

III FIT ET CONSEILS DE STYLE

1 La coupe

Pas grand chose à signaler sur la prise de mesure: j’en suis particulièrement content aux bras (il faut généralement deux essayages pour mes chemises demi-mesure pour avoir un bras bien ajusté).

Seuls petit bémol: les plis en diagonaux sous les épaules (mais que je constate sur toutes mes chemises en demi-mesure, il m’a fallut de la petite mesure pour les corriger partiellement).

Autre défaut: un petit excès de tissu sous l’aisselle gauche.

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-coupe-dos test-cotton-society-chemise-homme-mesure-coupe-2 test-cotton-society-chemise-homme-mesure-coupe-1

J’ai pu lire que le coton Xinjiang rétrécissait légèrement au lavage: après quelques lavages à 30 c’est encore pour le moment imperceptible.

2 Conseils de style

Dans le cadre de la tenue business parfaite, j’ai porté les trois chemises Cotton Society avec les costumes Louis Purple et les cravates Atelier Particulier.

La chemise blanche

La neutralité de la chemise blanche permettait de mettre facilement en valeur le sergé discret du costume ainsi que la flanelle de laine de la cravate.

Aucun rapport mais je l’ai aussi portée avec le pull en cachemire col rond Hircus: là encore ça me permettait de mieux mettre en valeur la texture, sans qu’il y ait un trop gros décalage vu qu’il ne s’agit pas vraiment d’une grosse maille.
Ca vous donne de plus un bon aperçu du col parfait porté ouvert.

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-style

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-style-2

cover-hircus

La chemise à rayures

C’est la chemise la plus formelle et business du lot. J’ai du coup voulu la porter avec le costume gris (dans le même registre) et la cravate bleu marine à flanelle.

Les photos sont par contre un peu sombres, on a pas eu de chance avec la lumière de samedi dernier. On en reprends de nouvelles très bientôt !

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-style-4

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-details

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-style-3

La chemise texturée

Elle est ici portée avec le costume bleu marine et la cravate grise en flanelle: cette tenue propose moins de contrastes en terme de couleurs et conviendra plus pour les contrastes peaux/cheveux faibles.

Attention par contre: ici c’est une des premières fois que je portais la chemise, avec un tissu plus épais. Le col était donc ultra rigide et débordait de la veste sans même que je le remarque.

test-cotton-society-chemise-homme-mesure-details-2

Conclusion du test Cotton Society

Je suis très content des finitions et du fit et j’ai aussi été agréablement été surpris par la variété des coton Xinjiang disponibles. Les seuls bémols que j’ai pu voir sur le produit concernaient le rétrécissement de ces tissus, que je n’ai pas encore constaté après quelques lavages à 30 degrés.

On a du coup un excellent rapport qualité/prix avec un savoir-faire ultra poussé introuvable dans cette gamme de prix: c’est une marque que je recommande les yeux fermés pour de la demi-mesure à moins de 100 euros.

J’ai pu négocier avec la marque un bon de réduction dont voici les conditions: 

 Jusqu’au 04 février 10€ de remise à partir de 70€ de commande avec le code JAMAISVU sur https://goo.gl/BIvlll

 Pour ceux qui veulent se faire prendre leurs mesures à la boutique de Paris, rendez vous au 1 rue Greffulhe, Paris 8ème

(je ne touche évidemment rien sur les commandes que vous effectuez de ma part)

  • Pierre Alanski

    Merci pour ce test, Valery ! C’est le premier que je vois sur Cotton Society aussi complet.
    Les coutures anglaises sont-elles en standard pour toutes les confections ou faut-il le demander ? Et le décalage à l’emmanchure ?
    Une dernière question : l’emmanchure est-elle bien haute ?

    Merci beaucoup !!!

    Pierre-Alex

  • Pierre Alanski

    Superbe article, Valery, merci !!! 😉
    J’avais une petite question d’ordre technique ^^
    Les coutures anglaises et le décalage à l’emmanchure sont-ils standardisés ou faut-il les demander ?
    Et aussi, les emmanchures sont-elles hautes (pour plus de confort) ? 😉

    Merci encore pour ton article ! J’attends les dernières photos avec impatience ^^

    Pierre-Alex

    • jamaisvulgaire

      Salut Pierre-Alex,

      Désolé d’avoir tardé à répondre: les coutures anglaises sont standardisées mais pas le décalage à l’emmanchure pour le moment. (mais elles seront bien présentes pour les modèles de la tenue business parfaites).
      Les emmanchures sont hautes (mais pas trop non plus, sinon après ça peut frotter contre les aisselles et ne pas être confortable du tout).

      • Pierre Alanski

        Top merci beaucoup !!!

Mes secrets pour bien s habiller

Recevez lundi et jeudi par email: un conseil pratique, quatre bons plans et deux idées de tenues.